• Nuit Noire de l'Âme.

     

    Bonjour les Hermétistes,..

     

      Hazrat Inayat Khan,fondateur du ''soufisme Universel''(1882-1927) souffla un jour le judicieux ceci qu' "Il ne peut y avoir de renaissance sans nuit noire de l'âme,un total anéantissement de tout ce que vous avez cru et pensé que vous étiez." ou de survoler en plus rapide,quoique dans la même profondeur ce que Cattiaux (1904-1953)semble également nous murmurer dans son Message retrouvé ce : ''Le blanc dans le noir,et le rouge dans le blanc,voilà qui est la création profonde'',..appuyant finalement que la Dame Noire et endormie,pure et séparée de la Mort,la Lune blanche dès lors émergera de l'Ombre,alors que l'Astre rouge en sera lavé de ses taches.

     

    L'Homme qualifié de moderne en considère ainsi voir un peu rapidement selon mon humble avis,ce phénomène se voulant d'être en union et de manière omniprésente avec cette Dame sombre,ce afin d'en respirer davantage la Vie qui sait,d'être en accord avec des hauts principes ou autres vertus du genre,et en outre de se forger un corps doté d'un mental d'acier.

     

    Car et certes,ces critères ne cesseront de grandir,confirmant sans nul doute un caractère bien trempé et relativement posé sur le Bien-faire pour Celle ou Celui qui en est dans cette approche.

     

    Chaque Vie sur Terre est telle à la gelée ou rosée du matin,qui somme toute sont des faits,comme de nombreux autres par ailleurs,éphémères et sensibles de fragilités extrêmes.La fleur du Cerisier(Sakura)symbole précieux aux guerriers Samouraï est assez significative de cet état spirituel sur la précarité quand à l'existence.

     

    Le fait demeure que toute vie est incertaine et temporaire malgré tout,et qu'elle se l'affirme d'autant plus,lorsque imprégnée d'une quelconque forme de réussite ou d'un aboutissement social,professionnel,statutaire...ou autres.

     

    Bref,dans la durée se dissimule ainsi donc insidieusement et subtilement,une certaine forme de frein à la juste nommée évolution spirituelle,..l'effet étant assez subversif et paradoxal en soi.

     

    Vulcain et Élie (Fulcanelli) en aurait souhaité ainsi se pencher sur l'abîme,d'en scruter la profondeur,d'y fouiller dans les ténèbres qui le comblent,le néant ainsi,nous instruisant,mais pas que.

     

    La naissance enseignant peu de chose,alors que la mort,d'où émerge la vie en fait,peut quand à elle tout nous réveler. Elle en détient les clefs du laboratoire géant de Dame Gaïa;elle seule délivrant l'S prit,emprisonné au centre du corps-matériel.

     

    Cette étape se doit d'être un passage obligé dans un processus souhaité initiatique et dans cette mesure où s'y enclenche une certaine prise de conscience sur l'authenticité,le Tao des origines en quelque sorte,indépendante de tout le reste.

     

    Ce que les Alchimistes nomment la materia prima doit ainsi et elle de même s'inscrire dans une ''mort''une décomposition,une dissolution(Solve)....pour (re)naître sous sa véritable forme.

     

    Ce Nigredo serait donc similaire à ce concept d'un tropsouvent employé ''lâcher prise'' actuel,...et s'opposant à l’ego (Coagula) sur ce champs de bataille nommé Moi profond.

     

    Partons en sur cet aspect de la chose,de prendre conscience bien simplement,que l'instant dans lequel Vous et Vos actions évoluez,pourrait en être subitement le dernier ;et donc de faire très rapidement et souvent ce constat,d'afficher beaucoup plus d'attention et davantage de réception face à la vie dès lors.

     

    Sachant maintenant au fond que ces instants en sont devenus suprêmes,d'aller embrasser parents et enfants,écouter un dernier morceau de musique,observer le lever de soleil avec plus d'intensité,savourer un verre de vin,...offrant vers ces moments ultimes,une autre saveur.

     

     Aussi,quand la Mort occupe votre esprit,vous en conservez cette perception inhérente à l'éphémère en façon permanente et jouissez davantage de la Vie.Paradoxe,certes mais O combien évolutif dans un itinéraire tel celui dont nous devons percevoir (percer et voir)les balises justement placées sur le tracé.

     

    Dans nos actions de tous les jours,nous en venons a ainsi oublier le sablier qui s'écoule et cette omniprésence de la finalité ultime,ainsi que cette attention portée aux événements et dimensions.

     

    Le journal télévisé du soir ou l'information du voisinage,voir quelques clics sur les réseaux quand au trop rapide destin ou départ d'une certaine connaissance,nous ramenant,tel le vif éclair à la réalité.

     

    Via cette insouciance découlent parfois les tensions et querelles inutiles ,des actions stériles et paroles accessoires,le superflux...pouvant même éventuellement vous amener a perdre cette précieuse vie ,porter atteinte à votre réputation et celle de vos proches et nuire à votre entourage !

     

    Toutes ces dérives sont ainsi donc issues de cette incapacité et insouciance a conserver l'idée de la mort omniprésente en cet esprit Vôtre,qui,lorsque celle ci respirée pleinement, paroles et actes en possèdent une portée et un poids autre.

     

    Une description sommaire du modus operandi quand à une Voie dite initiatique cerne la mort telle forme de résurrection,il en est d'un schéma raccourcit,mais voulu au possible.

     

    L'initiation étalée sur un plan,la plupart du temps linéaire dans le temps,peut ainsi se définir telle qu'en trois périodes bien spécifiques,majeures qui en demeurent sur l'avant,le pendant et l'après.

     

    Et donc d'aller vers une acquisition d'un certain savoir,une mise en pratique ou action,et d'un gain de maîtrise  Une certaine image apparaît quand à la réduction de la matière en poussière,voir en pourriture qui symbolise bien justement une destruction de l'ancienne nature et la renaissance d'un quelque chose de nouveau.

     

    Car,nous l'avions déjà abordé précédemment,il en est de la principale opération alchimique de la mort des corps et de la division des matières corrompues.Sous l'effet d'une chaleur entretenue délicatement et non brutale,qui en réduirait tout l'effort,le tout ainsi pourrit,avec temps et mesure.

     

    Il y a un rythme pour chacune des choses,c'est une grande lecon...que de l'entendre....et une plus grande encore de le comprendre et surtout l'accepter comme l'intégrer.

     

    L'hymne à Apollon,nous rappelle cette scène où déchirée,par les souffrances et la douleur,la Bête en gisait au sol,poussant râles et rugissements,se roulant sur place,...avant que l'on entende une clameur inexplicable et prodigieuse....

     

    Phoibos dit ainsi.....maintenant,pourris en ici,sur la Terre nourricière des Hommes .....Ils en mangeront les fruits de ce sol....

     

    Lors de la précédente chronique,il en était survolé très-trop rapidement ce dit laboratoire Féminin,avec ces principes en libération de Son Or pur (eau-air) et via l' Athanor,d'une gestation précise en temps et à température douce comme constante dans un ballon-matrice,....le fœtus ayant déjà avant sa naissance sa propre conscience du monde qu'il va affronter.

     

    Effectivement et via,la chaleur et l'humidité,les odeurs et sons,les goûts et autres mouvements,...il en détient assez d'informations pour se représenter l'Univers dans lequel il va émerger d'ici peu.

     

    Sa naissance peut aisni se vivre telle une véritable initiation,et avec des degrés divers...ouvrant l'étroitesse du passage sur un monde radicalement différent que ce qu'Il a connu auparavant.Il y a une réelle rupture entre ce passé et ce qui va être..le processus est bel et bien en route.

     

    Ainsi et dès lors,il se repose sur cet Univers fraîchement découvert et en accord avec tout ce qui Lui parvient a chaque instant...Il en fonctionne sur l'expérience sur ce qui est bien ,moins ou non.

     

    Mais le plus délicat arrive maintenant,avec ce désaccord sur le modèle d'Unis vers construit quelque part dans son imagination sur ce qu'Il pensait ''voir''.L'instabilité en est à ce prix d'une phase préparatoire imbibée par les tensions,les tourments,les incompréhensions,....qui va ainsi exploser sous la pression de nouveaux éléments,souvent contradictoires.Les repères perdus dès lors,la zone est libre,vierge,... pour une reconstruction,plus souple et apte a accueillir le Tout.

     

    Certains vieux adeptes affirment qu'ils ne raisonnent pas du tout,ne calculent jamais,ne s'attachent ni au bruit ni à la forme,ne comparent rien,n 'établissent point ce qui est impur ou non,que sacré et profane,illusion et illumination sont Une seule et claire vacuité.

     

    Dans la grande lumière,rien comme phénomène....est une seconde vérité

     

    De nos jours,et ce,dans chaque couche de la société moderne,les excès ne se comptent plus, tant dans le secteur de l'alimentaire,que de l'écologie,du social,...Les individus cèdent aux tentations et désirs au point de mettre leur intégrité très souvent en danger.

     

    En effet,ayant relégué la Mort au fin fond de leur esprit,et sans en prendre la juste conscience que ces terribles abus les entraînent inexorablement vers les abîmes les plus obscurs,ils mettent leurs organes internes via les pollutions atmosphériques,alimentaires,sonores,..à l'épreuve,sans prendre véritablement attention au fait que le chemin de la maladie,l'infirmité ou de la mort prématurée se dessine lentement mais tellement sûrement !

     

    Prendre soin de soi,n'est pas un facteur d'âge,me semble-t-il;aussi rien n'empêche les adeptes à la Terre Noire de cohabiter avec cette idée et présence d'une finalité de Vie,afin d'y faire face au mieux possible,quand elle débouchera dans le virage inattendu.

     

    Tout,dès lors,se place sur le contrôle...de nourriture,d'alcool,de ses instincts,.. ,et la prudence habite dorénavant l'esprit et l'intelligence.Notre corps,fonctionnant maintenant,en mode ''économique'' sera en bonne santé et davantage performant dans sa longévité,élixiré,en quelque sorte...n'est ce point cette jouvence tant recherchée par certain(e)s ?

     

    Cette approche de la Putréfaction passe donc via cette idée majeure a ne pas rester la proie de ses désirs,les plus tenaces soient ils.

     

    Aussi,quelle est donc cette méthode d'atteinte vers une cohabitation avec le sujet qu'est la Mort, et qui effraye tant de monde ?

     

    Les Alchimistes n'étant pas des moines,ils ne stagnent nullement dans une attente,mais plutôt s’imprègnent dans une solution vers l'action et le geste.

     

    Un accomplissement scrupuleux dans ce dernier,jour et nuit,...une recherche vers l'atteinte de la perfection ultime 

     

    Respirer celui ci afin ,un jour,d'être celui-ci même .L'atteinte ultime n'est pas la fuite dans le geste,il ne faut surtout pas se méprendre ; car et même en inactivité il faut en demeurer intime avec la Faucheuse;elle ne doit pas faire peur,car inévitable certes,mais surtout connue,du temps de notre vivant...connaissance n'étant pas maîtrise.

     

    Dans le''Mystère de cathédrales'' écrit par Causeliet Eugène en 1964,il s'y mentionne ceci que l’inéluctable nécessité de la putréfaction féconde, pour toute matière quelle que ce soit, afin que la vie s’y poursuive, sous la trompeuse apparence du néant et de la mort.

     

    Or,dans cette approche et juste vision de la chose,il est a penser que les principes reliés au Haut savoir et à la conne essence,ne savent se rechercher dans la vie,car celle ci nous habille et rayonne autour de nous,que dans la mort,cet invisible en lequel l'âme se libère entièrement dans le néant,ce dernier contenant le Tout,sanctuaire de vérité,asile pur et authentique....et écarté a jamais de ceux qui le méconnaissent et n'osent y faire face.

     

    Cette mort''délibérée'' joue la jonction entre le monde matériel et celui qualifié de Divin ou autre trait lien entre la divinité et la nature...entre ce qui est et ce qui n'est plus. et est assurément ce pourquoi elle se désire davantage par l'adepte,qui la perçoit telle davantage utile que nécessaire dans son évolution,dans ce qui est de la séparation,du nettoyage et de la purification...Elle en est de cet outil fort pour une renaissance de valeur à venir.

     

    Cette intime et radicale dissolution est donc cette opération a réaliser avant toutes les autres.

     

    Or et à nouveau,pour Celle ou Celui qui lit un peu plus loin,il est certain que tous les êtres,ainsi que notre Terre elle de même ne saurait s'échapper à cette loi à la dissolution..tout étant déjà inscrit dans le grand livre au Tao.

     

    Et de citer un passage de l’Écriture qui nous le certifie : Dans le bruit d’une effroyable tempête, le ciel et la terre passeront...ou cet autre
    Daniel, ch. VII, 25, et XII, 7. Apocal., ch. XII, 14., la Mort étendra sa domination sur les ruines du monde, sur les vestiges des civilisations anéanties. Et notre terre, après les convulsions d’une longue agonie, reprendra l’état confus du chaos originel. Et toutes choses seront couvertes de ténèbres et plongées dans le profond silence des sépulcres.

     

    Ainsi et pour en revenir vers notre bébé,il est a savoir que le circuit initiatique va en suivre son cours et que d'autres initiations vont avoir lieu,toujours selon un schéma relativement similaire.Il devra un jour se déplacer et encoder les nouvelles données que sont les chutes notamment,ou les bobos,...),le manger et les choses dangereuses tels ces couteaux ou ces flammes,ces prises de courant,....

     

    Tous ces enseignements vont suivre ainsi le parcours de sa vie..avec l'enfance ,l'adolescence,l'âge adulte,la maturité et la vieillesse...allant à chaque et maintes fois œuvrer sur le psychique,parfois le physique....mais toujours dans ces schémas dits mort-résurrection,assez souvent traumatisants en outre.

     

    De Grands livres telle que la Bible dans son Nouveau Testament lance un écho sur un changement a opérer sur le Soi,à faire mourir le vieil homme pour le remplacer par un nouveau transformé,...ou autre Jean le Baptiste qui en immergeait entièrement dans le Jourdain les fidèles...allant parfois jusqu'à les noyer,pour le voir''revenir''transformés...excessif quand même ,le mec.

     

    Le but de cette phase est d'amener tout adepte dans un état proche ou similaire à la mort,là à ce point,où,ego et corps sont perdus et en abandonnent leur travail respectif....jouant sur le fait que lorsque le Sublime en a été touché du bout des doigts,on en renaît différemment.
    Bien certainement,actuellement,tout n'est que simulation et heureusement d'ailleurs...de ne jamais mettre l'adepte en danger.
    La mort désigne un fin absolue quand à quelque chose de vivant se devant de libérer des peines et des soucis,ouvrant un accès à l'S prit,....mors janua vitae,elle porte la Vie.

     

    Via le changement profond et opéré en l'Homme..il est dit que le profane doit mourir pour renaître à la vie supérieure que confère l'initiation et...que s'il ne meurt pas dans son état d'imperfection,il s'interdit dès lors tout progrès initiatique.

     

    Elle est cette étape telle décriée par l'image du Pendu,offert et abandonné qui en reprend forces au contact de la Terre,et qui nous rappelle sans cesse qu'il faut aller plus loin encore,....qu'elle demeure la condition essence ciel même de la vie...ha ha

     

    Merci et bonne soirée.....Le vent souffle...

     

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  • Le Lotus en Soufre rance.

     

    Bien le bonjour chers Hermétistes

     

    ''Les yeux sont le miroir de l'Âme'' il est dit...et mentionné haut et fort par le dicton;sans préciser nettement, ce qui se trouve malgré tout derrière ceux de celui qui regarde.

    Car,pourtant,pour ces personnes qui savent minutieusement observer ce qui en compose notre Unis vers et ce bien-nommé ''quasi infini numérique souillé'',il en apparaît que cela puisse être davantage purifié et nettoyé via divers remèdes inhérents à l'Alchimie,mais pas que non plus !

    Certes,il est donc évident de poser le constat que chaque chose,minérale,animale,végétale,...possède en elle des qualités qui lui sont propres,et ce, afin pallier à divers maux....assurant le fait malgré tout et aussi que l'élixir ''miracle''pour en guérir la totalité des maladies n'est point encore découvert,loin s'en faut.

    Ainsi donc et pour ne pas trop s'éloigner,on peut dire que ce regard cité traduit habituellement une certaine alliance avec notre flamme qualifiée d'intérieure.

    En effet ,sans nulle signe distinctif et expression,il en définit quelconque tristesse, mélancolie, ou autre détachement...alors que lumineux et brillant,l'on en ressent davantage cette envie de s'y noyer,ou tout du moins, de s'en imprégner.

    La liberté illuminée au cœur de l'Univers et sans Lui appartenir est de manière traditionnelle comparable à la fleur de Lotus,dont Dame racine puise l'énergie dans la boue compacte,tandis que la fleur s'épanouit en surface.....nous sifflant calmement le ceci qu'aucune porte,ne demeure dans l'ombre lorsque la Lune et sa lumière s'en viennent nous éclairer...

    On peut dès lors résumer ceci,en affirmant que cette ouverture demeure la puissance pure qui s'imprimant par le biais des yeux et affichant l'Âme ,...ou davantage plus simple encore,la petite lueur siégeant dans les tréfonds à cette taverne intime et qui s’exhale par les lucarnes de la vision.

    Précédemment,il en était question des Trois principes majeurs et des Quatre éléments composant ainsi cette discipline nommée de la Terre noire.

    Les premiers cités que sont le Soufre,le Sel et le Mercure,en composent donc toutes les choses entre la Terre et la Lune,telles innombrables en termes de propriétés et autres vertus.

    Il importe malgré tout que l'on ne s'y asservisse point,et dans ce filet d'idées,actes ou paroles...risquant mener vers diverses névroses individuelles,ou souffrances collectives... 

    Il en est d'ailleurs de ce travail majeur comme essentiel aux Hauts Sages,d'en rester maître de leur S prit,de ne pas le laisser devenir Maître, d'admirer la Dame Gaïa dans toute sa splendeur de création,dans sa large variété de fleurs ou de roches,dans sa grande diversité des couleurs,dans son panel étendu de fruits ou de feuilles,dans cette pluralité d'êtres vivants....le tout issu de l'alliage aux trois principes.

    Dans ce grand Tao des Origines,règne en tripartite le terrestre,le laqueux et le sulfuré....ou perçu autrement,un corps,un âme et un S prit.

    Le corps ainsi composé d'eau et terre sera appelé Mercure,l'âme en sera donc le Soufre,forgé par l'air et le feu,...amenant ce constat rapide que le Sel est comme la matière,le Soufre tel la forme et le Mercure comme le liant médiateur....l'accouplement des trois menant cette fabuleuse diversité des choses et phénomènes.

    Aussi et composé de cette manière,ils n'en peuvent se nourrir que de ces principes,et bien que semblant altérés,c'est du fait que la Gaïa les habille de manière autres,tout simplement.

    Elle met ainsi son tablier de cuisinière,aromatise ses plats et sa manière en œuvre,amenant les convives à la diversité des goûts,affichant également et subtilement ce fait que ce qui peut nous étonner dans une rectification ou autre correction,ne demeure en fait qu'une seule et même chose initialement parlant.

    Dame Gaïa possède ainsi donc son propre élixir et baume qui non seulement forme le tout autour de nous,mais également sa conservation.Ce nectar réside ainsi en toute chose et en très infime quantité,laissant au reste le déguisement en lequel il est enfermé,en second plan
    En ce monde ,tellement agité,ces ''veilleuses'' au fond de nous-même sont signe de notre activité et présence avec Lui....d'ailleurs l'expression plus qu'adaptée à la situation de quelqu'un qui s'éteint,voit à la confirmer quand on ne la décèle plus du tout !

    Mais,...dans sa grande splendeur défensive,l'Homme s'est doté de moyens assez subtils, pour se protéger de toute lueur,et qui,à un moment donné ou l'autre pourrait trop éblouir.

    Quand le sens matériel ne nous rend pas aveugle,on en distingue assez aisément les choses avec la lumière de l'esprit.

    Hong Zhi (1091-1157) nous murmure ceci qu'avec chacun de ses pas sur le chemin de l'oiseau,l'esprit transcende la réalité et ne s'attarde sur aucune chose.

    Au monde ,on en répond dès lors avec clarté et avec une conscience sans limite....

    L'adepte en a placé depuis longtemps et sans bien le savoir des volets aux fenêtres de son Âme,aux diverses intensités et niveaux de filtrage ; profonds ou légers.....Une Alchimie quasi parfaite et équilibrée en ces notions de Sel,Soufre et Mercure va le replacer dans un processus inverse maintenant...et retirer ces filtres-voiles.

    En effet,tous les rideaux émotionnels sont ordinairement teintés de couleurs culturelles,sociales ou philosophiques...amenant un aspect de ''laisser aller''ou d'un nettoyage a envisager dans un futur très proche ,...et ce, afin de rendre une configuration d'autant plus agréable au dit phénomène à venir (Nigredo)

    Car de souvent,l'individu pense qu'il s'agit de son Moi ,regardant et encodant les choses à sa guise ou non.

    De cette grande Matrice-Creuset qui est Lui,il en joue ainsi le dit Vaisseau Unis vers Elle (nature),car et comme tout se compose de ces trois principes,il s'en suit une sagesse accompagnant les mouvements de son acteur.

    Aussi,il est important,avant toute chose,selon mon humble avis ,de bien prendre conscience du fait à la différence qu'il y existe entre les tâches dévolues au mental et celles inhérentes au Moi profond.

    Malgré tout,entre ce court instant de transfert d'états,...de la dite ''veilleuse''vers celui de l'information,il y aura eu un traitement de passage,via le moteur-cerveau et ses divers programmes associés Sel-Soufre et Mercure ....qui en feront une Alchimie des plus complexe visant a rendre ou non la donnée exploitable.

    Aussi et maintenant que la plupart d'entre Vous avancent sur cette magnifique quête,ils sauront de ce fait déceler,je l'espère assez rapidement,le petit(quoique pas si) logiciel très sophistiqué qu'est le mental-ego dans ce processus de transfert de données.

    Qu'il en soit logiciel ou virus,importe peu dans cette mesure où il désorganise (partiellement ou totalement) et parasite pour son envie- usage personnel,au détriment de la gestion de l'aubergiste à la chaumière.

    Pour une facilité accrue en compréhension,nous pourrions assimiler ce débat à un État major militaire,qui verrait ainsi corrompre ses dirigeants commandeurs, en leur affirmant que la formule est idéale pour les subalternes et les troupes,...mais oubliant quand même que lorsque le quartier général est atteint....le bas de l'échelle est déjà quasiment et totalement in opérationnel !.

    La vue authentique est donc celle de nôtre Âme,en tout ce qu'elle a de plus intime,...mais qui a ce malheur d’être malgré tout limitée par de trop nombreux filtres,qui l'empêchent de voir limpidement.

    Il en est donc de tout un Art à part entière que ce travail au laboratoire et à l'oratoire à la fois.

    Aussi,comment faire,direz Vous pour déchirer ce voile,...dans l'optique en laquelle il demeure encore possible de le faire? Comment faire pour déboucher ces canalisations obstruées,et qui en rendent l'espace tellement obscur?

    La philosophie zen est fondée sur l'Unité issue d'un dualisme accepté,alors que nos concepts Occidentaux sont,eux,pour la plupart du temps,posés sur la dualité pures et dures des choses,reconnaissons le!

    Lorsque cela est perçu et intégré totalement,et afin d'éviter le genre d'aveuglement que celui là,le regard se devra d'être la clé magique et d'accès direct au cerveau et donc aux informations ''propres'',ou du moins,non encore entachées par notre mental-ego.

    Il sera alors,dans cette mesure, aisé de déceler le véritable marionnettiste de ce jeu stratégique,ainsi que sa façon de faire....

    Sun Tsu préconisait de connaître son ennemi au mieux,afin d'user d'une stratégie en haute valeur et envergure;mais ce petit crabe malicieux,si bien décrié dans toutes ces chroniques,ne souhaite nullement que l'on en vienne fouiller dans les lignes sur sa manière de faire....et a développer un panel énorme de stratégies de lutte pour s'y opposer comme conserver la main-mise sur la chose ;

    Car certes,de nombreuses méthodes,tels les Arts,les philosophies,les religions,..et qui demeurent en lutte depuis si longtemps contre lui ont vus une résistance de plus en plus accrue se développer,au fil du temps.Ce qui est élément Terre et légitime de la part d'un adversaire de cette catégorie !

    Sa meilleure riposte restant similaire à celle employée par nos politiciens ,et qui promettent changements avant les élections,ne Vous laissant d'autres alternatives qu'un retour vers eux,pour en revenir à un système relativement identique !!

    Bref,...il n'est donc possible de changer ce monde sensiblement invisible qui Vous habite,qu'en variant le regard et les sentiments qu'il procure.Là est le vrai débat!

    La goutte d'eau de la vision juste,est à l'origine de Votre petit lac intérieur.

    Polluée,le reste le sera aussi,.....claire et pure,elle Vous portera avec ses sœurs,sur Votre fréquence des origines:celle du grand Tout.

    A l'inverse,si ce regard s’accommode avec les conceptions établies par le maître cerveau,Vous en risquez fort,de Vous égarer,parfois même éternellement.

    Principal initiateur du bien ou mal-être,il ne sert à rien de courir chercher coupable ou innocent ailleurs qu'en Lui.D'ailleurs,si Vous le permettez,prenez sur Vous de l'interroger...et Vous observerez,qu'il est davantage sournois et semble avoir quelque chose a cacher...plutôt que d'avoir une réponse directe,ce qui pour un maître,est relativement pathétique quelque part.

    Aussi,partez explorer les chemins de la connaissance et de l'éveil qui sont à l'extérieur d'un temple qui semble bien mal éclairé...histoire de prendre un coup de frais ou de soleil.Il suffit d'écarter un peu les rideaux d'illumination du regard pour voir la plus belle des infiltrations s'opérer en Vous-même....celle de la véritable et authentique lumière.

    Car le Nature a ses limites et son périmètre en toute opération,qu'ils en demeurent sur ces impuretés et autres résidus qu'Elle ne peut extraire dans sa composition et premier mélange des principes et éléments,que pour l'affection et le collapsus de la matière elle-même,ou de l'athanor par défaut de chaleur.Aussi,en émerge dès lors un premier composé altéré.Il en est donc ainsi en quelque sorte d'un péché-souillure issu du père et de la mère et communiqué vers le reste.

    L’Homme moderne a endossé,un jour d'orage, une hotte sur son dos voûté,emplit des plus grands mystères et paradoxes,que l'on sache trouver !!

    Ces scories,terrestréités,impuretés en ces métaux imparfaits,sont le péché tout semblable aux blessures,infirmités ou maladies dont souffrent les êtres vivants....et d'admirer déjà que rien dans ce grand Tao n'ait été conçu avec une tache originelle.

    L’Or le plus parfait au monde,ne serait être sans cette tâche,...et bien que son Sel,Soufre et Mercure en soient des plus épurés.Il en est ainsi !

    Car,certes..et même pour lui,et ce peu que l'on en demeure un rien attentif,il s'en vient a discerner assez facilement les diverses attitudes et activités qui ne lui conviennent pas,voire parfois même nuisent en son tréfonds...alors que son ou ses acteurs à la production continuent malgré tout,a s'accrocher à celles-ci,quel paradoxe encore!

    Or,un des objectifs essentiels pour le Sage actuel, est de s'en remettre entièrement à son Essence intérieure,et de se libérer des pouvoirs obscurs de l'ego,sous toutes ses formes...les plus subversifs et subtils soient-ils....nous avons soulevé ce point.

    il n'est pas aisé,j'en conviens parfaitement, de savoir comme pouvoir, remettre la barre du navire qui est Vous entre les mains de ce qui est en Vous !

    Et pourtant,avouons que ce sont les circonstances qui orientent cette Vie et rarement,si non jamais, l'inverse.

    Les programmations du réveil matin, ne sont que trop rarement perçues au fur et à mesure des heures défilantes,tant les conjonctures évoluent simultanément et rapidement.

    S'autoriser a flotter sur celles ci semble une bien meilleure formule,et du reste,de beaucoup plus agréable, que de tenter désespérément pallier aux divers cas de figures qui vont se présenter ,en cours de journée.

    Le micro-débat se développant dans cette approche est celui du gain ou de l'obtention,par dessus et envers tout !

    Ajoutons à cela tout ce qui l'accompagne,en termes d'appréciations,de récompenses,de statuts,...et donc aussi,parallèlement de cette crainte a ne pas être au niveau,et constatons dès lors le travail qu'il se faut faire,quand à l'écoute de Soi.

    Nombre de Celles et Ceux qui me lisent actuellement ont oublié leur Essence véritable ou plus simplement,de s'écouter....et dans cette mesure,il demeure heureux que Dame Nature en soit si bien faite,pour nous en renvoyer des rappels de temps à autre,ou nous inciter à l'observer bien davantage....ce que bien malheureusement,certains ignorent parfois,oublient souvent,ou,n'y prêtent pas la moindre des attentions...

    Malgré tout,ces signaux restent de bonnes augures,...démontrant qu'une écoute existe,...commence ou continue a s'insinuer doucement dans Votre prise de conscience sur le phénomène en question !.

    Des connections discrètes se rétablissent donc, les unes au autres,après un recul certain quand à cela,et Vous replacent intelligemment sur les perceptions en Vous même,ainsi que démontre également le chemin a arpenter  au mieux.

    Comme,Chacun(e) de nous est heureusement différent,l'instant de cette prise de conscience ne peut être également que différent .Mais ces changements s'opèrent souvent dans des états similaires à Toutes et Tous...pouvant se présenter tels ces symptômes de fatigue ou lassitude,de faiblesse,de décalage ou insatisfaction,....qui sont autant de sonnettes d'alarme débouchant sur une observation pouvant permettre et mener vers un certain lâcher prise de situation.

    Tristement, bien que ce sentiment procure un certain enthousiasme ou possède les effluves de la sérénité et de la joie,il semble aussi,que l'Homme dans sa grande globalité,possède également cette tendance au rejet ....en ce qui apparaît ,de prime abords,comme fantaisiste.

    Je m'en viens a penser maintenant que les lignes ci dessus demeurant assez compréhensibles pour Vous Tous,...mais qu'elles en restent plus délicates dans leurs applications.

    Car et effectivement,comment aborder tous les aspects au quotidien,et de surcroît,dans un Univers aussi complexe que celui de l'Alchimie...de la Vie en général ?

    Contrairement à ce que l'on pourrait en déduire,ces adeptes en laboratoires..sont pour la plupart,relativement heureux !

    Ce qui peut s'afficher comme une évidence,n'est pas si aisé que cela...du simple principe a faire l'ignorance sur le vouloir contrôler sa Vie et de faire la survie,son Amie...nonobstant parfois les injonctions de l' éducation parentale,les avis tiers,les appréhensions et idées préconçues,...

    Lorsque Vous évoluez en montagne ou en jungle profonde,dans les déserts ou sur les océans...Vous vous en remettez,la plupart du temps à un guide local,censé maîtriser parfaitement la zone de progression.

    Vous vous laissez menez...et Vous en remettez corps et âme à ce ''berger boussole''.L' acceptation reposant entièrement sur sa sagesse,son expérience et son intelligence.

    Sereinement,Vous en venez ainsi a évoluer...avec un parfait inconnu,à la base!Pourquoi....tout simplement parce que Vous Lui faite confiance !

    Il est dit dans le vieil homme sur sa barque de Fatou Diome ceci :

    Lire,c'est oser le vertige.On peut lire,comme on s'incline,révérencieux,ébloui par la fulgurance d'un bel esprit.Aveuglement!Qui ne me guide pas me perd!Or,je veux seulement trouver mon chemin.Qu'on nous laisse donc un œil ouvert !

    Bien malgré tout,Vous ne cessez d'observer les alentours,les points de repères,les croisements de chemins,les endroits marquants...car,on ne sait jamais !!!

    L'authentique ''lâcher prise''est de se laisser conduire,comme si Vous en aviez les yeux bandés....comme lors qu’enfant, et dos tourné,l'éducateur Vous demandait de Vous laisser aller en arrière,de sorte a instaurer la confiance en ce partenaire,prêt a Vous accueillir de ses bras !

    Aussi et pour synthétiser ici,Votre confiance EST votre Essence.Cette dernière est la plus ancienne résidente de Votre corps,Votre meilleure Amie,en quelque sorte.

    Le véritable Alchimiste est donc cet être supérieur qui nous habite, cet être intérieur.

    Lorsqu'on prend donc ce soin d'écouter cette voix intime,d'être réceptif aux sensations subtiles qui sont nôtres, de cesser d'avancer en troupeau comme moutons dociles,...et que l'on en possède cette absolue volonté de véritablement changer de façon positive,alors...on avance vers la véritable transformation,...pour les uns,des métaux,...pour les autres..de Soi.

    Si la pratique Vous en semble impure,c'est que Vous en êtes déjà écarté de l'attitude originelle,se voulant de faire dans une limitation et une distinction.

    Lorsqu'il y a quelconque désir,demeurez convaincu que Vous violez Vos propres principes...ceux de l'Essence des origines...les Vôtres et celles de l'Humanité..

    Cette moelle intérieure EST l'authentique gardienne.

    Selon moi,il est donc très important de conserver Votre esprit de débutant....le statut ou autres grades dans lequel Vous évoluez,n'a que très peu d'importance,et ne flattent que Ceux qui se sont écartés.Les phases Nigredo,Albedo et Ruben sont nos justes paliers...

    C'est en outre,un des secrets majeurs des Arts,en général de toujours conserver cet état d'esprit de débutant.

    Bien certainement,il est utile d'ingurgiter quelques lectures cérébrales,mais,il est davantage intéressant d'être,avant toutes chose,Soi-même en pratiquant de la façon la plus juste qui soit. 

    C'est la raison pour laquelle,le radicalisme et l'excessif,la métaphysique,...ne sont pas de grand intérêt.

    Il n'y a que cette philosophie de d’ici et maintenant,si chère au Zennistes.

    Le monde Alchimique n'est pas dualiste,dans cette optique d'un extérieur au laboratoire et d'un intérieur .

    L'adepte respire ce qui vient du dehors pour lancer dans son travail pour aller dans un dedans.Ces deux Univers sont illimités et ne font ...qu'Un.

    Il n’existe ni bon,ni mauvais pratiquants,de nous ou eux,de bien ou mal....Il y a Un(et encore...car cela sous impliquant une notion de plus).

    Ceci sera la juste compréhension a avoir sur le grand départ.

    La vague porte l'écume,comme le maître enseigne le disciple,ou...la confiance Vous libère....Chacun(e)dépend de l'autre..mais nul ne gène l'autre....car demeure indépendant et pourtant...dépendant en même temps(paradoxe,....tu en habites tant ce monde,le sais Tu ?)

    La liberté du chercheur de l'eau-or est impossible d'atteinte,sans cette compréhension d'indépendance et dépendance...au même titre que l'air est vital à toute Vie,Ombragée,Lumineuse,Silencieuse ou Bruyante ...C'est le destin ou le sort de la Nature d'être persécutée et à l'Art d'être punis de ses plus belles réalisations;mais il reste vrai aussi qu'il en faut être tout à soi et que le divin usage demande un Homme entier pour le posséder identiquement.

    L'Oeuvre,est le labeur d'un solitaire,le travail d'un adepte qui connaît le monde et lui a dit son au revoir ,engagé qu'Il est a attendre du Ciel les moyens et les moyens pour s'y adonner,puisque c'est le Haut Lui-même qui en donne les clefs pour se faire....et donc de s'en remettre à Lui et à sa juste clémence.

    Merci et Veillez sur Vous.Le Vent se lève......mais pas si fort que çà quand même....





     


    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    La Lune a L'Oeuvre.

    Bonjour les Hermétistes,...et déjà,

    meilleurs Vœux pour l'an nouveau...vers Vous et Vos tendres


    Il est de bien cité quelque part cette idée que l'esprit qui ne meurt jamais est appelé le mystérieux féminin.Que quand bien même s'il en devenait la totalité de l'Univers,sa pureté immaculée n'en serait dès lors jamais perdue.

    Que même s'il en prenait d'innombrables formes,sa véritable identité en demeurerait intacte.

    La porte de la femelle est ainsi mystérieuse et appelée bien justement aussi,selon mon humble avis,la racine de la création.

    Écoutez sa voix,entendez son écho,à travers toute la création.Inévitablement,elle révélera sa présence.

    Inévitablement aussi,elle nous élèvera à notre propre perfection.

    Bien qu'invisible,elle perdurera ;et n'aura jamais de fin.

    Oui,Mesdames,... Filles de Gaïa,Rhéa,Héra Isis et Déméter,Ishtar,Astarté et Kâli,...,cette chouïa chronique Vous est consacrée comme de bien méritée,avec malgré tout, quelques fragrances ou autres arômes issus de la Terre noire...histoire de Vous renvoyer la lumière et l'air que Balzac Vous attribue si agréablement,ou ces suaves émanations qui si bien Vous caractérisent,voir mieux encore...

    Well donc,et comme de déjà largement effleuré précédemment,il en demeure une force créatrice,éternelle et innommable,voire indescriptible offrant perpétuellement naissance à Dame Vie.

    Cette dernière ainsi donc,en détient un panel énergétique incroyable qui se dévoile continuellement en surfant vers la perfection de toutes ces choses,autour comme en nous,et invite à s’asseoir à cette table de la prise en conscience en cette voix et écho,créateurs résonnant au travers de la Vie et du Temps.

    Effectivement,ce qui affiche de vivre la créativité, sous entend généralement comme également d'être entièrement conscient de ce principe que nous définirons ici tel que''féminin''.

    Un loi dorée s'applique à tout ce qui est tel le domaines de la création,purifiant ce qui est impur,et guidant l'itinérant sur cette nécessité a séparer la perfection de l'imparfait.C'est assez profond comme théorie,certes,...et en outre déjà citée par nôtre Saint Paul qui ajoute cette théorie que ce qui serait semé serait donc de ce fait également corruptible en soi,et devrait renaître incorruptible,par la suite.

    Du coté d'Eleusis et du Christ,on en pointe davantage cette alternative du grain qui nullement n'en fructifierait et donc resterait,stérile.

    Chacun(e) de nous,s'ignorant la plupart du temps,est ainsi un réel Alchimiste en soi,via un feu secret,en l’occurrence par cet article, qu'est ainsi nommé l' Amour,alors que la matière sera vie et lumière...élément-Terre,élément-Air.

    L’Ami Fulcanelli,Lui, en son époque glorieuse nous sifflait déjà le ceci que l'Alchimie est travail de Femme et un jeu d'enfant.... ;affirmation que l'on peut ainsi retrouver dans ses ''Demeures philosophales'',se jouant davantage sur l'horizon de l'approche aisée en ce domaine,comme inhérente à la simplicité et légèreté des enfants également.
    Au demeurant donc et avec ces dires appuis,cette Grande Demoiselle Gaïa,ainsi que toutes ces autres désignées telles Humaines donnent naissance et offrent la Vie...et en ce juste titre affirme cette notion de la ''racine de la création''.

    Respect pour Toutes,Elles le méritent grandement...et pas que pour cet acte !!

    Ainsi et via la suggestion de cet illustre vers une évocation physiquement accessible par les plus faibles,et non péjorativement parlant,Il nous en oriente plutôt davantage vers les spécificités qui sont la force de nos Dames;cette aptitude a enfanter tout bien simplement mais sans oser me répéter ici,...pas que.

    Tout,of course demeure dans un processus Alchimique,et qui,si pas immédiatement accepté comme tel,le devient après une certaine analyse posée quand à cette exclusivité vers une maturation lente de neuf mois et par température douce,ambiante,menant le ''travail'' libérateur en la matrice vers la sortie,maturation interne allant donc vers une (re)naissance quelque part.

    Ce champ d'énergie illimitée,immortelle comme formatrice à la fois, reste à la fois notre dot et notre destin ,...qui d'une manière consciente,moindre ou nulle...continuera a fonctionner en permanence,quoi qu'il advienne.

    Car,la substance des origines est dans le Un,l'ouverture et l'immobilité,dans l'expansion et la contraction,dans ce qui inflige la vie ou donne la mort...tout dans une incroyable subtilité et sublimité.

    Dans cet Unis vers éternel et intemporel,il est aisé de participer au processus qui nous orientera vers ce retour dans sa toute grande intégralité,...ultime tâche ou quête,qu'on le sache bien!

    Et ainsi aussi de citer Georges Barbarin dans son énigme du grand Sphinx qui cite le ceci''Les vaines querelles des hommes,leurs faux besoins,leur puéril amour-propre leur cachent la véritable vie,hors de laquelle il n'y a et il ne peut y avoir de durable élévation....''pour accepter ainsi donc le fait que l'énergie ''féminine''peut Elle de même élever tout un Chacun(e) vers le joyau ultime de la perfection.

    Il en est malgré tout assez paradoxal ,par ailleurs et dans cette durée qui en prévoit un temps étalé de très largement qu'il n'en soit amené malgré tout d'autant de réactions plus probantes,affichant un décalage entre ce labeur et les mots de l'Ami Vulcain sur la facilité du dit phénomène Alchimique..
    Ainsi et lorsque notre adepte-chercheur entendra donc voir soudain, cet écho intime tintant dans les plus grandes profondeurs de son âme,il va en pourvoir ainsi a donner éclosion à de nouvelles idées et concepts,à de nouveaux exploits et projets,à de nouvelles manières de comprendre et percevoir cette belle Vie.....ou à la Vie en ce simplement Elle -même,et dans le cadre présent pour cette chronique.

    Ré-oxygéné,le tout qui fait ce quotidien s'enchaîne dès lors parfaitement et à glorieux rythme;mais poursuivons en plus loin via cette notion de jeu conférée vers l'enfance et dans cette mesure où elle nous chante la simplicité dans sa notion pure,inhérente aux gosses qui ne pensent qu'à jouer la vie au rythme qui est leur....et non leurre...comme de bien éloignés aussi des soucis de la Vie.

    Car l'innocence,la simplicité et l'humilité....s'opposant à l'intellectualisme,l'arrogance et le doute demeure cette piste a explorer d'autant plus par cette manière a savoir se projeter dans l'imaginaire et les contextes qui y sont généralement associés....le rêve,le fictif,l'impossible,l'utopie,la fiction,la fantaisie,...

    Bien effectivement,le fabuleux se mêle à l'aventure et le ''faire comme'' amène le chouïa mioche vers ce monde a y vivre pleinement,alors que ses tiers bien adultes,eux,n'y verront que gesticulations...ayant dès lors déjà bien abandonné et enterré les leurs.

    Pour notre Alchimie,il en est du tout pareil au même quand à ce non-décèlement pour ce qui se vit de l'intérieur,comme de la compréhension à cet état d'S prit opéré,le grand œuvre restant a savoir que la réussite est là,comme chaque Maman sait déjà que son bambin sera le plus beau de Tous les bambins,pourquoi en serait-il autrement ?

    Cette énergie en crescendo se ressent jusque dans les moindres tréfonds de cet esprit d'homme nôtre,mais davantage dans les tripes de la Femme-mère,Lui offrant une sorte d'état qualifié de grâce...et délivrant mots tels que ces oiseaux qui chantent leurs mélodies éphémères.

    Il importe donc et surtout,en cet instant de grande préciosité,a ne rien tenter freiner,interrompre ou diriger...et de comme l'eau,laisser suivre son cours,simplement.

    Tiens d'ailleurs,posons nous un peu et très speed sur cette notion dite d''enceinte''pour toutes ces Dames et en cet état,afin d'y voir peut être ce concept rattaché à la tradition celtique souhaitant rejoindre le cercle(Symbole de la perfection....oui,Il sera le plus beau,pffff : ),absence de division et distinction (le lien maternel)... ou l'enclos,bref,un lieu fermé et donc de sacré tel lieu infranchissable pour la Maman et son petit,sauf ...pour l'initié Papa.

    L’intelligence,les talents,les actions qui définissent parfaitement cet Homme dans la plus grande splendeur,ne se placent qu'au contact avec l’énergie de ses origines,et rien d'autre.

    L'essence de celles ci se mélange ainsi avec ce Soi,sans aucune demande sur ce qui doit se faire,ou autre manière de s'y prendre.Il en s'agit d'un héritage,dans la grande acceptation de cette notion....les diverses étapes alchimiques s’enchaînant les unes derrière les autres.

    La formule la plus simple dans l'Unis vers de la simplicité veut d'en demeurer attentif à ces appels et cris intérieurs,d'écarter et d'ignorer au pire,ceux qui cherchent a rediriger ces énergies vitales...et de ne point craindre irradier sur ces alentours,tous ces ressentis.

    Cette allégorie donc ,face à la fécondation,nous pose ainsi face à un creuser matriciel voir matrice- ciel,milieu relativement humide et aqueux en observation appliquée du ballon-ventre-bidou,la sortie de l'athanor et l'apparition du merveilleux,dont l'épanouissement trouvera son paroxysme via l'air,le jeu,le temps...installant de ce fait un lien fort entre les parents et Lui,tout tel l'Alchimiste vers la matière.

    L’Homme possède un réservoir énorme de talents,d'intelligence et d'habilités,...un réservoir,qui,la plupart du temps Lui demeure insoupçonné,ce que confirme également l'un des opuscules publiés sous le titre générique d'« Essais chimiques », via le Rosicrucien D'Eckhartshausen qui s'en exprime par la manière suivante,mais dont il a ,malgré tout de grandes difficultés à le concevoir..

    « L'or que je cherche est Vérité, mon argent est Sagesse, et ma pierre philosophale demeure la connaissance de mon néant comme de la toute-puissance de Dieu dans les profondeurs de la nature»

    La Mère se rattache ainsi à la mer et à la terre,l'une et l'autre réceptacle-matrice de la Vie,et donc à ce titre symboles du corps maternel.

    La naissance ,c'est ainsi donc sortir du ventre de la mère et la mort,corrélative,c'est retourner à la source mère,...la terre;mais dans cette Alchimie au grand Tao rien et tout ou Tout est rien il est essence ciel de laisser faire les choses,et Vous dire que comme Terrien,T'es rien,en fait...sinon le tout.

    Il arrive,effectivement que l'enfant détienne en son état une image déformée de la mère et y stagne dans une attitude involutive ,genre fixation...,cette dernière jouant un ancrage inconscient quelque part,et pouvant mener au frein de Soi,et donc hostile via la domination inconscience.

    Maître Da Hui (1089-1163) nous siffle aussi et de son coté le ceci,qu'il ne faut pas tendre l'arc d'un autre,ne monter le cheval d'un autre,ne s'occuper du travail d'un autre.Certes,il s'agit d'un dicton relativement populaire,mais qui cerne bien la chose,je pense....de libérer les ailes de la multiplication.

    Du soir au matin,et inversement,il faut s'examiner et déceler le bien fait vers les autres,mais aussi vers Soi -même pour en faire qui sait un peu de Soi m'aime..

    Si l'on ne soutient aucune partialité,on est donc dans ce domaine de la vigilance et de la réceptivité face au Soi-même .

    Ce dit réservoir est pareil à celui du grand Tout car,si Vous avez suivis depuis le début...Il est issu de la mère Divine,la grande Dame omniprésente et éternellement créatrice.

    La Femme trône donc,je pense,et par ses facultés intrinsèques, en la Grande Dame de l'Unis vers..

    L'énergie qui émerge de cet appel entendu au fond de cette entité Vous,Mesdames,est cette seule chose dont le besoin est,....pour faire de cette Prima Materia,une belle réalité.

    Mais que l'on sache bien,que dans ces aspects semblant différenciés que sont le Yin et le Yang,on en irai fausse route d'oser y penser,car jamais ne s'opposent,et que de manière absolue il y a toujours entre eux,une période de mutation permettant la continuité...le grand pays restant là où la nuit tombe à l'Ouest pour permettre au jour de se lever à l'Est,lorsque la lumière se retire au Midi,quand le Nord s'éclaire....ciel et terre étant rattachés entre eux et s'étreignant mutuellement...hi hi

    Suivre l'élan de son âme est donc la chose a faire dans cet immédiat;qu'il en soit de peindre,chanter,bricoler,concevoir,...tout en ignorant les critiques,ou autres préjugés du genre,qui ne seront en fait qu 'inévitables....Votre enfant,Mesdames en sera toujours le plus beau de Tous,rappelez-Vous...Il ou Elle est parfait(e).Il ou Elle est et restera l'Oeuvre...résultat de quelques instants relativement bref en eux(hormis le fait des 9 mois dans Votre Laboratoire biologique)que sont l'insémination et la naissance...

    Se libérer des doutes,des peurs,que l'Homme entretien face à ses propres capacités au fonctionnement,afin de respirer la puissance créatrice sera ainsi la touche finale a apporter sur ce court débat.

    Mais là également Vous en détenez un rôle très fort,et dans cette sublimation la plus parfaite de l'instinct et l'harmonie la plus intense de l'Amour....quoique celles qui me lisent n'en sont nullement dépourvues...je le sais.

    Haziz,poète du 14 ième siècle disait ceci de s’asseoir sans rien faire et attendre,comme de se reposer...car de cette séparation d'avec Dieu et de l'amour,en était la chose la plus difficile d'atteinte.

    Quand ces doigts toucheront la divine Mère,alors,Vous en serez dans la belle créativité.L'embryon doré ou cet enfant Vôtre en quelques sortes et au même titre,fruit du Grand Oeuvre en rapport possible avec le symbolisme d'Hiranyagarbba est ainsi synonyme d'accès à l'état édénique..et oui,c'est un petit Ange,...en donc en Alchimico-tantrique,germe de l'immortalité dans cette mesure citée en laquelle toujours,Vous l'aimerez.

    Les enfants à la nature inhérente intacte possèdent en eux,cette capacité au juste esprit,...lorsque ce moi naturel ignore encore l’ego,le pouvoir ou les biens matériels.

    Qui étions nous ...et que sommes nous ainsi maintenant,que l'on n'en puisse contempler tels ces chérubins,ce qui se dévoile parfaitement,sans nulle interférence?

    Le Vent se lève....il ne faut pas le laisser souffler pour rien,sinon Il en risque l'essoufflement,le pôvre..

    Merci et ....laissez Vous porter.

    Cet écrit est pour une Nana,une plus que tendre Marie L’Or (Sœur des 12 Sœurs)....:) une Mère Mer(pas mémère..pffff) et pour de nombreuses autres Dames of course..





     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • En la balance,Or et Fer sont Un.

     

    Bien le bonjour Hermétistes...

     Il est peut être intéressant a savoir,pour certains et certaines d'entre Vous,que les Esprit des grands Maîtres de Sagesse,demeurent perpétuellement en mouvement.

    En effet,ils ne stagnent jamais, ni sur une seule personne ni davantage sur telle ou telle autre situation....pour en laisser plutôt se dérouler doucement le(s) phénomènes.

    En outre,les corps non plus,nullement ne viennent a se figer pour Ceux qui en détiennent quelques clés!

    Dans cette approche souhaitée donc, il peut être ainsi avantageux d'aborder les métaux sur une optique quelque peu autre que celles qui en demeurent essentiellement académiques.

    Ainsi donc nous allons en sortir d'un domaine purement métallurgique afin d'en suivre des schémas voire divers chemins qui surfent de beaucoup plus près sur des aurores lancées par ces grands Paracelse et autres Hermès...et qui se jouaient a placer le métal comme ce petit d'Homme,dans une osmose avec nos sciences,...cela of course le plus humblement possible. 

    Il y aurait donc une parfaite unité qualifiée d' interactive malgré tout,entre l'action du corps,la sagesse et l'intuition.....le métal...et le cosmos.

    Or,force est de constater qu'effectivement entre l'Homme et les métaux,il y a une très forte relation,ce,depuis l'aube des temps....en tant qu'outils,armes ou ustensiles et,que d'un autre côté ces dits métaux œuvrent en l’Homme via la terre,l'eau et l’air en se retrouvant dans l’organisme sous forme de catalyseurs au niveau de ses processus énergétiques.

    Par ce fait,pour Celles et Ceux qui savent un temps soit peu décrypter les messages discrets de l'Unis vers,on trouve ici un des secrets de la philosophie qui nous intéresse dans cette quête d'un juste devenir....mais n'allons pas trop vite et commençons en par le début.

    Symbole de dureté ,de rigueur et opiniâtreté,d'inflexibilité et de robustesse,le fer(nous commencerons par le fils de Mars) s'oppose au bronze et au cuivre,notamment dans la Chine ancienne,...tel le métal vulgaire face au nommé noble,tel l'eau au feu,le noir au rouge,le nord au sud,le yin et yang,le jour et la nuit,le soleil et la lune,...

    Dans la mythologie ancienne,son âge était celui qualifié de dur,aboutissement du cycle qu'est la solidification...et confirme ce Beau de l'air qui nous en siffle allègrement dans ses Fleurs du mal le ceci que cette beauté sombre comme le fer,est celle que forge et polit l'enfer.

    Well donc et malgré tout,de savoir que sa vulgarité n'est point une notion constante,car issue du Cosmos et ''tombé du ciel'' ou qui sait émergé de la Terre,il en affirme des données reliées vers l'embryologie ancienne.

    Il faut malgré tout rester conscient de sa valeur ambivalente comme dite instrumentale et agent du principe actif changeant la matière stablo-inerte(couteau,bêche,charrue,ciseaux...) et son coté destructeur,de guerre et mort.

    Et de conclure dans ce vif descriptif,par cette vue apocalyptique d'Hésiode,qui nous exprime,Lui, que la race de fer est synonyme du règne de la matérialité,de la régression vers la force brutale et de l'inconscience.

    Le métal chthonien et profane,s'amuse donc dans le grand parc de l'impur,le diabolique...et pas que!!

    Mais,ne serait ce pas trop simple en fait,et de peut être aller voir plus loin vers d'autres horizons métalliques au sein des organismes vivants et par là même,pourquoi pas, au sein de notre propre corps;fonctions que nous mésestimons et qui au demeurant sont essentielles ( c’est à dire liées à l’essence-ciel) à la naissance et à la sauvegarde vitale.

    Effectivement,Il se révèle le phénomène suivant que toute cellule animale, minérale ou végétale constitue un espace où les métaux catalysent et structurent la vie.

    Alors que des métaux agissent directement sur la charpente,l'ossature, l’édification des os,tel exemple le calcium ,...d'autres restent davantage actifs dans l’organisme sous une forme au raffinement subtil, base d’un processus dynamique.
    Cette existence ainsi considérée, est un équilibre fondamental d’interactions qui se développent dans l’espace....micro et macrocosmique.

    L’Alchimie,nous l'avons vu,n'est nullement une quelconque exclusivité à connotation spectaculaire et démonstratrice,ni ou uniquement une culture spirit tue elle à plein temps.

    Avec le temps défilant,ces ermites de labo-oratoire eurent donc ce souhait vers quelconque obtention non seulement d'un pouvoir objectif et d'envergure,..mais également quelque peu ''magique'',ésotérique,voir cabalistique.

    Ils souhaitaient pouvoir affronter les heures et chaleurs,comme les hivers les plus sombres et solitaires,les fatigues les plus soutenues,les épreuves...et ainsi donc,à force de discipline extrême et rigueur,entraînaient leur esprit, ...modulant ce dernier goutte à goutte,de sorte à le rendre le plus fort possible....et malléable possible,comme ces métaux qui d'état solide en passent si aisément à celui de liquide...l'adaptation en étant a ce prix.

    Voulant absolument atteindre cet état mental d'acier,Ils en détenaient donc un objectif vers ces dons d'engagement du soi et de ductilité de l'S prit..

    Ainsi encore,ces liens actifs et dynamiques à l’intérieur des organismes ne reconnaissent aucunement la coquille des êtres vivants comme un mur ou quelconque frontière ou la surface des matière minérales comme une démarcation.

    Ces relations s’établissent ainsi via une osmose très intime entre corps et environnement, entre le nous et l'autre ou au mieux... le reste du monde, entre le microcosme et le macrocosme, entre les sphères les plus volumineuses comme celles des planètes de notre système solaire et le petit nous en termes de particules.

    Le Temps travaillant toujours et pour Tout le monde,de son coté,....les techniques employées pour dépasser le fer,à ce stade,mais d'autres encore que nous aborderons plus tard,se transformèrent délicatement en méthodes pour trancher son propre esprit,son ego...en découlant donc,subtilement vers une Voie à l'esprit déterminé,de résolution et de décision,hors du commun....mais également apte à la plus grande adaptation,fluidité,lisibilité.

    Notre époque se pose sur des phénomènes de mode,c'est ainsi...or,et de nos jours elle semble s' orienter sur ce chemin d’une ré-observation des liens entre cette existence terrestre avec le cosmos.

    Les jeux cosmiques, la rapprochement lunaire avec les rythmes vitaux, la modification des différents flux sanguins comme énergétiques de l’Homme en conciliation avec la course du soleil en ouvrent une piste d'accueil assez plaisante...

    A son tour,et comme vu plus haut l’enveloppe dite terrestre n’est plus considérée comme une frontière-limite que davantage une enveloppe largement poreuse aidant les contacts avec et vers le cosmos.

    Tout en donc en inter-relation,identique à l' enveloppe embryonnaire diffusant vers l’enfant les forces de l’organisme maternel,...et dans notre approche vu telles de multiples couches atmosphériques modifiant,propageant et transférant à l’existence terrestre les rayonnements universels. Sans cette transformation ces rayonnements en perturberaient jusque la destruction complète, toute existence sur terre.
    C’est ainsi que ces éléments ,sous leur forme énergétique plus que subtile, et qui s'oxygènent par un rôle entre les cellules de notre organisme, jouent également un mandat entre ce dernier et la sphère terrestre,ou entre la sphère terrestre et les différentes sphères cosmiques....Tout étant affaire de transferts Haut-Bas et inversement...:)

    L’Alchimie moderne va trouver ainsi sa véritable place dans la société contemporaine,et dans cet effort à fournir,pour l'obtention d'une réelle transmutation grâce à une force spirituelle inhérente à l'Homme....et issue des analogies propres au secteur.

    Ayant,de surcroît une haute vision de la Vie,ces Sages se situent dès lors,bien au-delà d'une norme banalisée,ne fut ce que par leurs comportements et agissements.

    Car,que l'on sache bien qu'il ne se peut d' enfermer cet état d'esprit dans un système radicalisé ou étriqué...car le(s) code est large et réside en ces Individus eux même comme dans un sens non seulement plus profond mais aussi essentiel;celui de la Vie,simplement et de sa Sœur indissociable;la mort.

    Placé bien au-delà de la relativité,il n'y a dès lors nul choix ou autres options,...mais juste une seule et unique décision dans l'action,comme de la pensée.....les phases étant certes étalées en suivant cours,mais jamais scindées entièrement.

    Ce qu'il importe de retenir en cette chouïa chronique est ce fait que les métaux demeurent plus qu'intimement mariés à la vie sur Terre.

    Certes,nous ne trouvons point d'or en chaque parcelle de terre qu'il s'en rencontre plutôt sous forme de minerais ou de diverses combinaisons,mais l'eau-air demeure malgré tout une présence forte et pure sur le globe,apportés ça et là du Cosmos,via les météores.

    Nombre de petites histoires issues de toutes les philosophies et courants de sagesse, tendent a afficher ce que serait l’idéal d'harmonie par la juste pratique,la force et la conscience unifiées....

    J'aimerais,avec Votre indulgence chers Amis,insister particulièrement sur cette notion d'unification,car il est facile de déceler ces dites facultés certes...mais de très souvent abordées sous l'angle de l'indépendance ,les unes par rapport aux autres.

    Demeurer au-delà de toute apparence,conscience,préjugés,...est ainsi donc la formule ''magique''...pour réemployer ce terme et peu importe selon mon avis une stagnation de vie dans ce métal vil qu'est le fer,ou autre..le débat est bien ailleurs.

    Avec une immersion véritable en du Soi nous ne pouvons que parvenir à ces états de transmutations ,que l'on pourrait aussi aisément qualifier de déstructuration,quelque part.

    Toutes ces analogies des métaux vers l'Homme sont très importantes et par ailleurs,se projettent tels éléments de la Terre vers ces planètes,éléments du Ciel.

    Or dans son canon troisième traitant du fer et de ses propriétés,,issu du livre contenant les sept règles ou canons pour les sept métaux connus(Le Ciel des Philosophes ou Livre des recherches de Philippe Théophraste Paracelse) ..il est bien fait mention de la difficulté de faire d'un homme bête et vulgaire un Prince ou un Roi.

    Mais Mars,grâce à sa force,acquiert la souveraineté et s'empare de la place du Roi s'il prend garde aux embûches et ne se laisse pas emprisonner.

    L’Alchimie ne propose rien d'autre que de transformer un métal,en un autre considéré comme meilleur...Ok,mais meilleur par qui et pourquoi ?

    Le Maestro termine avec ceci que je ne trouve point oxydé,malgré le temps écoulé...que Celui qui cherche les métaux ne s'attarde pas seulement à ceux qu'on trouve au sein des montagnes.Bien souvent,on trouve à la surface de la terre(et j'ajouterais à coté de Soi quelques fois) des choses (ou personnes) valant mieux que l'on trouve dans les profondeurs,c'est à dire celles qui sont plus loin du ciel ou de l'Arbre de Lune.

    Il faut examiner toute pierre,quelque aspect qu'elle présente.Un silex vulgaire et méprisé peut valoir plus qu'une vache....ha ha

    Tient le vent se lève,les nuages partent vers le Berry...c'est joli.

    Merciiiiiiiiiiiii







     



    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Bonjour les Vermétistes...

     

    De nos jours,les personnes sérieuses comme désireuses d'aller vers une certaine évolution intérieure et,livrées à toutes les dissensions,cela,quelle que fût leur Voie ou leur passion,pratiquent une philosophie de Vie qui reflète une forme d'absolu,...afin également de pouvoir maîtriser l'essence de leur destinée.

    L’Alchimie va de même dans cette direction souhaitée...son modus operandi reposant essentiellement sur la non-moins célèbre ''Table d'émeraude'',et replacée ci-dessous.

    VERBA SECRETORUM HERMETIS

    Il est vrai, certain et sans mensonge, que tout ce qui est en bas est comme ce qui est en haut; et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas: pour accomplir le miracle d'une seule chose. De même que toutes choses tirent leur origine de la Chose Unique Seule, par la volonté et le verbe de l'Un, Seul et Unique qui l'a créée dans Son Esprit de même toutes les choses doivent leur existence à cet Un par ordre de la Nature et peuvent être améliorées par l'Harmonie avec cet Esprit.

    Son Père est le Soleil, sa Mère la Lune, le Vent le porte dans son sein et sa nourrice est la Terre. Cette Chose est le Père de tout ce qui est parfait dans le monde. Son pouvoir est le plus parfait. Lorsqu'elle a été changée en Terre, sépare la Terre du Feu, le subtil de l'épais, mais soigneusement et avec beaucoup d'intelligence et d'industrie.

    Elle monte de la terre vers le ciel et redescend, nouveau-né sur la terre entraînant ainsi en elle la puissance du Supérieur et de l'Inférieur. Ainsi, la splendeur du monde entier sera tienne et toute obscurité te fuira.

    C'est le plus puissant de tous les pouvoirs, l’Énergie entre toutes les énergies, car il triomphe de toutes les choses subtiles et pénètre tout ce qui est solide. Car, c'est ainsi que le monde fut créé et que sont réalisées des combinaisons rares et des merveilles de toutes sortes.

    C'est pourquoi on m'appelle HERMES TRISMEGISTUS, car je me suis rendu maître des trois parties de la sagesse du monde entier. Ce que j'ai à dire sur le chef-d’œuvre de l'art alchimique, l'œuvre Solaire, est maintenant achevé.

    --Le symbolisme de la Lune en corrélation avec le Soleil se manifeste surtout par le fait que la première,privée de lumière n'est qu'un reflet de la seconde,...nous renvoyant directement vers une dépendance et le principe féminin.A ce titre,elle est le symbole de la transformation et de la croissance,la conne essence indirecte,froide et discursive.

    Comme de citer Jalal-od Dîn Rûmi,mort en 1273,dans ce que le Prophète reflète Dieu,comme la lumière de la Lune reflète celle du Soleil.Le mystique aussi qui vit de l'éclat de Dieu,ressemble à la Lunesur laquelle se guident les pélerins dans la nuit....Nous y reviendrons,ultérieurement.

    Effectivement et ainsi donc pour poursuivre sur ces itinéraires,on peut retrouver des marchands,des artisans,des fermiers ou autres intellectuels de tous bords,...comme des hors castes,qui survivent et vivent du mieux qu'ils peuvent dans notre société qualifiée de moderne.

    Il faut certes prendre conscience,qu'un mouvement parallèle oxygène la science actuelle,autant que ces disciplines de tradition,et qu'il se fond très largement sur autant de versions remodelées et systématisées à l'ancien corpus.

    Aussi,il importe,selon mon humble avis,de s'inspirer des vieilles techniques et méthodes éducatives,comme pédagogiques,afin de les adapter au mieux possible à cette époque et système de fonctionnement comme en ce cas précis amener cette référence envers les mots déposés sur cette table d'Hermès.

    Dans ce genre d'approche,beaucoup décèlent un risque a voir les nouvelles adaptations structurelles,utilisées néanmoins comme outil de perfectionnement individuel, perçues comme une menace pour les organismes dirigeants,car l'égarement n'est en fait jamais très loin.

    Et donc pour déjà approcher le ceci sur ce que j'ose penser en cet Art dit de la Terre Noire quand à son authenticité et sa certitude,notre Hermès sifflant que celui ci nous a été donné en y affichant une subtile conviction face à ce qui se pense telle une science bien souvent mensongère ou erronée.

    En outre cette certitude transpire l'expérimentation,comme le coté véritable en joue la lumière céleste,issue de l'Art.

    Il est toujours dérangeant de penser plus que les penseurs et d'avoir de meilleures idées que nos décideurs..ha ha

    Un combat solitaire s'engage donc et sans aucun doute dans la formation sur ces genres de réflexions à avoir.

    La juste science,non absolue en soi et au sens propre du terme,se centre essentiellement ainsi sur une approche méthodologique du phénomène,ainsi que sur des pratiques techniques.

    La pierre doit être ainsi vue telle divisée en deux parties,par une opération certifiant que ce qui est en bas est comme ce qui est en haut....séparée donc par le magistère qui nous évoque malgré tout une accordance en vertu.

    Cette scission est majeure et dans une approche qui plonge vers la partie inférieure Terre-nourricière/humus et cette pierre donc...avec l'âme qui est censée la faire renaître.

    Il est néanmoins a savoir,que cette substance universelle Terre (Prakitri),materia prima séparée des eaux,selon la Génèse est,comme vu dans la précédente chronique,cette vierge pénétrée par l'outil,fécondée par la pluie et le sang;semences du Ciel.

    De Bobin Christian dans un numéro spécial sur la Vie:Vivre le deuil..il est dit :''Chaque séparation nous donne une vue de plus en plus ample et éblouie de la Vie.Les arrachements nous lavent.Tout se passe,dans cette Vie ,comme s'il fallait avaler l'OcéanSéparation et conjonction réunies...le grand Tout en émergera d'avec force. Comme si périodiquement nous étions remis à neuf par ce qu'il nous rappelle de ne pas nous installer,de ne pas nous habituer.La Vie a deux visages;un émerveillant et un terrible.Quand vous avez vu le visage terrible,le visage émerveillant se tourne vers vous comme un soleil....

    Pour et ainsi se focaliser un chouia sur la méthode pure et dure,il suffit de rester dans une simplicité et une globalité,cela ainsi résumant toutes les vertus et divers principes sur un mode relativement facile a retenir, et qui ne pourra que se bonifier avec les années et la réflexion portée.

    Les bases de l'éducation sont donc primordiales,dans cette mesure en laquelle toute erreur de jugement et égarement si infime soit il,fera inévitablement,voir irrémédiablement tomber dans un mauvais chemin,il se faut bien demeurer conscient du fait.

    De notre pierre possède bien en soi les quatre éléments,issue du grand Un,le Tao des origines....dont toutes choses ont été et sont sorties...un quelque chose de nébuleux et confus,ou d'un Dieu.

    Là,où il est mentionné dans ce sutra de l'Ornementation que si'l'on souhaite en co-naître le royaume de l'Eveillé,il est bien de se détacher des imaginations subjective,de toutes les saisies et rendre son S prit aussi clair que l'espace,libre de se tourner dans toutes les directions..rien que cà.

    Ce royaume,en outre,n'en est point un fabriqué de caractéristiques manifestes,...que davantage celui d'un savoir sacré que l'on (re)trouve en Soi-même.

    Nulle fioriture pour l'atteindre sinon uniquement une purification des influences en accord avec cet extérieur,et accumulées depuis les temps des origines.

    Ouverture vers le cosmos,libéré des concepts et autres idées fausses,des imaginations...

    De ce point Un,tous les phénomènes sont nés,par adaptation ou par quelconque miracle...car à l'origine,l'esprit était détaché des objets et le réel,à sa base,n'a aucune explication.

    En outre,il faut également bien scinder le fait probant que tout apprentissage ne reste qu'une fonction préparatoire,et qu'il doit être distingué de la réflexion intellectuelle.

    Si l'on symbolisait le ceci par un schéma autre,je dirais que la porte en serait l'apprentissage,et non la maison.Pour entrer dans cette dernière,il suffit de franchir ce passage ouvert.

    Donc,il importe de ne pas confondre les principes et traités....avec la Voie Juste,au risque parfois de stagner dans une ignorance,peu importe vos études et autres facultés verbales comme écrites.

    La pierre a donc aussi père et mère, qui sont le soleil et la lune....et tout comme l'Homme,apte à s' engendrer une descendance,le soleil est ainsi le père ou l'eau-air des philosophes qui possède un lieu propre a y recevoir ses graines avec une ressemblance en partie.

    Cette dernière,matrice..argent des mêmes philosophes est la Lune-mère.

    Écrit plus haut,j'insiste donc sur le fait que l'apprentissage se doit d'être évalué sur l'efficacité et non l'apparence....;apprendre comment faire du feu,via les livres ou autres moyens...est un débat faux pour une juste pratique !!

    Aussi,tous les domaines de la connaissance doivent être habité par cette conception a détrôner l'intellectuel de son piédestal usurpateur.

    Car,force est d'avouer que celui qui apprend,mais qui ne sait mettre en pratique,est comparable à un imitateur de vent....un souffleur souffle l'Heure..

    Et donc de pousser davantage,en ceci...que la conjonction des parties citées est la conception et la génération de la pierre qui va donc ainsi s'engendrer dans le ventre du vent...air,vie et âme vont en vivifier celle-ci,afin d’engendrer le dit magistère.

    Well,dans cet ordre des choses se joue maintenant l'équilibre Yin-Yang,sur cette conjonction établie,via une fermentation bien précise,..il ne peut qu'en être ainsi.

    Or,ils sont nombreux,de nos jours,aptes aux beaux et talentueux discours,mais ne respirant aucune vertu intérieure véritable....ayant déjà oubliés comment poser les actes en terme de pratique.

    Pour celui qui reste emprunt de l'Universalité,certains apports extérieurs,issus de cultures autres,mais redéfinis aux besoins et absorbés,ne peuvent qu'illustrer à merveille,également ce point de vue,qui établit une école de pensée authentique,à partir d'un fond spirituel et commun à tout Homme.......plutôt que de se distinguer en fonction des différences culturelles et religieuses(Il n'y aurait plus de philosophie Gréco-Romaine ou Orientale,ou...mais Une philosophie mondiale et humaine,en quelque sorte et pour en citer une plus juste définition!).

    La Table d'émeraude semble surfer sur ce paramètre,elle aussi,ouverte vers Toutes et Tous dans son aptitude à la compréhension ou non...

    L’Alchimie opérationnelle ou spirituelle,les Arts,la Poésie,la Musique,la Peinture,....constituent des Voies diverses,mais chacune d'elles visent à atteindre un (r)éveil,un éclaircissement de cet esprit Unis vers Elle.

    Mais,quelle est ainsi cette pierre,dont beaucoup sont ceux qui parlent,mais que rares restent malgré tout demeurent les autres qui le comprennent,sinon que sa perfection ne repose que via sa fixation.

    Car tout se trouve ici,et en l'Oeuvre elle -même,je pense,trésor du monde et Unis vers.

    Effectivement c'est à ce stade de la juste conversion,que la puissance est entière,complète et parfaite....et nous entraîne vers un phénomène relativement identique au levain qui en change toute la substance de la pâte et dont le propre ferment,sert également de ferment à sa multiplication.

    Aussi,comment l'expliquer autrement qu'en ne s'impliquant totalement en ces allégories et interprétations ?

    Comment accepter le schéma,si l'on ne pratique pas les enseignements des Hauts et illustres Sages?

    Les individus resteront dans cette incapacité a saisir la clarté dans la nature innée de l'esprit,tant qu'ils ne feront pas preuve d'investissement et d'engagement.

    Dans la Voie authentique,on découvre l'ultime Unité,fusion du tout et de l'essence du monde.

    Malgré cela,il faut être certain que nulle frontière il y a,entre la pensée et l'action.

    De nos jours,Ceux qui maîtrisent une technique ou un Art quelconque,sont qualifiés d'experts dans leur secteur....mais malgré cela,ce n'est pas la Voie véritable,car tout de nos jours,peut s'imiter sans pour autant savoir en comprendre les essences.

    Aussi il importe de savoir distinguer ce qui est vrai de ce qui est faux.

    Car beaucoup affirment haut et fort,que l'esprit doit être vide et l'intention pure,certes,....mais peu sont ceux qui le comprennent clairement.

    Le fait voulant que le vide spirituel,semble invisible,ne signifie pas pour autant qu'il soit inexistant et inopérant.En action,il demeure à même de tout accomplir et ses flux en sont des plus actifs.

    La modification de la pierre est donc ainsi ce qui coule doucement de cette philosophie plus que subtile..car il en est de séparer et toujours selon notre table,la Terre du Feu,le subtil de ce qui est épais,doucement et sans aucune brutalité,avec un esprit des plus serein.

    La séparation va ainsi amener la pureté,le sans or-dure...:)

    La partie non fixe de la pierre doit séparer la partie fixe et l’élever....cela étant préparé,peut dès lors se multiplier et pénétrer le monde,montant de la Terre au Ciel et redescendant via le même chemin.

    La pierre volatile sublimée maintenant et via l'extraction préalable, doit derechef être fixée,de sorte a recevoir la force d'un quelque chose de bien supérieur ou inférieur..ou,de ce passage qui est corporel au spirituel dans sa sublimation et inversement lors de sa descension.

    Il y a donc ainsi une certaine forme d'utilité de l’art et efficacité de la pierre qui ainsi,offre et par ce moyen la gloire de tout le monde.. Et pour cela toute obscurité s’enfuira du chercheur sur la quête ; c’est-à-dire, toute pauvreté et maladie.

    Ainsi est la force brute de toute force affichant le fait qu' il n’y a aucune comparaison des autres forces de ce monde à la force de cette pierre. Car elle gagnera son combat face toute chose subtile, et pénétrera toute chose solide. Triomphante ou trouvant sa justification en vainquant,en changeant et convertissant et le mercure vif,en le congelant, lui qui est subtil et souple, pour pénétrer les autres métaux, qui sont des corps durs, solides et fermes.

    Par la suite il semble que notre maître Hermès nous siffle allègrement que le magistère imite la création de l’univers ou ce fait d'établir le parallèle que la pierre est faite de la manière identique que la création du monde et donc comme vu plus haut,similaire à un chaos désordonné,pour se voir rectifier et séparer,diviser en nos quatre éléments..pour en ressortir sous diverses naissances.

    La déclaration énigmatique de la matière de la pierre par le Maestro s'oxygène sur les trois philosophies du Tout ...le minéral,le végétal et l'animal qui sont animées par l'opération du Soleil et ainsi contenues dans une pierre unique.

    Et de terminer sur ce schéma de la perfection...et de ce pourquoi la pierre est appelée parfaite.

    Cette dernière bien effectivement est nommée telle car en possède plus que la nature profonde des choses inhérentes aux trois mondes...la trine-une autrement appelée...ou du triple et unique,possédant ces quatre éléments,trois couleurs(noire,blanche et rouge...Nigredo,Albedo et Rubedo)Mercure philosophal et Unique.

    Retenons via cette chronique,que la meilleure des transmissions quand aux enseignements restera toujours malgré tout celle d'esprit à esprit ou d'âme à une autre ! I shin den shin.

    Ôter d'un seul trait les afflictions figeant l'esprit et qui nous hantent est atteindre le détachement total.

    Je conclurais ici,pour signifier que si l'esprit se fixe sur un point pour s'y attarder,vous échouerez à voir la réalité comme elle est véritablement et perdrez vos objectifs.

    Un proverbe dit:Creuse un trou pour y faire ton petit étang.

    Sans nécessairement attendre la Lune

    Quand il sera achevé,la Lune viendra Elle même s'y loger....n'est ce point adorable ?

    Car la Lune d'un lointain Berry,ne se niche que trop bien,là où Elle sait pertinement bien,que le doux doré la recouvrira...yes

    Bonne soirée et très belles fêtes ..les Vermétistes,le vent souffle

    Merci .

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    De la lumière De la Nature...Anonyme

     

     

     

    DE LA LUMIERE DE LA NATURE

    ANONYME XVI° SIECLE



    Si nous voulons mener utilement l’étude de la philosophie secrète, il faut nous efforcer de reconnaître et d’apprendre la lumière de la nature, car c’est elle qui nous dessille les yeux et qui nous permet de voir la nature invisible et cachée, comme si elle était parfaitement visible et manifeste. Nous pouvons reconnaître ses possibilités, ne plus nous appliquer à des recherches vaines, dilapider notre bien et nos biens, car il est impossible de mettre en acte ce que refuse la nature, même après un millénaire d’efforts. C’est là une des causes principales, qui explique qu’un si grand nombre de chercheurs se soient égarés dans un labyrinthe perpétuel et éternel, quand ils entrent en notre philosophie sans observer le canon ni respecter les règles. Or puisqu’il est décisif d’observer la lumière de la nature, il est nécessaire de la définir ; d’expliquer comment se conformer à elle en cette philosophie secrète et en ces mystères, car il ne s’agit de rien d’autre que de la puissance visible que recèlent toutes les créatures de ce monde. Certes nous ne le voyons pas directement, mais les effets, eux, sont visibles. Si nous observons par exemple dans le grand monde la génération des créatures et ses différents degrés, la lumière de la nature nous montre que chaque genre provient dans les créatures de la semence qui lui est propre, qui décide de sa naissance, et non d’une semence étrangère. Aucun piment donc ne peut être produit hors de la concordance de son anatomie, il faut l’union essentielle de ses qualités dans l’union essentielle des deux composantes. Il en va de même pour l’homme qui naît de son semblable, dans la dualité concordante de son anatomie essentielle : autrement il naîtrait des monstres, des êtres difformes tout à fait contraires à l’espèce, au genre propre à la semence, des êtres dénués de forme. Le pommier produit des pommes, le poirier des poires, le figuier des figues, et non des grenades, car cela serait contraire au pouvoir naturel. Toute créature d’autre part a sa matrice prédestinée, dont elle naît, car elle ne naît pas d’une matrice étrangère. La dualité que forme la semence féminine unie à la semence masculine est à l’origine d’un être indissociable.

    En troisième lieu, la puissance naturelle exige une période de temps déterminée, neuf mois pour que la semence accède tout à fait à une forme humaine. Pour qu’elle atteigne sa forme parfaite, il lui faut ensuite de nouveau un temps déterminé. Il en va de même pour le blé, de la germination au temps précis de la moisson. Si un moissonneur déraisonnable voulait couper le blé prématurément, il trouverait une pousse stérile, non parvenue à maturation. Les roses, les œillets, la vigne ont ainsi leur temps prédestiné, comme les genévriers qui mettent trois ans à mûrir leurs fruits.

    Il est donc grandement nécessaire d’observer avec la plus grande attention les alternances du temps dont tout dépend, car cette observation permet la connaissance suffisante de la lumière de la nature et elle la dévoile complètement. Si nous parvenons ainsi à faire concorder et à identifier les deux espèces qui croissent dans la terre et dans l’eau, nous pourrons comprendre sans difficulté les écrits philosophiques que les sages ont consacrés à la transplantation des métaux et des minéraux. Les écrits des philosophes en effet ne doivent pas être compris à la lettre, mais en respectant les possibilités de la nature. C’est alors que se révéleront, que se dévoileront les métaphores, les comparaisons et les allégories par lesquelles les sages ont occulté le mystère de notre philosophie secrète. Ne pensons pas cependant qu’il soit tout bonnement possible de trouver le secret par notre astuce propre. Il nous faut fréquenter l’école des sages, celle des maîtres qui ont tenu ce mystère dans le plus grand et dans le plus profond secret, sans se mettre tout de suite sous la férule de n’importe qui, mais en s’occupant seulement de ceux dont ils avaient apprécié la rectitude, le dévouement et la constance et qui avaient emporté leur secret dans la tombe sans rien dire. Celui qui comprend bien ledit canon peut séparer immédiatement le faux du juste et le bien du mal, les noyaux de l’écorce, comme les abeilles qui butinent le miel dans les fleurs. Il peut alors connaître très facilement le terme parfait de son travail, comme s’il l’avait mis cent fois sur son ouvrage et comme s’il avait une vue globale des choses. Ainsi il parviendra sans difficulté et avec d’autant plus de joie au terme désiré de son œuvre, il comprendra aisément tous les sophismes, se gardant de ceux qui ont causé d’inexprimables dommages, en s’efforçant de pratiquer un art qu’ils ne comprenaient pas.

    Pour résoudre et pour expliquer la question de savoir si la transplantation métallique doit suivre le cours de la nature - question qui plonge de nombreux chercheurs dans le doute, car ils n’arrivent pas à en comprendre la possibilité naturelle, nous proposons la réponse suivante : les philosophes expérimentés témoignent que la première matière est une et identique, la fusion des métaux le prouve également. La transplantation est possible, parce que la différence des métaux dépend de deux éléments, de leur superfluité, et de leur digestion ou maturation convenables. L’or n’est en effet rien d’autre que du mercure parvenu à maturation tout comme l’argent. Mais ce mercure n’est qu’à moitié digéré comme le montre un signe infaillible, sa couleur, et, comme il n’est pas parfaitement digéré, il contient encore une superfluité. Bref : les métaux imparfaits sont générés de la même manière que l’or, mais ils ont été mélangés avec une matière superflue que les philosophes nomment : soufre externe. Ladite superfluité entrave et empêche la digestion, et la matière ne peut atteindre la perfection.

    L’art consiste donc à séparer cette superfluité de la matière pure, afin que celle-ci accomplisse la digestion qui la conduise à la perfection, à maturation, à maturité. La lumière de la nature explique cette opération. Il faut un feu essentiel comme le confirme le soleil dont la chaleur engendre toutes les créatures du grand monde. Ce feu sépare les impuretés de ce qui est pur, bref, feu essentiel, il doit avoir la même origine que la substance que l’on veut transmuer. Tout ce qui sert en effet la génération ou la destruction d’une substance naturelle doit concorder avec cette substance pour ce qui est de la matière.

    Nous venons de parler un peu de la lumière de la nature. Parlons maintenant un peu de la matière de la pierre, de notre mercure.

    Le mercure des alchimistes n’est pas le mercure ordinaire, ce n’est pas non plus un mercure tiré des métaux imparfaits, mais c’est le début et la racine de tous les métaux. Ce n’est pas un corps, mais un esprit métallique équilibré et uniforme dans ses qualités et dans ses propriétés. Ce mercure n’est qu’une substance subtile, claire, pure et éternelle du mercure, du soufre et du sel, le mercure du soleil et de la lune, dans lequel la nature commence à réaliser le soleil et la lune. Mercure issu du soleil et de la lune, on le trouve dans les minerais du soleil et de la lune, qu’il dissout en mercure. Ajoutons donc ce mercure, notre mercure, au soleil et à la lune ordinaires, car ce n’est qu’en eux que nous pourrons obtenir sur terre l’énergie métallique capable de susciter la propriété coagulatrice du soufre de notre mercure. Sa préparation, son achèvement et sa fixation sont impossibles sans ces deux composantes. L’influence astrale réelle qui permet de rendre le mercure parfait est présente en effet dans le soleil et dans la lune. Dans une première opération, nous devons donc ajouter à notre mercure tout à fait volatil la lune qui éveille le soufre inné du mercure et qui permet la coagulation du mercure en lune. Ce mercure ne peut souffrir une grande chaleur, l’opération doit donc se dérouler à chaleur très douce. Si on se contentait d’ajouter du charbon, si on désirait obtenir de l’or à très haute température, le mercure se transformerait en un soufre rouge non volatil, impropre à l’œuvre, qui serait privé de son humidité radicale, ce qui serait contraire aux principes de l’art. Vouloir fixer le soufre rouge par l’or serait certes plus facile que de vouloir fixer le soufre blanc par l’argent. Mais on ne peut passer sans intermédiaire d’un extrême à l’autre. Ce mercure possède en lui la propriété métallique qui confère la forme métallique, mais il ne possède pas en lui l’énergie nécessaire, à moins qu’a ne soit généré par une digestion réalisée avec l’adjonction de soleil et de lune. Alors seulement il devient actif. Notre eau métallique ne peut en effet réaliser une teinture, si elle n’est pas elle-même teintée. Si elle n’est pas fixée par l’énergie fixe du soleil et de la lune, elle ne peut se mélanger de façon constante avec l’eau de la perfection. C’est que notre mercure est totalement volatil, il se perd, alors que, s’il est fixe, il adopte la racine métallique des métaux et il se transforme en une substance constante. D’autre part, par ce même mercure, par notre mercure, le soleil et la lune sont dissous pour former la véritable première matière. De même en effet que le mercure ne peut être coagulé sans eux, qu’a a besoin d’eux pour teinter par la technique de l’art spirituel, de même le corps de l’or et de la lune n’a aucun pouvoir, si l’eau-forte ne les rend à l’état liquide, en permettant un véritable mélange avec les métaux, une coloration essentielle, homogène et permanente. Les deux composantes sont nécessaires, pour obtenir un résultat. Nous avons dit ce qu’était notre mercure, nous ne savons cependant pas encore où le trouver.

    Il est certes dans le soleil et dans la lune, mais on ne peut les dissoudre pour en extraire ledit mercure, qui est nécessaire. Les philosophes ont tenu cette origine du mercure dans le plus grand secret et, sur mille personnes, à peine une est au courant. Je donne l’instruction que voici. Lorsque Dieu créa la terre, elle était plane et solide, sans vallées, sans montagnes, sans pierres ni minerais. C’est la chaleur solaire qui la transforme, qui multiplie les couleurs, les minerais, les minéraux, les différents genres et racines métalliques. La très grande chaleur fixe du soleil engendra alors une chaleur sulfureuse et humide qui pénétra la terre jusqu’en ses abîmes, et les qualités des quatre éléments. Or la terre possédait une humidité interne née de l’eau. Le mélange de la chaleur et de cette eau engendra une fumée, une vapeur, une brume enfermée en terre, qui possédait les qualités des quatre éléments. Cette vapeur se développa, elle s’affermit, comme toute vapeur, elle chercha à s’élever, boursouflant alors la terre, créant les monts et les collines. C’est en ces monts que la vapeur atteignit avec le temps son meilleur état de mélange et d’équilibre, c’est en eux qu’elle fut le mieux préservée. Il n’en est pas moins actuellement difficile de trouver une vapeur d’excellente qualité, car la terre des montagnes est en ses profondeurs extrêmement visqueuses, argileuse et grasse. Or, si ladite vapeur se saisit d’une vapeur aqueuse mélangée à de la terre subtile et pure, la nature, digérant et cuisant ce composé pendant un certain temps, réalise le mercure philosophique, engendrant une substance subtile, ignée et sèche. Ces propos te montrent la voie véritable qui te permet de chercher notre mercure ou le début de notre art. Or, bien que l’on sache suffisamment que ce mercure se trouve dans les mines, peu de gens le reconnaissent. Il ne s’agit en effet ni du soleil, ni de la lune, ni du mercure ordinaire, ni d’aucun autre métal, soufre ordinaire, vitriol, antimoine, marcassite, stratifié, talc, bismuth. Les philosophes prétendent qu’il s’agit d’une substance vaporeuse, aqueuse, pure, composée des quatre éléments. Or, bien qu’il se trouve dans les métaux ou minerais, il n’a pas atteint dans les métaux imparfaits son degré de maturité. C’est dans le soleil et dans la lune que nous sommes les plus certains de le trouver, car la lune a la même matière que le soleil, mais de plus une certaine superfluité. Lorsque celle-ci lui est ôtée, l’argent devient aussi compact que l’or dont la densité vient de la compacité. Cette compacité provient de la grande pureté de toute substance solaire, purifiée par l’opération de la nature jusqu’à acquérir l’essence parfaite du béryl.

    Mais un autre élément est également nécessaire : la digestion, la parfaite maturation qui exigent suffisamment de temps, pour permettre à l’élément igné encore caché dans la lune de se manifester, de manifester et de révéler la belle couleur d’or capable de teinter l’or. Il en va de même pour les autres métaux, cuivre, fer, étain et plomb. Ils possèdent tous la matière première pure qui engendre l’or. Mais l’étain et le plomb sont encore très grossiers et immatures. Dans le cuivre et dans le fer, la première matière est certes mieux digérée, mais ces métaux contiennent encore de nombreuses impuretés dues au soufre externe, le fer plus encore que le cuivre, ce qui explique que sa fusion soit plus difficile. Pour qu’ils soient transplantés et transformés dans la substance parfaite du soleil, il faut séparer d’eux le soufre externe. Mais ce soufre impur et superflu est à ce point uni à la matière pure qu’il ne peut en être séparé et dissocié sans un secret, sans un art particulier. Autrement lorsqu’on les soumet à l’épreuve du feu, les impuretés ne peuvent supporter l’assaut, elles deviennent liquides, elles sont détruites, mais le mélange est si fort que la substance pure est entraînée et que les deux composantes détruites disparaissent dans le feu. C’est pourquoi, afin de réaliser le travail de la transplantation, afin de transformer le corps destructible, il faut un instrument philosophique igné, entendons un feu essentiel dont la nature est fixe, dont l’essence est constante, capable de séparer ce qui est superflu de ce qui est pur, de conduire ce qui est pur à la perfection en une heure, de réaliser une œuvre que la nature peut à peine accomplir en un siècle dans les viscères de la terre, dans le corps de la terre. La chaleur naturelle qui mûrit dans les montagnes la matière métallique est en effet une vapeur, un vent qui passe, la maturation donc est tout à fait pondérée et lente. En notre art, cette chaleur revêt une nature corporelle qui permet une opération très rapide et fort puissante. Lorsque nous observons les différents métaux entre eux, nous comprenons très facilement quels métaux se laissent plus facilement mener à la transplantation, quels métaux sont aptes à la transplantation. Il devient alors manifeste que l’argent est le plus proche du soleil, dans sa substance et dans son énergie, le plus apte à la génération, et que cette génération peut s’accomplir par une voie particulière, facile : il suffit en effet de respecter la concordance de son anatomie essentielle et de veiller à son genre essentiel. Il suffit alors d’apporter une aide de petite envergure à la purification et à la digestion, ce qui est impossible dans les autres métaux imparfaits. Leur transformation ne peut convenablement s’accomplir sans l’arcane universel.

    Puisque nous venons de démontrer la possibilité de la transmutation des métaux, je pense qu’il n’est pas déplacé de parler quelque peu de l’arcane universel que les philosophes ont tenu pour le trésor le plus précieux en ce monde corruptible. Il ne donne pas seulement aux corps lépreux des métaux la pureté et la permanence de l’or et de l’argent, il libère également les corps humains de toute maladie et de tout déboire, lèpre, attaque, podagre, hydropisie, épilepsie, calcul et convulsions et il les maintient dans un état de santé permanent jusqu’au terme prescrit de la mort, tout en évitant les douleurs. De plus, il purifie à ce point les parties de l’entendement que l’homme peut parvenir par ce moyen très facilement et sans la moindre difficulté à la connaissance de toute la sagesse et de tout l’art humains, tout en réalisant bien d’autres merveilles qu’il faut plutôt considérer comme des miracles de la nature et comme des dons du ciel. Ce n’est pas seulement en effet la métamorphose des métaux qui devient possible, mais aussi celle des pierres précieuses, en quantités importantes, sans aucune peine ni effort. La force et l’énergie de ce mystère atteignent des proportions tout à fait remarquables, à peine croyables, à peine exprimables, et Raimond Lulle dit : a Tu prendras toutes les richesses de ce monde pour du fumier, quand tu verras ce magistère divin et excellent. » Voilà pourquoi cet art le plus noble et le plus mystérieux doit être tenu dans le plus haut secret. S’il avait été rédigé assez clairement pour que le comprît n’importe quel cordonnier, n’importe quel arracheur de dents, il se serait agi d’une escroquerie. Cet art n’aurait plus été un mystère, mais la source de biens des maux, de bien des actes manifestement contraires à la volonté de Dieu, qui refuse que la perle soit jetée aux pourceaux. Les philosophes se sont donc adressés à leurs seuls fils, aux enfants de la doctrine et de la sagesse, à ceux qui connaissaient la lumière de la nature, les seuls à pouvoir tirer un enseignement de leurs écrits. Mais que les grands pratiquent eux aussi avec assiduité, sérieux et continuité cet art le plus secret de tous, non point pour acquérir des richesses, mais pour restaurer la vie et la santé, car la santé est préférable à toutes les richesses et à tous les trésors du monde. Combien de potentats ne dépensent-ils pas des tonnes d’or pour la construction d’une forteresse, pour l’entretien des soldats, l’acquisition de canons, d’équipements militaires, de ravitaillement et autres accessoires, pour se protéger le cas échéant d’un ennemi visible, pour éviter un boulet ou une arme ! Ne devraient-ils pas plutôt consacrer des milliers de florins à la pratique de cette noble médecine, pour maintenir leur vie en bonne santé jusqu’au terme fixé, pour la protéger de tous les ennemis invisibles qui la menacent à toute heure avec une insistance empressée, qui provoquent dans le corps des combats intérieurs, prennent la forteresse d’assaut, la détruisent, ennemis si horribles et si effroyables que nous suons sang et eau à leur vue ? Les potentats devraient pratiquer le noble art, afin de maintenir leur corps en pleine santé, afin que leur corps ne tombât pas prématurément aux mains de cet ennemi invisible qui est toujours sur nos talons. Récemment un jeune et puissant seigneur fut arraché à la vie en pleine force de la jeunesse par cet ennemi, alors qu’il aurait pu rester longtemps en vie, s’il avait possédé cette médecine. Pour ne pas cependant que ce mystère universel des pierres bénites soit perverti, pour autant que nous puissions le décrire par écrit, pour autant que nous puissions le résumer en trois chapitres, pour qu’il serve d’enseignement et d’instruction aux amateurs de ladite philosophie, je répète trois points : il convient de connaître à fond la vraie matière de l’arcane, la préparation de cette matière, qui permet sa maturation et son mûrissement, troisièmement le moyen de conduire à la perfection et de répéter à l’infini la multiplication de ce mystère. Celui qui comprend bien ces trois chapitres peut dire qu’il a atteint le terme du mystère philosophique. S’il ignore un seul des chapitres, il est loin du but véritable, il est aveugle en sa pratique. Mais il ne suffit pas de parvenir par sa seule assiduité et par son intelligence à la compréhension immuable de ces trois points principaux, dans une illumination instantanée : ce n’est pas aussi facile. Il faut aussi avoir, pour ne pas échouer, l’instruction orale d’un maître fidèle, et une longue expérience, une connaissance grande de toutes les créatures naturelles. Combien de chercheurs ne se sont-ils pas consacrés à cet art, le pratiquant des années durant, avant de pouvoir découvrir la vraie matière et le sujet de la teinture, qui ont été renversés après les avoir trouvés par une tempête qui a écrasé leurs pensées et leurs capacités, tout en brisant leur pouvoir de décision ? Quand ils ont trouvé le premier chapitre, c’est le second chapitre qui a causé bien des souffrances ! Et les vrais ouragans commencent, quand on en arrive à la préparation, à la partie la plus cachée de l’art. Chez les philosophes règne à son sujet la plus grande confusion, quand toute l’astuce est là et qu’en dépend tout le fondement de l’édifice. Plus on médite alors sur la lettre, plus l’on s’enfonce dans un véritable labyrinthe. Bernard en porte témoignage, qui parle d’un chercheur qui possédait l’arcane de la teinture, mais qui en ignorait la multiplication. Sept années durant, il poursuivit Bernard qui ne lui confia rien jusqu’à ce qu’il finît par trouver tout seul. Regardons un enfant dont les membres n’ont pas encore atteint leur force parfaite : n’est-ce pas un mince secret que de trouver les degrés qui permettent la multiplication de cet arcane ? Or, ce n’est qu’oralement que nous pouvons bien spécifier les secrets de ces trois chapitres, il est impossible de les révéler d’une manière vraiment explicite. Bien que nous en ayons suffisamment dit pour une personne intelligente, rien ne vaut en fait une expérience de longue haleine, si nous voulons accéder à la compréhension véritable.

    FIN

     

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  •  

     Bien le bonjour les Vermétistes,

     

    Actuellement,un grande majorité d'individus restent assez soucieux, quand à une juste quête,de tenter tout obtenir le plus rapidement possible,sans prendre conscience malgré tout du fait d'offrir ce soin d'appréhender la notion de lumière inhérente à Dame Gaïa en sa forme visible et manifeste.

     ''Si le papillon s'est brûlé à la lumière,la lumière a connu les ailes du papillon et les a aimées'' 

     (Évangile de la Colombe).

     Alors que la célèbre Table d’Émeraude,attribuée à Apollonios de Tyane évoque en ces termes le ceci :''La première chose qui parut fut la lumière de la parole de Dieu;Elle donna naissance à l'action,celle-ci au mouvement,celui ci à la chaleur'' et de Jacob Boehme la jouant aimable,féconde et douce via son initiateur ''feu'' (douloureux),elle s'associe à Vénus,éveil du désir et détient la Révélation,se glorifiant par elle-même sans s'incarner dans quelconque forme.

    Ainsi ,et dans cet Univers en lequel nous évoluons,...non seulement certains en demandent via une spiritualité,d'atteindre une certaine libération ,mais également de faire cette acquisition d'éventuelles connaissances mystiques,de pouvoirs célestes,ou autres phénomènes semblables tel cet élixir d'éternité.

     Car,pour cet observateur évoluant dans le grand labo-oratoire de la vie,force est de reconnaître qu'il est relativement possible de déceler les pistes vaines souvent trop ouvertes vers Lui,de dilapider le bien et d'ainsi offrir une des causes principales qui expliquerait qu’un si grand nombre d'itinérants se soient égarés dans ce labyrinthe perpétuel et éternel, quand ils entrent en notre philosophie sans en respecter les règles. 

     Ce ''mandala'' complexe qu'est l'Alchimie demeure à la fois un condensé de la manifestation spatiale,comme de celle du monde et des Hautes puissances.

     

    Orienté,cet espace ainsi sacré,porte dans la tradition hindoue,le Brahma (Brahmâsthana) en son centre,et ainsi donc la chambre-matrice(Garbbagriha),''Cella''du Temple.

     

    Le ''Labyrinthe-mandala'' est ainsi vu tel une image à la fois synthétique et une autre dynamogène,dépassant ces oppositions en tous les genres,que sont le multiple et le Un, l'intégré et le décomposé,l'intérieur et l'extérieur,ce qui est concentré et ce qui est diffusé, l'invisible et son inverse,...

     

    La définition de cette lumière donc n'est que de la puissance visible que recèlent toutes les créatures de ce monde et via les effets qui y sont inhérents.

     

    Le constat s'avère donc,et pour répondre à ce genre de demande, que d'aucuns débarquent et arrivent sur le devant de la scène,à coups d'argumentations flashs,potions miraculeuses, de rencontres extra-planétaire, de découvertes d'un Graal quelque peu oublié ou d'un secret lointain voir inconnu de Tous,d'une traduction ésotérique sur un code ancien,de messages astral,...

     

    Ajoutons à cet effet de mode,un pouvoir souvent financier et mercantile accompagnant,..pour observer directement,de ce fait,un aspect se révélant très intéressant pour quantités d'individus,dépourvus du moindre scrupule mais pas que...

     

    D'observer ainsi pour nous revenir,comme exemple le plus simple,notre petit d'Homme,né de son semblable dans une dualité concordante,ou d'un pommier qui n'en donnerait jamais de poire....le tout ceci s'alignant sur l'ordre naturel des choses.Le Tao des origines,doctrine support de diverses philosophies.

     N'étant nullement la résultant simpliste d'un Yin et d'un Yang,ces deux ci se substituant sans cesse l'un l'autre et subsistant simultanément mais toujours dans une relation d'opposition douce,il en est davantage un régulateur de leur alternance,un principe d'ordre bien simplement,œuvrant sans prendre parti sur l'activité du cosmos et mentale (Logos).

     Ce genre de dualité formée via la semence féminine unie à la masculine du même nom dans une matrice affirmée est ainsi à l'origine d'un être entier dans sa conception absolue..

     En outre et d'annexer à celà cet autre facteur d'un dit temps, période déterminée par le grand Tao subtil et en l'occurence de neuf mois pour notre espèce,pour atteindre la juste perfection.

     

    L'Alchimiste est donc en ce genre de personnage,qui essentiellement porte un regard très ajusté comme posé,sur la lumière de la nature,ses alternances et autres concordances,...sachant par ce biais réajuster ses observations dans les minéraux et les métaux.

     C'est le pourquoi,nombre d'écrits philosophiques jouent la nébulosité à la compréhension,car ne devant être interprétés à la lettre mais en sifflant la grande Dame nature.

     De la sorte,métaphores et allégories seront dès lors plus aptes a être décelés...ouvrant délicatement le voile occultant cette philosophie plus que discrète.

     Mais soyons également conscient du fait a savoir séparer le noyeau de l'écorce ou la lie du vin,dans cette mesure a connaître ce que signifie aussi la perfection d'un travail, comme s’il avait été fais cent fois dans un atelier et comme si son acteur avait une vue globale des phénomènes.

     

    De cette manière, il aboutira sans ennui et avec d’autant plus de plaisir au terme souhaité de son œuvre, il intégrera aisément tous les sophismes, s'écartant bien de ceux qui ont causé d’inexprimables dommages, en s’efforçant de pratiquer un art qu’ils imaginaient.

     

    Certains bricolages sur les chantiers de Noel notamment,m'offrent cette impression de cet Alchimiste absolu qui s'ignore,dans le soucis du détail et la mise sur champs de ce qui fait tant briller les yeux des enfants ou adultes qui ne sont jamais devenus grands.

     

    Raimond Lulle siffla ceci un jour”Tu prendras toutes les richesses de ce monde pour du fumier, quand tu verras ce magistère divin et excellent” pour schématiser le comment du fonctionnement,à savoir..du pourquoi aussi cet art le plus noble et le plus mystérieux doit être tenu dans le plus haut secret. S’il avait été rédigé assez clairement pour que le comprît n’importe quel cordonnier, n’importe quel arracheur de dents, il se serait agi d’une escroquerie.

     

    Cet art n’aurait plus été un mystère, mais la source de biens des maux, de bien des actes manifestement contraires à la volonté de Dieu, qui refuse que la perle soit jetée aux pourceaux.(Alchimiste inconnu).

     

    Quel est donc cet intérêt global recherché par chacun(e),et de manière générale,...hormis sinon, tout naturellement ce fait d'être en paix avec Soi et de vivre sa passion,quelle que ce soit?

     

    Y-a-t-il cette nécessité absolue de passer via cet aspect spirituel pour satisfaire à ce besoin pensé légitime...demeurent deux intéressantes et fondamentales pistes de réflexions,parmi beaucoup d'autres par ailleurs,a soulever, pour une recherche en profondeur quand à une quête voulue intérieure.

     

    Mais,dans le grand tout et n'importe quoi,de notre époque,qui,en souhaite encore de surcroît,changer l'ordre des choses,par simple crainte ou juste impuissance,un élément des plus banals peut facilement être détourné vers une porte trop facilement qualifiée de transcendantale,menant à l'aléatoire nirvana ou satori !!!

     La confusion est totale dès lors,tant les pratiques sont multiples,mufti-directionnelles en matière d'énergie et autres thérapies, pragmatiques en ce qu'elles semblent offrir comme remèdes et formules magiques.

     Ce genre d'attitude exprime un profond malaise et une véritable détresse,pour sembler bien malheureusement toucher quasiment..tout le monde!

     Surfant et pirouettant sans cesse dans cet Unis vers de confusion de l'ancienne ou nouvelle ère,je reste véritablement consterné face au panel de générosité idéaliste,de l'authenticité de leur fidélité et sincérité face à leurs aînés,...et de malgré tout très sérieux quand à l'aspect commercial et ambiant,il faut rester bien prudent et ne pas poser le voile sur nos yeux....

     Faire de ce blog juste morale,est aisé,direz Vous,....décrier constats reste également facile,et surtout,dans cette mesure où aucune solution ne se veut délibérément être amenée,mais souhaitée caressée!

     Aussi,partons du fait,pour un début d'effleurement..que ce qui est gratuit,ne vaut rien...voir du moins,pas grand chose,et,que la valeur se paye généralement au prix fort !.

     

    Il suffit de voir les sommes astronomiques déboursées par un patient chez son ''psy'' mensuel pour le réconforter d'être sur une bonne voie thérapeutique et l'assurer qu'il débourse pour l’Ultime solution.

     

    Les cotisations exorbitantes pour ce commun des chercheurs,confèrent également cette sensation a chevaucher l'authenticité,le savoir rare,le nectar de la connaissance suprême,...

     

    L’Univers actuel de la Terre Noire,met tristement parfois,en œuvre ces règles ou tout est posé sur l'avidité et l'argent,...ce qui bien certainement dénature totalement la philosophie profonde du pourquoi le fondement pour ce genre d'approche.

     

    Cette dernière,comme d'autres sont éprouvées depuis des siècles,et efficaces.Bref,elles tiennent la route,tout simplement,car le temps parle pour elles.

     

    Néanmoins,beaucoup de personnes continueront cette course en avant de ne croire qu'en ces souffleurs ou ces épouvantails habillés de vent qui demeurent malgré tout légion et n'attendent que l'appel,pour les prendre en charge sous leurs ailes,les demandeurs,tels ces vautours tournoyant dans le haut ciel.

     

    Le peu d'autres restant,eux,en passeront souvent par une forme de désespoir d'avoir été quelque peu abusés,puis réveillés...et d'éventuellement éveillés pour la petite quantité,qui poursuivra cette route plus que tortueuse,loin s'en faut.

     

    Aussi et à nouveau,quelle en est la juste formule face à ce phénomène si facilement affiché?

     

    Très simple,rétorquerais je,dans cette mesure a ne faire aucune concession face au phénomène et de cesser de passer de la pommade sur ce genre d'énergumène !Élémentaire,n'est il pas.....et pourtant!

     

    Le Temple de vérité est en Vous et nullement dans les mains de ces charlatans patentés,et Vous êtes le seul maître,si je peux m'exprimer de la sorte,...de Votre intérieur.

     

    Tel creuset des transmutations,morales,physiques et-ou mystiques,il est ainsi cette matrice en forme d’œuf,identique au monde lui-même (œuf géant),base via l’œuf orphique à toutes les initiations.

     

    Comme l'S prit du Seigneur,flottant sur les eaux,celui de l'athanor...celui du monde,l'S prit de Vie dont l'authentique Alchimiste s'empare...est.

    Une véritable spiritualité découle d'un processus très subtil donc,en totale adéquation avec un idéal philosophique et nullement avec les propos de tous ces barils gonflées d'ego.

    L’Univers détient le meilleur et ne se trompe jamais ;là est sa force.....Les réponses aux questions sont a trouver dans la nature;c'est le secret .S'en écarter revendrait donc Lui faire une insulte profonde,...justifiant cet adage peut être ,et lancé par l'Ami De Zamakhschari dans ses ''Colliers d'or'' que la misère ne tue pas ,mais ses insultes ne s'effacent point.

     De toute évidence et dans une logique conventionnelle,chaque structure lave son linge sale en famille;ce qui revient a dire que des règlements de compte entre celles qui sont initiatiques,ne peuvent donc que se révéler terriblement nocif pour du personnel hors communautaire,ou injustement nommé profane.

     Mais,et malgré toute évidence,il est juste aussi de dénoncer et porter la clarté sur les mensonges.

     Ceux et Celles qui se prétendent défenseurs et itinérants sur le chemin de la Vérité,ne doivent craindre de secouer les ''égarés'',de temps à l'autre.Il en est même d'un devoir fondamental ,en cette lutte contre une emprise manipulatrice.

     Dans ces duels sombres contre le pouvoir occulte des bonimenteurs, il est très difficiles de séparer la lie du vin,en matière de réponse,tant sont les diverses tentatives de récupération,et de détournements,...qui servent ces objectifs peu nobles.

     Par ailleurs,pourquoi vouloir faire une éternité,d'un système périmé...plutôt que de s'ouvrir sur des nouvelles perspectives,horizons et visions.

     Partant du principe que ces écoles de savoir se sont effacées sur le temps et sur elles même,pourquoi donc et maintenant en serait il autre,avec des fondements similaires ?

     Qui a pu convaincre l'un ou l'autre,d'une croyance dans un éventuel progrès ?

     Le crabe subversif de l'ego spirituel est relativement illisible chez autrui,et davantage,si l'intéressé parle bien,sent la liberté,présente de manière plaisante,....et offre cet aspect de cocon sécurisant où l'on se si sent bien.

     Mais,en toute finalité,où sont maintenant les authentiques itinérants,Ceux et Celles qui détiennent encore leur vie en mains,qui osent,qui présentent la dignité et le respect véritable,... ?

     

    Ceux qui se dressent face aux vrais vents et cris et qui ne plient genoux devant des conventions....juste parce qu'ils doivent dans une exigence plus que déplacée.

     Le dégagement de cette inextricable voie est,de n'attendre et de ne compter sur personne pour s'en extraire ;de vivre la Vie comme Elle s'offre à Vous,de rechercher le bonheur,et les valeurs qui font ce que l'Homme avec le grand H est,tout simplement.

     Une certaine révolte gronde en ce for intérieur,lorsque face au dit constat d'une prise de position radicale faite par un tiers sur un sujet ou l'autre.Sourire et rire avec les loups,pour en dédaigner les moutons,...n'est pas savoir reconnaître que les deux groupes appartiennent au même règne,celui du Maestro Animal.

     Cette vision des choses est désespérante,tant sont les manipulés d'un système à grande échelle,qui ne vivent que par la stigmatisation,la séparation,la classification,...et non,par l'ensemble d'une certaine forme de philosophie.

     J'en résumerais donc cette chronique,en élançant une recherche individuelle,quoique non exempte de guides et repères malgré tout,...d'une non-subordination quasi totale et absolue vers un système ou un quelconque dépositaire,et d'une ouverture d'esprit hors du commun.

     Aussi,et après rapide réflexion,franchement dites moi,ce défi personnel,relève-t-il de l'insurmontable à ce point?Ne le pensant pour ma part,en laisse malgré tout la réponse entre Vos mains...ou Votre âme,qui peut savoir ?

     Bonne soirée et joyeuses fètes de fin d'année

     Merci....le vent souffle.

     

     

     




    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Soleil,feu,pensées...point de fin.

    Bonjour les Vermétistes...

     

    Il apparaît comme une évidence assez relative en ce sujet,le fait de pouvoir enseigner un certain état d'esprit ou autre association d'un genre similaire, dans une approche telle que l'on ambitionne,ce,dans n'importe quel domaine.

    Pour en saisir un exemple non trop éloigné de ce qui nous intéresse en notion d'Alchimie,il est ainsi a savoir que l'Homme a cherché à vaincre la maladie pour en prolonger son existence.

    En Chine antique,notamment,où des penseurs tels que Lao Tseu et autres médecins ont œuvré au développement de diverses formules de médecine,en était enseigné ce genre de secrets de savoir fortifier le corps,et ainsi atteindre une confirmée forme de longévité,...mais ne nous méprenons pas,et n'allons surtout pas trop vite.

    Car,ce chemin sur lequel,nous tentons au mieux d'évoluer et qui réside dans l'entretien du principe vital émane de ce qui ressort également de diverses théories et dissertations,émergées essentiellement de ces périodes antiques dites du Printemps et de l'Automne ( 476 et 270 avt J-C).

    En effet,dans ''Le livre de la Voie et de la Vertu'',le concept de l'entretien de ce principe déjà cité et quand à la pensée Taoïste a non seulement jeté les bases et fondements théoriques du système,mais aussi prédéfinir la méthode voulue la plus juste possible a emprunter pour une pratique.

    Car et malgré tout,dans cette formule a enseigner cela comme tels ...en demeurons nous dans cette absolue certitude de ne point en forger des individus,malgré tout susceptibles,de devenir imprudents comme dangereux,une fois laissés à eux-mêmes,...ou mal encadrés?

    Lao Tseu,fondateur du Taoïsme est considéré comme l'un des personnages les plus subtil et mystérieux,que la Chine ait connu.

    De cet illustre,on ne connait ni son lieu,ni sa date de naissance sinon,qu'Il en était originaire du village de Qurenli et que diverse références ramènent Lao vers ''vieillesse'' et Tseu-zi (fils);en rapport avec une mère qui aurait accouchée de Lui en un âge très avancé.

    Bref,et quoiqu'il en soit,Il développa le principe vital de la longévité en observant de son coté...les nouveaux-nés.

    Il en tire le ceci comme gemme,que l'Homme a sa naissance est symbole de pureté et d' innocence,dans un état de vérité en lequel l'S prit et le corps sont en parfaite symbiose et harmonie,n'interférant jamais sur un quelconque désir.

    Le corps,ainsi souple dès son origine,se raidit avec l'âge et se durcit via la mort.

    La conclusion est relativement simple maintenant telle cette approche d'associer la vie à la douceur et le dessèchement à la mort.

    Aussi,le simple fait de prendre conscience et entretenir le flux vital,en se rendant souple par des exercices et une philosophie sur une perceptions des choses ou des phénomènes,en éliminant les diverses interférences et autres émotions,....est la formule magique.

    L'élixir des philosophes,évoqué si souvent dans les traditions,en symbolise ainsi et selon mon humble avis dès lors,cet état de conscience transformé et ce qui assure la pérennité.

    Ce qualifié de retour aux origines,état de détachement en quelque sorte est ce que les Taoïstes traduisent par la Voie,chose directe et droite,opposée à ce qui est tortueux...et davantage formulée sous l'antiquité telle ''l'ascension de l'âme''.

    De Philon d'Alexandrie pour la définir au mieux :

    ''Entrons dans la Voie Royale,nous qui pensons qu'il faut laisser les choses de la Terre,dans cette Voie Royale dont aucun Homme n'est maître...Celui qui fait route par cette Voie Royale,ne se fatiguera pas jusqu'à sa rencontre avec le Roi''.

    Le risque est malgré tout en nos jours d'envergure,car quiconque en ces temps nébuleux, demeure capable,par le biais des médias et via quelques simples clics,d'avoir accès à ces connaissances subtiles risque de passer à coté de l'essence ciel qui reste elle, imbibée d'un certain savoir au faire et être.

    Il y a encore un second problème en ce genre de diffusion vers les masses....qui est celui déposant cette réflexion à les savoir prêtes à l'emploi et être entendues telle la justesse le voudrait,et donc de se voir dénaturées,par la suite.

    La loi qui régit ainsi toute les choses et phénomènes,agissant de manière spontanée et suivant la nature,est Unis vers Elle en l'évolution.

    Les Taoïstes,issus de cette conception donc ,conclurent que pour atteindre cette longévité,il en fallait se retirer de la grande agitation humaine,vivre dans la nature et vivre selon les diverses saisons et flux.

    Prônant le détachement matériel,ces Alchimistes en jouaient le Yin et le Yang et l'ordonnance de la vie en ménageant du mieux possible l'énergie vitale donc.

    En soucis constant de s'allier avec la nature et l'environnement,ils sifflèrent ainsi la mesure comme la douceur des choses,posèrent l'accent sur le raffinage spirituel rejetèrent ce qui était altéré comme absorbèrent ce qui était neuf via la juste respiration,....couplant cette citation de Sun Simiao (l'eau ne doit point stagner,et le gong des portes ne point rouiller),pour se faire et vivre en parfaite harmonie.

    En effet ,et pour revenir vers nos jours, le risque est dans la diffusion-dilution via cette essence philosophique dans une foule d'individus avides de prendre tout au degré premier et au plus vite,à moindre frais...afin de diffuser ce savoir ensuite et à tous vents,risquant d'altérer dans le meilleur des cas,voir d'occulter,dans le pire,ce que l'esprit des Voies initiatiques et Alchimiques,transporte avec lui, en notions de concepts philosophiques,hermétiques ou communes!

    Bref,on en prend ici déjà conscience d'un certain nombre de questions,qui en soulèvent beaucoup d'autres...comme d'éléments de réflexion et d'évaluation.

    La résultante par à rapport au ci-dessus,voit souvent les puristes se barricader derrière les regrets,l'amertume,éventuellement se replier sur le Soi, refuser la transmission,se ou la bloquer,...

    Car,c'est un fait également qu'une poignée d'individus,détenteurs de ce genre de connaissances en vivent souvent et enseignent en vase clos.

    La mode est au QI gong,de nos jours,avec ses nombreuses variantes certes...mais ce tout,posé sur le principe voulant que notre ''petit d'Homme'' utilise moins de la moitié de son potentiel...et donc que si l'esprit (yi) guide le QI(Ki ou prâna) vers les muscles,ceux ci,fonctionnent de mieux en mieux !

    Cette discipline que j'ose intégrer à notre Alchimie sans soucis,vise ainsi à l'amélioration de notre capacité physique et de santé...mais pas que.

    L'harmonie n'est point tant musculaire,qu'émotionnelle,spirituelle...tout y participe.C'est un état à part entière.

    Ces bricoleurs de fètes,ont les yeux qui en pétillent de joies quand à l'ivresse de Toutes ces personnes admirant les oeuvres faites à coups d'heures et de patience.Que nos pensées les remercient pour cette explosion d'émotions...

    Le QI gong se fonde essentiellement sur la théorie dite du Nei dan ,affirmant une libre circulation pour autant que le corps en soit en totale relaxation et décontraction.

    Pour ces Sages,la tentation peut être grande de couper court au danger (car mal travaillé,il se peut d'exister,soyons conscient) et d'évoluer dans un espace restreint,d'enseigner par le bouche à oreille,avec la parcimonie du maître à son disciple,comme par les temps passés,sans en courir le risque d'être discrédité par des actes répréhensibles,et ce par l'opinion publique qui en pointerait directement le doigt sur ceux ci,liens directs vers une dégénérescence,une violence ou agressivité,une incompréhension philosophique,un égarement,une dérive...

    Philémon,dans ses Fragments -IV ième s. av. J.-C cite ceci que ''Quand Vous allez chez un ami,sa bienveillance se manifeste dès le seuil de la maison,le portier vous reçoit avec un air gracieux,le chien remue la queue en signe de joie,un serviteur vient au-devant de vous,vous présente un siège,et tout cela se fait sans que le maître dise un mot''.

    Mais quels en seraient ces heureux élus,ainsi donc triés sur le volet,...et sur quels fondements en demeureraient ils choisis,sur bases de quels critères éliminatoires,.....car force est d'avouer,que cela relève quasiment de l' impossible a savoir déceler avec la plus grande exactitude ce qui repose en l'âme de Monsieur ou Madame tout le monde,et qui en souhaiterait prendre un envol sur cette recherche en Lui-même.

    Ce filtre absolu sélectionne-t-il les candidats potentiels sous des critères d'ordre culturels,d'intelligence,de beauté,religieux,politiques,raciaux,d'aptitudes physiques,...?

    Car,il reste évident la plupart du temps,que les véritables dispositions,les aspirations,les talents,...peuvent évoluer,se consolider et se renforcer,...avec la pratique,pour peu qu'elle en remplisse les demandes.

    Engagés,tel que nous sommes,dans ce deuxième millénaire,il en est une des raisons fondamentales de ce genre de philosophie sur le Soi-même,qu'Elle se nomme Alchimie ou autre....a favoriser cet épanouissement de l'individu,a lui ouvrir des horizons individuels ou collectifs....Aussi,il est selon mon avis,prétentieux d'oser affirmer que les plus chanceux des élus y vivraient comme poissons dans l'eau,ne faisant en outre qu'ajouter une caste de plus et donc un autre égarement du phénomène.

    Nous en sommes Toutes et Tous,ici et maintenant,les maillons d'une chaîne Unis vers Elle,et à ce titre,n'ayant aucun droit à une quelconque interruption sur celle ci,pour en satisfaire un profit d'ordre purement personnel.

    Aussi,la question suivante,qui pourrait se poser,est celle du savoir s'il est légitime et adéquat d'enseigner cette formule philosophique à tout le monde,comme d'en dispenser tout ce qui fut appris,tout ce que l'on sait,ou découvert par soi-même...bref prêcher jusqu'à ce moment pénible voire parfois libérateur,où l'énergie en viendrait à manquer?

    Car,prenez bien confiance,chers Amis,qu'enseigner de la sorte,tel un Artiste en profondeur d'âme,est un labeur de possédé,ingrat et selon un certain niveau,...un abandon total de Soi,une abnégation absolue.

    A cette question dons de savoir si l'on peut dispenser ces connaissances à tout le monde,j'aurais ainsi cette tendance à répondre ...sans aucun doute,à la condition unique que n'importe qui,ne s'y essaye pas.

    Effectivement,abandonnons ce milieu en lequel les choses et phénomènes nécessitent un laps de temps variable afin de décanter,pour en voir doucement se démarquer les aptes et les plus doués d'entre eux,se freiner d'autres à un certains niveaux,...laissant malgré tout par cette manière de procéder, la chance à chacun(e) !

    Pour enseigner,il importe,avant toute chose,de se connaître soi même,mais plus encore,savoir où l'on veut conduire le jeune initié qui se remet entre vos mains.

    Comme de savoir et accepter d'être dépassé par ce dernier,de reconnaître ses propres limites,....l'authentique maître doit en être également un très fin pédagogue.

    Avec ce constat évident des difficultés qui s'offrent déjà,celle de définir le plus justement possible,le point où l'on veut conduire cet élève,reste un des plus délicats également.

    Chaque Haut Sage en sait où commence la juste formation,...rares sont ceux qui en connaissent le point d'arrivée,...d'ailleurs,y en a t-il une?

    La théorie est donc,à première vue ,assez simpliste et dans cette mesure a définir une direction générale de travail,de savoir où on souhaite aller,et de choisir la meilleure équation parmi de nombreuses autres, pour se faire.

    La pratique,nécessite,pour sa part,une compétence suffisante,une honnêteté intellectuelle,et un gros sac à dos remplit d'une bonne dose d'altruisme.

    C'est donc dans ce registre d'importance entre professeurs et élèves, qu'il faut rester rigoureux,car semer la connaissance à tous vents n'est nullement dangereuse en soi...mais c'est plutôt de laisser semer par n'importe qui,qui l'est !

    Enseigner est favoriser l'avenir de notre monde par le mal faire cette tâche serait en quelque sorte s'en moquer...comme pourrait dénoncer le bref résumé de l'écrit ci dessus,donc.

    Pour diffuser les connaissances,il faut aussi des personnes sincères et équilibrées...avec une stabilité acquise.

    Il m'importe,par ailleurs d'attirer aussi l'attention sur ce petit point,que les meilleurs enseignants,n'en demeurent pas nécessairement ceux qualifiés de professionnels,qui en outre et souvent,s’accommodent relativement difficilement avec l'altruisme..mais ne soufflons point les braises.

    Maintenant,il me plaît de revenir sur un dernier élément qui me tient à ...cœur. Car la philosophie sur laquelle nous tentons au mieux de cheminer ici, est avant tout,une affaire de Cœur,... le coté technique n'étant qu'un vecteur de second choix.

    Siège des sentiments en Occident (pour l'Orient,il en est davantage porté vers le ventre...),il en demeure ce lieu contraire à l'intellect et l'intuitif.

    Nommé Hridaya aux Indes il en est le salon de Brahma ou trône de Dieu en Islam...voir plus proche,figure de l'état primordial,lieu de l'activité Divine.

    Organe Royal selon le Houang-ti nei king,Il est ce palais de l'esprit,autel de l'église qui par sa croix s'identifie au corps du Christ.

    Les Hauts Sages,restant une minorité,habités de véritables qualités...sont assez difficile a déceler malgré tout,dans un temps premier et à choisir,dans un second,convenons en aussi !

    Considérons donc pour cela l'enseignement recherché comme un ''entonnoir''géant et ainsi d'en donner libre accès à Tous,sans procès d'intention,...laissant la technique tel un alibi,suivie par une orientation lente mais progressive,et terminer par agir avec une méthode estimée au mieux adaptée,...pour en voir déjà,se resserrer la sélection de départ.

    Entendons nous bien,qu'il n'en faille nullement rejeter les retardataires qui ne pourrons ou ne sauront suivre,mais de simplement les réorienter vers d'autres portes...a ouvrir.

    Comme il est avéré impossible pour un seul Homme de maîtriser toutes les pistes,sauf s'il est Dieu quelque part,et encore,...il ne se trouve donc que deux formules évidentes avec ce tronc Y déjà vu.

    La première qui s'offre,est celle qui voit l'illustre s'entourer d'assistants,aptes a le comprendre et dispenser son savoir,et donc de le seconder dans sa tâche...ou l'autre,de diriger ces élèves vers des enseignements plus conformes à leurs demandes,...et qui n'est pas nécessairement la sienne.

    Cette démarche est très honnête et offre le mérite de ne laisser personne pour compte.

    Certes,et auparavant,l'on réservait l'enseignement discret à des cercles et milieux fermés....avec malgré tout,reconnaissons le,des dérives de tout ordre.

    Adapter nos formes d'enseignements,n'est nullement faire preuve de trahison ou de folie quelque part,mais davantage de malléabilité et flexibilité face au progrès,comme de l'interprétation de ce que l'on rencontre de nos jours.L'enseignement s'actualise,tout simplement sur le courant de la vie..

    Sans léser,casser ou salir quiconque ou quelque chose,essayons de découvrir et trouver cette Voie de l'Harmonie et du Cœur...(central,les Chinois le définissent comme l'élément Terre ou Feu,le Cœur étant en outre le maître du souffle selon Liu-Tsou,maître Taoïste)

    Car,et de toute manière,enseigner la Haute Sagesse,que ce soit de façon généralisée,collective ou sélective,...demeure une aventure donnant bien des plaisirs et satisfactions,comme exige nombre de sacrifices aussi !

    Ceux qui demeurent prêt a y consentir,enseignants comme enseignés,feront toujours du bon travail...et ,en y réfléchissant,n'est ce pas ce qui est réellement important en soi ? Le reste comptant si peu...sur un passage si furtif.

    Le vent souffle dans les pins ...écoutons le,Il livre toujours un message,Lui aussi

    Merci...

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • L'élément Terre mite.



     Bien le bonjour les Erremétistes,

     

     

    Pour donner une suite cohérente à l’article précédent et dans un certaine logique des choses,j'aimerais porter aux consciences ,le fait que de tendre à se projeter dans une démarche désintéressée,ce, ...pour s'en revenir au cœur des phénomènes,est une entreprise que l'on pourrait aisément qualifier de noble et digne,possibilités humaines

    L’Alchimie,bien que souvent désuète au premier degré en tant que science aujourd'hui,continue a indiquer un chemin parmi de nombreux autres.

    Ce qu'on y recherche essentiellement n'est nullement une quelconque gloire a retirer que davantage une libération d'un contrôle volontaire.

    Car et effectivement,force est d'avouer,que de nos jours,tout s'envisage en terme de rendement souhaité immédiat,sur ce qui semble amener profit à la vente ou à l'achat...laissant en outre un passé se profiler également et entièrement révolu,voire devenu obsolète pour certains,affichant ce qui est l' humanisme comme ses acteurs en pâle figure et gentille plaisanterie souvent,....

    En outre et pour la parenthèse,il est également et relativement surprenant de constater qu'en Occident,tout semble axé sur le contrôle volontaire,alors qu'en Extrême Or riant,l'on en retient bien davantage le respect des Arts et Sciences,allant bien à l'encontre de cette tendance.

    Bien fort heureusement,il reste encore permis de croire dans les vertus éternelles de l'Homme...car malgré tout,il possède aussi,Lui de même, cette connaissance reposant sur l' abondance du rien comme de l'immédiat,...que définit si bien notre époque.

    Il arrive qu'en Alchimie,que le maître s'incline devant l'élève,lorsque ce dernier en passe un instant d'éternité....tel cet Harigaya notamment qui sortit son chapelet et se pencha devant son disciple Odagiri Ichiun,lorsque celui-ci réussit ''ainuke''ou l'Art de passer mutuellement et donc sortit du monde d'opposition pour entrer dans celui de l'absolu.

    Aussi,et en y prêtant attention,il s'avère assez évident d'observer le besoin énorme de cet Homme qualifié de moderne (ou tout au moins,quelques uns) à se vouloir réfugier dans ces oasis sécurisants que sont les anciennes coutumes,mythes et préceptes,remodelés en organismes et structures philosophico-religieuses..

    Car,effectivement,il erre plus que très souvent,entre le meilleur et le pire,...ne sachant trop où et comment s'orienter la plupart du temps,habité d'une fragilité extrème face à toutes ces informations contradictoires et ventilées par les médias,et à la merci de tous ces pseudos...détenteurs de secrets ou autres maîtres rôdant.

    Sortir de l'opposition via le Nigredo-Albedo-Rubedo,ou tout autre chemin qualifié d' initiatique,..ce,pour entrer dans l'absolu,semble parfois impossible pour certains de par cette opposition entre l Homme et la matière....ce débat s’alimentant au même titre que celui bien connu sur le sexe des anges.

    L'absolu ne repose point sur l'irréfutable,et la plupart du temps...les voyageurs restent bien en deçà,quelle que soit la pratique qui leur sert d'oxygène.

    Car et de souvent,l'Art,dans sa forme la plus authentique,est également partie intégrante de cette éternelle recherche en Soi pour cet Homme,en besoin d'élévation spirituelle comme de connaissances et savoirs.

    Manipuler un pinceau,n'est nullement être Dali ou Picasso,il en est bien certain.

     

    Dans toutes ces civilisations et époques passées,il y a toujours existé ce genre d'individus,qui ont retranscris ainsi leur existence sur les lois et règles d'une tradition,source véritable aux origines parfois nébuleuses,certes,...et qui au prix d'inlassables recherches,en ont intégrés l'essence-ciel,dégagé la gemme,...pour en extraire un nouveau courant ou élixir vers les générations à venir !

    Mais force est de constater malgré tout,qu’en Occident,on en recherche l'absolu via les abstractions et les généralisations,sans rapport avec le corps...;ce qui semble même et depuis longtemps d'ailleurs être dans un état de divorce avancé.

    L’Alchimie joue ainsi,Elle, dans un autre registre,selon mon humble avis,qui demeure dans la pratique ,l'acte et la sensation....affichant ainsi le fait de deux itinéraires issus d'un bras unique Y.

    Mais de se poser cette élément Terre question,peut être de l’intérêt vers ces pratiques issues de la Terre noire,mais pas que...sinon,dans un temps premier,de dire adieu à toutes les qualités que l'on considère comme ordinaires,telles que méritoires également ;que sont le courage,la volonté,l'adresse...

    Il n'en reste ainsi plus rien dès lors le cap franchit,le vide étant complet..le corps et le ''ayant''disparu.

    Une force Miss Terre rieuse surgit maintenant,issue d'on ne sait où,et ou ce tout s'effectue dans l'ordre naturel des choses,sans encombrement de pensées néfastes..

    Et de fait citer peut être Willhelm Reich qui nous siffle que de l’irréel résulte l'impuissance;ce que nous ne pouvons en fait concevoir et donc ne point maîtriser.

    Ces Sages ont ainsi donc compris,loin s'en faut ce fait que la tradition reste davantage un élément moteur et fondamental au développement plutôt qu'un poids mort !

    J'en souhaiterais ainsi rendre un hommage particulier ici,à ces quelques individus(Hommes et Femmes ,of course),connus ou non,dont le rôle a été plus que décisif pour beaucoup,et qui n'ont jamais oublié cette soif au devenir de l'Homme et l'Humanité,...comme d'avoir toujours aussi gardé au fond d'eux ce besoin a monter plus haut dans l'arbre de Lune au Pays au bout là bas... ou plonger plus bas dans la Dame Gaia,...sacrifiant une part du confort de leur vie,pour en semer les petites graines si précieuses,espérant par celà, que la récolte se fasse un jour,pas trop lointain.Respect sincère !

    Par ailleurs,il est peut être intéressant également,dans le cadre en cette petite chronique de se poser cette légitime question quand au pourquoi d'une pratique en vertus si profondes et cristallines en terme de pureté,dans le cadre et à l'échelle d'une civilisation  comme la nôtre?

    Pour en résoudre le grand rébusmicro et macrocosme que nous sommes,et ainsi donc,peut être,nous permettre le mieux vivre,il est nécessaire,de prime abord de s'associer à une pratique n'ayant nullement perdu son âme originelle,et donc,une filière pour Celle ou Celui,qui saura en décoder le juste message.

    L'écrit,en ce dernier étant de beaucoup plus important que le papier ou,autrement dit, le contenu,..du contenant.

    Malheureusement,les aspects offerts de nos jours et étincelants à l'excès,aveuglent tellement de par les feux d'une actualité toujours en recherche de spectaculaire et sensationnel...que les cœurs artistiques ou autres,contenus dans ces écrins de nacre,ne demeurent plus accessibles qu'à Ceux qualifiés de ''cœurs purs''.La crème des crèmes en quelque sorte!!

    Il importe de savoir apprécier l'héritage,message vrai déposé par les Anciens sur la route,et de conserver cette foi en l'Homme,oui cette chose qui repose sur l'ignorance,selonJérôme Touzalin dans son Passager clandestin.

    La croyance en l'expérience acquise par le temps,ainsi que la transmission de ce savoir ,...en constituera le terreau d'un patrimoine humanitaire.

    Cette dite Terre,s'oppose symboliquement au Ciel,comme le passif à l'actif,le féminin au masculin,l'ombre à la lumière,Tamas à Sattva,Yin au Yang,la densité,la fixation et la condensation au subtil,volatil et autre dissolution...

    Étymologiquement liée à l'humus,qui a modelé l'Homme et substance Unis vers Elle,chaos des origines,la Terre est ainsi cette vierge pénétrée par l'outil et fécondée par les pluies et les sangs...semences des Cieux.

    Va sous cette Terre,Ta mère,Aux vastes séjours,aux bonnes faveurs !

    Douce comme laine à qui sut donner,qu'Elle Te garde du néant !

    Forme voûte pour Lui et ne 'écrase point ;

    Reçois le,Terre,accueille-le !

    Couvre-le d'un pan de Ta robe

    Comme une mère protège son fils (Rig Véda Grhyasutra 4,1)

    Entendons nous bien ici que nullement je ne préconise ici une soumission totale et absolue vers un passé,...mais tente simplement de porter à Votre attention,le fait en cette époque,de ce fulgurant attrait des hommes et femmes,vers les structures artistiques,martiales ou non,philosophiques,et autres...

    Car,c'est en ceci également que j'en souhaitais conclure,de prévaloir ,comme d'auparavant cette notion nommée de ''Shugyo'' en Japonais,ou autrement appelée..entraînement austère.

    Ce genre d'activité,sans arrière pensée,recherche d'atteinte,de gain,....respiré avec cette notion également de gratuité dans sa démarche,...et surtout totalement engagée dans une dureté extrême tant mentalement que physiquement supportable,sans nulle tricherie,réserve,prétextes fallacieux.....et allant jusqu'au bout de Soi pourrait être la formule''magique''.

    Cette recette forge l'esprit,tout autant que le corps et le geste,..pour déboucher dès lors sur un mental en acier et davantge apte a la réaction dans des situations les plus délicates et extrêmes.

    Elle constitue une façon de faire, permettant une transcendance face à la vie,je pense..pour trouver cette liberté,hors de toute entrave physique ou mentale.

    Mais,de combien d'entre nous,veulent encore s'astreindre à ce rythme élevé d'engagement tel que ces Alchimistes soldats des premières générations,de ces artistes en herbes,de ces prospecteurs philosophiques ou autres curieux du monde et de ses phénomènes ...?

    Formules dépassées,contraintes intolérables,principes trop récents,qualité de vie supérieure,...tout n'est que prétexte,actuellement, pour s'en détourner du but fixé, à la moindre difficulté.

    Peu importe les degrés atteints,par ailleurs, et qu'il en soit d'un débutant ou d'un avancé dans quelconque discipline, ...tant que l'on en demeure persuadé,qu'il n'est pas toujours facile,de comprendre et accepter qu'une grande partie de la vérité réside dans cette notion d'engagement qu'est ''Shugyo'' .

    Le désert comporte ainsi ce sens symbolique entre autre de cette étendue superficielle,stérile en laquelle la réalité se doit d'être cherchée.

    En dehors de Sa demeure,nous siffle Abd al-Karimal Jîlî,la troupe erre dans le désert.Que de limites insurpassables se montrent à la caravane qui tend vers Elle.

    Peuplé de démons selon St Matthieu,j'ose pour ma part en rejoindre davantage et ici essentiellement Richard de Saint Victor qui y décèle le cœur lieu de la vie érémitique intériorisée.

    Issu d'érèmos (en grec) l'ermite affronte ainsi la nature et le monde avec l'aide de Dieu et s'en retire matériellement en ce lieu,pour mener ce genre de vie.

    Ainsi donc,les ingrédients terre-eau de la sculpture,musique,peinture,...et autres arts peut être même martiaux,restent cette constance en la pratique,l'effort,la douleur,voir la souffrance parfois...à des degrés qu'il convient,bien certainement à ce qui reste du domaine de l'acceptable et tolérable humainement parlant.

    C'est donc d'un pacifisme purement voulu,qu'il s'agit ici...et au à un contre courant évident de non violence et de bon aloi...

    Ces Arts,sans aucune commune mesure,demeurent des pistes ouvertes sur la paix,la connaissance et la Tradition,...humus de cette théorie.

    Au même titre,qu'il y a un temps pour la réflexion..et un autre pour l'action,nous avons ici,cette occasion rare,de pouvoir associer assez facilement les deux aspects....tout comme dans ce labo oratoire en lequel la pratique s'allie à la prière...ou le geste à la pensée et l'S prit.

    Gardons en tète et bien malgré tout,le fait de n'avoir aucune complaisance envers le Soi....car par là en découlera,à titre individuel ou collectif,cette fructueuse moisson tant espérée par nos Anciens.

    Le délai,dans ce schéma, n'a aucune importance,mais aide malgré tout a conserver cette certitude d'avancer vers une forme de paix sinon de grande cohésion entre les Hommes.

    Car,dans l'approche perçue pour ce genre de perception,la notion de temps affiche une limite dans la durée et la distinction plus ressentie d'avec le monde de l'Au-delà,de l'éternel....et donc présente le ceci comme le temps humain définitif et le divin illimité...

    Je terminerais ici en signifiant que ce genre de combat marginalisé,laissera toujours à Celles et Ceux qui le souhaitent,la possibilité de voir un peu plus clair et plus loin qu'en ces eaux tourmentées et troubles d'aujourd'hui....ce qui n'est pas un rien et aide a se retrouver au cœur des choses authentiques...

    Merci...Le Vent est glacial et bleu...Il se lève doucement.

     

     




    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Rires Ether né Elle.

     

    Bien le bonjour Amis Vermétistes,

     

    Tout,paraît-il, fait toujours partie d'un plan,quelque part,,...comme d'également être un non-moins quelconque prologue sur ce qui se devrait de suivre ci dessous,ainsi qu' à l'avenir dans toutes ces humbles et chouias chroniques.

    Car et en effet,lors de l'initialisation de ce petit blog,il importait avant tout et essentiellement de tenter dégrossir et polir quelque peu certains souhaités sujets,comme d'oser les glisser doucement dans une direction voulue,les rendant davantage accessibles pour Chacune et Chacun d'entre Vous.

    Well donc,tous ces ''adieux de maîtrise'' qui n'en signifiaient nullement un écartement de celle ci,qu'un éclairage en partie intégrante d'un message,mais pas que...

    Les étapes sont,selon mon humble avis,des notions impropres en ce sujet d' Alchimie,et si en outre,me devais d'en signifier quelque chose du genre,en ferais davantage référence à cette citation d'un illustre maître d'Aikido,qui en son temps sifflait déjà ceci ''Odo no Kamu Waza'' ou bien plus simplement ''La technique des Dieux léguées aux petits mortels''.....

    Car effectivement,quelle interprétation pourrions nous légitimement donner à ces divers statuts,dans un Unis vers se situant bien au-dessus un plan infiniment supérieur au quotidien de nos vies ?

    Dans ce grand Art qu'est la transmutation des métaux,nous demeurons ainsi Toutes et Tous d'éternels débutants et dans cette mesure en laquelle nous devons sans cesse garder à l'esprit cette idée de commencement...telle la devise Budo qui nous persifle cet autre adage ''Shoshin wasaru bekarazu''.

    L’Alchimie est ainsi donc exclusivement une opération symbolique,qui se veut accessible via la vertu spirituelle (Guru Nâgârjuna)...et qui ne possède aucune finalité en soi.

    L'eau-air(or) est donc bien ce quoi vers tend la transmutation réelle;celle de l'individualité de ce petit d' Homme.

    Le pourquoi en cette façon de procéder,dirons nous..et hormis une similitude de secteurs non négligeables,est qu'elle en relève essentiellement sur une formation spécifique acquise sur une longue période de vie et autres enseignements anciens, relativement particuliers comme inhérents à une culture ou connaissance propre...prodigués au sein des confréries du silence et autres écoles du Budo Japonais,pour ce qui porte mon intérêt absolu ici.

    Les Arts soulignent cette subtile et unique Alchimie de l'âme et son corps,par des principes non voulus surhumains que davantage sur-humains.

    Car et effectivement,il en est d'une certaine intervention du Céleste,voire d'une manière plus générale,une situation de son symbolisme sur un plan cosmologique.

    Depuis maintenant quelques temps,ai donc tenté d'établir ici, quelques similitudes et autres parallèles entre cet Occident et l'Orient,entre un certain ésotérisme aux sociétés fermées propres à nos contrées et ces instructions diverses dispensées au sein des Dojo,de ces disciplines anciennes et traditionnelles d'Asie,...bref de démontrer une certaine émergence de l'intuitif ou du cérébral.certes,mais issus d'autres horizons..pour donc l'engager avec un certaine approche.

    La conception faite ici sur ce thème de ''la Terre noire'' est ainsi cette intégration souhaitée de la lumière par le corps et l'esprit.

    La Bible citant l'Homme à l'image de Dieu au même titre que ce corps humain qui en contient l'Univers...se pose dans le quotidien d'une pratique formulée également en Budo,via diverses opérations sur les centres vitaux notamment (éveil ou réveil,et ce,afin de favoriser la circulation des différents flux énergétiques,un assagissement vers une fluidité des mouvements,...telles les vagues balayant les rivages).

    Nous avons déjà abordé le fait que les deux phases de coagulation et de solution en demeurent équivalentes à celles du rythme Unis vers Elle.

    Kalpa et Pralâya(involution-évolution...et ses nuées d'alternances Tamas et Sattva).

    Aussi et donc,revenons en un peu avec un concept de trop bien adapté à la situation du jour qui en porterait ce nom de ''SHOSHIN''...et qui se voit ainsi définir aisément par ''l'état d'esprit ou de cette attitude que devrait en posséder tout débutant''.(voir ci dessus).

    Dans sa sincérité d'action et de pensée,cet état caractérise le comportement de n’importe quel adepte dès le commencement vers un perfectionnement,un désir de connaissances...jusqu'à la fin de sa pratique.....tout en ne manquant pas de préciser,que ce dernier terme est très vaste en soi et en temps !

    Réceptif dès l'apprentissage et l'étude,à toujours s'engager davantage et en profondeur,à ne nullement se satisfaire de l'acquit présent et du Soi,....il prend également conscience,des dérives imposées par les années,les âges,les grades et titres,les attitudes changeantes ou mouvantes,les laisser aller vers mirages et autres illusions d'un genre similaire....nous ramenant donc et ainsi vers le Nigredo.

    Ce fabuleux mot Japonais,symbolise ainsi essentiellement la droiture,la pureté et la force,l'enthousiasme constant,l'élan d'énergie a toujours désirer se dépasser,la remise en question sans concession ni complaisance aucune,cette volonté a repousser sans cesse ses propres limites,cette philosophie de ne jamais s’arrêter ou se croire arrivé...

    Mais plus en subtilité,il respire en Lui,cette image d'une route serpentant la montagne,pour se rallier à la plaine et se joue sur un travail posé sur deux plans donc;physique ,par l'apprentissage et subtil,par les découvertes des incidences énergétiques.

    Par ailleurs,il importe de prendre bien conscience en ceci que pour que fuse l'authenticité,il faut se libérer du corps et des ses caves sombres,prendre la route de l'éternelle chemin de vérité..et de toujours voir à se purifier davantage.....car tout acte est prière,s'il est don de Soi (Antoine de St Saint-Exupéry).

    Ce mot de Shoshin,effectivement pourra sembler dès lors un paradoxe pour certains d'entre Vous,et dans son approche,à devoir se condamner à ne jamais prendre le temps de jouir du moment,à ne jamais prêter attention à tous ces échos de vie autour de lui ..,qui en suggèrent déjà un repos trop vite mérité,d'arpenter tel niveau qui sera plus rapidement atteint,de pouvoir se satisfaire ainsi que de la légitimité à le faire,...

    Mais dans ce genre de recherche,posée sur les concepts au Tao,plus qu'épuré,la démarche de l'authentique engagé,reste gratuite...totalement.

    C'est l'action du Soufre sur le Mercure,qui,dans la matrice mère donne naissance aux minerais...là;où également s'effectuent les diverses transmutations....offrant à cette Dame Terre,la plus juste dénomination parfois, de creuset;lieu en lequel on en retourne à l'indifférenciation..l'embryon des origines.

    Aussi et maintenant,posons nous cette question du pourquoi,d'aucuns poursuivent cette course folle en avant sur le chemin de la conne essence et du savoir absolu ?

    Et de répondre,que toujours il semble y avoir la soif,la faim,ce besoin..et plus .. d'exister,d'avancer,de se libérer des stéréotypes et autres carcans..car l'Homme reste Homme.

    Le Sel est ainsi produit tel l'équilibre entre le Soufre et le Mercure,entre le Ciel et la Terre,l'eau et le feu,l'action et l'inaction...k'i et tsing...

    Nous voyons donc ici que l'Alchimie dans son approche la plus simpliste suppose davantage une connaissance des principes traditionnels et se posent principalement sur les relations,ses axiomes résumant l'ordonnance des oppositions masculin-féminin,...le Grand Œuvre étant en outre l'union du Monsieur Soufre avec sa Dame Mercure.

    Par ailleures et aussi,les Arts véritables possèdent cette faculté et caractéristique a être des guides avérés et vecteurs de réponse à ce besoin d'une certaine catégorie de Femmes et d'Hommes malgré tout et hormis les discriminations culturelles,religieuses,sociales,...

    La pratique du bricolage,musicale,calligraphique,martiale,...et via cette notion de Shoshin,aide donc a conserver aussi le regard neuf,comme si chaque instant s’affichait dès lors comme étant notre dernier,avec cette volonté d'encore mieux faire,encore et encore...et donc d'aller toujours plus en avant !

    Admettre que cette quête dure une vie entière,qu'il n'y a jamais de stade d'interruption ou d'auto -satisfaction,...reste en quelque sorte pareil à telle action de tirer via un fil de soie,l'adepte vers ce haut nuage de la Sagesse,..et qui,à la moindre faille mentale,en viendrait à se rompre,par sa propre inertie.

    Cette notion est comparable aux pulsions de la Vie,identique à cette vision quand aux montagnes lointaines sur la ligne d'horizon,vues par l'Homme qui n'en regarde nullement vers l'arrière le chemin dès lors parcouru,...mais qui reste convaincu que rien n'est jamais achevé,et que cela est plus que bien ainsi.

    La référence aux enfants des arbres de Lune et de cette cristalline vérité qui en émanent de leurs âmes et cœurs, nous enseignent ce retour a conserver et retrouver cet état leurs.Rien n'est péjoratif ici,que bien du contraire,...hein,Noble Dame !!

    Cette candeur et naïveté propre,cette spontanéité,cette volonté a découvrir sans cesse,cet instinct au naturel,de s'asseoir pieds ballants sur la plus haute branche...nous enseignent à ne jamais se satisfaire de ce que l'on est ou pense être..

    Un des plus reluisants pièges de Vie,et nommé réussite,....nous offre le confort ainsi cette noyade douce et lente,dans les eaux de la satisfaction.

    Les grades,titres,médailles,statuts,...n'en ont pas d'effets moins pervers,..il faut en prendre bien conscience également !

    Lorsque la route est finie,que reste il alors comme élan à cette Vie?Que demeurent-t-il encore comme projets ou ambitions,oxygène,... ?

    Plus d'eau pour abreuver cette soif d'existence...et donc la mort,en quelque sorte;pas au sens propre du terme,mais quand même...

    Je résumerais donc ici et ainsi,cette chronique,en insistant sur ce fait de rester avec cet état d'enfant le plus longtemps possible,ou tout au moins essayer pour certain(e)s de le retrouver..de recommencer sans cesse,ou encore mieux,de demeurer perpétuellement sur cette ligne de départ,...de Vous moquer du temps,et des honneurs donnés à l'homme avide de gloire et puissance,...comme de respirer l'inaccessible.

    Aussi,cette notion est une composante d'évolution sur la recherche Vôtre,et dans cette mesure où on y décèle autre chose que la gloire ou le pouvoir.

    L'authentique maître reste et restera l'enfant.On le pense inaccessible,alors qu'Il est si proche de tout le monde et de toutes les choses. Celà,parce qu'il reste seul a comprendre le sens du chemin déjà effectué,en voyant simplement celui qu'Il Lui reste à faire.

    Pensez,je Vous prie,que la maîtrise n'est certes pas un état définitif,mais un passage de porte menant vers une compréhension autre.

    Dès que l'on tente de trouver l'eau-air et les saisir...on fait un faux pas...hi hi

    Shoshin,porte de l'intelligence et du Cœur.

    Le Vent se lève...glacial...pas trop sur le Berry je te prie.

    Merci...

    Rires Ether né Elle.

     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires


  •  

     

     

    Bien le bonjour les Erremétistes

     

    Chaque adepte affichant un minimum de sérieux en terme pratique,et pour le peu également qu'Il en demeure sincère,s'accroche un jour ou un l'autre avec diverses incertitudes,relativement fondamentales pour son apprentissage .

    Effectivement,les efforts engagés plus qu'au quotidien de la vie,et ce,sur longueur d'années,comme dans une quelconque tentative d'atteindre la plus juste compréhension en ce qui est fait,via une philosophie sur les actes et la pensée,ne détiennent-ils pas cet objectif suprême,d'apprendre a se hausser spirituellement,bien au delà de tout champ pratique,des applications basiques,acquises lors des divers échanges ?

    La Madone (Ma Donna,mater,matris...) sise en Notre Dame de Paris,affiche Elle, subtilement en façade sur son portail d'entrée et bien-nommé du ''jugement'',le pilier dit trumeau séparant en deux parties,l'accès comme nous agrémente également de représentations qui vont ainsi nous intéresser dans l' approche d'aujourd'hui.

    Par l'observation,on y voit ainsi une Femme touchant les nuées de son front,assise sur un trône,tenant en main gauche un spectre,tandis que la droite en supporte deux livres (ésotérique et exotérique en symbolisme),...laissant quantités d'anagogies et autres paraboles certes a appréhender et derrière en ce cadre.

    Ce qui intéresse particulièrement dans cette étude et chronique,est davantage cette échelle aux neuf degrés ( scala philosophorum),pointant la vertu en patience dont s'oxygènent les disciples Alchimistes,quoique le nom importe peu, cheminant sur les neufs étapes-opératoires,mais pas que.

    Patience passe science donc,amène dès lors au bout des desseins...et au sommet.

    Mais,observons de suite,si ces finalités en sont possibles dans cette mesure en laquelle parfois elles s'opposent,cheminent ensemble ou convergent.

    Car force est de reconnaître également,que personne ne peut prétendre posséder Le Grand secret,si l'engagement à la poursuite de ce dernier n'est point en accord avec les recherches effectuées.

    L'étude,la persévérance et l'activité en labo-oratoire ne sont dès lors pas suffisantes...si bases et fondements en font défaut,sachons-le bien.

    Le rapport entre le céleste et le terrestre est ainsi affiché par une symbolique ascensionnelle et valorisatrice posée sur la verticalité.

    Il indique en outre un itinéraire a emprunter, graduel à divers niveaux et à double sens,démontrant par ce fait que la verticalité citée donc,serait la ligne du qualitatif et de l'élévation (grades et statuts).Le double sens a la même importance que pour ce jeune Judoka qui entame son circuit dans les Dojos en arborant une ceinture(Obi) blanche...passent par divers couleurs standard (jaune,orange,verte,bleu,marron,noire)...poursuit via les dans supérieurs ...ET en revient sur la fin de son itinéraire vers la couleur initiale,la boucle étant bouclée...Ouroboros,cycle d'évolution refermé sur lui-même,éternel retour vers les choses,de couleur moitié noire et blanche (union des deux principes d'opposition ciel et terre,bien et mal,jour et nuit...Yin et Yang).

    L'échelle donne ainsi dans une imagination en terme d'ascension spirituelle et des divers échanges effectués entre le ciel et la terre.

    Well,et ce qui concerne cette philosophie dirigée,la contradiction n'est qu'apparente,entre une recherche intérieure et visant une certaine maîtrise vers un cheminement technique ouvertement destiné à une sorte de face à face engagé contre le Soi que,plus facilement pour celui qui pourrait le voir tel malgré tout,contre les autres.

    Il en est,en outre et aussi le pourquoi de ce symbolisme de l'échelle,sur lequel nous allons revenir un chouïa,un peu plus bas.

    Par ailleurs et via cette façon d'aborder les phénomènes,il s'avère que l'éveil,réveil...tant espéré par tout érudit authentique et consciencieux,peut afficher clairement la non opposition entre un Chemin de Vie,et la méthode purement technique pour s'y hasarder !

    Cet objet qu'est l'échelle fait ainsi apparaître le besoin de relier le bas et haut,et de gravir la distance qui en sépare les échelons,allant en quelque sorte de ''commencement en commencement,par des commencements qui n'ont jamais de fin'' dixit Grégoire de Nysse.

    La direction de réflexion qu'il me sied a pointer ici et dans cette petite chronique,est issue d'un constat précis et assez facile a faire,pour tout adepte en recherche sur le Soi,et quelque peu engagé déjà,dans un chemin intègre à ce qui est souhaité par les vieilles écoles de Sagesse.

    Car au grand Tao commencement,l'homme charnel,lié aux biens de la Terre...en finit par aboutir au spirituel,céleste...telle cette célèbre allégorie vers la montagne et son soleil.

    Les échelons noirs et blancs d'Herrade de Landsberg nous font ainsi également ce petit clin d’œil sympathique en la Nigredo devenue Albédo,dans l'ouvrage ''Hortus deliciarum'',jouant les petits démons qui tentent a provoquer la chute des pêcheurs.

    La verticalité offre elle de même une précision d'ascensus et descensus,avec son sommet aligné sur la base...embrassant la main de Maître Eckhart qui en son temps nous sifflait encore que ce qui est des plus haut,dans une insondable Déité est tel à ce qui est des plus bas,dans la profondeur de l'humilité.

    Car,certes et pour y revenir,nombre de paramètres,techniques,la plupart du temps,demeurent des obstacles et soulèvent quelques doutes ou autres flottements,quand à leurs justifications,voir leurs emplois,...en ces temps dits modernes.

    Des sept degrés au Temple d’Ézéchiel et dons du Saint Esprit via les douze autres de Benoît et ses béatitudes en passant par les trois degrés de Noé,ou de Jacob...les échelles invitent donc à l'élèvement et l'union du haut et bas et inversement,au même titres que ce que l'on puisse en retrouver des similitudes pyramidales aux titres(Kyoshi,Renshi,Hanshi) ou kyus/dans du Budo Japonais,dans une certaine mesure.

    En effet,et de se poser cette élément Terre question au comment se fait il,que souvent,ce qui est enseigné et étudié dans l'optique d'une certaine élévation spirituelle,en loges,écoles,institutions,dojo...se voit dès lors peu ou prou modifié,adapté....pour convenir au mieux dans ces aspects du quotidien,ne se dirigeant que dans une direction qui en demeure essentiellement dans cette évolution de statut....mais qui n'offre pas l'escompté en notions d'humilité,de modestie et abnégation. ?

    C'en est d'ailleurs à ce point,parfois,où les deux directions de travail se pratiquent cumulativement,alternant entre ce qui était en usage par le passé...et ce qui devrait être adapté à nos mœurs et actualités,et donc de grimper à ce moyen de franchissement par deux à la fois,alors que deux faces d'échelles il y a !

    Le simple exemple de la politesse ou du savoir vivre...intégré plus que fortement à cet esprit de la galanterie et du comportement d'usage...offre ce constat actuel déplorable,très souvent,des choses,confirmant aisément ce fait .

    Il y a donc et ainsi,un certain décalage,comme confusion, pour l'élève sur le chemin de la dite Sagesse,...et même pour Ceux ,dont l'esprit est des plus larges.

    Une voulue distinction s'établit donc entre ce que l'on pourrait nommer l'enseignement académique,et celui dit du ''cœur''!Ce dernier,insistant essentiellement sur un abandon de l'ego et cette fusion entre les deux partenaires,l'enseignant-enseigné,le maître-disciple,le père-fils,...cela important si peu,en fait !!D'une âme à l'autre en étant le résumé,rendant à l'échelle sa définition à la progression.

    Dans l'initiation mithriaque,l'échelle ''climax'' possédait sept échelons qui se référaient aux métaux,eux-même vers les planètes...)....et le disciple en fin de parcours des sept cieux,en ouvrait ainsi la porte de l'Empyrée.

    Peu importe sa présentation,en fait,...car elle se compare très aisément à une route sur laquelle cheminer qui en rejoint deux points distincts,étant Unité,là où le ciel et la terre font fusion,tels le haut et le bas...l'arbre et la lune en son frère et Sœur,terrible hein..hi hi

    Ce sera donc ici,et pour beaucoup,que les routes se sépareront et qu'authentique graduation ou non,se fera,....entre ce qui est d'usage,mais demeurant tellement superficiel et artificiel,...et qu'il se faille reproduire le plus fidèlement possible d'après les enseignements reçus,avec ce risque de passer pour un agitateur ou autre révolutionnaire,ou,ce qui émerge de l'âme profonde...l'éthérique.

    Car et bien davantage,assimiler et intégrer..puis adapter avec des vibrations humaines profondes,au mieux possible des attentes de chacun(le Soi et l'autre)....le sourire s'affichant naturellement et non se donnant sur ordre,ou parce que cela fut dit un jour est selon mon humble conviction,la formule magique !

    Malgré tout,force est de reconnaître le fait,qu'à la faveur des démarches mentales ,de plus en plus précises en notions philosophiques,théoriques,...il y a eu ,au long de tous ces ans passés,une certaine érosion de la chose originelle,brute,...exclusivement conçue et adaptée pour ces époques.

    L’Alchimie des origines s'étant disons actualisée.

    Annexons à ce contexte,une volonté éducative d'une certaine approche souhaitée comme de la pensée,revue et corrigée au fil des demandes,pour maintenant,de ce fait,uniquement tenter d'arriver à cette tant voulue maîtrise de Soi...sans en passer par les stades ou paliers inférieurs et placés à cet effet,pour une progression adéquate et complète.

    Cela en signifie donc,que dans chaque discipline d'enseignement traditionnel et posée sur une certaine authenticité historique,à juste échelle....on retrouve une véritable disponibilité réelle du geste et de la pensée.Que ces écoles détiennent dans leur for intérieur les stigmates de la forme ancienne,les perpétuent,...et qu'à un certain niveau d'apprentissage,l'on risque de les voir réapparaître,de toute évidence,lorsque le temps sera venu.

    Ne dit on pas,par ailleurs que l'on retrouve une certaine efficacité spirituelle ou gestuelle...dans ce qu'il y a de plus simple?

    Ce phénomène repose sur L'Unis vers Elle,par son application la plus directe. Cela est donc total et absolu...c'est ..La Voie Royale,tout simplement !

    Le sourire,le geste beau,la pure parole,la pensée claire,...tout est là,et Celui, qui en est là également n'éprouve plus ce besoin d'en faire état et étalage...Il est.

    Permettez à Votre serviteur de faire une dernière mention vers ceux et celles ...qui veulent se faire plus catholiques que le Pape !

    Ce que l'on sous entend ici par efficience est à terme,...cette nécessité d'éduquer l'homme sous un canevas de principes,schémas et vertus,aptes a provoquer son éveil,réveil...et même si ce canevas en question,n'est pas exactement conforme à ce qui est dicté par les Hautes instances en place.

    La démarche du cœur est faite,lorsqu'on prend conscience et que l'on admet,que l'essence ciel essentiel n'est nullement dans cette possession d'une quelconque supériorité face à quelqu'un ou quelque chose,toujours relative,mais davantage dans ce débat de forger un esprit via des épreuves semblant inutiles,au degré premier.Nous sommes Toutes et Tous égaux sur un échelon,non ?

    Le Chemin se subdivise donc en deux pistes Y comme de mentionné ci-dessus..La première,ressemblant davantage à un raccourci-trompeur et s’arrêtant net à mi pente,..l'autre,toujours aussi direct,quoique moins rapide,certes,avec quelques paliers et retours en arrière,ou arrêt(histoire d'admirer le paysage ou observer la hauteur parcourue)...mais qui risque bien de nous amener au bout...

    Durant cette escalade l'S prit ne se devra s'attacher à rien;ni aux échelons précédents ni ceux au devant...car rien ne s'espère dans le futur,ne s'établit dans l'instant et ne s'attache au passé...tout étant vide dans cette action.Penser est entraver..et échelle de folie comme troubles.

    Et de conclure peut être avec Sir Milton qui nous gazouille que le véritable amour épure la pensée,agrandit le cœur;il se fonde sur la raison,il est judicieux;il sera pour Toi l 'échelle qui T'élèvera à l'amour céleste,en ne restant point plongé dans les volutes des sens...Le Paradis Perdu (1667)

    Rien ne presse,l'échelle est haute et droite,un pied suivra l'autre...et même si les jambes en viennent a trembler...quelle importance,en fait !!

     Merci et bonne journée à Vous....le vent se lève.

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Du noir au Blanc.

     

     Bien le bonjour les Vermétistes...

    Il est très subtilement glissé dans le sutra de ''L'Ornementation fleurie'',le ceci que si l'on en ambitionne connaître le Royaume de l'Eveillé,il nous en faut se détacher des pensées subjectives et de toutes les saisies,pour rendre l'esprit aussi clair que possible et dans l'espace,libre de se mouvoir dans toutes les directions.

    Certes et au second degré,il n'en s'agit que d'un royaume au savoir sacré,que l'on trouve en soi même,selon une Alchimie bien circonstanciée,et qui ne nécessite aucun arsenal ou autres pratiques remarquables pour se faire atteindre,que juste voir a se purifier des afflictions en rapport avec le monde extérieur,...accumulées depuis l'aube des temps.Il en était de cette phase au décelèment et travail de l'Oeuvre Nigredo,osant Vous le penser cerner,maintenant.

    Déployer ainsi cet esprit pour le rendre apte à la grandeur du Cosmos,via le détachement des notions conceptuelles sur l'erroné et les imaginations devrait donc libérer cette Sylphe essence,pour la rendre également multi-directionnelle quand à la juste perception des choses.

     Si,dès cet instant,lorsqu'ayant posé ces premières pierres à l'édifice,en avais-je ne fut-ce que débusqué ce chouia ''savoir ''réservé à la bien juste nommée intuition,..comme d'en détenir en outre,la juste présidence a avoir pour une vie entière de recherche,....c'était parce que peut-être, en détenais également cette certitude,quand au concept vers ce genre de philosophie,et,qu'il en sous entendait un phénomène''iceberg'' de bien plus puissant comme de plus motivant,face à ce qu'il m'avait été donné de voir,jusque là,dans certaines sphères!

    L'Oeuvre au noir,batifole et se moque ainsi donc quand à cette aptitude de savoir accepter le fait que nous en sommes des inconnus qui se cherchent,et donc qui tentent de prendre également conscience d'une terrible confusion intérieure.

    Cette Ombre relativement paradoxable dans ce qu'elle nous offre comme souhait de briller en société et d'en détenir les pulsions inadaptées ou autres facteurs de confrontations face au Moi se trouve bien nichée et blottie sous l'inconscient personnel.

    Des ébauches,telles celle de la conne-essence,la persuasion,l'idée absolue de vouloir se démarquer des autre,...et, affichant par mille manières qui soient les grades,fonctions,statuts,honneurs,le savoir...trahissent quelque part malgré tout un certain pourquoi aux dérives sur l'engagement de nos anciens,des origines des Temps et différentes structures initiatiques.

    Dans de nombreux sphères,force est de poser ce flagrant constat d'une majorité de personnages a vouloir briller par dessus tout,sprinter sur l'échelle sociale,rafler un maximum de titres,surnager au dessus de la masse grouillante,...juste pour ce besoin ridicule d'aveugler et faire flores.

    Tant de ces aphrodisiaques œuvrent en ces âmes perdues comme autant de veaux d'or,et qui agitent un univers de soi-disant chercheurs sur la Voie Alchimique ou autres...que tout débutant ne découvre que lentement,la plupart du temps et par un long ,très long travail en constance.

    Le jour s'éveillait,

    Et,à sa blancheur première,

    Le village s'éveillait avec ses mille bruits

    Devant ce constraste de vie et de mystères,

    De lumières et de ténèbres,

    Je méditai un moment,

    ''Mon Dieu,comme les morts restent seuls''.Gustavo Adolpho Becquer(Rimes 1871)

    La rencontre conforme au schéma voulu, nous introduit donc à cette Oeuvre dite au blanc,ou Albedo(Leukosis) placée sous le signe de la Lune et de son arbre...:)

    Les scories dès lors accumulées sur l'auparavant,vont ainsi être lavées pendant des mois et des mois,voir plus encore...

    Il en est d'une concomitance reconnue avec cette part d'Ombre que nous avons plut haut rencontrée et de son assimilation,voir intégration.

    Or il faut bien prendre conscience que ce face à face assumé demande au voyageur,une grande capacité à la juste moralité et à l'abandon de ses préjugés ancrés.

    On pourrait assimiler ce genre de travail à un incessant comme intarissable ''lavage''qui va avec le temps séparer la lie du vin,faire dans la différenciation et la purification,...mais pas que.

    Dans ce cadre et ordre précis le caractère en ressort fortement grandit,la physionomie aérée,...car les pulsions dès lors canalisées comme de plus du tout conformes dans le schématypes et l'ordre des choses établies,toutes faites et codifiées.

    Soucieux et compréhensif,le voyageur est ainsi bien au dessus de tous ce qui est jugement,et dans une impartialité pure...équilibrant parfaitement ces notions de bien et mal.

    Les dogmes sont maintenant bien dépassés pour ce Sire qui se laisse mener par son âme,et dont la vie n'est plus formatée et paramètrée par les impositions d'une société posée sur le paraître .

    Ce dernier chemin,en conviens,n'intéresse nullement la plupart d'entre nous actuellement,certes,car une certaine intelligence des choses et maturité obligent...et d'oser citer,à ce jeune âge qui était nôtre en l'époque de nos 20 ans,relevait du pur défi.

    Car la lutte,sur ces âges restait malgré tout très âpre face aux jeunes loups,qui,paradoxalement et maintenant,se réajustent si difficilement,sur un vocabulaire et une pratique,dont ils se sont tant gaussés,auparavant.

    Déjà,en ces temps anciens,une conscience en fut ainsi et heureusement établie,par certains en retrait et ombre,de défendre quelques âmes d'exceptions,qui façonnèrent et polirent par la suite et durant toute une vie,une idée.....capable de motiver des millions d'autres,...et bien encore après leur mort !

    Effectivement,il semble illusoire et à la limite du déraisonnable même, selon l'avis de Votre serviteur,de dépenser tant d'efforts et énergie dans une existence,dont l'unique but en serait de briller ou de gagner si peu,dans monde où ces institutions de connaissances ou autres sagesses sont lois.

    Ainsi le ''blanc'' Albedo détient cette valorisation qui demeure liée profondément au phénomène initiatique,comme est cet attribut symbole de l'individu qui se relève,se reconstruit et renaît en victoire face à l'épreuve.

    Couleur initiatique,elle en est celle de la transfiguration,la grâce,...qui éblouit en dépassement l'entendement.

    Il est dit couleur de l'aurore,où la voûte céleste réapparaît,dénudée encore de couleurs,mais riche du potentiel des témoignages dont le microcosme et le macrocosme se sont rechargés,tel un condensateur,pendant le passage dans le ventre nocturne...mer d'énergie.

    L'un monte ainsi donc de la matité à la brillance,l'autre en descend de la brillance à la matité...offrant en ceci deux candurs vides,suspendues entre présence et absence,en lune et soleil,entre frère et soeur...

    Le blanc rit ainsi de ses blanches dents...a savoir que sur notre âme,il en puisse agir de la sorte comme le silence absolu,non mort,que davantage gorgé de vivacité et enjouement.

    Ce qui est essence-ciel,en ces temps assez désordonnés et troublés,où le commun des mortels se plaint de l'éclatement sociétaire,de la perte des racines et traditions,...est cette subsistance a tenter assurer les partages entre les diverses cultures,races,catégories d'âges,....et donc de fournir un moyen-outil pour rassembler et unir sur un compost souhaité identique à Tous,apte de développer l'harmonie d'un individu avec son Soi et son entourage par la suite....via une éthique de Vie,un cheminement authentique en quelque sorte.

    Réunir,et non-opposer dans un orage de passions aveugles et intéressées,en deviendrait donc dans cette mesure,une médecine de l'âme,une alchimie spirituelle comme une intelligence venant en ligne droite du cœur.

    Maintenir à tous prix une capacité émotionnelle,comme de sensibilité est ce but a tenter atteindre ou a vouloir retrouver.

    Je résumerais donc cette chronique ainsi,de savoir enseigner avec le cœur,de transmettre par le sourire ou le silence,plus que par une technique appuyée sur un quelconque acquit,qu'autre chose.

    Car c'est via cette réelle transmission d'âme à âme,que jamais ne s'oubliera la leçon authentique...hein,Dame Soeur ?

    Aussi et chacun(e) ici pourrait se poser cette plus que légitime question quand au nombre de Labo-athanor, Loges,Temples,Écoles,Dojo,Institutions,Confréries...où en il souffle encore cet esprit décrié ci-dessus?Pour combien de leaders,de pseudos maîtres,de Guru,de professeurs ou autres Sensei,...est il encore une valeur fondamentale ?

    J'ai cette croyance pourtant,restant doux réveur quelque part, que c'est une des formules magiques la plus adaptée en terme de performance et en ce siècle qui s'initie à peine,tel clin d'oeil dans le temps.

    Une synthèse de principes posés sur la moralité et sur les éducatifs divers...et qui favorisent l'élévation de l'Homme dans des qualités telles que la maîtrise,le contrôle de soi,le respect,l'entraide,la sérénité...se doit d'être réinstaurée donc.

    Je ne reviendrais donc plus sur cette hypocrisie,latente et flagrante à souhait habilement entretenue par nombre de promoteurs et dignitaires en place,mais simplement sur ce que demande le peuple.

    Article de consommation,le monde de la connaissance authentique en devient pauvre en tant qu' élément de réflexion profonde et d'éducation.

    Par la suite,allez donc parler à un de ces Hauts titrés ou gradés,peu importe le désir ils en veulent se nommer,...bref,un adulé des médias et foules,...face à cette humilité appelée ici par le savoir du Cœur,de l’Âme et de l'Esprit...et rappelant que l'on en attend d'un exemple provenant du haut,pour savoir reconnaître,quand même que certains véritables chercheurs peuvent avoir malgré tout quelques excuses..à s'être égaré ,quelque part..ha ha

    Merci....le vent souffle froid,mais pas assez encore...

     

     




    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Très Or d'Erre mite.

     

     

     

    Bonjour les Vermétistes...

     

    Et le ciel regardait la carcasse superbe
    Comme une fleur s'épanouir.
    La puanteur était si forte, que sur l'herbe
    Vous crûtes vous évanouir.

    ..........

     

    • Et pourtant vous serez semblable à cette ordure,
      A cette horrible infection,
      Étoile de mes yeux, soleil de ma nature,
      Vous, mon ange et ma passion !

      Oui ! telle vous serez, ô la reine des grâces,
      Après les derniers sacrements,
      Quand vous irez, sous l'herbe et les floraisons grasses,
      Moisir parmi les ossements.

      Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine
      Qui vous mangera de baisers,
      Que j'ai gardé la forme et l'essence divine
      De mes amours décomposés !

    Baudelaire H.(1821-1867)

     

    Et d'oser déjà commenter ,peut-être ce dernier volet dévoué au Nigredo Alchimique en souhaitant appuyer la philosophie et thèse chère à l'Ami Eugène Causeliet, affirmant de ce fait et dans la revue intitulée ''Charivari'' ce que serait dès lors cette cendre nommée Alchimique,comme d'ajouter dans cet ordre d'idées l'affirmation de Dom Pernety qui en assaisonne le tout ....que calcination,putréfaction et corruption,ne sont en fait que mots déposés pour signifier un phénomène relativement identique.

    Nous en resterons ainsi et dans une voulue comme nécessaire simplicité aux trois grandes étapes ''phares'' (Nigredo,Albedo,Rubedo) menant sur le chemin de la Pierre philosophale,et en l’occurrence en cette dernière chronique pointée,sur le Nigredo et ce genre de pourrissement séparant ce qui est pur,de ce qui ne l'est point.

    Il importe certes et aussi de savoir scinder dans ce cadre,ce qui est encodé dans l' inconscient et ce qui est de nos besoins réels.

    L'ombre intégrée est donc ce qui est peu estimable au fond de nous,justifiant l'adage ''Omnis praecipitatio a diabolo''(la précipitation vient du Diable)...se joue sur la durée de temps et non la vitesse d'exécution..

    L'Oeuvre au noir,observe ainsi les énergies extérieures se diriger lentement et se positionner habilement vers l'intérieur,pour nous offrir cette opportunité a en faire ''Solve''envers nos actes et pensées et ainsi faire que de l'infect émerge la sublime pureté (Ex foetido purus).

    L'exemple du Budoka en immersion dans son microcosme Dojo,qui se broie,se rompt,se meule,... dans les épreuves via le gestes,les codes,les attitudes...demeure un cas parmi de nombreux autres,et donc,....libre à Vous de savoir transposer ce dernier vers un contexte davantage intime et approprié à un style de vie.

    Dans le petit ''fumier''des épreuves physiques,mentales,..se décompose ce petit''moi'' pour en déboucher sur une chaleur qualifiée de plus ''humaine''quelque part.

    Ce dit''fumier''doit ainsi mourir en nous,pour revivre ensuite telle une re-naissance;il en est d'une authentique transformation,transmutation...métanoia (qui encore ne sont que mots dans le grand océan de l'élément Terre.lol).

    Par conséquent et pour résumer un chouia,cette opération ''Calcination-putréfaction''est majeure et essence ciel dans le processus opératoire,on ne peut y déroger,sous peine de glisser de l'échelle de Jacob.

    L'élément ''feu''nous amène,Lui, par son travail vers une substance cendre,brûlant sur son passage la jalousie,la crainte,la haine,l'envie,la colère,la passion,le désir.....

    Tout est ainsi bien asséché,via cette opération voulue lente,..amenant au ''Deshi-élève'' ou ,voyageur.. la sérénité ou autre tranquillité,certes,mais surtout un contrôle total de Soi.

    Détruire la nature ancienne,et via ce processus,en faire renaître une autre en une manière d'être capable de donner de nouveaux fruits est donc le juste résumé du ci-dessus.

    La principale des 7 opérations,est ainsi la ''mort'' des corps et la divison de notre composé corrompu,mais faite dans un schéma de patience entretenue et non vive.Une pourriture dans le temps et mesure,en quelques sortes....

     

    Car,les voyageurs subtils en ce monde, semble-t-il ,ressentent à un moment ou l'autre de leur vie,ce petit nécessaire comme vital a devoir faire le point sur celle ci,un aléatoire retour aux sources ou une éventuelle ou profonde prise de conscience quand à une position ou un itinéraire a tenter ,parfois !

    Or,les Sages fondateurs affirmaient,que notre fluide vital,notre Essence est complète en elle-même.Qu'il ne faut nullement se focaliser sur le bien,ni sur le mal....et juste suivre la Haute Voie.

    S'attacher au bien,rejeter le mal,entrer dans des formules tordues et des opérations sombres et confuses,...fait partie du domaine des inventions,et favorise l'éloignement.

    Effectivement,il en faut mettre un terme,humblement je pense,à l'objectivation mentale d'une alchimie de ce type et du monde.

    Ma Zu nous sifflait déjà en son époque,qu'une simple pensée issue de l'esprit vagabond forme la racine du monde de la Vie et de la Mort...et donc que pour se libérer de Ces deux Dames Tao,il suffit d'éviter l'apparition d'une seule pensée.

    S'immerger davantage en cet intérieur,pour voir ce sablier qui,grain par grain en comble cet espace pré-disposé à l'accueil ... comme d'attendre patiemment l'instant lumière ou plus rien ne tombera et ainsi donc s’arrêtera ,est une action qui peut nous arriver à chaque instant et qui demeure légitime en soi.

    Ces petites particules qui s'écoulent doucement,au rythme propre restant leur,et, s’affaissent ou échouent sur la petite dune déjà bien en place,elle,pointant ou s'écartant du grand centre vertical.

    Tout comme la micro perle minérale,et selon les principes que Chacun(e) s'est efforcé de suivre au mieux ,sur le long chemin de la Vie,via les structures initiatrices ou tel un autodidacte,nous en sommes maintenant recentrés au mieux qu'il soit possible.

    En ces jours qui défilent,et en lesquels nos existences débordent d'actes et pensées, ...elles mêmes accordées sur une permanence en agitation sous diverses formes,...s'asseoir sur le bord du chemin pour se poser cette question raisonnable,..du profiter et vivre au mieux possible avant l'ultime départ(demeurant ,lui, une certitude pour Tous) est peut être une formule utile et magique,..

    Il est important,selon Votre serviteur de s'octroyer et se ménager de tels moments...ne fut ce que pour ne pas se voir qualifier de dépendant à l'environnement pressant de notre Humanité.

    Nous faisons donc ce face à face avec l'absolu,le Vide ...avec cette capacité a s'extraire de toutes ces agitations qui nous entourent et ces activités oppressantes.

    Pour avoir maintes fois séjourné dans les confins du désert ou des montagnes,je ne peux ici qu'exprimer le sentiment de plénitude qui accompagne Chacun(e),emprunt d'une très grande sérénité et d'une paix profonde à laquelle nombre d'entre nous aspirent.

    L'ivresse des grands espaces et du silence en deviendrait vite,très vite une dépendance quelque part,...tant l'on en arrive à cette union parfaite et intime aussi avec la nature,...Nous respirons dès lors, le dépouillement spirituel,la quiétude,et..prenons grand plaisir à cela.

    Dans ces étendues,le corbeau toujours est....et quoique souvent associé à la mauvaise augure dans nos cultures,il en joue un rôle essentiel et divin,annonciateur de triomphe et signe de vertu en Chine et au Japon,qu'on le sache...comme arrête de poser stigmates inutiles sur les choses.(Katsu =symbole de l'amour familial)

    Tel messager de la mort,dans le Mahâbhârata Hindou,il en est ainsi le symbole profond de notre Œuvre... ,mort de ce qui se doit,pour mieux renaître.

    En effet donc,l'Homme s'est agencé des petits moments de détente comme ces retraites en ateliers ou labos ,ces vacances d'hiver et d'été...pour reposer âme,corps et S prit,et faire le plein d'énergie.

    Il est important de comprendre,et pour bien prendre conscience sur cette notion de la Juste Vacuité,qu'il n'est nullement nécessaire pour cela, de s'isoler sur un sommet enneigé du Tibet lointain,comme au plus profond de la jungle noire et épaisse  et de pas se replier sur Soi dans une inactivité de plus totale.

    C'en est d'ailleurs totalement contraire dans la manière de procéder,que d'aller vers une action en sa propre volonté afin de pouvoir vider cet esprit.

    La sérénité qui découle de cette pratique en immersion totale avec le Soi,est relativement identique à une certaine transcendance vers un état où l’Âme se trouve en paix....au travail en Laboratoire.

    Connaissant une grande Âme,vers qui Certaines personnes en posaient la question du pourquoi travailler en Tee shirt,par journée de grand froid...Elle dit ceci ne pas avoir le temps ni de pensée pour ca...adorable qu'Elle est comme cette réponse,car juste face à cette immersion préconisée via la philosophie prônée ici.

    Ainsi donc,,force est de constater que tout part de là,....la création et donc la Vie,le Chaos et l'Ordre,...comme de tout,se finira au même endroit !Commencement et fin sur Un point unique,qui est Tout et Rien....l'Absolu.

    En outre,dans cette unité que forme le corps et l'esprit,lorsque transcendé,l'on en ressent comme une montée de ces énergies,menant vers un état qualifié de pur bonheur .

    Cet illustre état de vide,que tant et tant s'éprouvent a atteindre,ne s'obtient que sur la durée et le travail préparatoire engagé....le choix de la Prima Matera..En effet ce genre de purification comme de polissage de la ''Pierre'' peut durer de nombreuses année,voir une vie complète.Sans cela,nulle profondeur en une forme de sagesse,car nul authentique détachement.

    Il est donc essentiel d'ôter les aspérités posées sur le désir et l'intention,le regret,l'espoir ou non,le faire valoir ou l'apparence,....de sorte a recevoir aisément,toutes les richesses qui se présenteront dès lors à nous....là en réside,je pense la véritable Alchimie,mais c'est moi.

    Le résumé voudra donc que le voyage intérieur sera donc le seul qui revêt la plus haute importance,et la seule explication pragmatique de cette notion d'alchimie spirituelle ...car il en retourne à la source directe....remède à Toutes ces soifs et dont celles les plus terribles.....inhérentes aux plus torrides des déserts.

    Cela peut sembler paradoxal,mais le vide possède son utilité,....et il suffit d'observer chaque tasse de café pour se rendre compte de son importance face au contenant,par exemple.

    L'équilibre et l'épanouissement sont très similaires à cette Pierre enfouie que nous pourchassons depuis le commencement de notre quête ou de notre initiation.....le Tout et son frère Rien,sachant parfaitement effleurer et nous faire ressentir l'absolu.

    Tout comme ces apnéistes qui en remontent du Grand bleu,ou de ces nomades revenant des fins fonds des immensités Sahariennes,l'individu qui en a plongé aux abîmes de Lui-même,en renaîtra différent !

    L’œuvre au noir,le Gredine en est cette étape vers l'évolution .

    Je terminerais ici,en faisant bien remarquer que le Vide n'est pas le Néant,et encore moins le rien.

    Non,Il en serait davantage un état,en lequel il pourrait accueillir le plein,différenciant plus que justement les notions d'utilité et de nullité 

    L'introspection pourrait donc amener à cette rapide comparaison de l'exécutant avec celle d'un gouffre ou puits,creuset en quelconque,sachant recevoir ce que les Hauts ont bien voulu déposer ici bas!

    Et Eux savent de même s'ils nous ont légué de bonnes choses...et pas des moindres.

     La seule chose qu'il faut voir, c'est que chaque fois qu'il y a un pas de fait en avant, il se peut que ça recule un brin, mais jamais d'autant. Ça montre qu'il n'y a rien de gaspillé, en fin de compte, malgré que parfois l'on puisse en croire le contraire. Steinbeck

     Merci,les nuages filent...Le vent froid se lève doucement...

    Très Or d'Erre mite.

     

     




    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

     

    Bonjour les Vermétistes...



    Un ancien Maître Taoïste du nom de Ma Zu (709-788) nous fredonne allègrement le ceci quand à l'esprit dans son état de nature absolue,...que la grande Voie ne demande pas à ce qu'on la cultive de manière particulière,que bien plus simplement voir a ne point la polluer.

    Il en définit ainsi cette dénaturation dans un large panel engendré via des pensées illusoires,et la conception d'inventions de toutes sortes.Le souhait est donc de tenter comprendre directement que ce juste chemin est de savoir que dans cet état de dite nature,l'esprit est LE chemin,sans aucun jugement subjectif,rejet ou attache et autre artifice.

    Contre-couleur du Blanc,le Noir est son égal en valeur arbitraire et perçu avec une certaine froideur,amertume ou autre négativité du genre.Il sied au-dessous du monde,joue la teinte du deuil d'une manière accablante et sans espoir,en perte définitive donc et d'une chute dans un Néant sans retour.

    L’Arcane 13 du Tarot,est assez révélatrice d'une mort initiatique,et en quelque sorte par juste observation, un prélude d'une naissance,fauchant de par l'outil,la vie illusoire,et ajoutant ainsi l'accès tout tracé vers une réalité de vie bien autre.

    Le noir Nigredo et pour la suite de cette chronique,la Putréfaction qui nous intéresse en son Œuvre,est de manière générale donc la substance Unis vers Elle (Prakitri),de la Materia Prima,symbole du chaos originel et jouant en l'occurrence sur le champs de la Nigredo hermétique aux symbolismes Japonais,Chinois,Hindous et Nôtres (le Hei Chinois évoquant à la fois le noir et la perversion,tel exemple facile,mais pas que... sur un large éventail des Vierges Noires,Isis,..)

    Ainsi écrit,l’œuvre au Noir peut de la même manière se comparer à une ''mort'' comme un retour vers ce fameux chaos indifférencié....avec comme ligne directrice la volonté d'avancer vers l'Oeuvre au blanc,(jaune) puis rouge qui est en fait dans sa grande finalité,la libération spirituelle.

    Le Taoïsme gazouille dans son jardin que le coté humide et ses noirceurs attachées comme abyssales (k'an) se doit épouser le principe ''igné'' pour une éclosion espérée de la Fleur d'Or...

    Cet évocateur deuil du néant et du chaos demeure malgré tout a se voir assigner comme une terre fertile,un humus de choix préparant la renaissance du chercheur.

    Son idée attachée au Mal et à l'ignorance Hindoue caresse doucement en la conjoncture ici,la promesse d'une vie renouvelée,telle la nuit présage l'aurore de toutes nos journées.

    Well donc,pour en signifier le pourquoi au tout placé ci dessus,qui malgré tout je pense,est relativement simple a comprendre...mais m'imposant d'y surfer,pour un plus juste abordage des choses,avec cette éventualité qui sait,a devoir peut être ''bousculer'',mais bon...

    Effectivement,selon cette humble opinion mienne,revendiquer comme fait,haut et fort nombre de ''souffleurs''a ne vouloir connaître qu'un aspect ou l'autre du Grand tout et rien d'autre,lorsque l'on se qualifie et définit tel un voyageur sur les chemins d'une censée conversion comme de la co-naissance,n'est nullement donner un signe de réelle modestie.

    En outre,ce genre d' affirmation semble également dénoter d'une certaine forme de paresse quelque part,comme d'une orientation des plus erronée et face à une pratique se voulant évolutive pour l'Homme dans sa globalité surtout face à un sujet tel,comme vaste que demeure l'Alchimie.

    Car,prenons bien conscience,que cette poursuite en avant et vers un idéal souhaité quelque peu ultime en soi,forme également un grand Tout dans le Tout,et conduit ce pourquoi,toute recherche sérieuse et en profondeur,dans une structure unique,devrait procurer à l'itinérant une ouverture en son regard propre vers d'autres horizons.

    Pour être davantage explicite par rapport à cela,je dirais ceci,que via une pratique et un travail des plus sérieux quand à une discipline seule,l'adepte se ferait acquéreur, selon la progression ainsi que sa qualité par rapport au niveau arrivé,d'une capacité et aptitude a pouvoir apprécier et poser vue sur d'autres structures...comme de continuer a poursuivre peaufiner sa perspicacité en matière d'enseignements et en finir par devenir cette matière sur laquelle Il œuvre plus que lentement mais sûrement.

    Osant même aller plus en avant sur ce point levé et ainsi d'ajouter dans un paroxysme voulant,qu'un pratiquant n'en cultive pas cette possibilité.. .d'immersion,mais juste un aboutissement,et,qu'il en demeurerait sur une piste erronée sur le plan d'une recherche se voulant,elle,authentique !

    La quête spirituelle est un Tout,qui et malgré tout,nécessite en elle certaines méthodes de travail et d'approche ''codifiées''.

    La Voie alchimique suit de ce fait, un schéma ''relativement académique'',dans le sens prit de la succession aux étapes,mais pas que..car dans cette approche avec les comparaisons avec la ''mort'',la putréfaction,la dissolution...demeurant assez imagées malgré tout.

    Or,le constat s'offre souvent quand à nombre de Lab-oratoir,que souffleurs et autres étudiants abordent parfois, dès l'initiation des jours premiers de leur quête,l'étude en plusieurs phases ou étapes simultanément....et s'orientant de ce fait au petit bonheur la chance,quand ce n'est point vers le tout et n'importe quoi,tout simplement.

    Dans ce cadre présent ,il est évident que la mort figurée est a aborder tel un symbolisme face à la personnalité ancienne.

    Or,de toute évidence,ce genre de cheminement ''hardi''malgré cela,reste utile et intéressant pour les personnes désirant acquérir, et le plus rapidement possible,...(quoique le critère de temps est une notion relative et d'envergure,en ce domaine), ...de néanmoins posséder une vue globale sur l'ensemble du phénomène initiatique,affichant un pâle ''superficiel''qui conduit tout adepte vers le juste approfondissement ou autre compréhension réelle certes,mais affichant une ligne maîtresse,en quelques sortes,aux divers paliers à passer.

    Aussi,et pour bien poser le juste talon premier au chemin ,il se faut afficher ce qui pourrait sembler banale comme évidence;le fait que pour trouver un très Or ou autre lumière,le devoir d' y croire tout simplement,...conscient que tout voyage ne peut se révéler que grâce à une Foi absolue et profonde en Elle,et...surtout en le Soi.

    Il en est donc ainsi,d'un quelque chose de vague et relativement nébuleux au départ,mais qui en réclame sans cesse un soupçon d'espérance en sa découverte.

    Par la suite,un tout autre panorama va doucement se faire découvrir,dévoilant en outre l'aptitude du chercheur vers une adaptation aux changements constants,résumant également qu'il se faut sentir vibrer continuellement en Lui,un authentique potentiel de réalisation...un feu qui brûle doucement.

    Certes,j'aime rappeler qu'il existe diverses inter-actions entre l'objet et le sujet,mais cela revêt grande importance pour le suivit de ces écrits,nous le verrons bien ultérieurement,demandant juste ici d'y attacher conscience.

    La putréfaction est donc cette étape inhérente au Nigredo,qui Lui ,en demande une destruction des impuretés ancrées au caractère et qui pourraient constituer des falaises très abruptes a gravir vers des cimes davantage plus élevées.

    La conscience en ce domaine ,demande d'être prise aussi quand à ces aspects angéliques ou démoniaques que chaque individu possède en Lui....comme chaque minerai brut pourrait en détenir une essence des plus subtile.

    L’Or est donc perçu de la sorte tel habitant et végétant dans les impuretés les plus viles et issues des gisements miniers de l'inconscient et du conscient...que la dite calcination permettra de récupérer.Chaque chose en heure et temps...lol



    Nous pouvons ainsi prendre cet exemple des virtuoses guitaristes,qui en sont des plus capables à la fois pour porter aisément la critique comme d'apprécier la musique dans sa grande généralité....mais en étant nullement passés par les étapes de formations.. ou,autrement dit les doués.

    Rien ne fait mention ici,qu'ils en délaissent pour autant les autres instruments au profit de la guitare,mais juste de dire que le travail de ces derniers,n'est pas le centre cardiaque de leur intérêt personnel.

    Or,il en est matériellement impossible,au vu des nombreuses disciplines différentes,d'avoir travaillé tous ces instruments à la fois....comme d'être doué en chaque chose.

    Bien du contraire donc,ce n'est qu'en étant entré en immersion et profondeur en celui même de leur prédilection et affinité,qu'ils ont atteint une maîtrise parfaite quand à cet objet,et ont ainsi de même, d'autre part développé cette aptitude a mieux comprendre et apprécier la musique en générale.

    La putréfaction se situe telle étape en divers endroits sur la dite échelle alchimique...Parfois en tète de liste des opérations,parfois en fin car étant supplantée vers cette place par la grande Sister dissolution,...qui n'est en fait qu'une disposition de l'humide avec le sec et que s'en serait donc ainsi la putréfaction qui en rendrait la Mariera Prima noire...mais quelle importance en fait.

    Il en est donc identique,dans ces disciplines dites d'élévation spirituelle et des connaissances qui nous intéressent,comme de cet intérêt suscité a approfondir un seul enseignement authentique,afin de découvrir l'essence qui oxygène de surcroît Tous les autres....l'essence du monde.Une approche ainsi voulue globale ,mais dans un domaine spécifique semble la formule dès lors quelque peu magique.

    Il y a ainsi un tronc commun,une structure globale à l'évolution de l'Homme dans sa juste dimension Unis vers Elle.

    Basile Valentin nous offre ceci dans ses douze clefs de la philosophie :

    "Il te faut livrer la semence à la Terre  : elle y pourrira.

    Au fond du tombeau les cadavres .

    Sont enfouis avant de revivre.

    Tu trouveras tous les éléments

    Dès que tu tiens un seul d'entre eux,

    Si tu as appris dans cet art

    A extraire le Tout de l'Un.

    En cela réside notre œuvre :

    C'en est le dessein et le but.

    Si tu sais diriger ta flèche,

                                                          Cette clé t'a ouvert la porte." ....et de rajouter par le même,« Toute chair humaine ou animale ne peut produire nul accroissement ou propagation de son espèce, si ce n’est que ce soit d’abord par la putréfaction. La semence de la terre aussi et tout ce qui est soumis et approprié ne peut être accru, excepté par la putréfaction … Toute vie se dégage et naît de la putréfaction. »



    En effet,les séparations et cloisonnements entre les diverses étapes, comme philosophies et écoles de savoir,sont en réalité,une conséquence récente,qu'il demeure absolue de tenter dépasser.

    Encore cette fois et à nouveau,il importe de ne pas se méprendre sur tel écrit,que refuser les cloisonnements,n'en signifie nullement non plus,en nier la spécificité quand à chacune de ses fraction.

    Loin de là,car c'est au travers d'une pratique sérieuse et studieuse que l'on sera amène de comprendre les liens de parentés et de complémentarités avec d'autres escales ou degrés !

    Je résumerais donc le ci dessus,en Vous souhaitant aller vers davantage de profondeur et de dépasser ces clivages artificiels,posés entre les divers enseignements subtils.

    S'incliner devant le juste niveau atteint(e),humblement et bien qu'il soit quelques fois je l'avoue,difficile de savoir à quelle hauteur il se situe en ce domaine...est a faire.

    Il n'est pas rare,de nos jours,d'entendre :''Il n'est point ainsi de procéder ou de concevoir ou de con se voir''..ou autre ''J'ai le savoir''...tristes mots que cela !

    Mais,cela signifie,en réalité très pénible également,que l'on s'en avoue et s'affirme dans ce genre d' incapacité a apprécier la juste valeur d'autrui,bien simplement également.

    Jamais,pour les Hauts Sages du moins,ne chercheraient a critiquer tel ou tel enseignement...car porte un profond respect envers Tous comme nul en particulier,peu importe nom,statut ou degré... trônant au dessus d'eux,cela n'ayant que trop peu d’intérêt en soi..

    Mais de tenter plutôt juste amener un regard vers les adeptes qui s'évertuent avec force et honnêteté a élever un niveau,comme de faire également lueur sur cette distinction entre ce qui est vrai et ce qui l'est moins ou faux.

    Il en est des deux dimensions du juste savoir Y...L'une relativement immédiate,l'autre davantage étalée sur le temporel (à savoir ce qu'elle Vous aura amené sur un laps de temps entre 20 ou 30 ans).

    Les enseignements et autres philosophies,qui n'assurent pas ces deux critères aux dimensions et directions,..demeurent selon mon humble opinion,insuffisantes,amenant flottements divers entre l'idéal et la réalité.

    Deutéronome nous demandant de changer notre nature pour atteindre ce que l'on cherche nous montre donc le chemin..qui en l’occurrence ici s'annonce par le Nigredo cité.

    Le Centrum centri ou Tao affirme que la Fleur ne donne nul effort pour en devenir telle dans sa splendeur,et ainsi diffuser son parfum,étant..tout simplement.Ma Sœur de Cœur dit pareil en mieux lol...c'est bien.

    Aussi et partant de cette idée,l'Unis vers jamais ne s’arrête et n'aboutit,est indivisible en Lui,joue la transcendance et l'immanence dans le Soi et l'instant.

    Le Tao se posant sur l'instant donc ne peut qu'afficher de cette manière,que le non-agir...et non son inverse,le laisser ..fer.

    Le fait de renoncer,fluidifier ou lâcher prise..se détache via cette idée au ''noir'' sous entendant la laideur considérant,elle, les phénomènes comme pourrissant ou puant....ouvrant sur ce pont le passage à faire.

    Tout le travail repose ainsi sur l'action de s'attaque donc dans un temps premier,à cette ignorance,...souvent entretenue dans une société et à notre insu,n'ayant ni fin ni début.Paresse et routine en sont le second a vouloir demeurer dans un état en complaisance de situation...d'autres objectifs s'étalant sur la longue liste.

    Ma conclusion ira ainsi dans Ce sens pour Ceux et Celles qui en viendraient donc,bien légitimement a douter,et d'aller ainsi faire face à une pratique,Alchimique ou autre,et qui s'est profondément baigné une grande partie de sa vie, dans les enseignements ésotériques,et une philosophie versée vers le Sagesse haute,...pour savoir qu'en ce schéma,nulle contestation ne viendrait a devoir s'élever quand au niveau acquit,dès lors.Tout résidant dans une façon de faire,dire,penser...

    On assiste souvent à une certaine forme d'illusion actuellement...illusion posée sur une figuration,le beau parler et la belle formule,voir pire ,voir pire..sur le Soi.

    Dans la réalité,il arrive donc de confondre idéal et illusion.

    Il importe,comme je le mentionne si souvent sur ce blog,cela étant d'importance considérable pour qu'il demeure un devoir d'insister,...d'avoir une conscience très aiguë quand à la difficulté a surmonter.....de sorte a manifester ou déceler de manière la plus juste, le niveau atteint par Soi ou un autre,peu importe la piste prise,tant que le sommet est atteint.

    Je suis ainsi partisan d' une éducation de l'esprit et de la sagesse au niveau mondial,laboratoire à l'échelle Terrienne en quelque sorte,sans clôture,barbelés ou mur...mais avec beaucoup de ponts,en fait...

    La Vie et ses enseignements constituant déjà un très bon professeur en Elle ....n'est ce pas bien assez,en outre que pour s'en satisfaire et trouver l'Or dur...Qui peut savoir sinon le très très Haut?

    Le Vent souffle de plus en plus froid...Bonne soirée.

    Merci .

    Magna Mater.

    Ps :Un homme avait peur de l’ombre de son corps et des traces de ses pas. Pour y échapper il se mit à courir, et bien-sûr plus il fit des pas et plus il laissa de traces, et plus il courut vite, moins son ombre le quitta. Au bout d’un temps il mourut. Il ne savait pas que pour supprimer son ombre il lui aurait suffi de se mettre à l’ombre et que pour arrêter ses traces de pas il lui aurait suffi de se tenir tranquille. 

     

     




    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    Croix 100 Lune-Air

     

    Bonjour les Vermétistes...

    Ayant quelque peu glissé les mots sur le comment accoster ce dit schéma rapportant le sujet de la purification,au via des chroniques précédentes...la clarté semble donc ,j'ose penser, s'afficher davantage sur la lessive de l'esprit a faire, pour en ôter poussières et pensées qualifiées de subjectives.

    Jetons en de suite ces notions de profanes et autres initiés,voulez Vous,et dans cette mesure d'un éternel recommencement pour Chacun(e) de nous sur ce genre d'approche,comme d'un cité à ravir d'Alan Jay Perlis signifiant humblement que le meilleur livre grand public sur la programmation demeure''Alice au pays des merveilles'',mais que c'est parce que c'est le meilleur livre pour le profane sur tous les sujets.

    Ces dernières balèvres ainsi donc étrillées,l'esprit ainsi s'affichera tel que sans limite,très ouvert,lumineux et éclatant.

    Il n'en possédera dès lors plus aucun centre comme extrémités,car ayant dès lors qu'on marie...paix et calme,mental et acte,il n'en faut malgré tout ne point y demeurer figé,que de rester libre et indépendant comme une feuille qui badine à la surface d'une rivière au Berry...

    Aussi et dans une totalité subliminale,Spiritus Mundi ,fluide Unis vers sel,en rayonne davantage,brillant de par l'Univers,sans aucune notion attachée au présent,au passé et l'avenir.

    S'agissant de ce que d'aucun nomment,l'état de la réalité authentique,et offrant à Celle ou Celui qui en a fait cette expérience,la faculté d'entrer dans toutes sortes d'opportunités,avec ce pouvoir plus que subtil effectif et disponible,Il est.

    Materia Prima (n'étant nullement une matière unique et spécifique...mais vu juste tel un quelque chose d'utilisable et potentiellement partout autour de nous,ou en nous) abordée comme une image symbolique de l'inconscient,fait montre d'un Moi masque-vêtement (persona) qui s'est de bien incrusté au fil du temps défilant et des codes sociaux ou autres,nous n'y reviendrons plus,...mais juste éventuellement de supplémenter,que notre voyageur se doit Lui d'en demeurer apte à ce genre de décryptage (sortir de la crypte) intime,d'être un éternel et conscient inconnu de Lui-même,de savoir se percevoir et s'exhumer en cette confusion avec ce qu'Il a rejeté dans son inconscient,depuis maintenant assez longtemps.

    A cet échelon alors,nous nous en approcherons de la dite ''dissolution''ou ''putréfaction psychique''...mais n'en mettons point charrue avec les bœufs......et laissons le temps au temps.

    Juste de spécifier peut être que la dissolution,seconde opération de l'Oeuvre,est davantage une destruction des couches contrefaites du psyché par un plongeon dans le grand inconscient.Cette phase est un processus engageant notre esprit prâna,kI?Spiritus Mundi donc,a lâcher-prise,genre bouchon de champagne libérant le flux de Jouvence...pour l'heureux soiffard...lol.Nous y viendrons très vite.

    Le fait de rééquilibrer et de faire cette lessive énergétique en un lieu dit (Dojo,Laboratoire,Loge,Temple,Atelier de brico Noël :) ,...),ou un creuset humain, est a considérer comme un acte de réelle importance,car il en favorise un environnement propice à une méditation où l'âme agit (la magie) et l'harmonie s'installe.Il en est cette jonction haut-bas...

    Le Misogi,pratique nippone et Shinto,purge les pratiquants des impuretés ''et vents tuent elles'' (kegare) par ablutions ou immersions totales en cascades..alors que les encens de tous pays généralement,élèvent les prières vers les cieux,et constituent souvent un symbole de fonction sacerdotale.

    Par ailleurs,le ''dhûpa'' hindou,placé en rapport avec l'élément-air élémentaire représente la perception de la conscience omniprésente.

    Pour résumer donc cet acte à la quintessence du nettoyage,il me sied de citer ce Gilbert Durant,dans ses Structures Anthropologiques de l'imaginaire (1960) et qui nous siffle que l'archétype profond de la rêverie du vol,ne serait point l'oiseau animal,que l'ange..et que toute élévation est isomorphe d'une purification parce qu'essentiellement angélique..clin d’œil fait vers deux gosses assis sur une haute branche d'Arbre Lune,jonction entre céleste et terrestre...et dans le sacré qui est leur propre bien à Eux...l'arbre et ses feuilles comme branches demeurant ce Sel,la sève étant ce souffre et ses émanations nocturnes...le mercure.L'alchimie étant donc donc complète.L'Arbre,décharge l'énergie,car Il en possède un champs de cet ordre.Symbole de verticalité par sa puissance diffuse,symbole de liaison Terre-ciel...Il en est une de ces âmes cosmo-telluriques et trait d'union entre ce qui est en haut et en bas.

    Que peut donc ainsi rechercher ainsi ce voyageur sur la Voie droite( ce que Bernard de Clairvaux ose citer comme ''via regia'';celle qui évite les déviations et autres égarements et donc aussi pertes de temps),dans cette pratique souhaitée évolutive, qu'Il ou Elle respire au quotidien...sinon un quelque chose de beaucoup plus intime avec eux?

    Y-a-t-il,en outre une discipline archétype pour se faire,...un modèle précis,sachant que l'ascension de l'âme se ferait sur cette référence aux Fils d’Israël désirant traverser au plus vite les Terres environnantes à Sehon,ce,afin d'atteindre la Terre promise au plus vite (s’engageant à ne pas s'écarter dans les vignes et les cultures,à ne pas s'abreuver aux puits...).

    Et donc ainsi éventuellement oser peut-être répondre de manière déterminante,car il en faut une dans ce secteur, en partant d'un point d'envol,qui en demeure la passion d'avancer.... tout simplement.

    Or,le constat veut souvent,qu'il en faut également une réelle stabilisation s'établissant via une maturité d'âge annexée à une certaine mesure d'expérience de Vie,d'un intérêt suscité par une première passion-rencontre,avec les détours inévitables malgré tout et souhaités chouias pour celui qui cherche sincèrement.

    L'expérience qui s'infiltre ainsi doucement est une sorte de mue,un dépouillement de peau,qui par le biais temporel transcende les reflets de la conscience subjective,de manière qu'aucun schéma mental ne puisse l'effleurer,par la suite.

    Ce ''trip''ne s'obtient intérieurement que via une expérience profonde en spontanéité.La lumière abolissant l'ombre,dévoilant une vraie clarté,miroir de l'infini....Une transcendance s'effectue ainsi sur le subjectif qui en joue ce qui semble être ou non...

    Une rapide précision sur cet ordre s'impose qu'une époque sombre se veut d'être suivie dans tous les plans cosmiques,d'une non-moins autre lumineuse.

    Le Kali-Yuga Hindou(sombre) sera suivit après une ''dissolution''cosmique( Mahâpralaya) d'une ère nouvelle régénérée.....Le Ming Chinois et en outre,synthétise la lumière solaire et lunaire...et le En-Nûr d'islam est identique à Er-Rûh (esprit)...

    Bref et dans cet immédiat,retenons simplement le fait qu'aussi bien dans la Genèse,qu'en Inde et un Chine...l'opération cosmogonique est une séparation de l'ombre et la lumière,confondues originellement....allant dans ce sens que la résolution en cette dualité serait un retour au début,à l'Or igine (igné de feu).

    De toute évidence,il existe plusieurs formes d'approches car lorsqu'un individu en affronte ses problèmes,comme en émet ce souhait a tenter changer ...il entre déjà dans une schéma conflictuel.

    Il paraît néanmoins nécessaire de s'interroger auparavant,sur les diverses attitudes fondamentales possibles pour en faire ce genre avancée vers le Soi profond....

    Car,qu'il en demeure verbal,mental,ou physique,nous en sommes plus ou moins pris par une sorte agitation,mêlée d'engagements à doses diverses,comme de craintes.

    Effectivement,l'espoir s'empare souvent du voyageur dans son atelier,comme l'entraînement des passions humaines engendrent quelques fois tant et tant d'efforts inutiles...dans un Tao qui respire la plus belle des Alchimie sans le désirer de manière absolue,existant bien avant que les petits d'Hommes s'en emparent.

    Il en gambade parfaitement dans son Yin et Yang ,de beaucoup trop stigmatise,mais est plutôt et davantage un grand régulateur de leur alternance.Bien assit sur sa règle essence ciel inhérente à toutes les mutations,Il en est davantage un principe d'ordre pour le microcosme et son grand frère Macro au même nom.

    Effectivement et replonger en ce sujet de la purification s'écoulant doucement vers celui de la distillation,,nul n'ignore la ou les peurs qui vont se présenter....et cette perception risque,en effet de troubler ou déformer l'ordre naturel des choses....comme d'avoir également un degré d'approche différent occasionné par un ancrage aux faits des diverses répercussions passées.

    Certains engagements risquent dès lors et parfois,de réveiller quelques vieilles blessures,des souvenirs anciens,des échecs et autres déceptions,...et qu'il se faut absolument devoir dominer par un travail de fond,et d'expériences jamais finies.

    Ainsi donc,ce genre de progrès,Vous permettra aussi de jauger avec la plus grande justesse possible,le degré de votre travail et engagement...comme d' amener d'éventuelles rectifications ou autres réajustements fins et associés au thème qualifié de fond.

    Malgré tout,l'attitude la plus fréquemment observée demeure l'occultation excessive ou l'étranglement par ces diverses craintes,en se noyant dans un grand tout et n'importe quoi.

    Il en est parfois,il faut le reconnaître d'un objectif escompté d'égarement des voyageurs sur une quête,par les Hauts Sages,ce,pour maintes raisons,pas toujours louables en soi.

    Au vu de l'extérieur,il peut en sembler si déroutant que Vous apparaissiez nager dans une brouillasse géante de confusions,...et qui en pourrait déposer cette impression de courage et ardeur;alors que Votre vision et gestion des phénomènes,en fait, restent très relatives et rétrécies,en elles.

    Ce n'est ainsi,que ces dernières parachevées,que Vous en ressentirez un malaise intéroceptif,...quelque chose d'indéfinissable qui Vous aura dominé quelque part....et ce sera joué de Vous ,de Vos attentes et de Votre circuit.

    L'origine de cette domination latente,se situe en profondeur dans les personnalités et est reliée à ce que l'on nomme ''l'énergie vitale''.

    J'en reviens donc et sans cesse vers ce fondamental qui doit être nôtre,avec cette ambition de l'Homme face à un vrai travail d'approfondissement sur Lui-même !!...et le pourquoi de cette insistance sur le dit sujet de la purification alchimique,avant de poursuivre avec la porte suivante.

    Il y a ici,beaucoup trop de confusions et d’ambiguïtés dans cette définition !

    Par ailleurs aussi,en est d'une attitude particulière,dans tous les aspects de la vie courante,et d'une introspection relative aux paroles,actes et pensées...tel que l'on en chemine vers le Grand Œuvre au sein d'un labo-oratoire.

    Car ,une forme de ''présence'' voire d' ''assistance''se doit d'être maintenue,sans aucune rupture,pour remplir chaque instant vécu et s'oxygéner d'un sentiment de plénitude existentiel.

    Il importe de pouvoir capter la réalité des choses et non un quelconque simulacre ou autre fioriture qui s'afficherait d'ordinaire...Il en s'agit du plus juste discernement qui soit au risque de passer pour un de ceux qui en soufflent si bien les flammes dans les ateliers !

    Ainsi donc de bien prendre conscience,pour résumer ceci,que le réel ,jamais ne doit s'échapper...au risque de tomber dans une défaillance et échec de vie ou quête.

    La réalité,bien évidemment est davantage complexe et plusieurs cas de figure certes, se dévoileront (défaillances personnelles,compensation excessive,dissimulation de sensibilité,tricherie,fatigues et lassitudes,désespoirs...),et donc d'amener les souffleurs a y prendre garde....ce propos étant d'ordre personnel mais primordial,malgré tout.On peut mentir a tout le monde une partie du temps,à une partie du monde tout le temps mais jamais à tout le monde tout le temps...Abraham Lincoln.

    Mais,l'important dans cette chronique,va surtout vers la juste compréhension a tenter avoir une ouverture et orientation d'esprit,permettant ce modèle d'observation avouable et respectable face à Votre propre vide,et donc son comblement par la suite.

    Car,si Vous en êtes dominé ou écrasé dans un échange,Vous devez Vous résigner du fait et l'accepter avec la plus grande humilité qui soit.Il importe également de savoir remercier ce contredisant animal,végétal ou minéral qui a su démontrer ainsi cette vacuité présente en Vous-même,...et donc de permettre l'évolution qui devrait suivre.

    Comment ne pas se laisser troubler et s'égarer?

    La perception en vient a se troubler,se désorienter,se déstabiliser...par manque essentiel de confiance en soi,et des diverses peurs (ridicule,de mal faire,ne pas arriver au but,de recommencer encore et encore et encore...).

    Diverses écoles de sagesse enseignent donc ce genre d' ''esprit immuable''a tâcher accrocher ou mieux,obtenir.et de tendre ainsi a amener cette capacité a ne pas se laisser troubler face aux diverses situations de la Vie en générale....Tout atelier,laboratoire,Temple est un microcosme du grand Tao..

    Haine,désir,inquiétudes....sont autant de filtres qui déforment l'échange et les étapes en cours ,comme dénaturent très souvent la réalité des choses.

    Lorsque l'esprit est vacuité,l'énergie circule d'autant plus aisément et donc de manière plus efficace ou fluide.Le Tout,épuré,effectivement,libère la juste perception.

    Le pourquoi de tout ceci arrive maintenant plus concrètement...avec une orientation qui implique une forme d'autant plus morale.

    Et tenter d'expliquer ici,que nous avons Toutes et Tous été éduqués socialement a déceler le Bien et le Mal...avec parfois une culpabilité dans la seconde notion et ce fardeau lourd a porter par notre conscience (filtres).

    Cette liberté,pseudo,ou non-liberté constitue ainsi donc une condition au juste déploiement de l'énergie.

    Ainsi,un état d'esprit épuré comporte une orientation morale et justifie l'adage des Samouraï qui mentionne :''Le Sabre est Juste,si l'Esprit est Tel...et injuste,si l'Esprit est Tel également''.

    Il faut ainsi se détacher du ''moi'',comme de sa négation ...et se libérer des entraves.

    Aller vers une démarche posée sur une éthique véritable,et un sens profond quand au fondement et à la réalité de l'Homme,peu importe ses origines ou autres,ses disciplines,sa religion...

    Sans cette dimension,quel intérêt à la pratique en Labo, loge ou sous autres voûtes étoilées,alcôves discrètes,Temples...présenterait-elle?

    Plus on en travaille sur le Soi,plus on avance...plus on avance,plus on va en profondeur dans son être véritable, épluchant ces peaux (7)qui en entourent la lumière.Du restes,les ôter toutes,en laisserait échapper celle ci...alors qu'en y laissant la dernière mais,l'affinant au possible,la retiendrait...pour la sublimer.

    La Juste méthode purification alchimique est donc une réalisation pratique de cette idée !

    Comment hausser nos différents niveaux et parvenir à ce que le progrès de notre philosophie soit une mesure concrète d'une avancée dans les capacités et les qualités humaines qui demeure un idéal ultime sinon,cette façon de faire autre que travailler le Soi ?

    Pensons y fortement...puis n'y pensons plus...Bonne soirée et merci.

    Le vent souffle fort et froid...mais c'est le vent...ha ha

     

     




    Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  

     

     

    Le lac des Signes.

     

    Bonjour à Toutes et Tous...

    Maître en Reiki Kanak,Claude-may Waia Nemia nous sifflote le ceci,que la sagesse est l'expérience éducative de la purification morale,mentale,émotionnelle,physique et spirituelle du négatif...avec cet addenda que j'ose déposer malgré tout, pour cette sorte de ''lustration alchimique'' devant demeurer malgré tout essentiellement sur le passage d'un état à un autre.

     Ainsi donc, du sommeil à l'éveil ou réveil,de la dégradation à la pureté..le cheminement qu'il en soit d'ordre initiatique,religieux,ou autre,...existe tel un des fondements du Grand Œuvre,réalisation de la Pierre dite Philosophale.

    Le pallier de la purification siège dans toutes les religions avec une liste d'interdits et ce qui déplaît au Haut,....et son panel en cérémonial pointant la pureté morale et de conscience,l'assainissement de l'âme,et le repentir intérieur.

    Par ailleurs,et que l'on se lave les mains,se rince la bouche ou ponce les pieds,que l'on s'asperge ou s'enfume...la purification est de très souvent liée à l'eau,au sang ou au feu..la plupart du temps,alors que sa moitié ombrageuse et nébuleuse est davantage issue de la Terre.

    Le ''Misogi'' est ainsi cette formule Budo,qui en signifie''le découpage du corps en lanières''...symbole relativement fort pour nos amis Aikidokas,d'éliminer ce qui serait néfaste au pratiquant,tant à la fois physiquement que psychiquement et émotionnellement....comme de sorte a s'élancer sur la discipline Do le plus justement possible.

    En effet,il est peut être intéressant de savoir que les sanctuaires nippons en possèdent ce genre d' endroit réservé aux offrandes quotidiennes faites vers les Kami et devant le Kamidana,.Celles ci se composant bien principalement de sel,de riz et d'eau.

    Le sel est ainsi l'élément subliminal et celui qui est censé représenter l'harmonie.

    Il importe,de bien prendre cette conscience ici également,que Chacun(e) de nous possède en Lui-,cette capacité subtile au pouvoir de (r)établir l'ordre,la quiétude et cette harmonie en dehors ou autour du Soi et non exclusivement dans cet Univers martial,ou Budo.L'Alchimie est multidisciplinaire pour se faire,et un Tatami vaut bien un atelier de bricolage pour se faire..

    Aussi et dans le cadre de cet article sur la purification,que l'on tienne bien compte de l'application quand , ce dit sel qui ,lorsque mêlé à l'eau se fondra en elle...et sera inversement une des résultantes sur cet autre phénomène qu'est l' évaporation.

    Conservateur..il n'en demeure pas moins également un redoutable destructeur...et d'ainsi en tirer ce jet rapide qu'il applique parfaitement sa loi dans ces sujets de la transmutation (physique,morale,ou spirituelle).

    Purificateur dans les rites Shinto,sa récolte fait l'objet,en outre,de grandes festivités périodiques et on peut en trouver quantités de petits tas posés ça et là, près des entrées de Temples ou maisons comme fixant l'harmonie en ces lieux.

    ''Shio'' est donc un élément purificateur de grande puissance que connaissent bien les Sumokas,qui en répandent d'ailleurs de grandes quantités sur le ring et avant tous les combats,afin que loyauté et la pureté règnent sur le lieu d'échange.

    Et déjà peut être de résumer le ci dessus donc,que la purification alchimique est une convenance pour un nettoyage énergétique,afin que son travail place les acteurs dans un schéma de réceptivité à la lumière spirituelle,et ce,pour aller vers une réalisation de l'Oeuvre...(transmutation karmique).

    On décèle donc relativement bien que la philosophie de la Terre noire détient comme principe basique d'établir une analogie entre ce qui est propre à Dame Gaïa et l'homme.

    C'est à ce dernier que revient le rôle de trouver sa place et le rôle qui Lui sied au mieux,dans ce brouhaha d'éléments contrariés,mais pas que...car si suivant le Tao,il en sera aisé.

    Garin E,nous résume bien bouclé le cela avec cette vision offrant que toute chose,être,force... est telle une voix,non encore comprise,une parole en suspens dans l'air.....amenant le fait que le mot prononcé possède des échos et des résonances multiples....où les astres observent,écoutent et se font des signes entre eux et nous en font à nous-même.Un Unis vers au dialogue immense...en quelque sorte.

    Pour purificatio donc,s'engager dans la pratique en certains rituels,semble parfois un juste chemin a prendre et contribue en quelque sorte à nous ouvrir davantage sur ces notions de bienveillance,sincérité,bravoure,honneur,...

    La Terre et le Ciel sont en jonction unies via un trait transcendant l'Homme en son Hara.

    Dans cet ordre d'idées,on assiste dès lors à un phénomène qui s'approche d'un quelque chose de Divin ou sacré,dans les circonstances et qui oxygènent le quotidien...orientant notamment nombre de voyageurs vers une vie religieuse,sentier de progression.

    En effet,ces aptitudes et vertus semblent plus que nécessaires,pour acquérir un certain degré dans tout apprentissage et maîtrise cautionnée comme étant de haute valeur.

    Aussi,et dans un certain paroxysme de réflexion,il pourrait sembler dès lors légitime de se poser cette question sur quelle en serait la qualité des qualités pour l'ermite en mode recherche et du quand et où serait cette limite définissant la purification juste et ultime,avant de poursuivre le voyage plus en avant ?

    J'oserais ainsi et dans cette mesure,penser que la noblesse d'âme,ou l'esprit du dit ''alchimiste'' Est cette ultime compétence,le top du top quoi !

    Car,force est de reconnaître souvent que le celui ci tel que définit de nos jours est le symbole de cet Homme qui engage sa force,son courage son âme et son acte,au service des causes justes,sacrées,voire perdues quelques fois.Nous en sommes bien plus loin que de cette simple recherche du métal jaune et noble,le petit soleil.

    En route vers nos 4 phases en l'Oeuvre et une fois la Materia Prima trouvée,les parties non conscientes fragmentées et brisées,..diverses opérations se présentent donc,nous l'avions survolé il y a quelques temps.

    Le retour à la mort,la décomposition-putréfaction,la dissolution du mercure et la coagulation de son frangin soufre...se concrétisant par une calcination affiche une déstructuration lente qui se laissera finalement couper la tète...lorsque le temps l'aura décidé.

    Nigredo joue le chaos intérieur aidant la libération de la conscience de soi (emprisonnée par le social,le familial,les codes et lois,les émotions...).

    Albedo badine,Lui,avec sa poudre a récurer purificatrice....où tout est lavé et cuit,pour l'obtention du vif argent.

    Flagrante semble dès lors,notre nature lumineuse,comme cette intériorisation permettant le juste décèlement des choses.Il en s'agit d'un véritable éclairement sans nulle dispersion a avoir néanmoins.

    Mais pour notre Sage,maintenant,que l'on sache bien qu'Il en représente ce dernier bastion dressé ,étendard aux vents,pour la défense de l'authentique sur l'utopique.

    La science de tout combat,qu'il soit d'ordre guerrier ou politique,social ou culturel,verbal ou gestuel,...gère ainsi cet esprit souhaitant que la force n'existe que pour être le meilleur soutien de la faiblesse,dont,(par ce qui caractérise toujours cette philosophie cautionnée d'Orientale)...elle demeurera éternellement, inséparable.

    L'échec d'un échange,quel qui soit,n'est programmé que si séparation il y a,par rapport à ces valeurs....les passages en force pure,n'étant dès lors que des outils pour asservir et dominer les autres comme amener également un vide intérieur pour celui qui ose les utiliser n'étant que souffle leurre.

    Les Authentiques structures de Traditions,sont ainsi de véritables invitations dans nos mœurs et vies,en termes de valeurs bénéfiques et utiles.

    Ces dites valeurs se subdivisent en trois catégories distinctes...qui demeurent singulièrement pour la première de celles ci,les rituels dits d'action ou du geste...avec ses vertus respectives et purificatrices que sont le courage,la bravoure,...et donc ce genre de notions intégrées au panel des qualités pour faire cette action essentielle d'entreprendre et s'engager,tout simplement,(quoique rien n'est plus compliqué que la simplicité a sourit une âme au bout)

    Par la suite,nous pouvons retrouver d'autres rituels qui,eux, en toucheraient la manière dont chacun en viendrait a considérer le ou les autres...et qui stigmatiseraient les qualités nommées de cœur (la bienveillance,la bonté,la tendresse,l'humanité,...)

    L'esprit,dans sa recherche de lumière,est ce troisième réservoir de rituels a tenter chevaucher,avec ces vertus de rectitude,de clairvoyance,de fidélité,de dignité....

    C'est une constante des Hautes Écoles de Savoir d’œuvrer,semer et cultiver dans les trois régions de notre Corps,Cœur et Esprit....Shin Gi Tai.

    Il faut bien savoir également que l'aspect initiatique,dans les cérémonies d'évolutions,amène une expérience vivante...mais aussi offre à l'acteur,ce sentiment particulier de vivre et respirer via le symbolisme.

    La technique,pour pénétrer dans un Labo oratoire,Temple,une Loge,un Atelier,un Dojo,une Église,...est soumise à un code,un rituel,qui demeure,aux vents de la modernité nôtre plus qu'aisé a trouver un peu partout,et qui plus est, par quelques clics sur le Net.

    C'est un fait avéré du copier-coller avec ses nombreux avantages et inconvénients que de réunir ou éparpiller dans toutes les directions....

    Là où le problème se situe,c'est quand il s'agit de se faire une idée sur l'état d'esprit d'un étudiant,que l'on nomme ou qui en pose candidature vers un degré supérieur....

    L’Alchimie ne fonctionne,selon moi que sur base de passion et d'engagement et non sur le souhait à l'Or dur..

    Car, tout se place simplement sur la juste intuition d'un Haut voulu Sage,dirigeant ou autre professeur.

    En effet,ce dernier se doit d'évaluer correctement au possible si ce dit élève aura développé de façon harmonieuse et suffisamment,les divers principes,cités ci dessus.

    Corps,cœur et mental...en parfaite unité,ne se décèlent que lors de confrontations sur des situations non académiques et non-conventionnelles.

    La manière,dont elles ont été résolues,comme les circonstances multiples qu'elles engendrent dès lors...sont des petits signaux de fumée qui révèlent l'élève et son niveau d'aptitude.

    Le schéma est relativement connu par beaucoup ici,car il se table sur le fait simple d'un étudiant,que l'on accompagne avec le temps....et les expériences vécues.

    Mais,quel en serait il si nous avions a devoir évaluer un étudiant,que l'on voit pour la première fois... ?

    Comment connaître ses intentions,comment déceler ses ambitions... ?

    La juste observation du comment il en accomplirait les rituels,est je pense,la formule magique.

    Par ailleurs,il sombrera inconsciemment dans cette purification d'article posé ici,et sans nul souhait de sa part...tant investit sur son trip,nous offrant ainsi cette possibilité à une quelconque évaluation....sans nul avertissement préalable.



    La prise de conscience engagée,la simplicité,la solennité...dont il en ferait preuve dans ses manifestations en refléterait la force spirituelle qui est en Lui,dès lors.

    La Voie spirituelle est essentiellement une voie pratique,ne nous y trompons pas.Elle n'est pas que méditation et arrêt de mouvement...et bien loin de là d'une observation au degré premier.

    Il existe une notion Japonaise et qui se situe très loin dans la pratique et qui se nomme Dai-Shojo/Sho-Jodo.

    Elle sera le résumé de cette chronique;à savoir que le concept se schématise par la Voie des formes et celle qui est bien au-delà....au delà de ce qui est naissance,vie et mort...dans cet esprit dit d'éternel et si cher à Lao Tseu.

    Tout adepte,selon mon humble avis,..Bricoleuse de Noël,Alchimiste,Artiste,Franc-Maçon,Aikidoka,Rose+Croix,,,...doit construire son édifice,tel bâtisseur,selon et dans les deux plans,comme de nourrir son être intérieur...taillant morceau de bois ou cherchant sa Pierre,peu importe l'allégorie !

    Pour se faire,il doit ainsi introduire dans sa pratique et son engagement des éléments spirituels,sacrés,subtils,symboliques...traits directs entre le sacré et son acte,car toutes ces formes cérémonieuses et autres exercices constituent une aide précieuse pour accéder au plus loin encore,à ces initiations dites supérieures,mais pas que....

    Le vent se lève doucement,il le fait silencieusement...laissons le faire..

    Merci

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • La co-naissance ou la conne essence.

     

     

    Bonjour errent mites et vert mi sel....

     

    Qui sait s'il ne Vous est déjà point arrivé un jour, de poser cette question définie tel élément Terre voir élément Air,quand au savoir sur ce qui pourrait bien se découvrir, bien au-delà de la Sophia Platonique,Reine sophiologue,omnisciente et sage dans sa philosophie...?

    Car et malgré tout,cette dernière est issue,la plupart du temps,d'un schéma méditatif, ...les questions hantant sans cesse et jusque là posant souvent également,de manière judicieuse,un certain flottement se voulant quelque part salutaire comme évolutif en soi.

    En outre et suffisamment,Shunryu Suzuki,ne le confirme-t-il point en énonçant ce comment définir la méditation sinon autrement que par la sagesse des sagesses....ou cet autre Aristote qui en nous siffle allègrement et judicieusement aux oreilles de son coté,que tout doute n'est que le commencement de la sagesse.

    Mwouias,..et par ailleurs,sommes-nous aussi dans cette certitude définie d'une vérité sise quelque part,d'un chemin a emprunter absolument,d'une connaissance inextensible ou d'autres buts à atteindre,...?

    Car ,et effectivement la force est d'asseoir ce constat d'un certain avilissement non exclusif aux étapes paliers d'une recherche souhaitée interne,que parfois également,théâtrale dans des approches issues du n'importe quoi et via des acteurs nés d'on ne sait où...Il est d'autant plus plaisant pour certains de jouer les Gourous devant une mé-co-naissance générale et d'un enthousiasme tel actuel devant le monde de l'hermétisme et l'ésotérisme....

    A partir d'un cap,la''poudre aux yeux'',ne produit plus l'effet escompté par celui qui traînera de lourdes chaînes plus souvent sur des bases issues des théories ou de l'intellect,que davantage sur le travail lui-même.Il devra dorénavant et pour créditer son Ego chatouilleux quoique démesuré,en retrouver une nouvelle clientèle plus crédible,pour poursuivra cet objectif a briller et non a éclairé....Perce-voir est ainsi donner à cette lumière,la faculté de percer pour voir au travers de soi ou l'autre...jusqu'au point en lequel only ''trou''il y a ....mais,j'ose malheureusement penser,que pour ces individus,le débat est difficile.

    Une ''épiphanie'' est ainsi aussi en quelque sorte une manifestation liée au spatio-temporel,en fonction du niveau d'éveil et au-delà d'une réalité ordinaire.

    Car,plongeant dans ce dilemme,nous pouvons en prendre pleine conscience,qu'il n' y a en fait, aucune acquisition ou conquête,...et que le puits sur le sujet du moins,tout comme l'histoire,demeure sans fin.

    Un sculpteur en vient donc a visionner,ce que d'autres ne voient pas...comme le peintre en ressentir les choses autrement,ou encore ce musicien d'entendre les mélodies que d'aucun ne perçoivent...confirmant cette notion que tout Art est issu d'un talent..caché,latent,visible,...mais bien présent.

    ''Lapis philosophorum'' demeure quelque chose d'hypothétique,il est certain,mais qui selon Jung est une métaphore d'un processus d'évolution et poussant le tout vers davantage de différenciation dans un schéma de mise en abysme du monde petit et grand.

    L'Uni vers fait correspondre le Grand Tout (macrocosme) à l'infiniment petit (microcosme).Ce dernier imitant parfaitement son grand frère en sa richesse.

    Aussi,il n'est donc pas totalement idiot de dire dans un paroxysme,que tel Chacun possède sa propre vision des choses,Chacun aussi,possède sa propre Voie...et le thème de fond n'est point celui d'un basique copié-collé,..mais cela méritant quand même quelques réflexions et autres élargissements

    Le Budo Japonais ,tout comme l’alchimie traditionnelle,moderne ou Ars Magna (spéculative ou ops) suit malgré cela un schéma...le magnum opus jouant sur ces étapes effleurées il y a quelque peu,du Nigredo,Albedo et Rubedo,tandis que celles du Budo..établissant divers parallèles entre le Shin,Gi Tai..mais pas que,le chiffre 3 nous tirant vers un large panel symbolique du passé présent et futur notamment...de la naissance d'un geste,de sa vie et sa mort..de cette union jonction Homme avec la Terre et le céleste..du cardinal,de ce qui est figé et mutable...autre débat ,autre temps,pour un plus large développement,il se faut.

    Si l'on se porte essentiellement sur ce simple exemple des mouvements dits philosophiques ou de connaissances (oratoire),si intimes à notre voyage ...nous allons y découvrir de nombreuses choses.

    Pour les uns,il en pourrait être bien simplement une source inspiratrice de recherche toute personnelle avec quelques relents d'opérationnallité,alors que d'autres,en seraient davantage portés vers une amélioration de type genre comportementale,ou autre développement attaché au Soi...et trouvant un juste support donc pour ce faire.

    Les chemins,sont ainsi différents,quoique très nombreux pour Toutes et Tous,ainsi que les paysages qui y sont associés.

    De Minos,où était censé demeurer le Minotaure et Thésée qui ne put s'en extraire que via le fil d'Ariane,on retient la complication du plan de parcours.Parfaite symbolique d 'un entrecroisement de chemins,quelques fois sans issue,et au travers lesquels il s’agissait de découvrir la juste route qui menait au centre.

    Gravé dans les cathédrales ou dansé dans diverses régions de Chine à la Grèce,le labyrinthe doit permettre l'accès à ce centre au voyage qualifié d' initiatique.

    Tel Mandala donc,il est une figuration d'épreuves initiatiques et remplit une fonction estimée quelque part un peu magique en soi.

    Il est également une image du travail de l'Oeuvre,avec ses soucis majeurs...pour attendre ce point central,là où se livre le duel de deux natures.

    L'objectif de cette chouiatte chronique n'est nullement d'en définir tout le symbolisme qui s'y rattache que de surtout pointer les possibilités d'égarement,de ce temps premier.

    Ces dits chemins en demeurent également authentiques comme de respectables en eux.

    La Vérité est Unis vers Elle et donc Unique de par sa définition,quoique ses itinéraires restent légion,et donc soumis,eux, à la pluralité,nous l'avons dit.

    Malgré tout,restons quand même un peu sceptique sur cette affirmation un chouïa trop rapide qui voudrait que ''Chacun sa vision,chacun sa voie'' et ouvrons un peu cette notion.

    Nous en traversons Tous le grand Sahara de la vie,avec nos objectifs qui changent selon l'âge, le vécu ou une motivation cyclique et bien naturelle,ou voir encore avec une certaines évolution quand à nos croyances et autres valeurs,...

    Notre identité,ainsi que ses niveaux d'évolution...amènent subtilement ou radicalement une autre perception des choses, ...car recevant la nourriture dont elle a besoin...et justifiant le pourquoi notre tolérant du''Chacun son truc....''.

    Ainsi donc,et partant sur ce schéma fondamental,il convient de prendre conscience qu'un enseignant et peu importe ce qu'il amène,a aussi sa propre vision des phénomènes.

    Il en demeure en outre,le pourquoi les Shanghai sortaient d'un académisme propre au Ru pour se lancer à la quête d'autres écoles au savoir et à la conne essence,voir co-naissance;cela avec les bonnes grâces du vieux Sensei d'origine(qui parfois même,les sollicitait à ce voyage initiatique).

    La structure de fondement ne variant pas,la recherche se pose dont sur un rendement quelque part.

    Ce que je tente signifier ici,va dans le sens suivant,que l'ouverture véritable,signifie que quelque soit la vision éducative,artistique,spirituelle,philosophique,physique,...chacun peut trouver a s'y épanouir.Il en est peut être de cette définition de l'Alchimie..

    Un authentique enseignant se doit avant toute chose d'être fin pédagogue dans l'âme,afin de transmettre d'individu à individu et dans un respect total de la vision de l'autre...I shin den shin,ou le mode de transmission dans les Do traditionnels,tels que le Shodo,le Chado,le Kado,...

    La transcendance,par l'existence du sens que l'on donne,passe par une réelle volonté cheminant dans les cercles de valeurs,par un positivisme marqué,et une véritable motivation à la progression.

    La synthèse du ci dessus offre donc ceci que l'enseignant est porteur de sens,lorsque doté d'un esprit posé sur l'amour de l'autre et son développement....et d'un potentiel d'ingrédients suffisants,pour l'épanouissement de la personne.

    L'alchimie parfaite,souhaitant qu'un individu jouisse de grande liberté,quand la situation est pleine de sens pour sa compréhension intime.

    Le sens véritable est placé sur une identité qui outre passe la propre personne et rejoint ce qui est définit par ...la juste piste a prendre.

    Aussi,et après quelques années de perfectionnement dans cette direction de travail,une certaine sagesse commence a naître dans le creuset Homme,récipient vivant en lequel s'effectue la fusion et la calcination.

    Il en est d'un premier pallier ''atteint'',d'une mutation intériorisée et d'un savoir faire autre...le passage des états primaires vers un autre ,du Nigredo à l'Albedo..de Kyoshi,à Renchi et Hanshi.

    Certes,la vision de l'étudiant change,...mais rien ne prouve encore que le schéma doit rester dans cette ligne de conduite rigide pour outre-passer la Sagesse,malgré tout,n'allons pas trop vite !

    Partons ainsi sur cette option définie de notre élève avancé et imbibé maintenant de cette dite ''Sofia'',...et de son pourquoi faire,son rapport avec la vie de tous les jours,...car osons aussi avouer,que sa dénomination,nous place très rapidement dans une limitation de type comportementale.

    Ainsi donc,pour dépasser ce cap atteint et aller au delà,il nous faut considérer l'ensemble complet du Chemin,et redonner au sens vrai du terme sa simplicité ou son état naturel.

    En fait,la Sagesse pure et dure,comme nombre,la considèrent généralement,n'existe pas !

    Le concept traduit un idéal,oui,bien certainement...ainsi que des guides accompagnants,qui gravissent cette montagne avec nous,mais qui ne sont pas encore en haut,eux non plus....Facebook et ses légions de Hauts maîtres n'est dans ce cadre levée que utopie...mais il y a un véritable humus a découvrir,qu'on le sache(son étymologie latine provenant de la racine indo-européenne ''ghyom'' signifiant Terre,replacée en rappel).

    Il importe de comprendre la nature d'un travail évolutif,tel l'Ami Sisyphe,qui arrivé près du sommet,se met a glisser jusqu'en bas,où,Il lui en faut repartir dans l'effort perpé tue Elle.

    C'est une des règles que de se perfectionner sans cesse,sans devenir parfait et ment par ''fait''.

    Il n'y a pas de point de placement bien spécifique qui veut d'avoir un pied posé solidement sur cette dite Sagesse,et qui nous transformera en ''Grand Tout''subitement...délire que cela.

    La quête,l'ai je souvent comme humblement décrié ici,est dans le chemin,et non dans l' atteinte.

    Vivre est davantage important que de se perfectionner,quoique pouvant perfectionner pour mieux vivre,n'est pas mal non plus...lol

    Si la Sagesse était ce sommet d'atteinte,l'au delà du sommet serait donc la transcendance,qui en souhaiterait dès l'or:) cette poursuite à l'ascension encore et encore...comme d'ancrer également cette idée et ce pas sur le versant de la vie du maintenant.

    Merci,le Vent souffle froid..retournons en au labo oratoire,il fait plus chaud...hi hi

    Nous sommes de simples voyageurs de luxe en ce mode,des nains en passage d'époque,tel un battement de cil...qui visitons Dame Gaia et la magnéfions....Nous repartirons vite,mais pas trop vite,pas trop vite.

     

     


    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  



     

    L'Oeuvre en Or riant.



    Bonjour,Voyageurs aux souffles subtils...

     Il subsiste,qu'on le sache quand même,deux configurations relativement essence Ciel telles que fondamentales Y,et qui semblent,j'ose humblement penser, dignes d'être portées vers une prise de conscience en Chacune-Chacun,souhaitant en outre une grande attention,dans le genre de cheminement philosophique et inhérente aux Arts du labo oratoire.

    Ce lieu dit des opérations dévolues au Grand Œuvre,et,qu'il en s'agisse de Spagyrie pure et dure,ou d'un travail sur l'intime voir Soi,importe peu malgré tout,car dans une large mesure orientée bien simplement vers cette définition notionnelle voulant en le dit ''labororare orare''une équivalence vers le travail et la prière,...ces deux sources se jouant du temps dans une séparation aux diverses tâches et fonctions à venir,mais pas que..autre sujet,autre temps.

    Aussi,,et quoique la première est relativement stable en tant qu'expression directe quand à une certaine expérience et co-naissance passée,d'autant la seconde en détient,de nos jours, un dynamisme évident,vecteur d'un futur d'envergure,si of course,bien utilisé.

    Aussi et pour ce qui en concerne l'histoire et le passé...cela semble assez aisé à saisir en lignes maîtresses ,comme d'également a déterminer la plupart du temps,ne sachant déroger aux faits établis sur les ans ou siècles,car bien archivés et protégés en hauts lieux,pour la plupart.

    Par opposition,l'approche tenante est plus difficile a sonder,dans cette mesure en laquelle on pourrait se heurter à certaines formes d'errements,de divergences d'opinions,de schismes et scissions internes...bref,autant de facteurs qui en découragent ou affaiblissent les plus engagés et motivés,de tous les errent mites T'es Rien...

    Well donc,et pour prendre cet exemple simple aux structures ancestrales d'Or riant,force est de constater pour Ceux ou Celles qui se donnent la peine au temps d'en gratter la surface et vernis,cela,via recherches et études davantage faites en profondeur face aux mœurs et coutumes d'époque,....qu'Ils risquent bien de tomber très rapidement sur une existence et un patrimoine d'autant plus vaste que subtil dans son développement...tels que pourraient en être ces enseignements qualifiés d'Okuden entre autres ,mais pas que,non plus...

    Bref et certes,perfectionnement du geste,il y a,l’œuvre en étapes nous y confrontant sans cesse,et,s'investir profondément dans un acte constitue l'une des vertus essence ciel de tout souffleur ou voyageur,...le nom important peu pour celui qui chemine,il est dit maintenant et définitivement..

    La réalisation prend une consistance via une réelle immersion,dans tous les instants de vie,c'est la formule basique,pour bien starter.

    La ligne de partage que l'Occident trace depuis si longtemps entre le corps et l'S prit perd ici toute sa pertinence,dès lors,nous soufflant merveilleusement la citation de Jean-Napoléon Vernier,dans ses Fables,pensées et poésies 1865 que la Vie s'agite entre la matière et l'esprit,la forme et la pensée,le corps et l'âme.

    Le travail intellect,ainsi non-dissocié du corps...telle que la calligraphie Japonaise pour ne citer qu'un exemple,.... ou cet acte analogue de l'Alchimiste au creuset,est tout à la fois et de manière indissociable,posture,pensée,travail du souffle juste,maîtrise du mouvement...

    Tout,ainsi,porté par l'élan est chargé de signification telle la lecture décolle les mots et capte l'au-delà dans leurs errances.

    Ces enseignements appris et appliqués,en seraient quelque sorte la glorification d'un cheminement premier à titre individuel pour tout Homme en quête de perfectionnement de Soi,en absolu dépassement quand à ses limites .....via une forme d'éducation ,non seulement physique,mais également mentale,assurant comme vecteurs corporels et entre autres les différentes formes de disciplines ancestrales.

    Le modèle et la codification référentielle des gestes enseignés de nos jours encore,sous- entend que l'individu en soit apprécié pour la sincérité avec laquelle Il exécute ceux ci ou moins.

    Cela pose dans notre assiette de Vie donc,cette vision d'Homme agissant et offrant ainsi une expression totale d'un relié avec le Tao,Grand Tout indissocié,parce qu'il est fait avec cœur comme renvoie à une relation vers autrui,ou une chose.

    L'alchimie Budo se couche sur la sincérité avec laquelle on en accepte avec humilité sa condition...surfant du Mélanosis grec,nigredo vu,vers notre Leukosis Albedo..pour s'en aller bon an mal an vers la Xanthosis ,Citrinitas..et sa grande Sœur Iosis,Rubedo...mais n'allons pas trop loin,ici.

    A la limite,et rien qu'en tant que tel,cet esprit de transe mission depuis tant de générations,et fidèle réplique des temps anciens,mérite d'Être et Re naître,dans un Univers placé sur le paraître(par être) tel modernité et en lequel,l'homme manque de plus en plus de repères et de valeurs.

    Il se déclare ainsi,d'une certaine manière,un patrimoine Universel,qu'il faudrait prendre en considération en tant que richesse de et pour un juste futur en notre planète.

    Il semble malgré tout et que doucement,cela s'admet de plus en plus par bon nombre d'adhérents à ces fraternités silencieuses,pour lesquelles,les objectifs initiaux à leurs engagements,n'ont jamais obscurcis le jugement ni annihiler ce besoin de percer le voile des apparences de la petite Gaïa et de son Pote Cosmos.

    Ouais,et de toute évidence,ce n'est pas pour autant non plus,que le phénomène va changer du tout au tout;car cette prise de conscience demeure somme toute limitée en elle, au niveau d'une généralité de membres confortablement placés dans une routine et profonde ignorance....plombé reste ce débat.

    Par cette petite chronique,j'aimerais attirer cette attention sur une certaine conception qui non seulement peut agacer certes,séduire au mieux,mais toujours interpeller malgré tout,c'est du quotidien....lol.

    Car aller plus loin dans l'analyse ,équivaudrait a offrir une autre essence et âme,qu'il est donné de voir depuis bon nombre d'années maintenant.

    Les structures initiatiques,pour en demeurer dans ce sujet qui nous intéresse essentiellement ici,contiennent aussi ,et bien au delà de leur culture ancienne,...de quoi transformer un potentiel humain,en une société nouvelle ,plus conforme aux aspirations et attentes des Hommes de tous horizons,passant en quelque sorte d'une Alchimie d'ordre Unis vers Elle,vers une autre davantage individuelle,...cette dernière relançant la balle au mieux que peut.

    Si cette compréhension en devenait possible,cela ne serait donc pas non plus négligeable en soi,et dans un monde où des millions d'individus viendraient peut être a en parler le même dialecte de base et transposeraient,dès lors,les principes des méthodes et pratiques anciennes et oxygénées par l'authenticité,dans le quotidien de leur Vie,l'on se peut rêver...non ?

    Pour résumer donc,je signifierais que se mettre entièrement dans le geste,c'est en quelque sorte manifester une reconnaissance et une acceptation virtuelle voire manifeste,pour établir un rapport en lequel le dit sujet/objet se trouve avec l'acteur.

    Malgré tout,le registre des actions étant limité en soi,il importe aussi d'en attacher une grande attention,en y plaçant dans sa perfection une certaine forme d'intériorisation,confirmant ce fait que rien dans l'individu ne reste étranger à l'acte accomplit.

    Dans la plus haute perfection,l'Homme s'ajuste au rythme de l'Unis vers,qui est présent en Lui comme en toutes les choses.Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas..mais,c'est quoi cette distinction,que diable...dans le Un ?

    Ben oui l'ère Mèse,pfff...quel pavé dans cette mare au Tao,qui murmure doucement que Tout est issu de la même origine et que l'être comme le non-être naissent l'un de l'autre,que le haut et le bas montrent mutuellement leur inégalité,qu'antériorité et postérité sont conséquences l'une de l'autre...et blablas nacrés du second principe au Tao Te King.

    ''Mi'' est ainsi cette énergie eau tombant du haut en croisée avec ''Ka''cette,énergie feu issue,elle de la Terre...les deux sirotant le café dans le Hara central en connexion directe avec le plexus solaire (Kami=dieu)....lorsque la posture est perfection ultime et sublime.

    Le fait d'associer donc ce mot de Kami et ce geste parfait peut ainsi nous offrir une piste relativement significative sur la juste conception de ce que cet Oriental estime tel''technicien'',pour également en revenir sur cette ligne de partage entre un quelque chose d'objectivé et de ce qui est Unifié à l'Homme pour le mettre en œuvre.

    Gi-jutsu a été ''pondu'' pour une aisance à la traduction Occidentale et ainsi décrire les manipulations dans une production souhaitée quelque peu industrielle.

    Car et effectivement,notre approche d'Oxydant associe la technique comme subordonnante à l 'Art ou la dite science.La technique y serait ainsi un moyen,se séparant par divorce de la science dans un système de production capitaliste.

    La relation entre le monde des idées(la raison et la science) et celui de la technique (la réalisation et la fonction) fait ainsi l'objet d'une médiation et doit s'oxygéner en constance.

    Gi-jutsu donc,prédomine largement telle que ''manipulation''ou ''technique'',mais n'en correspond pas exactement à notre sens occidental,conférant ainsi une assez large ambiguïté...dans l'approche que l'on puisse se faire sur le phénomène.

    ''Waza'',selon le Kokugo-dai-jiten signifie d'autant plus judicieusement l'acte fait avec une profonde immersion,ou,avec une intention importante....

    Dans cette acceptation,l'acte et donc pour notre alchimiste EST dans la technique.Dans cette notion de Waza,à la différence de Gi-jutsu,il n'y a aucune subordination de l'un sur l'autre.

    La conception consciencieuse et celle du geste,ne sont jamais détachées...le tout demeurant enraciné.

    OK,donc,et de voir la réalisation en ce qu'elle a de décisif,en un moment d'intuition où tout se fond dans le creuset Homme,la réflexion nullement absente,loin s'en faut,que juste malgré tout limitée en elle.

    L’Alchimiste joue l'équilibriste et le vide,mais avec une attention aiguë..pour savoir saisir le moment où Lui et l'objet ne feront qu'Un.

    Toutes ces phases sont a marquer par un mode de respiration bien particulier,pour amener une fusion totale entre pensées et actions,la technique ultime et divine...le bien-nommé kami-waza.

    Respect,maîtrise de soi,élégance,contrôle du geste,esprit,souffle juste...en seraient donc rehaussés sur les sphères d'importances.

    Bien évidemment,je demeure convaincu également que l'Ars Magna et la transmutation,cette recherche de la Pierre philosophale,...ne sont pas que les outils uniques pour réaliser ce challenge à l'échelle humaine.

    Des courants de pratique ont courus de Chine à l’Égypte,du moyen-âge à la renaissance..offrant à l'Homme le plus beau et large panel d'hypothèses et pistes de travail.

    Car,certes,..et pour le peu que l'on croit en ce dit T'es Rien (accepte le!!,un pas sera fait dès lors),nombre de moyens pour se faire,ne restent pas dans ce monde de l'utopie ou de la fiction.

    L’Homme en son futur et devenir,ne peut afficher une victoire,que collectivement,....et dans une quête souhaitée commune en valeurs identiques,largement au delà des races,de l'Histoire,du Temps,des cultures,des religions...

    La formule magique donc,et selon l'avis de Votre vert mi sel,serait d'actualiser la pédagogie de ces diverses pratiques,en cessant immédiatement de se les jouer,pour les enseigner ou les concevoir,sur bases des positions d'un passé avéré comme révélé.....et de les actualiser sur les besoins du présent,qui est un réel cadeau.. .lol

    Le fait également de ne point permettre,que ces Hauts enseignements continuent a être présentés tels des outils de promotion sociale,d'instruments de pouvoir ou autres machines à vanité,....amenant a briller par l'écrasement des autres et ainsi voir prendre place une forme de prospérité mutuelle et une humilité collective est peut être cette solution envisageable à long terme,qui sait ?

    Difficile,diront certains...certes,mais non irréalisable répondrais-je,vite.

    Alors éventuellement;pourrons nous à la fois renouer et relier ce passé avec cette dimension adaptée pour en imaginer un futur meilleur,avec toujours,bien sûr,une vocation de progression constante.

    Aussi et dans cette perspective,il est peut être utile de rappeler que ces Enseignements de tradition,ont été conçus à la base comme schémas physiques,mais aussi comme vecteurs d'éducation spirituels de l'individu,au sens de l'élévation vers un état supérieur,voir l'éveil,ou un réveil.

    Les formes purement utilitaires ne sont donc plus cloisonnées dans cet aspect purement opératif de la chose spagyrique ou autre !

    C'en est donc de celles ci de se donner comme raison d'être,la culture dans chaque voyageur des vertus et des valeurs,qui ont fait de ces Souffleurs des temps passés,des Hommes exemplaires,en références absolues.

    Dans cette approche philosophique,il en est principalement de tenter toucher du bout des doigts ce que d'aucuns nomment la perfection ultime,entraînant une renaissance,par une sorte d'illumination.

    Ce débat,suffit,selon moi,a mettre fin à quantité de visions erronées et d’ambiguïtés entretenues par et auprès de tant de membres,qui ignorent souvent,ce qu'ils font,la plupart du temps.

    Voilà aussi,le pourquoi,si loin des diverses haines étalées ou promotionnelles à usage essentiellement personnelle la plupart du temps,et qui séparent les acteurs entre eux,je m'insurge corps et âme.

    En outre et pour conclure,j'ose siffler devant Tous ces Hauts initiés et autres dignitaires respectés dans l'Histoire,dont parfois encore certains en décrient et disputent le nom si stupidement aujourd'hui,et qui les verraient se retourner dans cette tombe leur sur les constats de ce qui s'affiche souvent de nos jours.

    La perspective de construire un beau futur, existe encore pour Celles et Ceux qui le désirent fermement....à l'heure où partout,l'oubli de la véritable essence approche si vite,et ou l'affrontement économique nationaliste approche à la même vitesse,...

    Suggérer à cette civilisation nôtre,de cesser d'exploiter et d'éparpiller ces legs nacrés comme précieux au seul profit de quelques individus...pour penser a le faire plutôt fructifier vers et pour l’humanité...EST peut être cet Or a découvrir,ce véritable Graal...sinon la dernière et ultime quête. Beau défi,de toutes les manières car et pour appuyer cette Dame Ann Keren qui dit que la scène en offre de nombreuses possibilités...du fait que lorsqu'on part en tournée,chaque soir l'on en voit des moments différents,l'on a besoin de ne pas s'ennuyer,et que tout reste un challenge à chaque fois...et de la penser claire -voyante..ha ha

    Merci,...le Vent souffle mes Amis...ne loupez pas celui ci.







     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • L'Oeuvre au blanc bec.

     

    Bien le bonjour,Amis d'Hermès et Amis tout court...

     

    Ainsi et en suivi logique sur la chouia chronique précédente,il en est fait de ce constat que l'Homme,dans une grande prise de conscience face au Lui-même,éprouve une aspiration mélancolique quand à son devenir,comme une perception relativement vague sur ses origines...En outre,et pour Celle ou Celui qui en émerge des flots vaseux de l'assommant métro-boulot-baiso-dodo et tente d'en donner un sens plus exhaltant à leur existence,force s'offre souvent vers eux,le constat et tourment d'une brèche dans leur conception intrinsèque.

    De ce fait donc,le Moi dans sa réalité la plus authentique et extirpé des bras aux frères ''Machinal''et ''Automatique'' va progressivement arpenter dès lors, le petit chemin balisé en s'ouvrant de plus en plus au fil des étapes qui vont se présenter à Lui...augmentant de surcroît la qualité de cette essence en la conscience.

    Nous l'avons ainsi abordé dans le Nigredo,l'Itin errant:) sur ce trip,doit d'abord s'asseoir à table avec son coté le plus obscur,pouvoir déjeuner en toute quiétude avec lui,...même si terriblement déplaisant et rempli de mauvaises manières,pour finalement s'acquitter de l'addition en l'ayant accepté tel un vrai Pote.

    Aussi,cet indivis joue maintenant à celui qui n'a plus aucune crainte,ni ne s'extasie...s'en allant faire son petit bonhomme de chemin vers le centre de l'être authentique,le Soi.

    Le travail de l'Alchimie se pose ainsi et prioritairement sur quatre phases bien distinctes et inter-pénétrables à la fois,qui en chevauchent le temps comme les saisons,telles analogies avec la mort et le résurrectionnel.

    Voilà donc et en outre,que sur cette discipline pré-citée,il importe malgré tout de savoir que certaines couleurs s'articulent en fonction des diverses phases opératives,et dans cet ordre...du noir,blanc,jaune,rouge(calcination,lessivage,sublimation et incandescence).

    Cet inconscient donc qu'est la Materia Prima,n'est ainsi qu'une sorte de carapace métallique,lourdement posée sur un visage et un corps,ainsi enduite d'un vernis social,culturel,familial,...qui a vu sa première couche étalée,dès la plus tendre enfance.

    Il en est ici,de la faiblesse humaine,de ne voir que dans ce costume,...tout en sous-estimant un potentiel enfouit quelque part au fond en Lui,et délivrrant ainsi le pourquoi notamment,mais pas que ...l'alchimie tente de séparer et différencier les constituants,pour ensuite les purifier et les recombiner maintes et maintes fois...(Solve et Coagula).

    Ce processus,j'ose le répéter pour Celles et Ceux qui prennent le train en route se fait au sein d'un creuset matrice en forme d’œuf (tel le monde,l’œuf orphique d’Égypte,Grèce,..) nommé Athanor donc,lieu des transmutations morales,mystiques ou physiques.

    Prenant ce risque à la répétition,l'Oeuvre au noir et ses fonctionnements,Nigredo sont ainsi les balbutiements du Petit ou Grand mécanisme en route,dans lequel on est apte a se reconnaître différent que ce que l'on pensait être,comme d'en accepter le fait d'être un illustre inconnu qui se cherche,en fait.

    L'Oeuvre au blanc bec.

    Car dans cette ombre confrontée qui contient nos désirs et pulsions...on en retrouve pleinement la confusion et son synonyme de crise,...nous n'y reviendrons plus ou peu.

    L'Albedo est donc la seconde œuvre ;celle en blanc.teinte qui se situe à l'autre extrémité de la gamme chromatique,et absolue de son état.

    Candidus,est la couleur de l'individu qui va en changer dès lors de condition comme,également,celle de passage pour les rites divers telles les diverses mutations de l'être,selon le descriptif classique et habituel de toute initiation:mort-née (naissance).

    Le blanc d'Ouest est ce mat de la mort absorbant l'être pour le présenter au lunaire,froid et féminin menant de surcroît au vide de la nuit comme à la disparition de la conscience.

    Nos précédentes rencontres avec ce coté obscur,doivent être ainsi absorbées et digérées sans y avoir porté quelconque ou moindre jugement.Il en faut de grandes qualités d'abnégation comme de morale,pour faire face au grand cela.

    Tout comme le symbolisme du Tao et sa reliance au Yin-Yang,le blanc en demeure indissociable du noir,par sa complémentarité et représente cette phase où on lave,purifie et différencie.

    On pourrait y voir une sorte de forge également,à la différence près,qu'en l’occurrence,il en s'agirait davantage,d'un lieu en lequel le caractère se construit,l'on s'extrait de l'académisme et de la codification sociale,l'on canalise les pulsions...une forge trois étoiles quoi...lol

    Sur le chemin de cet Albedo le voyageur se métamorphose dans une compréhension de beaucoup plus neutre et large,dans une non-nécessité absolue au jugement,dans une impartialité,dans un mieux placé quand à l'équilibre des choses et phénomènes,...bref,notre individu s'offre à une vision de beaucoup plus supérieure au domaine dogmatique moral ou non.Sa neutralité le rendant intouchable quelque part,également...mais dans ce cadre,l'importance est moindre.

    Cet objectif en phase d'atteint(mais que ce mot d'atteinte est difficile a la juste approche),dès lors,de nouvelles priorités semblent s'offrir aussi à notre voyageur sur la quête spirituelle Alchimique,...des priorités qui semblent exclues des exigences sociétaires posées sur le paraître et le figuratif,....

    Mais et par la suite,l'âme en vient a reprendre sa course folle en jouant son petit chef sur le corps,quoique cette fois,vers un nouveau noyau d’intérêt davantage plus subtil,...malgré tout encore porté sur une référence extérieure,qu'on le sache.

    Ainsi donc et pour en retomber avec ce parallèle adopté quand aux vieilles écoles du Budo Japonais,la forme animale des origines,obscure et dominée par cette envie de s'afficher,plaire,imposer...s'efface doucement au clair de lune,confirmant l'adage

    que la clarté en surgit de l'inconscient,pour donner raison à Jules Renard (1893-1898) avec cette citation sur le peu de clarté qu'il y a dans le mystère qui nous entoure en viendrait de nous mêmes serait une fausse clarté.Jamais,effectivement le mystère ne nous en aurait montré de la sienne propre.

    Le Deshi (élève) se purifierait donc ainsi,car extrait des projections extérieures et dès lors davantage calme,objectif et serein...le Sabre tuant l'Homme dans son ego,quoi....et l'Homme vivant par celui ci et ce qui Lui apporte.

    Le métal de la première heure est donc mort,et se voit brûlé,cuit et lavé...jusqu'à son point de non retour,le vif argent.

    Les entraînement au Dojo,encadrés par les ''souffleurs''Sempai et sous la direction d'Hermès Sensei..amènent cet état ou l'âme de l'étudiant prend conscience via elle-même de ce qu'elle possède de lumineux.

    Le corps est dès lors spiritualisé telle que l'on peut observer également et sous d'autres horizons,dans les 10 étapes de l'Art de domestiquer la vache....nous n'en sommes vraiment pas si loin.

    Pour résumer,oserais je écrire que l'Oeuvre au blanc est une intériorisation en prises de conscience submergeant les métaux lourds et qui accroît le discernement comme la juste perception,avec malgré tout cette réserve émise dans la juste progression de rester focalisé sur l'objectif initial et final..et non voir a s 'éparpiller,dès le moindre résultat ;pour en tirer cette judicieuse conclusion,peut-être :

    Que rien ne convenait moins,selon lui,à un parfait capitaine que la précipitation et la témérité.Aussi répétait-il souvent ce proverbe grec:Hâte-toi lentement;et cet autre:Mieux vaut un chef prudent qu'un chef audacieux.Enfin celui ci :On fait assez vite,quand on fait bien.

    Les douze Césars-Auguste (Suétone)

    Merci...le Vent..ben Vous savez maintenant...ha ha

    Bonne soirée.

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Chef-d'oeuvre en noir.

     

     

    Bonjour Chers Vous Tous,

     

    Dès lors que nous avons doucement soufflé sur cette légère poussière dorée,via nos récentes et précédentes chroniques quand à cet Ars subtil,il en sera davantage,plus aisé maintenant,j'ose humblement penser, pour Certain(e)s d'entre Vous, d'appréhender ce qui va suivre.

    Par ailleurs,il en était très également de cet objectif souhaité d'amener pianissimo le lecteur vers ces sujets aux nombreux couloirs alambiqués de l'Hermitica.

    Basile Valentin (moine bénédictin du XV ième siècle et alchimiste) nous siffle donc le ceci pour en définir cette étape essence ciel issue de ses ''Douze Clefs de la Philosophie'' qu'il se faudra en livrer la semence,qu'ainsi donc à la terre:elle y pourrira,...ajoutant,qu'au fond du tombeau,les cadavres en seront enfouis avant de revivre,et que l'on y trouvera tous les éléments ...avec,dans cette alternative d'en tenir un seul d'entre eux,d'apprendre dans cet Art,..comme de savoir extraire,l'essence, le Tout de l'Un.

    Là en sera l'Oeuvre.

    Il en est donc de la réduction de la matière en poussière ,pour en définir ce palier bien justement nommé,de la ''putréfaction''...et ainsi donc de ramener analogiquement vers ce petit Vous,en Y symbolisant cette dite pourriture comme résultante de la destruction d'une nature ancienne ...afin d'en provoquer une renaissance d'un nouvel état,une autre manière d'être ,apte a faire pousser des fruits nouveaux.

    Le ''Nigredo'',première étape vers la réalisation de la Pierre des Philosophes,permet donc, par le pourrissement,de distinguer ce qui est de la pureté comme de son inverse, ce qui est fructueux ou non,avantageux ou inutile,...offrant ainsi ce schéma a savoir dissocier ce qui est codifié et enregistré dans nos fonctionnements et notre inconscient,...et ce qui en s'offre de la réalité pure et dure.

    Notre petit d'Homme,va ainsi glisser doucement dans la matière,jusqu'à ce point ultimo-limite de la chute verticale,...allant même,qui sait..et dans un paroxysme,éventuellement en anéantir toute conscience et élégance.

    Car notre Y affiche lui,de ses bras tendus en v ces deux chemins d'un piège tant bien refermé pour la première alternative voulant et fondant notre homme tel un automate du genre androïde...ou via cette autre orientation, l'espérance malgré tout d'avoir eu cette prise de conscience quand à la dérive absurde sur la vie que l'on souhaite Lui faire prendre et de ce fait,....d'avoir quelque petit sursaut de lucidité et mutinerie.

    Le fait de prendre lucidité au cela,évite la mort spirit tue elle,donne un sens à cette existence Sienne,et ouvre un itinéraire vers d'autres paliers d'évolution et donc une approche non-négligeable vers un épanouissement de vie.

    Les Adeptes,définissent cette étapes,telle essence ciel...et donc résumant ce phénomène comme la mort des corps,certes,mais également la division des matières de ce qui fait l'Homme,ce qui le mène à la dépravation,la décadence ou la déliquescence.

    Mais il importe de prendre bien conscience à nouveau,et pour cette opération,que le travail se doit d'être dans la douce continuité plutôt que dans l'excès ou la rapidité....voir,comme il est dit en ce milieu,pourrir avec temps et mesure,et non se volatiliser en un éclair. Elément terre ou élément air n'étant pas éléments à taire..mais au juste faire.

    Bien certainement et dans cette approche voulue,l'objectif en est d'aller vers une étape que l'on se pourrait de qualifier de supérieure,telle une vie davantage sublimée,mais pas que...l'existence matérielle étant maintenant métamorphosée en quelque chose de plus assuré et absolu.

    Baudelaire chante dans ''Une charogne'' que''Le soleil rayonnait sur cette pourriture,comme afin de la cuire à point,et de rendre au centuple à la grande Nature,Tout ce qu'ensemble elle avait joint'',et plus loin peut être d'ajouter d'avoir gardé la forme et l'essence divine,de ses amours décomposés...nous aide donc dans cette approche initiale vers le processus de l'Opus,et donc,comme de déjà cité Nigredo.

     

    Chef-d'oeuvre en noir.

    ''Caput Corvi''(le corbeau) est ainsi et aisément définit tel cet archétype quand à la putréfaction.

    Le Mahâbhârata le compare d'ailleurs au messager de la mort, quoique les Japonais le voient eux, tel de bonne augure plutôt et porteur de lumière au monde (Shinto).C'est l'un des paradoxes de ce monde des symboles et des distances géographiques,quelques fois,mais pas tant malgré tout.

    Mais le noir,demeure la couleur du commencement en Alchimie et de la nuit des temps,dans sa grande généralité...et le plumage au bestiau s'associe parfaitement aux opérations de germinations et autres fertilisations de la discipline.

    Par ailleurs,il existe aussi entre l'âme et la Pierre un rapport relativement étroit,nous l'avons déjà abordé précédemment...amenant cette idée que cette dernière et l'Homme offrent un mouvement d'élévation et d'affaiblissement (L’Homme naît du Tao et y retourne,la Pierre descend du Cosmos et transmuée,s'élève vers Lui).

    Nâgârjpuna assure donc la transmutation accessible,par la vertu d'une énergie spirituelle suffisante et dans cette mesure en laquelle l'or en serait l'immortalité et les pierres comparables aux Hommes...avec toutes les méthodes d'Alchimie spirituelle mises à notre portée pour mener à bien cette opération quelque peu transcendantale ou dans une moindre mesure d'ennoblissement.

    Pour en revenir vers notre creuset intime,ce Nigredo au Magnum Opus,nous élance donc allègrement vers la''mort'',dissolution du mercure et coagulation du soufre.

    Ce travail de l'Ombre, qui confronte à l'égarement et la perdition de l'individu comme ce refus à la profonde connaissance au Soi-même est un passage obligatoire vers un devenir élevé..

    Aussi,par ce cheminement et cette manière d'opérer s'engage un conflit,que l'on peut aisément associer à une sorte de cuisson et qui s' intégré dans le conscient.

    Ce Nigredo nous confronte donc à ces manques en nous ou à ces morts qui point n'ont vécu,ces tabous et autres interdits,cet académisme frustrant,ces refoulements et répressions,...le tout,bien enfouis dans les tréfonds de nôtre âme.

    Qu'avons nous ainsi fait de cet individu que nous aurions dû être?Que sommes nous devenus que nous ne souhaitions point ?

    Et encore,peut être de citer l'Aristote qui nous murmure à l'oreille que c'est par l'expérience que l'Art et la science font leur progrès chez les hommes,pour amener a dire que la bien nommée Œuvre au noir se caractérise par un nombre relativement conséquent de niveaux d'interprétations,d'ordre ésotériques,artistiques,religieux,philo,...mais détient en elle, cette caractéristique de toujours commencer par une introspection.

    Ainsi et pour résumer ce circuit chronique,cette ''mort profane'',prélude à la génération d' une nouvelle vie et davantage pure,est relativement comparable à cette vacuité décriée par les Shaman ou autres bouddhistes qui en souhaitent également vider une coupe râleuse du Moi pou en remplir une non moins Grâaleuse du Soi.

    La décomposition de ce qui est vivant amène toujours cette teinte noire et cette odeur puante avec le constat que l'on doit en passer via ce stade pour en assurer un suivit et une pérennité des choses.Il en est ainsi !

    L’Alchimiste fait ainsi face à ce qui est noir en ses profondeurs intimes,pour en faire apparaître après un grand nettoyage ce qui est blanc et donc par sa nature,étincelle jaillissante issue dès lors des ténèbres....l'un n'allant pas sans l'autre pour une distinction ou une grande complémentarité,paradoxe dans le monde des paradoxes et ces deux notions.

    Pour conclure cette chouïa chronique,oserais je signifier que le travail a effectuer consiste alors et simplement,mais pas que,a tenter faire cette dissolution du moi via ces détachements de toutes ces facteurs nous reliant à la Dame Terre,qu'il en faut s'effacer au possible,en gérer l'émotionnel autant qu'abolir la notion de désir,....

    Bref,distinguer spiritus de corpus pour ainsi les purifier isolément....ne se fera que par ce facteur qu'est la volonté,la détermination et l'ordonnance.

    Le Budo,en ce voulu exemple,et particulièrement ce qui se déroule au sein de ces microcosmes Dojo de tradition nous expose et diffuse avec la plus grande subtilité,cette Alchimie d'Oeuvre au noir

    Effectivement,et via le corps,les gestes,le mental et l'esprit...tout se transforme en un élixir de beauté à la fois très réaliste dans son essence,et oxygéné par une symbolique des plus puissante.

    Sorti du fourneau,de cet Athanor des sessions d'instruction,le geste est devenu maintenant humble et empreint de pureté,Universel...et messager du monde.

    Il perdurera dans les ans,et toujours sera proche de ce que l'homme définit comme épuré et sacré.

    Tel Art,il n'est pas un produit d'un banal ordinaire,et un culte particulier lui est réservé...comme pour toutes autres disciplines artistiques,en fait.

    Un cérémonial,des codes et principes y sont de ce fait rattachés et véhiculés par ces nommés ''Alchimistes''souffleurs que sont le Maître,l'outil et le disciple.

    Apprentissage,patience et rythme,sagesse,...sont d'autant de graines et d'opérations dont l'humus (de ghyom,ou du grec=terre,)Homme,livrera dans son atteinte,le résultat final de cette entreprise..

    Germination technique,épuration des mouvements et pensées parasites,peau finement et épuration ultime du geste,mûrissage-évolution(par l’expérience et la reliance parfaite de toutes les fractions en jeu..)...autant de symptômes qui nous relient à cette Œuvre développée. Le creuset Dojo et le creuset Homme,haut lieu de la métamorphose,loin des brouhahas du quotidien...demeurent similaires à cette forge d'où s'écoule ce liquide mystérieux qui va se transmettre d'élèves en élèves.

    Quand on en travaille une matière vivante...on se travaille Soi-même ou la citation suivante attribuée à -Jean XII,24 et qui nous fredonne que si le grain de blé ne meurt point après qu'il en soit tombé par terre,il en demeure seul,malgré tout;mais s’il meurt,il porte beaucoup de fruit...capito?

    Le vent nous en amène les effluves de la Terre...ha ha ..

    Merci...et à bientôt.

     

    Chef-d'oeuvre en noir.

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Bien le bonjour ,les Amis

     Et d'ainsi oser débuter le suivit par l'appui à la chronique précédente via mon très honorable et respectable Ami et maistre Pashupata Boron Ali qui nous fredonne agréablement cette jolie barcarolle :

    Et de la retranscrire dans ce contexte :

    ''Ton texte m'en a évoqué un autre, que j'affectionne. Le voici, "en appui" : « Même dans ses étroites limites, ce monde « manifesté », tridimensionnel et temporel, est la base d’une « réalisation opérative » qui peut transférer du virtuel au réel l’agrégat humain « immûr », incomplet et inachevé, dont chaque « étincelle incarnée » anime le masque et porte le lourd fardeau. La matière est donc, pour l’agrégat humain comme pour l’agrégat animal, végétal ou minéral, la voie douloureuse, lente et profondément sage, d’une Passion universelle et de passages éphémères. Toute la vénération, tout l’amour qu’inspiraient aux alchimistes les spectacles d’anéantissement et de résurrection provoqués par la technique secrète du « magistère », la perceptions de faits dont l’explication défie tous les efforts de ce que nous nommons la « raison », ont donné aux traités traditionnels des maîtres, cet accent et ce style inimitables dont, malgré les siècles, chacun peut encore éprouver les retentissements subtils, la chaleur et la lumière, toujours vibrantes, sous le manteau noir des énigmes. »

    Aussi déjà merci donc,mon Pote,pour ce que je vais ainsi pouvoir humblement apporter dans ce chouia blog, comme petits éléments car rien n'est plus ardu que de commencer une Œuvre d'une telle ampleur, il est vrai et surtout,dans un Unis vers davantage drapé par une réalité moins matérielle que spirituelle.

    La difficulté majeure en ce domaine,est l'égarement-perdition,de largement et souvent intentionnel issu de dessins,esquisses,illustrations et autres motifs révélateurs,pour parfois en négliger l'essence ciel de toute la significative,mais pas que...

    Well,..et relançons donc en cette théorie en rappel,via un départ sur cette base de quatre éléments,qui ne sont en fait que des états plutôt que davantage aussi des réalités pures et dures .

    Le feu,l'eau,la terre et l'air sont donc ainsi des traits d'union entre ce monde et le céleste.

    Par la suite,il est aisé d'observer également trois grands principes constitutifs en la matière,tout corps étant composé de ces dites substances,partant du fait aussi qu'il n'y a nul corps sans esprit et inversément.

    Notre ''Yang'' chinois,soufre alchimique,masculin,actif et expansif,corporifie et donc attribue un esprit a toutes les choses,et pourrait rapidement se voir définir comme un feu quelque peu significatif,enfouit dans les tréfonds de tout,une véritable source de vie donc,plus que décriante en sa vitalité.

    A l'opposé et dans cette logique chère au Tao,nous en retrouvons le Mercure,féminin et essentiellement passif,davantage dans cette faculté à la concentration,...nommée ''Yin''.

    Le Jung Carl Gustav en synthétise ainsi ces deux contraires qui ne s'opposent jamais,car de toujours jouant dans ces périodes de mutations,amenant continuité..et oscillant entre ces deux principes qui se tiennent la main par leurs devenirs..et cette double possibilité d'évolution et involution....

    pour nous lancer cette élémentaire Watson citation qu''On ne peut voir la lumière sans l'ombre,entendre le silence sans le bruit,et qu'on ne peut atteindre la sagesse sans la folie''.

    Le caractère chinois de ''Yin'' exprime une dite présence nuageuse et la météo relativement couverte pour rester associé à ''Fou'',qui signifie,lui,un versant de colline.

    ''Yang''pour sa part affirme l 'astre solaire au dessus de l'horizon,et au même radical ''Fou'',nous jete dans cette synthèse originelle...d'un versant à l'ombre ou éclairé,de cette association du terrestre au céleste,du féminin et masculin,du positif et négatif,du pair à l'impair,....

    Dualisme et complémentarité en mode simultanée et quelques sortes,ils n'en demeurent nullement séparés,et résument parfaitement la loi Tao du''Un produit deux'' ou de cette inscription de l’Égypte antique''Je suis Un ,qui devient deux''...

    Bref,ce symbole condense parfaitement la philosophie chinoise,et n' a nul besoin de théories fumeuses et confuses pour s'appréhender,cela est déjà bien...lol.

    Pour nos Amis d'extrème Or riant,la notion de temps d'une part et de l'espace,d'autre part,...n'est point.

    Effectivement,Ils ne peuvent concevoir les concevoir séparément dans le quotidien des phénomènes..

    Selon que les temps soient favorables ou non,intérieurs ou extérieurs,clairs ou sombres,...ils rentrent dans cette catégorie spatio-temporelle qui est inter modulable à volonté.

    Notre troisième substance est ainsi définie par le Sel,qui est ce prêtre réunissant le Soufre au Mercure au mariage,et,qui pour sa part est qualifié tel fixe et volatil,dépendant des deux autres.

    L.C.de Saint Martin,nous dit ceci le concernant,qu'il est un feu délivré des eaux,et à ce titre à la fois opposition et quintessence.

    Le Tantrisme décèle dans cette particule fondant en l'eau,ce symbole fort de la résorption du Moi,dans le Soi Unis vers Elle,...alors qu'il s'applique davantage,sur nos régions,à la Loi des transmutations physiques,spirituelles ou morales....quoique l'une approche n'est point si éloignée de l'autre,en fait.

    Le shintoïste en joue la pureté de l' élément,et son aspect purificateur comme protecteur en font la base de son utilisation relativement intensive dans la culture nippone.

    Le Sel est ainsi à l'origine du symbolisme hermétique,..fait l'équilibriste entre les composants et les propriétés....et se taxe d'incorruptibilité,d'amitié et d'hospitalité chez les Arabes,Hébreux et Grecs...

    Mouais ...mais où allons nous avec le tout ça,sinon dans cette direction souhaitée d'entamer un beau chemin qui en serait celui de l'Oeuvre et de sa Pierre philo...

    Toute Œuvre donc,et quelle que ce soit,commence ainsi par ce que l'on pourrait qualifier de ''mort'' intentionnelle,quelque part et dans ce cadre abordé,une dissolution (Solve) de cette tripartite Nôtre;l'esprit(soufre),l’Âme (Mercure) et le corps (Sel).

    Il en faut dès l'Or séparer,ces trois principes,quasiment unis à l'état naturel que l'on se peut symboliser tel un œuf

    avec son blanc,son jaune et sa coquille.

    Tout comme pour cet ingrédient que l'on sépare en trois parties biens distinctes,il en s'agit par la suite d'y permettre ce que l'on nomme ''la fixation'' (Coagula)....souhaitant faire ressortir les éléments spirituels que sont le Mercure-âme et le Soufre-esprit.

    Autrement dit ces deux derniers maintenant marchant en toute liberté vont ainsi se mettre en quête d'une nouvelle habitation corporelle....qui en affirmera cet appelée donc d'action à la fixation.

    Ainsi,cette dernière et dès lors stabilisée...donne cette Œuvre,qui se morcelle comme suit en 4 diverses et autres étapes....qui,permettez à Votre serviteur,seront abordées bien plus tard.

    La dissolution-séparative est ce quelque chose que l'on observe dans la plupart des structures initiatiques.

    Pour en prendre cet exemple des Budos de tradition,il en s'agit de ré-ouvrir certains canaux dits énergétiques de sorte a activer,voire recharger chaque cellule musculaire,nerveuse...cela via diverses actions posées sur les gestes précis et les organes,alors que notre séparation,vise elle,a retrouver ce qui est enfouis dans le fond de notre âme et esprit,afin de savoir réintégrer le cela ...nonobstant le fait des codes institutionnels,et autres barèmes codifiés par les cultures.

    La séparation est un quelque sorte un lâcher-prise sur tout ce qui est admit tel académique en matière de respirer les choses et vivre la vie,...toutes ces restrictions dictées à notre propre nature et insu parfois,...ce, afin d'en extraire la Pierre de sa gangue.

    Et ainsi de résumer,que ce qu'on nomme par le Chaos des Sages,..la Materia Prima des quatre éléments pré-cités s'associe donc pour Ceux et Celles qui regardent au-delà,à cet inconscient nôtre..qui et que contient l'essence originelle Tao.

    Triune (une qui donne trois)...,corps ,esprit et âme,s'engage dans ce processus modus operandi Solve et Coagula (dissolution et séparation).

    Dès lors s'affiche le principe fondamental des opposés et inverses,qui Lui de même se doit d'être dissout et coagulé à nouveau,offrant ce tout obtenu par la suite,..issu d'une profonde et intime réflexion qui en amènera davantage l'harmonie que l'opposition pour la suite des opérations.

    Le Corbeau (qui,dans le Mahâbhârata,en est d'ailleurs comparé à la ''mort'',et au Japon ,vu,comme le messager du divin) est ainsi devenu Paon (symbole solaire et destructeur des attachements individuels,de la transmutation spontanée liée au fait de son pouvoir d’absorption sur le venin des serpents,qu'il détruit,...et dans les Jataka bouddhiques,sorte de micro-Bouddha qui renonce aux attachements mondains.)

    Pour conclure ces étapes aux paliers alchimiques fondamentaux,et que Chacun(e)ici peut transposer à loisir sur ses activités quotidiennes,je tenterais signifier donc,qu'il est impératif de constituer une base et un élan solide sur la pratique à venir,...et que l’œuvre doit s'entamer dans la pureté et demeurer écartée de toutes les influences nuisibles,pour commencer.

    Par la suite et en seconde approche,de se dissoudre dans le silence de l'âme Universelle,en piste Elle,depuis les origines,et de cultiver cette dite fusion.D'en retourner aux sources du grand Tout,là où tout était Un...pour en revenir quelque peu différent.

    La retraitée ,Maître Reiki Kanak Claude-May Waia Némia dit ceci que le corps sain de l'Homme est le laboratoire de la transmutation alchimique,...comme Elle ajoute et pour ma part pose à mon tour afin de même appuyer quelque peu mon Pote Ali,que l'écriture spirituelle inspirée est l'Art de la transmutation de l'âme de la personnalité.

    Merci...le vent se lève.

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Les Mets aux sous... rient

     

    Bonjour les Amis,

     

    En poursuite sur les précédents écrits,et se voulant en approche relativement accessible pour une bonne compréhension aux personnes éventuellement intéressées quand au sujet,..certains critères sur les métaux aperçus dès lors,,se doivent d'être maintenant et quelque peu,davantage ''concoctés''.

    Issu du grec''métallon'' René Alleau nous lance via sa racine ''mé'' ou ''mes'' et en outre très ancienne,dans ce trait reliant la notion de métal à celui de l'astre lunaire.

    Les Chinois nous sifflent ceci qu'il n'y a nul métal que le feu ne puisse amollir,,ni autre affaire tellement mauvaise que l'argent n’accommode... pour subtilement placer devant nos yeux ces analogies en travers du chemin sur lequel Chacun(e) de nous surfe,et ainsi caractériser ces dits métaux tels stigmates à la matérialité,la solidité,voir à la perfection.

    Précieux(Or,argent,platine),ou non (cuivre,plomb,étain,fer),solides ou liquides(mercure,...),ils demeurent issus des minéraux enfouis vers le centre et hormis le fait des multiples inter-actions entre eux soumis à une complexité très variée.Pour ce qui nous intéresse directement,il est a savoir que le symbolisme rattaché aux métaux nous en replace directement vers des correspondances intéressantes,mais pas que...

    Il en faut donc démarrer d'un aspect double et partir aussi du fait que les ouvriers au métal et autres forgerons du genre ( manipulant des choses issues de la terre et par ce fait quelque part être les acteurs gris du considéré comme maléfiques) sont très péjorativement associés a une sorte d'exclusion communautaire,leur activité s'avérant ,la plupart du temps assez dangereuse également.

    Par ailleurs et malgré tout ce rôle s'en révéla de parfois socialement capital selon certaines époques,et apprécié comme base au support logistique à des organisations qualifiées d'initiatiques.

    Un des phénomènes a bien tenter comprendre,est ce rapport entre le minerai ,ce rapport de la forge et le feu de la Terre (interprété quelques fois tel l'enfer).

    La vision bénéfique de la chose,se pose ainsi sur la purification et donc la transmutation,ainsi que vers ces liens cosmologiques établis,quelque peu transformateurs en ce phénomène également.

    Effectivement,le métal pur dès lors se dégageant du minerai brut...serait cet esprit s’extrayant de la substance pour en devenir visible....dixit Jacob Boehme.

    Propres ainsi sont les métaux a subir une transformation avec cet objectif alchimique essentiel d'en faire émerger un souffle...car établissant un parallèle qui pourrait quelque peu s’assimiler à une mort,dont ce fameux souffle issu,serait maintenant similaire à telle vertu...c'est à dire,l'esprit du métal.

    Ainsi donc et pour résumer,les métaux sont l'essence du monde minéral,et pour ce qui nous concerne plus spécifiquement dans ce cadre,en focaliserons sur les quelques pré-cités.

    Selon le principes des correspondances,les éléments ainsi sortis de la Terre possèdent une accordance avec les planètes,les couleurs,les organes,les cycles...dont la toute grande généralité caractérisée serait la suivante.

    Or(Soleil) Argent(Lune) Mercure(Mercure) Cuivre(Vénus) Fer(Mars) Étain(Jupiter) et Plomb (Saturne).

    Nous l'avons amorcé auparavant,classant l'Or tel métal suprême,le fer étant le plus vil et le plus dangereux.

    La Chine,jouxte l'assimilation de l'opération de la fonte à l'obtention de l'immortalité,qui est ce caractère vu de KIN.

    Ainsi admit comme tel,si l'Or est ce Yang pur,le métal-élément est d'essence Yin.

    Une chronique sera posée sur cette relation du Tao engendrant cet aspect Yin/Yang mais peut être juste abordée comme ceci dans l'instant,que ce rapport est indissociable et désigne l'aspect obscur et lumineux à la fois de toutes les choses.

    Knor de Rosenroth nous chantant allègrement le ceci quand au mariage éternel du Ciel et de la Terre,attachés depuis l'aube l'un à l'autre et s'étreignant mutuellement...ou de citer l'illustre Lao Tseu...dans cette allusion des plus confuses sur cette possibilité a savoir ouvrir et clore les célestes battants.

    Donc et ainsi ,nous en refondons cet Unis vers pour le reformer,ou ce que vu d'ici et de manière plus abordable,certains pointent en la notion de Solve et Coagula,...hermétique à souhaits.

    L'alliage,n'est ainsi qu'alliance;ce qui nous lance aussi au visage que les métaux sont substances de vie et a nature sexuées....un esprit minéral qui est dans les métaux,formule type à la Flamme Elle,quoi.

    Il est assez surprenant,quoique pas tant malgré tout,d'établir un rapport quand à ce qui est qualifié d'impuretés métalliques,ne fut ce que dans cette interdiction prônée dans les autels hébraïques,les outils aux divers emplois pour les constructions de Temples sacrés Égyptiens,celui de l'illustre Salomon,l'abandon aux portes des objets du genre dans les sociétés initiatiques(FM...)ou les castes(Samouraï se délestant des katanas...en entrée sur lieux d'importance religieuse,culturelle,sociale,...)

    Il importe également d'être conscient d'une hiérarchie métallique existante et de faire cette observation pour s'en rendre compte des différentes périodes d'âges notamment (âge d'or,d'argent,d'airain (alliage) et de fer),comme en ce qui concerne aussi les coutumes de la hiérarchie sociale (les couverts en or ou argent selon les différentes classes...).

    Ok donc...les métaux sont ainsi les éléments planétaires du monde qualifié de sous terrain,comme à ce titre ,les planètes elles de même...les métaux du céleste.

    Ces dits métaux sont donc a voir telles que des énergies ainsi cosmiques solidifiées dès lors avec des attributions aux influences diverses.

    Ainsi,Vous l'aurez donc compris maintenant,sublimer les caractères des métaux,c'est opérer quelque part, une transmutation analogique qui est du vil au pur en terme de matière,certes,que davantage et par faveur de ce qui est astrologie comme alchimie,....demeurer se libérer des servitudes charnelles.

    Le chemin de l'individualisation est donc similaire à celui de la transmutation.

    Mais pour d'encore oser s'enfoncer plus profondément dans la mine,il se fallait aussi attribuer d'autres germes de correspondance,en terme notamment de qualité ou potentiel,...ce qui donc fut en ce sens avec pour cet établit ce qui suit.

    L'or,nous l'avons déjà survolé est ainsi donc cet élément représentatif de la splendeur et l'éclat,et via son lien au Soleil,sa perfection.

    Lui en succède l'argent,sa petite Sœur de coeur Lunaire associé à la pureté,au psychisme,la transparence,l'âme et autrement nommée,''la voyageuse des mondes intérieurs''.

    Le fer,symbole du mal et de la brutalité pure et dure,de robustesse et opiniâtreté,de la matérialité aussi...un vrai méchant quoi,mais si classique dans le présent de nos contemporains et notre culture.Il s'oppose au Cuivre ou au Bronze..mais se la joue à l'ambivalence car tombé du ciel,...nous y reviendrons en détails d'ici peu.

    Vient ensuite le plomb avec ses pieds traînés,et perçu essentiellement comme point de départ du Grand Travail,assise de ce qui est spirituel...si lourd en soi,qu'il en reste à la traîne telle Saturne,la plus éloignée des planètes.

    Haaaa...,l'Ami Mercure au principe féminin,passif et Yin,serviteur qui ne souhaite que travailler pour son maître ''Souffre,''non métal,mais principe masculin.

    Chouei-yin,liquide de son état,le

    Mercure dragon,eau et fluide..cinabre, représente la juste communication et la co-naissance,la santé par le biais de son énergie interne,..Semence de Civa l'Indienne, il purifie et fixe l'or.

    Le bronze soldat,indice malgré tout de faiblesse psychique et morale car associé au bas de la jambe Achilienne comme son Pote l'airain nous renvoient vers les cloches des cathédrales avec ces retentissements bénéfiques ou maléfiques....du sacré face à ce qui est maux dits.

    L'airain se rapprochant d'autant plus de Jupiter qu'il en chevauche la justice....

    Bref,...et d'ainsi oser comprendre sans trop se tromper que l'alchimie est un ésotérisme qui s'inscrit dans un cadre spatio temporel,non divisé que davantage adopté,du moins dans ces régions du globe que tel unifié.

    Tirer de l'or à partir de plomb ne peut donc s'interpréter de soi quand ne considérant les métaux que comme des symboles,en,par exemple,signifiant l'homme moyen en quête,pareil et identique au plomb lourd et cet initié en atteinte au bout du chemin initiatique semblable à l'or purifié et régénéré.

    OK pour ça...mais d'aller un peu plus loin dans une acceptation des plus rare quand à l'égalité de ce qui se définit dans la pureté et peu importe qu'il en demeure du plomb,du fer ou de l'or.Faite en travailler votre imagination sur une actualisation des évènements...avec qui sait cet indice Balzacien de Honoré qui loue que l'égalité peut être un droit,mais qu'aucune puissance humaine ,ne saurait la convertir en fait.

    Tous les métaux sont de même nature,qu'on le sache bien,comme d'ailleurs,seule la pureté est apte au changement.

    Ce qui est sublimé comme spiritualisé,passe ainsi par les flammes,par la destruction qui s'ensuit ,pour par après vivre l'étape de la restauration à un niveau plus élevé.

    Il est possible d'y voir également,non pas une libération des influx métalliques et planétaires,que plutôt une intégration dans un équilibre de vie.

    Et ainsi de conclure que les métamorphoses détiennent cette faculté ambivalente d'être ascendantes ou descendantes,qu'elles en chantent une récompense ou un châtiment,voir les finalités auxquelles elles se soumettent.

    Elles en révèlent la loi fondamentale du Tao qui passe via la foi en l'unité originelle...nous offrant pleine vue subversive sur l'illusion souvent....mais transformant les êtres en Hommes,la plupart du temps...ou les Hommes en poètes,voir ces derniers en Anges,qui en fait ne demeurent que des intermédiaires entre le très haut et d’ici.

    Ministres,messagers ou simples gardiens,conducteurs des astres...peu importe le nom pour ces créatures en lesquelles s'offre aux yeux ce qui est déjà réalisé comme transformation du visible en invisible mais qui,en fait est toujours un bel écrin pour l’Âme.

    Le vent se lève....je l'adore ce truc.

    Merci

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  •  

    L'Or rit en T.

     

     

    Bonjour les Amis,...

     

    Nous l'avons donc vu précédemment,l'or est ainsi considéré dans la tradition,tel le métal le plus parfait,voir le plus précieux de tous,...souverain des souverains,semblable au soleil qui fond la cire et durcit la boue,développe les grandes âmes et rétrécit les mauvais cœurs...dixit De Riverol dans son Esprit,...éprouvé par le feu et qui éprouve l'Homme,en citation par De Chilon....ou encore dans cette sentence du -VI ième siècle avt J-C,attribuée à Phocylide de Milet qui siffle que l'or trouble la raison,et renverse les lois les plus sacrées de la nature.

    Qualifié en Inde,de lumière minérale,de par son éclat,le KIN chinois(associé aussi bien aux métaux dans la grande généralité) possède le caractère ''igné''ou divin, par une approche stigmatisée de ce qui est solaire et royal.

    Bien effectivement,il en suffit d'observer quelques icônes Bouddhistes et dorées en signe d'illumination,qu'aussi bien les peintures,fresques Égyptiennes ou autres fonds scènes issus de l'art byzantin..pour ne citer que quelques exemples plus que rapides... et constater voir se convaincre du fait d'une certaine association à l'absolue perfection et autres reflets quand à la lumière céleste...

    Né de la Terre,il serait ainsi vu,produit de la lente gestation,des diverses transformations et perfectionnements de métaux vils ou vulgaires...mais pas que.

    Nous avons abordé le cela dans la précédente chronique,affirmant que le but recherché ici,n'est point son obtention,que davantage savoir tel que le cite trop bien Shrî Râmakrisna qu'or et argile,en fait ne font qu'Un (La Mamy Alchimie Tantrisme,éventuellement d'origine Arabo,fait mention de 2 voies Y en manières distinctes pour la transmutation qui en seraient l'emploi de drogue,ou de bien plus plaisant,la pratique du Yoga.En effet,le Yogi ou le barbu du Labo oratoire ...oeuvrant pour l'un sur le corps et son psyché,et pour l'autre sur les substances,...en visent tous deux a se purifier et se transmuer en ''or''.)

    Symboliquement,l'or en est associé à la couleur blanche(et non la jaune comme observé de coutume qui en est celle de la Terre)....et sa transmutation est vue telle une certaine rédemption en analogie ....dans son jet vers une transformation du plomb,ou de l'Homme par le Haut et en Lui.

    Il en est donc de cet objectif fondamental quelque peu mystique en cette alchimie dite spirituelle quoique survolée dans l' humble cadre de ce simple comme voulu petit blog.

    Symbolisant ainsi une co-naissance,ce Yang essence ciel est en quelque sorte l'immortalité dont une des conséquences en aboutirait à cet état déjà cité de ''Chen-jen'' ou d'Homme authentique,quand le souffle joue avec les signes.

    Et ainsi de résumer qu'il en serait donc de cette connaissance et non d'une quelconque drogue....d'atteindre cette dite''immortalité terrestre'',oui,rien que ça...

    Les Aztèques y voyaient la ''peau neuve'' de Dame Gaïa,au début de la saison des pluies,...avant que celle ci en recouvre le vert partout autour d'Elle...et donc d'aller dans cette direction aisée d'un renouveau périodique de la grande Dame....tout comme de nombreuses autres cultures n'en sont exemptes du fait de diverses associations mythiques,croyances,..et autres attributions d'un genre identique et inhérente au métal bien prés cieux.

    Le métal royal,bien avant d'avoir une valeur monétaire qui comme Chacun(e) le sait,jamais ne rouille ou se souille, se niche sous onze couches de terre et de minéraux différents(le 11 est particulièrement sacré dans les traditions ésotériques d'Afrique et parfois vu même telle une des clés principales de l'occultisme noir et essentiellement dans le sujet délicat de la fécondité... aux onze ouvertures féminines,des 11 jours nécessaires au sperme pour une éventuelle fécondation de l'ovule,des 11 forces de l'enfant..ou davantage plus proche,symbolisme de l'intuition,de l'inspiration,de l'idéalisme,...possédant en outre,un sens très fort de l'équilibre,du rythme et de la beauté,mais bon,..autre débat,autre temps)

    Élément de bonheur si bien utilisé,Aurum en demeure malgré tout dans cette ambiguïté qui comporte le dualisme des origines,pouvant amener et précipiter la perte des individus...nous le savons O que trop bien,ne nous ruons pas sur ça.

    Bref,des Dogons au Bambaras qui en décèlent la quintessence,le feu purificateur,l'illumination...les Grecs anciens,Eux,via le Soleil en émergent une philosophie posée sur la fécondité,la richesse,la domination...centre ou foyer de rayonnement-lumière-connaissance...avec cette Toison célèbre,associée au bélier (puissance génératrice d'ordre corporel et spirituel,insigne fort de la relation maître/élève)....des Druides Gaulois qui en coupaient le Gui avec une faucille du genre,d'Apollon,..l'or en détient une place d'importance,c'est un fait reconnu.

    Mais quittons en le bélier Héléniens et revenons un peu vers nos moutons dès l'Or pour en déceler le but a atteindre dans le cadre de notre quête de la perfection,de cette évolution intérieure en délestant le plan matériel vers celui de bien plus agréable...de spirituel.

    Le plomb en définition sommaire oserais je dire symbolise,lui,cet aspect présenté brut et rugueux de l'être attaché à la matière donc et doté de son animalité initiale.

    Il se faut donc,que l'être qui en est ainsi à cet état primaire subisse via plusieurs étapes de travail sur le Soi,et suite à un long parcours, diverses transformations qui l'amèneront à la transmutation finale.

    Mouais,..facile,diront les uns...et quels en sont ces outils en jetteront les autres ?

    Les disciplines pour se faire sont légion,et tels les discrets disciples d'Hermès en retrait et recul,peuvent s'effectuer en solitaire,mais pas que...car allant du simple fait de l'investissement que l'on porte aux gestes,pensées,à l'âme et l'esprit....vers la passion,la curiosité,l'envie d'avancer,d'ouvrir les yeux d'une manière ou une autre sur le monde Tao.

    L'immersion et l'amour dans une passion,une peinture,un instrument de musique,une taille de Pierre,la poterie,la musique,...suffisent simplement et largement pour transmuer Sieur Aur en quelque chose d'ultime et sublime.

    Et d'ainsi telle cette eaux qui alimentent les lotus,de transcender plusieurs états successifs...qui vont de l'or astral (le Soleil)...à l'élémentaire (Lune) au vulgaire et vil (la Nature) à celui des Philosophes,vif...et dont ce feu enfermé dans tous les corps, fait vivre ces derniers bien intensément.

    J'ose également penser Hérodote s'égarer dans ce qu'Il souhaite ne point distinguer l'or pur par lui-même,mais en le comparant avec d'autres or... dans Histoires,7,10- V siècle av.J C car de ne comprendre ce pourquoi vouloir absolument distinguer en sous entendant la création d'une dualité supplémentaire..aussi que d'inciter cette nécessité à la comparaison. ?

    Et peut être de rattraper le coup dès l'Or avec cet Hugo Alchimiste avant l'or loge qui a gravé en nos âmes que ''L'école en or change le cuivre,tandis que l'ignorance en plomb,transforme l'or''

    Les 4 vents de l'S prit XIV,I-Jersey,27 février 1853.

    Le vent souffle tiède...Merci.

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    Bonjour les Amis,...

     

    Une définition des plus rapide qualifie cette sciences qu'est l'Alchimie tel l'Art de la transmutation des métaux en vue de l'obtention de l'Or ; mais,il importe que l'on prenne bien conscience qu'il n'en est pas le but véritable et essence ciel :)...et donc pas que..

    A aucun degré une pré-chimie,cette discipline en est davantage une opération que l'on pourrait qualifier de très symbolique.

    D'aussi,peut être oser citer Khalil Gibran qui nous en siffle le ceci que '' Celui qui ,par quelque alchimie sait extraire de son cœur,pour les refondre ensemble,compassion,respect,besoin,patience,regret,surprise et pardon crée cet atome que l'on appelle amour'' ..ou la non moindre charmante et gracieuse Marie-Madeleine Devy dans son initiation à la symbolique romane avec son miracle alchimique qui devrait,Lui,correspondre à la nature la plus fondamentale de l'homme,comme coïncider de façon vivante et absolue avec tout ce qui est...pour ainsi entamer cette chouïa chronique dans une direction au jet tracé plus accessible dès lors...pour un néophyte.

    Nâgârjuna appuie cette démarche possible via la vertu spirituelle,quoique un pouvoir de la sorte(siddhi) ne pourra jamais être interprété comme une fin en Soi...nous avions déjà pointé le ceci auparavant.

    L’Or est serait ainsi et par analogie l'immortalité donc...comme bien le via quoi tendrait la seule transmutation réelle....l'humain dans son individualité de pureté authentique.

    Ainsi et sans préparation spirituelle correcte ce dit ''Or''n'en serait qu'échec de plus quelque part.

    Par ailleurs et pour résumer sans pour autant se fondre dans l'ultra mysticisme,Silesius Angelus nous fait le raccourci que le plomb se change en or....tel avec Dieu,nous sommes changés par Dieu et en Dieu,le cœur se changeant lui de même en l'or le plus fin.Le Christ en l'occurence..(peu importe ici,le nom posé..)n'en serait ainsi donc que la teinture tout simplement.

    Mais le symbolisme de ''La Terre noire'' du genre repose sur la cosmologie...comme en outre de ses deux notions fondamentales de solution et coagulation,les sœurs involution/évolution,ténèbres et lumières...

    avec en fait cet Unis vers + creuset où lentement les minerais mûrissent ...et le bronze devient Or.

    Le corps pourrait de la même manière et toujours avec ces analogies ambiantes au domaine,devenir ce fourneau centre,espace de travail,...caverne du cœur,non ?

    Plongeons davantage,si Vous le voulez bien,dans ces outils de vieux chercheurs à la barbe blanche qui enferment cet Oeuf philosophique dans ce centre cosmique..ce fameux Nous.

    Lançons en ainsi,allègrement ces flammes à l'assaut des ingrédients qui composent cette âme,cet esprit et ce corps,..vers une (re)fonte et un retour à l'indifférenciation primordiale,à l'originelle matrice,à l'état embryonnaire.

    Dans ce processus de retour au Vide,les Chinois Y voient une ouverture supérieure et symbolique au sommet de ce crâne,et par laquelle s'échapperait ainsi le souffle embryonnaire.

    Dès lors et dans cette Alchimie qualifiée d'interne et essentiellement Taoïste par son approche ici, (avec malgré tout de nombreux éléments Tantrismes),..ce qui se nomme le Grand Oeuvre,avec ses composantes que sont l'essence et le souffle,l'eau et le feu,ciel et terre...fait traverser diverses étapes à l'apprenti...qui pourraient se définir comme ''l'éclosion et expulsion de cet embryon pré-cité'' ,l'obtention des états d'Homme authentique(tchen-jen) et la transcendance (chen-jen).

    Mais sortons de cet hermétisme quelque peu ''métal lourd'' pour nous orienter vers une évolution assez précise quoique spécifique et quand au pourquoi de ce blog,et ces différents états qui nous éloignent du matériel vers le spirituel.

    Vu plus haut,transformer en Or,les différents métaux,...revient a transformer ce petit d'Homme en esprit pur...ouais,ok.

    L’Alchimiste demeure,la plupart du temps, très essentiellement le genre d' individu qui possède une grande connaissance des éléments et de la matière.Il a dès lors aussi encodé des principes d'ordre traditionnel,des proportions,des relations,...sous base de diverses analyses physiques,biologiques et dans cet exemple précis,philosophiques ...du même genre d'allégorie que le Tailleur et Sa Pierre...ou ce Budoka et son adversaire a devoir trancher absolument...

    Dans un hermétisme davantage plus subtil et confus,la célèbre ''Table d'émeraude'' nous lance dans les couloirs les plus confus de la discipline,qui ,bien que nullement exclusive quand à une sexologie pourrait se résumer tel que ceci que les oppositions,toutes,s'agencent selon l'opposition fondamentale mâle/femelle.Le Grand Œuvre serait donc et ainsi l'union de cet élément masculin (soufre) et du féminin (mercure).

    J'insiste bien encore,que ce support demeure symbolique à la co-naissance que non conne essence

    L'idée supérieure du phénomène (Ars royal) est de partir d'une déchéance profonde de l'être et de réintégrer l'Homme devenu donc dans sa dignité absolue des origines...un retour à l'essence primordiale en quelque sorte.

    Pour ce qui va ainsi suivre,il est demandé et selon Vos passions ou itinéraires respectifs,Vos quêtes et autres espérances...de le transposer sur Vos actes ou philosophie de vie,pour le mieux comprendreet en faire la juste clarté.

    Quatre,voir pour certains six opérations (avec les rassemblements et subdivisions respectives) parfois s'offrent donc à une interprétation symbolique suivant les étapes ou niveaux de transformations ou transmutations de l'être.

    La première est cette purification du sujet jusqu'au point de l'être Unis vers Elle,pour et par la suite aller vers une dissolution,en fixer cet état de solidification pour amener une combinaison  nouvelle et pure,assimilée à l'Or ou le Haut.

    Par après,d'autres phases,appelées volatilisation,combustion,incinération,calcination(destruction des différences,à l'extinction des désirs ..),putréfaction,solution,distillation,conjonction,sublimation...se rassemblent et s'ajoutent à la liste que l'on condensera simplement via ces deux notion formulatoires que sont ''Solve'' et ''Coagula''(purifie et intègre).

    Cette formule,Vous l'aurez accepté maintenant s'applique tant à l’évolution du monde subjectif qu'objectif,que sur celle de l’individu sur la voie de la perfection.

    Les transformations perpétuelles de l'âme sont à l’ordre du jour et le lot de Chacun(e),certes,que l'on surfe sur l'hermétisme ou non,...comme en outre,nous pouvons en trouver traces partout...avec cette imagination et ces rêves d'enfants que font Tous les Alchimistes...ha ha ..,mais pas que.

    Merci et douce journée...le vent se lève.

    ''Nous sommes un peu tel des éponges qui aspirons la Vie,sans le savoir et la rendons ensuite,

    transformée,sans connaître le travail d'alchimie qui

    s'est produit en nous''

    Georges Simenon....hé oui,un Liégeois...:)

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • L'S prit qui pensait prendre.

     

    Bonjour les Amis,....

     

    L'acte du don comme celui de recevoir demeurent similaires au chevauchement sur notre souffle,qui,selon les Tibétains se nomment ainsi''Tonglen'' et en signifie le ceci voulant par ''Tong'' cette action de lâcher et ''len''celle de recevoir....ou déjà peut être de citer aussi Auguste Guyard dans sa Quintessences de 1847 que ''bien donner est une chose rare et difficile ;et donc qu'aussi y-a-t-il beaucoup moins d'hommes généreux et d'ingrats qu'on ne pense.Alors que bien recevoir est aussi difficile que bien donner....

    Car et bien effectivement,chacun(e) de nous en utilise ce ''souffle'' comme point d'appui fondamental,pour tous les gestes au quotidien,sa vie...et dans cette mesure qu'il en est naturel et posé sur la constance.

    La ''méthode''est relativement simple en fait,de donner le bonheur via tout ce qui nous est amené comme de plus agréable,...telle l'expiration,pour en aspirer les problèmes et les phénomènes qui le sont moins ou pas..telle l'inspiration...ce,afin aller plus loin encore dans ce retrait total d'une quelconque territorialité.

    D'un point de vue purement basique,il en s'agit essentiellement d'inter-actions sur ces facteurs du bien et du mal,...mais le sable coulant dans le temps,nous montrera d'autres approches,davantage et beaucoup plus concrètes.

    Ok donc pour cà,et de répondre déjà à cette légitime idée qui tourne en Vous,quand au savoir si ce processus d'expirer la bonté pour inhaler le poison ne va point à l'encontre de toute logique se voulant évolutive sur le travail quand au Soi.

    L’Homme dans son essence originelle détient un potentiel de bonté énorme en Lui,qui hormis la quantité de poison inhalée,restaure constamment l'équilibre.L'Homme est né de l'amour.

    Ce Yin et Yang,parfaitement balancé est un même et seul phénomène,qu'on le sache bien.

    Mais,il y a un piège dans cette pratique plus que facile...qui est celui de la percevoir comme un antidote,en pratiquant et escomptant ses effets....car rappelez Vous bien,qu'il n'y a nulle attente a avoir,aucun résultat a espérer...rien.Délicat quoique fondamentale comme donnée.

    L'actualité nous voit placer ces clôtures tout autour de notre environnement,avec d'un coté ce qui est bon...et de l'autre ce qui est mauvais.Triste débat que celui là,qui dans cette vie Samsarique rejette entièrement ce sujet sur le donner-recevoir.

    Hé oui,...pareils à ces petits bocaux de confiture sous vide,purs et stériles...nous regardons d'un œil inquisiteur ,dès lors,ce qui se passe à l'extérieur.

    Les serrures de sécurité,des verrous,des identifications,des murailles et palissades,...tout ce que le Mahayana indien ou le Budo ancien,voir la philosophie Tao,se demandent de démontrer comme des futilités dans nos quotidiens...

    Tenez,la territorialité,par exemple,....il faut la sortir par l'expiration,donner et offrir,pour ramener la souffrance et la détresse vers Soi.

    Ainsi donc ''Tonglen'' en souhaite au devenir de cette douleur et de placer autrui avant Soi-même...Ok,jusque là ,ça passe aussi.Mais comment le faire au quotidien de nos vies,et sans tomber dans le coté primitif de la chose....du je donne tout sans compter ?

    J'ose penser la formule magique dans le lâcher prise a donner-recevoir avec la respiration donc..et du fait d'initier cette pratique avec le mental,très très lentement...pour finalement le faire réellement.

    Notre société,il faut bien en prendre conscience,nous place devant beaucoup d'obstacles,...aussi ne jouons nulle charrette avant les bœufs,avec cet essence ciel lent a semer les graines de l'attitude psychologique qui permet de se mettre à la place des autres.

    Il en est d'une disposition à se séparer des objets et des formes prisés,des modèles et stéréotypes de ce que peut être l'homme ou la femme idéale,....lol,le débat est faussé dès le départ car Vous demeurez Unique,et c'est bien....car ca Vous rend beaux..

    Alors et dès lors,commençons simplement par remercier authentiquement nos parents et amis,comme Celles et Ceux qui vivent avec ,pour et par nous....car souvent,nous les délaissons.Aucune culpabilité a avoir....cela parce que nous avons sans cesse désiré avoir,et,ils ont tant fait pour nous...ne fut ce que par le simple fait d'exister,bien simplement.

    Tant,se sont donnés à nous,virtuellement ou réellement...qu'il est important d'y montrer un chouïa d'amour en retour,et même si souvent,non demandé....Ils en sont trop fier pour celà,nous le savons aussi.

    Dans ces vies,il arrive que des personnes en surgissent de nulle part et nous sourient,se dévouent en temps ou autre,...pour repartir parfois sans laisser d'adresse,ni de point de contact;les soufis ont fait de cette formule,entre autres,une spécialité.Respect à Eux.

    Dans nos expirations,quand l'air quitte nos poumons usines...offrons en ce que nous avons de mieux pour simplement récompenser toutes ces personnes qui nous sont chères et coeur et les remercier de leurs gentillesses et présences.

    Il faut ainsi donner le plus possible car notre sacré trésor demeure inépuisable en lui-même.

    Se décharger du mal sur les autres est un peu comme polluer la nature en quelque sorte...et centraliser le bien ou la productivité-rendement en soi;le soucis de notre société est là,je pense.

    Aussi,qu'avons nous a perdre en renversant le système de pensée...et en l'adoptant,non uniquement comme pur entraînement de l'esprit que comme aussi un outil pour la réalité ?.

    De terminer donc avec une citation de La Symphonie pastorale d'André Gide qui nous siffle ces sons si agréables que la Vie en serait belle et notre misère supportable si nous nous contentions des maux réels sans prêter l'oreille aux fantômes et aux monstres de notre esprit...S prit..ha ha

    Merci et ...bonne journée

    Le Vent est très doux et chaud.

     

     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Le Dé fit l'abscence.

     

    Bonjour...les Amis..

     

    Gabriel Marcel ,philosophe stigmatisant essentiellement l'existentialisme chrétien dit un jour le ceci que'' La fidélité ne s'affirme vraiment que là où elle défie l'absence'' et d'oser ainsi donc ajouter de mon coté,qu'il y a des trahisons à ne pas pardonner.

    Car et effectivement,comment peut on ,tel exemple,comprendre et concevoir tous ces idéalistes en domaines divers et dans la gloire exaltée de la jeunesse,en devenir avec le temps défilant,des vautours sans le moindre scrupule,la plus petite conscience,ou sans un chouïa de moralité ?

    Et ainsi de se poser cette légitime question voulant savoir.... où est donc dès lors passé cette fidélité aux aspirations et au Soi,...qui en signifierait une constance,digne d'être admirée par tout la majorité des individus?

    L'opportuniste ne fait que rarement dans l'authenticité, changeant avec le moindre souffle de vent,tel ce coq au sommet des églises.

    Bien malgré tout et certes,il est nécessaire de prendre cet intérêt a ne pas demeurer rigide comme étroit,pour savoir ausssi se couler dans le lit de la douce rivière ,et donc en l’occurrence,de savoir également laisser le passé derrière soi,mais pas que.

    Oui,la formule semble autre et prend ainsi une autre tournure qui en demande dans cette alternative à ne plus croire dans un idéal pur et dur,...s'il se faut le momifier ou davantage en poser nos vieux bagages pour s'en libérer et s'offrir l'option de devenir parfois entièrement autre,que ce que l'on a été auparavant.

    Il ne faut,je pense,nullement déceler une pointe d'hypocrisie ou d'une quelconque trahison dans ce genre de questionnement/cheminement face au Soi...mais plutôt une force cristalline vers une fidélité d'élan qui poursuit sa marche en avant vers la grandeur d'une aspiration ou la transformation,voire une évolution intérieure.

    Peut on nous ainsi perpétuer tout en restant fidèle à Soi ou,... le temps qui passe compromet il cette identité sera donc le fond sous jaçent de cette chronique... ?

    Pour Aristote,cette vertu est un trait vers la direction du bien...et ''fidelis'' en signifierait ''confiance de soi''..sous entendant par son manque donc une ouverture des vannes vers la trahison de Soi-même !

    Les vertus comme le corps,par ailleurs, se travaillent par une volonté continue,...ce qui les distinguent en outre des passions qui sont,elles,soumises aux Lois naturelles.

    Donc,dans ce que l'on a coutume de nommer ''fidélité'',il y a cette notion fondamentale de ''constance ''a prendre en compte également.

    De nos jours,demeurent nombreux Celles et Ceux qui en craignent tout banal engagement,par simple crainte ou appréhension de ne pas savoir le tenir.

    Tout ce débat est très ambivalent,...car il y a une certaine admiration dégagée pour toutes ces personnes qui sont oxygénées par la notion,...et d'un autre coté, certains relents passéistes malgré tout issus d'une morale aux soupscons jugés archaïques.

    Mais de s'interroger sur le maintenant,..le de nos jours ?

    La fidélité en amitié est un authentique cheval de bataille,car ce qui devient une perle en cela,est cette qualité de la relation dans l'affection et au bien,jamais le mal.

    Bien effectivement,il y a une alchimie de contrat discrète et très subtile comme de morale établie,parole donnée et engagée,que l'on ne peut rompre...et courir le risque de devenir un infidèle...

    La fidélité est dès lors Soeur de confiance absolue....et,c'est à connaître que cette Alchimie là aussi.

    L’Essence ciel arrive maintenant,avec cet aspect voulant que la fidélité se situe dans le temps,facteur totalement impossible a maîtriser.

    Il paraît d'emblée inutile de vouloir conserver une continuité alors que le temps détruit constamment nos efforts.

    Il lutte contre nous,via sa nature destructrice...et nous place derrière ce miroir de la vie qui fait que lorsqu'on regarde derrière lui,offre en évidence de n'être plus aujourd’hui,ce que l'on était hier...

    Notre vie ressemble ainsi à ces poupées Russes,qui s'affichent en galerie et tailles successives.

    Le Moi,sur ce passage a tout été...stupide ,courageux,fou,sage,....semblant ne pouvoir rester identique .

    Et de citer Bergson maintenant dans ce qu'il n'y a que le changement et pas de chose qui change pour ainsi affirmer sans rougir que la cohérence avec Soi dans la durée,...ben c'est le Soi,tout simplement.

    Il demeure impossible de demeurer telle une statue de marbre,...alors que le temps nous transporte,Lui, vers un quelqu'un ''Nous''qui n'a point de finalité.

    C'est un ''clash''terrible pour Certain(e)s de reconnaître le fait a devoir reconsidérer tout comme étant relatif alors qu'ils en passent la vie a tenter donner valeur absolue à tout ce qu'ils approchent.

    Cahier d'éveil 2 Stephen Jourdain

    ''Tuez le vieillard qui,en Vous a prit Votre place.Et,une fois pour Toutes,comprenez que ses faims et soifs,apprêtées et fignolées,ne sont point Vôtres.Vous êtes l'autre.''

    Ainsi donc,le fond de la fidélité a l'esprit ne stagne point dans la rupture elle même,que dans la nécessité intérieure qui préside en Vous,dirais-je,pour résumer.

    Elle en suggère la cohésion avec le Soi,transcendant toutes les idéologies et structures,toutes les espérances et promesses lancées,...car elle est tout simplement auto-référente.

    Dans certaines philosophies,il en est souvent mention de I shin de shin(de l'âme d'un Haut vers celle d'un élève)...Il en s'agit plutôt ici,d'un rapport du Soi à Soi et dans cette convocation avec le présent,sans détour.

    Prajnanpad affirmait quelque part,que le manque de lucidité sur l'ici et maintenant revenait a se tuer Soi-même....il en s'agit bien de cela.

    J'écrirais ceci donc comme conclusion...que l'authentique fidélité et pour le peu que l'on sache la mesurer,est dans ce souffle qui émane de l'intérieur et non dans ce qui s'affiche au dehorsla plupart du temps.

    Le petit crabe Ego,ne tolère le changement que lorsqu'il peut en être maître,le diriger,l'enfermer..comme il le souhaite.Dès qu'il en est atteint dans sa cuisine intime,il ne le supporte plus...car meurtrit dans son intimité et ses possessions....et dès lors bataille d'autant plus.

    Vous savez,j'ai une Soeur adorable qui en fait de très bonnes confitures.....pq,je dis ca...ben ,j'sais pas en fait....

    Le Vent se lève doucement...Il fait chaud

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  

    Le comble du trop plein.

    Bonjour Ombres et Poussières...

     

    Il est préférable d’arrêter

    que de continuer à remplir.

    Il vaut mieux arrêter de verser

    avant que nos mains ne puissent plus rien contenir.

     

    Aiguisez une lame à l'excès

    et son tranchant sera bientôt perdu.

    Remplissez votre maison de jade et d'or

    et vous ne serez plus en sécurité.

    Enorgueillissez-vous d'honneur et de fierté

    et personne ne pourra vous sauver d'une chute.

     

    Retirez vous quand le travail est terminé ;

    telle est la voie du ciel.

     

    Tout est ainsi écrit,donc,dans la création perpétuelle avec cette sagesse innée et quand à cet ultime savoir,vers une suffisance aux divers phénomènes inhérents au macrocosme et son frère micro du même nom.

    Il en est dès lors identique pour Chacun(e) de nous,dans cette mesure en laquelle,nous en ressentons et quoique puisse en citer Épicure dans le ceci que ''rien ne puisse suffire à Celui qui considère comme étant peu de chose ce qui est suffisant'',ce principe organisationnel qui en subvient et satisfait à tous nos besoins,comme sait pertinemment bien également quand s’arrêter ou poursuivre....tel qu 'en juste omniscience au Tao.

    Aussi,que l'on sache bien,qu'il en serait prétentieux à l’extrême,comme dangereux par ailleurs, a tenter vouloir s'infiltrer et interférer via une réflexion dans un processus qui offre à toutes les choses ici bas, son Art de la gestion,en terme d'équilibre sur les quantités les plus justes qui soient.

    L'humilité est donc gravée de manière sous jacente dans cette loi immuable et posée ici dessus,...offrant sa perfection harmonieuse et absolue à la source créatrice du Grand Tout.

    Pour Ceux qui savent un chouïa ouvrir les yeux,ils se peuvent faire le constat O plus que combien flagrant sur ce Tout qui se génère en ses proportions suffisantes,et en cette humilité au Tao,qui semble,Lui,savoir quand il y a assez d'arbres,d'eau,d'animaux,de fleurs,d'insectes,...nul excès ne pouvant ainsi donc Lui être attribué.

    Cette essence ciel,n'a aucunement,non plus, cette nécessité à l'étalage de ses capacités créatrices et illimitées comme nous invite de ce fait,à nous rattacher à cette philosophie,le plus possible.

    Et de citer un confère à la Voie sacrée ici dans son juste propos quand à l'accumulation des diverses possessions,des plaisirs,des titres...et dans cette atteinte,où cela n'amène plus rien...aboutissant donc sur la ligne lamentable et triste, d'être en accord d'harmonie égotique,plutôt qu'avec le Tao.

    ''Car il opérera sur sa pierre au fourneau 
    En grande discrétion et à l’insu de tous. 
    Et lorsqu’en lieu public il ira de nouveau, 
    Il taira son secret en son âme si douce. ''.Merci

    Celui qui s'oxygène ainsi par l'humilité sait pertinemment bien,quand lâcher prise et profiter des fruits de son labeur.

    En outre et par ailleurs,ce 9 ième verset Tao-tique nous oriente délibérément et également vers cette réflexion voulant démontrer que l'idée de souhaiter toujours davantage de biens,d'argent,de gloire...demeure autant stupide et ridicule que celle d'aiguiser un sabre outre mesure.

    La poursuite de cette action,bien effectivement,ne ferait que l'émousser car un bon et juste affûtage Est la perfection.

    L'on aboutit dès lors à cette légitime précaution a percevoir dans ce qui en est de la ''récolte'' de richesses et de leurs différents stockages.

    Car et bien effectivement,ce genre de pratique implique les concernés dans une existence consacrée prioritairement à la préservation,comme la protection de cet amassé,ainsi que le sentiment permanent d'en obtenir davantage.

    Ne conseillant nullement le dépouillement absolu,il est néanmoins bien et intéressant,de savoir quand se retirer de cette course folle au''posséder absolument'' pour en devenir frère du Tao.

    Dans ce quotidien,force est de faire ce constat du ''gavage''publicitaire avec ces diverses tentatives a convaincre '' Monsieur tout le monde''au besoin comme obtention de telle ou telle chose pour y trouver le bonheur accru.

    Or,nous pouvons aussi faire cette observation des conséquences nuisibles de la surproduction,ne fut ce que sur le marché de l'automobile,ou de la surconsommation alimentaire,voire des produits pharmaceutiques,...et autres dérives d'un genre identique.

    Il y aurait beaucoup a dire et redire sur ce sujet,mais le fond du débat est ainsi,selon mon humble avis,a prendre à la source mère.

    Pour ce faire,il en suffit,pour Chacun(e) de nous, de faire ce qu'il y a simplement a faire,pour ensuite prendre un certain recul sur les choses...et donc de demeurer très humble,plutôt que de s'engager dans la voie de ce qui est ostentatoire et incontrôlé.

    Le phénomène de l'obésité,pour ne prendre que ce simple exemple,et essentiellement Occidental,devrait nous interpeller davantage comme nous ouvrir les yeux,sur cette incompréhension face à cette sagesse souhaitée.

    Rassasié,il semble que même avec l'estomac plein,nombre en restent encore prisonnier quand à cette croyance que le plus encore sera la cause du bonheur aux plaisirs de la table.

    ''Assez'' sera ainsi aligné verticalement sur la dite perfection de cette essence originelle.

    Je vais ainsi me permettre de résumer le ceci,a vivre et respirer l'instant présent ...et dans lequel règnent en ce dernier l'amour et la reconnaissance,bien simplement et sans tous ces titres qui ronflent ou gonflent ce petit crabe.

    Le plaisir à l'action plutôt que celui que ces efforts fournis pourraient nous apporter....en quelque sorte.

    Il y a une sagesse ultime qui a présidé ce que Vous êtes ici et maintenant dans cet Unis vers matériel,et qui a su tirer parfaitement profit de l'opportunité pour Vous mettre au monde.

    Imaginons un chouïa de temps,....un beau bébé après une gestation de 9 mois et de se poser cette question du pourquoi pas plus..pour le rendre ultra giga magnifique...:),à la limite de la perfection peut être ?

    Le Tao a alloué le temps ...et nul besoin au davantage,car il exprime parfaitement cette idée que lorsque le labeur est accomplit...il est temps pour Lui d'y placer un frein .

    Y-a -t-il cette nécessité a entrer en conflit avec ce qui nous est déjà supérieur,et depuis si longtemps,je ne pense ?

    Et ainsi de terminer cette petite chronique en citant Simone Weil dans ''La Pesanteur et la Grâce''

    ''Il n'y a rien de plus proche de la véritable humilité que l'intelligence.Il est impossible d'être fier de son intelligence au moment où on l'exerce réellement.

    Et quand on l'exerce on n'y est pas attaché.Car on sait que,deviendrait-on idiot l'instant suivant,et pour le reste de sa vie,la vérité continue a être''

    Merci  ....le vent se lève.

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Blog en vacances.

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  

    Dés sans traits.

     

    Bien le bonjour Ombres et Poussières,

     

    Dans le genre de philosophie ,qu'il importe à Vôtre dévoué de pointer ici et faire passer via ce modeste blog et au fil des ans et expériences,

    l'Homme n'en souhaiterait affirmer aucune position qualifiée de centrale,et telle qu'on pourrait la concevoir dans une certaine mystique inhérente à nos contrées d'Occident.

    Bien effectivement,''l'unio mystica'',se mouvant via le sacré et l'éternel,comme entre ces principes masculins et féminins dans une ambiance dite cyclique,apparaît ordinairement comme un privilège ultime dont sont issues essentiellement la joie et l'obligation.

    Un nom définit parfaitement cette notion qui oxygène l'Homme en cette aptitude et vocation a se transcender,... afin de sortir de cet état d'existence dans le monde.....

    Il en s'agit de celui d'extase (ek-stasis).

    Et ainsi de citer l'Ami Victor Hugo dans ce Post scriptum de sa vie'' Au fond, c'est la même extase : l'idée de l'infini se dégage du beau comme l'idée du beau se dégage de l'infini. La beauté, ce n'est pas autre chose que l'infini contenu dans un contour.''.

    Car,et ce que retrouve l'Homme par cet état de fait,c'est justement et proprement son centre véritable,son authentique Moi,...qui,malgré une abolition dans cette union mystique,est néanmoins sauvé.

    Dans nos cultures Occidentales,qu'il en demeure un Dieu ou autres divinités,..quel que soit le nom attribué dans cette grande voie du mysticisme Européen et cette union effectuée,le Soi n'est nullement anéanti,loin de là,mais davantage mit en estrade comme préservé,confirmé et finalement gracié.

    Ainsi donc il en trace,dès lors un schéma relativement transitoire,et uniquement dans cette vision de la ré-unification,qui ne joue pas ce jeu de la dualité mais celui du dépouillement de Soi...pour la simple et bonne raison que le Haut naît dans l'âme qui se sacrifie et n'offre plus de résistance ou autres murailles d'un genre identique.

    Cette âme en devient par la suite le noyau investit par cette Source Souveraine (pour mon Amie Annie,...le nom importe peu) reliée à ce quelque chose d indéfinissable qui est cette manière de vivre par Soi-même,tout comme le pendule suit son propre rythme et mouvement.

    Dans la manière souhaitée pour mener cette recherche au mieux,par contre,c'est davantage l'Homme en tant que Lui (ou Elle,entendons nous bien) qui demeure extatique et excentrique,...et qu'il est prenne conscience ou non.

    Cette recherche de l'ultime perfection est ainsi oxygénée par un ressentit de beaucoup plus intime...et se développe d'autant plus vers une poursuite de l'indéfinissable et de ce qui ne s'atteint,en fait,jamais.

    Tout semble vivre selon la loi du Tao,sans exigences,...issu du centre même de l’Être,sans jamais le quitter.

    Si l'Homme en vient a s'égarer en route ou errer dans la confusion,il ne peut que s'engager dans une conversion des plus radicales telle solution,pour en recouvrer une sécurité et plus de quiétude.

    Pour ce faire,il en viendra également a se dépouiller des mille angoisses et autres tourments,certes,comme de renoncer à la séduction d'une existence menée de son propre chef,....pour prendre le chemin qu'il a un jour quitté et qui se devait de le mener vers le Temple de la Vérité.

    Entier comme l'ouragan et ses intempéries,ou ce fruit et la fleur,...il retournera vers la patrie,et en retaillera ce chemin qui sera ainsi la restauration d'un état originel,ayant été un chouïa perdu.

    Pour résumer le ci dessus,j'oserais donc dire que l'Homme doit ainsi s'engager dans la voie de la négation et du refus en ce qui le caractérise comme excentrique,pour davantage vivre du Centre lui-même.

    En Asie,cette restructuration et conversion sont suscitées,la plupart du temps très subtilement et suivent généralement un schéma méthodique.Il en est ainsi !

    N'idéalisant nullement une forme ou l'autre d'enseignement et d'apprentissage,,loin de là,...mais force est de faire ce constat malgré tout de la non-rupture avec l'élément nature,de la coexistence avec elle et de son imprégnation comme implication...plus ancrée dans ces traditions de l'Orient.

    Dans cet espoir au travail de quête juste,ce que l'on défini par une faute s'inclus donc dans cette possibilité laissée à l'Homme face à Lui-même.

    Un Moi est ainsi instauré.

    L'égo-ité mène à l’égoïsme et dans une opposition à tout non-moi,puis vers cet escalier qui descend vers un endurcissement du cœur,.....

    Le triste sire,dès lors,se fait centre du monde et dans cette évolution ne cesse de progresser,bien malheureusement.

    Aussi,il importe de ne jamais se scinder de cette nature citée et dans cette mesure en laquelle règne malgré tout cette incompréhension déformée d'une certaine réalité.

    Certes,cet homme ne parvient plus a faire la différence entre ce qu'il affiche et ce qu'il se devrait être.

    Car comment peut il maintenant concevoir redevenir ce qu'il ne peut décrire et qui pourtant est si simple a retrouver ?

    Il est de ce quelques états totalement différents et qui se dérobent à lui,ne pouvant être atteint que par une conversion,...plutôt qu'un autre style,une orientation différée ou un quelconque modèle à suivre...

    Certains Sages sont particuliers qu'il en faut bien observer...aussi,ouvrez les yeux...

    Nullement dans une façon de parler ou bouger,voir même dans une démarche ou quelconque manière de chasser une mouche,lever une tasse...que de les déceler dans un Unis vers dans lequel,celui ci aurait marqué leur vie d'une empreinte sacrée.

    Tout est donc pour ces individus,entré dans des rapports décelables et palpables parfois, avec le grand Tout,avec ce centre,ce noyau supérieur quoique invisible...qui détermine le rang et la fin de leur vie ici et maintenant.

    Derrière un sourire,le plus souvent impénétrable,ils en feignent beaucoup trop ,face aux questions qui n'inspirent que curiosité...mais là,sourire il y a pareillement ,si Vous me l'autorisez....Le Vent se lève,et souffle doux...ha ha

    Merci....

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Vérité Sacrée.

    De ceux qui hâblent
    Par grè azur aux folios
    Et pour tort
    Offrent comme pensent
    Ebranler d'authentiques racines
    Attachées à ces terres..
    Via candeur à la grâce,
    J'ose de beaucoup bocarder....
    Car ce sombre fond Vous
    En corrompt le faux don
    De ce que l'unique juge
    Râ,Lui-même
    Et depuis la grande Aube
    Déjà tout a comprit 
    D'éclairer,offrir et briller
    Sachant si bien 
    Que retenir est déjà périr.
    ''Rien''... demeure ce nom
    Que si juste Vous portez
    Car n'est vérité sacrée
    Que la Vie qui donne la Vie.
    Absolue est donc cette Terre
    Qui reste à jamais Votre mère
    Et Le Grand Tout 
    Qui en demeure ce père...
    Vous ämes sombres...
    Ne voyagez 
    Qu'entre l'évidé et néant.
    Patience en demande ainsi
    Car de se croiser,
    Fers ou pas feront.....ha ha ..
    Merci (Marco) ......:)

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique