•  

    Bien le bonjour ,les Amis

     Et d'ainsi oser débuter le suivit par l'appui à la chronique précédente via mon très honorable et respectable Ami et maistre Pashupata Boron Ali qui nous fredonne agréablement cette jolie barcarolle :

    Et de la retranscrire dans ce contexte :

    ''Ton texte m'en a évoqué un autre, que j'affectionne. Le voici, "en appui" : « Même dans ses étroites limites, ce monde « manifesté », tridimensionnel et temporel, est la base d’une « réalisation opérative » qui peut transférer du virtuel au réel l’agrégat humain « immûr », incomplet et inachevé, dont chaque « étincelle incarnée » anime le masque et porte le lourd fardeau. La matière est donc, pour l’agrégat humain comme pour l’agrégat animal, végétal ou minéral, la voie douloureuse, lente et profondément sage, d’une Passion universelle et de passages éphémères. Toute la vénération, tout l’amour qu’inspiraient aux alchimistes les spectacles d’anéantissement et de résurrection provoqués par la technique secrète du « magistère », la perceptions de faits dont l’explication défie tous les efforts de ce que nous nommons la « raison », ont donné aux traités traditionnels des maîtres, cet accent et ce style inimitables dont, malgré les siècles, chacun peut encore éprouver les retentissements subtils, la chaleur et la lumière, toujours vibrantes, sous le manteau noir des énigmes. »

    Aussi déjà merci donc,mon Pote,pour ce que je vais ainsi pouvoir humblement apporter dans ce chouia blog, comme petits éléments car rien n'est plus ardu que de commencer une Œuvre d'une telle ampleur, il est vrai et surtout,dans un Unis vers davantage drapé par une réalité moins matérielle que spirituelle.

    La difficulté majeure en ce domaine,est l'égarement-perdition,de largement et souvent intentionnel issu de dessins,esquisses,illustrations et autres motifs révélateurs,pour parfois en négliger l'essence ciel de toute la significative,mais pas que...

    Well,..et relançons donc en cette théorie en rappel,via un départ sur cette base de quatre éléments,qui ne sont en fait que des états plutôt que davantage aussi des réalités pures et dures .

    Le feu,l'eau,la terre et l'air sont donc ainsi des traits d'union entre ce monde et le céleste.

    Par la suite,il est aisé d'observer également trois grands principes constitutifs en la matière,tout corps étant composé de ces dites substances,partant du fait aussi qu'il n'y a nul corps sans esprit et inversément.

    Notre ''Yang'' chinois,soufre alchimique,masculin,actif et expansif,corporifie et donc attribue un esprit a toutes les choses,et pourrait rapidement se voir définir comme un feu quelque peu significatif,enfouit dans les tréfonds de tout,une véritable source de vie donc,plus que décriante en sa vitalité.

    A l'opposé et dans cette logique chère au Tao,nous en retrouvons le Mercure,féminin et essentiellement passif,davantage dans cette faculté à la concentration,...nommée ''Yin''.

    Le Jung Carl Gustav en synthétise ainsi ces deux contraires qui ne s'opposent jamais,car de toujours jouant dans ces périodes de mutations,amenant continuité..et oscillant entre ces deux principes qui se tiennent la main par leurs devenirs..et cette double possibilité d'évolution et involution....

    pour nous lancer cette élémentaire Watson citation qu''On ne peut voir la lumière sans l'ombre,entendre le silence sans le bruit,et qu'on ne peut atteindre la sagesse sans la folie''.

    Le caractère chinois de ''Yin'' exprime une dite présence nuageuse et la météo relativement couverte pour rester associé à ''Fou'',qui signifie,lui,un versant de colline.

    ''Yang''pour sa part affirme l 'astre solaire au dessus de l'horizon,et au même radical ''Fou'',nous jete dans cette synthèse originelle...d'un versant à l'ombre ou éclairé,de cette association du terrestre au céleste,du féminin et masculin,du positif et négatif,du pair à l'impair,....

    Dualisme et complémentarité en mode simultanée et quelques sortes,ils n'en demeurent nullement séparés,et résument parfaitement la loi Tao du''Un produit deux'' ou de cette inscription de l’Égypte antique''Je suis Un ,qui devient deux''...

    Bref,ce symbole condense parfaitement la philosophie chinoise,et n' a nul besoin de théories fumeuses et confuses pour s'appréhender,cela est déjà bien...lol.

    Pour nos Amis d'extrème Or riant,la notion de temps d'une part et de l'espace,d'autre part,...n'est point.

    Effectivement,Ils ne peuvent concevoir les concevoir séparément dans le quotidien des phénomènes..

    Selon que les temps soient favorables ou non,intérieurs ou extérieurs,clairs ou sombres,...ils rentrent dans cette catégorie spatio-temporelle qui est inter modulable à volonté.

    Notre troisième substance est ainsi définie par le Sel,qui est ce prêtre réunissant le Soufre au Mercure au mariage,et,qui pour sa part est qualifié tel fixe et volatil,dépendant des deux autres.

    L.C.de Saint Martin,nous dit ceci le concernant,qu'il est un feu délivré des eaux,et à ce titre à la fois opposition et quintessence.

    Le Tantrisme décèle dans cette particule fondant en l'eau,ce symbole fort de la résorption du Moi,dans le Soi Unis vers Elle,...alors qu'il s'applique davantage,sur nos régions,à la Loi des transmutations physiques,spirituelles ou morales....quoique l'une approche n'est point si éloignée de l'autre,en fait.

    Le shintoïste en joue la pureté de l' élément,et son aspect purificateur comme protecteur en font la base de son utilisation relativement intensive dans la culture nippone.

    Le Sel est ainsi à l'origine du symbolisme hermétique,..fait l'équilibriste entre les composants et les propriétés....et se taxe d'incorruptibilité,d'amitié et d'hospitalité chez les Arabes,Hébreux et Grecs...

    Mouais ...mais où allons nous avec le tout ça,sinon dans cette direction souhaitée d'entamer un beau chemin qui en serait celui de l'Oeuvre et de sa Pierre philo...

    Toute Œuvre donc,et quelle que ce soit,commence ainsi par ce que l'on pourrait qualifier de ''mort'' intentionnelle,quelque part et dans ce cadre abordé,une dissolution (Solve) de cette tripartite Nôtre;l'esprit(soufre),l’Âme (Mercure) et le corps (Sel).

    Il en faut dès l'Or séparer,ces trois principes,quasiment unis à l'état naturel que l'on se peut symboliser tel un œuf

    avec son blanc,son jaune et sa coquille.

    Tout comme pour cet ingrédient que l'on sépare en trois parties biens distinctes,il en s'agit par la suite d'y permettre ce que l'on nomme ''la fixation'' (Coagula)....souhaitant faire ressortir les éléments spirituels que sont le Mercure-âme et le Soufre-esprit.

    Autrement dit ces deux derniers maintenant marchant en toute liberté vont ainsi se mettre en quête d'une nouvelle habitation corporelle....qui en affirmera cet appelée donc d'action à la fixation.

    Ainsi,cette dernière et dès lors stabilisée...donne cette Œuvre,qui se morcelle comme suit en 4 diverses et autres étapes....qui,permettez à Votre serviteur,seront abordées bien plus tard.

    La dissolution-séparative est ce quelque chose que l'on observe dans la plupart des structures initiatiques.

    Pour en prendre cet exemple des Budos de tradition,il en s'agit de ré-ouvrir certains canaux dits énergétiques de sorte a activer,voire recharger chaque cellule musculaire,nerveuse...cela via diverses actions posées sur les gestes précis et les organes,alors que notre séparation,vise elle,a retrouver ce qui est enfouis dans le fond de notre âme et esprit,afin de savoir réintégrer le cela ...nonobstant le fait des codes institutionnels,et autres barèmes codifiés par les cultures.

    La séparation est un quelque sorte un lâcher-prise sur tout ce qui est admit tel académique en matière de respirer les choses et vivre la vie,...toutes ces restrictions dictées à notre propre nature et insu parfois,...ce, afin d'en extraire la Pierre de sa gangue.

    Et ainsi de résumer,que ce qu'on nomme par le Chaos des Sages,..la Materia Prima des quatre éléments pré-cités s'associe donc pour Ceux et Celles qui regardent au-delà,à cet inconscient nôtre..qui et que contient l'essence originelle Tao.

    Triune (une qui donne trois)...,corps ,esprit et âme,s'engage dans ce processus modus operandi Solve et Coagula (dissolution et séparation).

    Dès lors s'affiche le principe fondamental des opposés et inverses,qui Lui de même se doit d'être dissout et coagulé à nouveau,offrant ce tout obtenu par la suite,..issu d'une profonde et intime réflexion qui en amènera davantage l'harmonie que l'opposition pour la suite des opérations.

    Le Corbeau (qui,dans le Mahâbhârata,en est d'ailleurs comparé à la ''mort'',et au Japon ,vu,comme le messager du divin) est ainsi devenu Paon (symbole solaire et destructeur des attachements individuels,de la transmutation spontanée liée au fait de son pouvoir d’absorption sur le venin des serpents,qu'il détruit,...et dans les Jataka bouddhiques,sorte de micro-Bouddha qui renonce aux attachements mondains.)

    Pour conclure ces étapes aux paliers alchimiques fondamentaux,et que Chacun(e)ici peut transposer à loisir sur ses activités quotidiennes,je tenterais signifier donc,qu'il est impératif de constituer une base et un élan solide sur la pratique à venir,...et que l’œuvre doit s'entamer dans la pureté et demeurer écartée de toutes les influences nuisibles,pour commencer.

    Par la suite et en seconde approche,de se dissoudre dans le silence de l'âme Universelle,en piste Elle,depuis les origines,et de cultiver cette dite fusion.D'en retourner aux sources du grand Tout,là où tout était Un...pour en revenir quelque peu différent.

    La retraitée ,Maître Reiki Kanak Claude-May Waia Némia dit ceci que le corps sain de l'Homme est le laboratoire de la transmutation alchimique,...comme Elle ajoute et pour ma part pose à mon tour afin de même appuyer quelque peu mon Pote Ali,que l'écriture spirituelle inspirée est l'Art de la transmutation de l'âme de la personnalité.

    Merci...le vent se lève.

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Les Mets aux sous... rient

     

    Bonjour les Amis,

     

    En poursuite sur les précédents écrits,et se voulant en approche relativement accessible pour une bonne compréhension aux personnes éventuellement intéressées quand au sujet,..certains critères sur les métaux aperçus dès lors,,se doivent d'être maintenant et quelque peu,davantage ''concoctés''.

    Issu du grec''métallon'' René Alleau nous lance via sa racine ''mé'' ou ''mes'' et en outre très ancienne,dans ce trait reliant la notion de métal à celui de l'astre lunaire.

    Les Chinois nous sifflent ceci qu'il n'y a nul métal que le feu ne puisse amollir,,ni autre affaire tellement mauvaise que l'argent n’accommode... pour subtilement placer devant nos yeux ces analogies en travers du chemin sur lequel Chacun(e) de nous surfe,et ainsi caractériser ces dits métaux tels stigmates à la matérialité,la solidité,voir à la perfection.

    Précieux(Or,argent,platine),ou non (cuivre,plomb,étain,fer),solides ou liquides(mercure,...),ils demeurent issus des minéraux enfouis vers le centre et hormis le fait des multiples inter-actions entre eux soumis à une complexité très variée.Pour ce qui nous intéresse directement,il est a savoir que le symbolisme rattaché aux métaux nous en replace directement vers des correspondances intéressantes,mais pas que...

    Il en faut donc démarrer d'un aspect double et partir aussi du fait que les ouvriers au métal et autres forgerons du genre ( manipulant des choses issues de la terre et par ce fait quelque part être les acteurs gris du considéré comme maléfiques) sont très péjorativement associés a une sorte d'exclusion communautaire,leur activité s'avérant ,la plupart du temps assez dangereuse également.

    Par ailleurs et malgré tout ce rôle s'en révéla de parfois socialement capital selon certaines époques,et apprécié comme base au support logistique à des organisations qualifiées d'initiatiques.

    Un des phénomènes a bien tenter comprendre,est ce rapport entre le minerai ,ce rapport de la forge et le feu de la Terre (interprété quelques fois tel l'enfer).

    La vision bénéfique de la chose,se pose ainsi sur la purification et donc la transmutation,ainsi que vers ces liens cosmologiques établis,quelque peu transformateurs en ce phénomène également.

    Effectivement,le métal pur dès lors se dégageant du minerai brut...serait cet esprit s’extrayant de la substance pour en devenir visible....dixit Jacob Boehme.

    Propres ainsi sont les métaux a subir une transformation avec cet objectif alchimique essentiel d'en faire émerger un souffle...car établissant un parallèle qui pourrait quelque peu s’assimiler à une mort,dont ce fameux souffle issu,serait maintenant similaire à telle vertu...c'est à dire,l'esprit du métal.

    Ainsi donc et pour résumer,les métaux sont l'essence du monde minéral,et pour ce qui nous concerne plus spécifiquement dans ce cadre,en focaliserons sur les quelques pré-cités.

    Selon le principes des correspondances,les éléments ainsi sortis de la Terre possèdent une accordance avec les planètes,les couleurs,les organes,les cycles...dont la toute grande généralité caractérisée serait la suivante.

    Or(Soleil) Argent(Lune) Mercure(Mercure) Cuivre(Vénus) Fer(Mars) Étain(Jupiter) et Plomb (Saturne).

    Nous l'avons amorcé auparavant,classant l'Or tel métal suprême,le fer étant le plus vil et le plus dangereux.

    La Chine,jouxte l'assimilation de l'opération de la fonte à l'obtention de l'immortalité,qui est ce caractère vu de KIN.

    Ainsi admit comme tel,si l'Or est ce Yang pur,le métal-élément est d'essence Yin.

    Une chronique sera posée sur cette relation du Tao engendrant cet aspect Yin/Yang mais peut être juste abordée comme ceci dans l'instant,que ce rapport est indissociable et désigne l'aspect obscur et lumineux à la fois de toutes les choses.

    Knor de Rosenroth nous chantant allègrement le ceci quand au mariage éternel du Ciel et de la Terre,attachés depuis l'aube l'un à l'autre et s'étreignant mutuellement...ou de citer l'illustre Lao Tseu...dans cette allusion des plus confuses sur cette possibilité a savoir ouvrir et clore les célestes battants.

    Donc et ainsi ,nous en refondons cet Unis vers pour le reformer,ou ce que vu d'ici et de manière plus abordable,certains pointent en la notion de Solve et Coagula,...hermétique à souhaits.

    L'alliage,n'est ainsi qu'alliance;ce qui nous lance aussi au visage que les métaux sont substances de vie et a nature sexuées....un esprit minéral qui est dans les métaux,formule type à la Flamme Elle,quoi.

    Il est assez surprenant,quoique pas tant malgré tout,d'établir un rapport quand à ce qui est qualifié d'impuretés métalliques,ne fut ce que dans cette interdiction prônée dans les autels hébraïques,les outils aux divers emplois pour les constructions de Temples sacrés Égyptiens,celui de l'illustre Salomon,l'abandon aux portes des objets du genre dans les sociétés initiatiques(FM...)ou les castes(Samouraï se délestant des katanas...en entrée sur lieux d'importance religieuse,culturelle,sociale,...)

    Il importe également d'être conscient d'une hiérarchie métallique existante et de faire cette observation pour s'en rendre compte des différentes périodes d'âges notamment (âge d'or,d'argent,d'airain (alliage) et de fer),comme en ce qui concerne aussi les coutumes de la hiérarchie sociale (les couverts en or ou argent selon les différentes classes...).

    Ok donc...les métaux sont ainsi les éléments planétaires du monde qualifié de sous terrain,comme à ce titre ,les planètes elles de même...les métaux du céleste.

    Ces dits métaux sont donc a voir telles que des énergies ainsi cosmiques solidifiées dès lors avec des attributions aux influences diverses.

    Ainsi,Vous l'aurez donc compris maintenant,sublimer les caractères des métaux,c'est opérer quelque part, une transmutation analogique qui est du vil au pur en terme de matière,certes,que davantage et par faveur de ce qui est astrologie comme alchimie,....demeurer se libérer des servitudes charnelles.

    Le chemin de l'individualisation est donc similaire à celui de la transmutation.

    Mais pour d'encore oser s'enfoncer plus profondément dans la mine,il se fallait aussi attribuer d'autres germes de correspondance,en terme notamment de qualité ou potentiel,...ce qui donc fut en ce sens avec pour cet établit ce qui suit.

    L'or,nous l'avons déjà survolé est ainsi donc cet élément représentatif de la splendeur et l'éclat,et via son lien au Soleil,sa perfection.

    Lui en succède l'argent,sa petite Sœur de coeur Lunaire associé à la pureté,au psychisme,la transparence,l'âme et autrement nommée,''la voyageuse des mondes intérieurs''.

    Le fer,symbole du mal et de la brutalité pure et dure,de robustesse et opiniâtreté,de la matérialité aussi...un vrai méchant quoi,mais si classique dans le présent de nos contemporains et notre culture.Il s'oppose au Cuivre ou au Bronze..mais se la joue à l'ambivalence car tombé du ciel,...nous y reviendrons en détails d'ici peu.

    Vient ensuite le plomb avec ses pieds traînés,et perçu essentiellement comme point de départ du Grand Travail,assise de ce qui est spirituel...si lourd en soi,qu'il en reste à la traîne telle Saturne,la plus éloignée des planètes.

    Haaaa...,l'Ami Mercure au principe féminin,passif et Yin,serviteur qui ne souhaite que travailler pour son maître ''Souffre,''non métal,mais principe masculin.

    Chouei-yin,liquide de son état,le

    Mercure dragon,eau et fluide..cinabre, représente la juste communication et la co-naissance,la santé par le biais de son énergie interne,..Semence de Civa l'Indienne, il purifie et fixe l'or.

    Le bronze soldat,indice malgré tout de faiblesse psychique et morale car associé au bas de la jambe Achilienne comme son Pote l'airain nous renvoient vers les cloches des cathédrales avec ces retentissements bénéfiques ou maléfiques....du sacré face à ce qui est maux dits.

    L'airain se rapprochant d'autant plus de Jupiter qu'il en chevauche la justice....

    Bref,...et d'ainsi oser comprendre sans trop se tromper que l'alchimie est un ésotérisme qui s'inscrit dans un cadre spatio temporel,non divisé que davantage adopté,du moins dans ces régions du globe que tel unifié.

    Tirer de l'or à partir de plomb ne peut donc s'interpréter de soi quand ne considérant les métaux que comme des symboles,en,par exemple,signifiant l'homme moyen en quête,pareil et identique au plomb lourd et cet initié en atteinte au bout du chemin initiatique semblable à l'or purifié et régénéré.

    OK pour ça...mais d'aller un peu plus loin dans une acceptation des plus rare quand à l'égalité de ce qui se définit dans la pureté et peu importe qu'il en demeure du plomb,du fer ou de l'or.Faite en travailler votre imagination sur une actualisation des évènements...avec qui sait cet indice Balzacien de Honoré qui loue que l'égalité peut être un droit,mais qu'aucune puissance humaine ,ne saurait la convertir en fait.

    Tous les métaux sont de même nature,qu'on le sache bien,comme d'ailleurs,seule la pureté est apte au changement.

    Ce qui est sublimé comme spiritualisé,passe ainsi par les flammes,par la destruction qui s'ensuit ,pour par après vivre l'étape de la restauration à un niveau plus élevé.

    Il est possible d'y voir également,non pas une libération des influx métalliques et planétaires,que plutôt une intégration dans un équilibre de vie.

    Et ainsi de conclure que les métamorphoses détiennent cette faculté ambivalente d'être ascendantes ou descendantes,qu'elles en chantent une récompense ou un châtiment,voir les finalités auxquelles elles se soumettent.

    Elles en révèlent la loi fondamentale du Tao qui passe via la foi en l'unité originelle...nous offrant pleine vue subversive sur l'illusion souvent....mais transformant les êtres en Hommes,la plupart du temps...ou les Hommes en poètes,voir ces derniers en Anges,qui en fait ne demeurent que des intermédiaires entre le très haut et d’ici.

    Ministres,messagers ou simples gardiens,conducteurs des astres...peu importe le nom pour ces créatures en lesquelles s'offre aux yeux ce qui est déjà réalisé comme transformation du visible en invisible mais qui,en fait est toujours un bel écrin pour l’Âme.

    Le vent se lève....je l'adore ce truc.

    Merci

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  •  

    L'Or rit en T.

     

     

    Bonjour les Amis,...

     

    Nous l'avons donc vu précédemment,l'or est ainsi considéré dans la tradition,tel le métal le plus parfait,voir le plus précieux de tous,...souverain des souverains,semblable au soleil qui fond la cire et durcit la boue,développe les grandes âmes et rétrécit les mauvais cœurs...dixit De Riverol dans son Esprit,...éprouvé par le feu et qui éprouve l'Homme,en citation par De Chilon....ou encore dans cette sentence du -VI ième siècle avt J-C,attribuée à Phocylide de Milet qui siffle que l'or trouble la raison,et renverse les lois les plus sacrées de la nature.

    Qualifié en Inde,de lumière minérale,de par son éclat,le KIN chinois(associé aussi bien aux métaux dans la grande généralité) possède le caractère ''igné''ou divin, par une approche stigmatisée de ce qui est solaire et royal.

    Bien effectivement,il en suffit d'observer quelques icônes Bouddhistes et dorées en signe d'illumination,qu'aussi bien les peintures,fresques Égyptiennes ou autres fonds scènes issus de l'art byzantin..pour ne citer que quelques exemples plus que rapides... et constater voir se convaincre du fait d'une certaine association à l'absolue perfection et autres reflets quand à la lumière céleste...

    Né de la Terre,il serait ainsi vu,produit de la lente gestation,des diverses transformations et perfectionnements de métaux vils ou vulgaires...mais pas que.

    Nous avons abordé le cela dans la précédente chronique,affirmant que le but recherché ici,n'est point son obtention,que davantage savoir tel que le cite trop bien Shrî Râmakrisna qu'or et argile,en fait ne font qu'Un (La Mamy Alchimie Tantrisme,éventuellement d'origine Arabo,fait mention de 2 voies Y en manières distinctes pour la transmutation qui en seraient l'emploi de drogue,ou de bien plus plaisant,la pratique du Yoga.En effet,le Yogi ou le barbu du Labo oratoire ...oeuvrant pour l'un sur le corps et son psyché,et pour l'autre sur les substances,...en visent tous deux a se purifier et se transmuer en ''or''.)

    Symboliquement,l'or en est associé à la couleur blanche(et non la jaune comme observé de coutume qui en est celle de la Terre)....et sa transmutation est vue telle une certaine rédemption en analogie ....dans son jet vers une transformation du plomb,ou de l'Homme par le Haut et en Lui.

    Il en est donc de cet objectif fondamental quelque peu mystique en cette alchimie dite spirituelle quoique survolée dans l' humble cadre de ce simple comme voulu petit blog.

    Symbolisant ainsi une co-naissance,ce Yang essence ciel est en quelque sorte l'immortalité dont une des conséquences en aboutirait à cet état déjà cité de ''Chen-jen'' ou d'Homme authentique,quand le souffle joue avec les signes.

    Et ainsi de résumer qu'il en serait donc de cette connaissance et non d'une quelconque drogue....d'atteindre cette dite''immortalité terrestre'',oui,rien que ça...

    Les Aztèques y voyaient la ''peau neuve'' de Dame Gaïa,au début de la saison des pluies,...avant que celle ci en recouvre le vert partout autour d'Elle...et donc d'aller dans cette direction aisée d'un renouveau périodique de la grande Dame....tout comme de nombreuses autres cultures n'en sont exemptes du fait de diverses associations mythiques,croyances,..et autres attributions d'un genre identique et inhérente au métal bien prés cieux.

    Le métal royal,bien avant d'avoir une valeur monétaire qui comme Chacun(e) le sait,jamais ne rouille ou se souille, se niche sous onze couches de terre et de minéraux différents(le 11 est particulièrement sacré dans les traditions ésotériques d'Afrique et parfois vu même telle une des clés principales de l'occultisme noir et essentiellement dans le sujet délicat de la fécondité... aux onze ouvertures féminines,des 11 jours nécessaires au sperme pour une éventuelle fécondation de l'ovule,des 11 forces de l'enfant..ou davantage plus proche,symbolisme de l'intuition,de l'inspiration,de l'idéalisme,...possédant en outre,un sens très fort de l'équilibre,du rythme et de la beauté,mais bon,..autre débat,autre temps)

    Élément de bonheur si bien utilisé,Aurum en demeure malgré tout dans cette ambiguïté qui comporte le dualisme des origines,pouvant amener et précipiter la perte des individus...nous le savons O que trop bien,ne nous ruons pas sur ça.

    Bref,des Dogons au Bambaras qui en décèlent la quintessence,le feu purificateur,l'illumination...les Grecs anciens,Eux,via le Soleil en émergent une philosophie posée sur la fécondité,la richesse,la domination...centre ou foyer de rayonnement-lumière-connaissance...avec cette Toison célèbre,associée au bélier (puissance génératrice d'ordre corporel et spirituel,insigne fort de la relation maître/élève)....des Druides Gaulois qui en coupaient le Gui avec une faucille du genre,d'Apollon,..l'or en détient une place d'importance,c'est un fait reconnu.

    Mais quittons en le bélier Héléniens et revenons un peu vers nos moutons dès l'Or pour en déceler le but a atteindre dans le cadre de notre quête de la perfection,de cette évolution intérieure en délestant le plan matériel vers celui de bien plus agréable...de spirituel.

    Le plomb en définition sommaire oserais je dire symbolise,lui,cet aspect présenté brut et rugueux de l'être attaché à la matière donc et doté de son animalité initiale.

    Il se faut donc,que l'être qui en est ainsi à cet état primaire subisse via plusieurs étapes de travail sur le Soi,et suite à un long parcours, diverses transformations qui l'amèneront à la transmutation finale.

    Mouais,..facile,diront les uns...et quels en sont ces outils en jetteront les autres ?

    Les disciplines pour se faire sont légion,et tels les discrets disciples d'Hermès en retrait et recul,peuvent s'effectuer en solitaire,mais pas que...car allant du simple fait de l'investissement que l'on porte aux gestes,pensées,à l'âme et l'esprit....vers la passion,la curiosité,l'envie d'avancer,d'ouvrir les yeux d'une manière ou une autre sur le monde Tao.

    L'immersion et l'amour dans une passion,une peinture,un instrument de musique,une taille de Pierre,la poterie,la musique,...suffisent simplement et largement pour transmuer Sieur Aur en quelque chose d'ultime et sublime.

    Et d'ainsi telle cette eaux qui alimentent les lotus,de transcender plusieurs états successifs...qui vont de l'or astral (le Soleil)...à l'élémentaire (Lune) au vulgaire et vil (la Nature) à celui des Philosophes,vif...et dont ce feu enfermé dans tous les corps, fait vivre ces derniers bien intensément.

    J'ose également penser Hérodote s'égarer dans ce qu'Il souhaite ne point distinguer l'or pur par lui-même,mais en le comparant avec d'autres or... dans Histoires,7,10- V siècle av.J C car de ne comprendre ce pourquoi vouloir absolument distinguer en sous entendant la création d'une dualité supplémentaire..aussi que d'inciter cette nécessité à la comparaison. ?

    Et peut être de rattraper le coup dès l'Or avec cet Hugo Alchimiste avant l'or loge qui a gravé en nos âmes que ''L'école en or change le cuivre,tandis que l'ignorance en plomb,transforme l'or''

    Les 4 vents de l'S prit XIV,I-Jersey,27 février 1853.

    Le vent souffle tiède...Merci.

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    Bonjour les Amis,...

     

    Une définition des plus rapide qualifie cette sciences qu'est l'Alchimie tel l'Art de la transmutation des métaux en vue de l'obtention de l'Or ; mais,il importe que l'on prenne bien conscience qu'il n'en est pas le but véritable et essence ciel :)...et donc pas que..

    A aucun degré une pré-chimie,cette discipline en est davantage une opération que l'on pourrait qualifier de très symbolique.

    D'aussi,peut être oser citer Khalil Gibran qui nous en siffle le ceci que '' Celui qui ,par quelque alchimie sait extraire de son cœur,pour les refondre ensemble,compassion,respect,besoin,patience,regret,surprise et pardon crée cet atome que l'on appelle amour'' ..ou la non moindre charmante et gracieuse Marie-Madeleine Devy dans son initiation à la symbolique romane avec son miracle alchimique qui devrait,Lui,correspondre à la nature la plus fondamentale de l'homme,comme coïncider de façon vivante et absolue avec tout ce qui est...pour ainsi entamer cette chouïa chronique dans une direction au jet tracé plus accessible dès lors...pour un néophyte.

    Nâgârjuna appuie cette démarche possible via la vertu spirituelle,quoique un pouvoir de la sorte(siddhi) ne pourra jamais être interprété comme une fin en Soi...nous avions déjà pointé le ceci auparavant.

    L’Or est serait ainsi et par analogie l'immortalité donc...comme bien le via quoi tendrait la seule transmutation réelle....l'humain dans son individualité de pureté authentique.

    Ainsi et sans préparation spirituelle correcte ce dit ''Or''n'en serait qu'échec de plus quelque part.

    Par ailleurs et pour résumer sans pour autant se fondre dans l'ultra mysticisme,Silesius Angelus nous fait le raccourci que le plomb se change en or....tel avec Dieu,nous sommes changés par Dieu et en Dieu,le cœur se changeant lui de même en l'or le plus fin.Le Christ en l'occurence..(peu importe ici,le nom posé..)n'en serait ainsi donc que la teinture tout simplement.

    Mais le symbolisme de ''La Terre noire'' du genre repose sur la cosmologie...comme en outre de ses deux notions fondamentales de solution et coagulation,les sœurs involution/évolution,ténèbres et lumières...

    avec en fait cet Unis vers + creuset où lentement les minerais mûrissent ...et le bronze devient Or.

    Le corps pourrait de la même manière et toujours avec ces analogies ambiantes au domaine,devenir ce fourneau centre,espace de travail,...caverne du cœur,non ?

    Plongeons davantage,si Vous le voulez bien,dans ces outils de vieux chercheurs à la barbe blanche qui enferment cet Oeuf philosophique dans ce centre cosmique..ce fameux Nous.

    Lançons en ainsi,allègrement ces flammes à l'assaut des ingrédients qui composent cette âme,cet esprit et ce corps,..vers une (re)fonte et un retour à l'indifférenciation primordiale,à l'originelle matrice,à l'état embryonnaire.

    Dans ce processus de retour au Vide,les Chinois Y voient une ouverture supérieure et symbolique au sommet de ce crâne,et par laquelle s'échapperait ainsi le souffle embryonnaire.

    Dès lors et dans cette Alchimie qualifiée d'interne et essentiellement Taoïste par son approche ici, (avec malgré tout de nombreux éléments Tantrismes),..ce qui se nomme le Grand Oeuvre,avec ses composantes que sont l'essence et le souffle,l'eau et le feu,ciel et terre...fait traverser diverses étapes à l'apprenti...qui pourraient se définir comme ''l'éclosion et expulsion de cet embryon pré-cité'' ,l'obtention des états d'Homme authentique(tchen-jen) et la transcendance (chen-jen).

    Mais sortons de cet hermétisme quelque peu ''métal lourd'' pour nous orienter vers une évolution assez précise quoique spécifique et quand au pourquoi de ce blog,et ces différents états qui nous éloignent du matériel vers le spirituel.

    Vu plus haut,transformer en Or,les différents métaux,...revient a transformer ce petit d'Homme en esprit pur...ouais,ok.

    L’Alchimiste demeure,la plupart du temps, très essentiellement le genre d' individu qui possède une grande connaissance des éléments et de la matière.Il a dès lors aussi encodé des principes d'ordre traditionnel,des proportions,des relations,...sous base de diverses analyses physiques,biologiques et dans cet exemple précis,philosophiques ...du même genre d'allégorie que le Tailleur et Sa Pierre...ou ce Budoka et son adversaire a devoir trancher absolument...

    Dans un hermétisme davantage plus subtil et confus,la célèbre ''Table d'émeraude'' nous lance dans les couloirs les plus confus de la discipline,qui ,bien que nullement exclusive quand à une sexologie pourrait se résumer tel que ceci que les oppositions,toutes,s'agencent selon l'opposition fondamentale mâle/femelle.Le Grand Œuvre serait donc et ainsi l'union de cet élément masculin (soufre) et du féminin (mercure).

    J'insiste bien encore,que ce support demeure symbolique à la co-naissance que non conne essence

    L'idée supérieure du phénomène (Ars royal) est de partir d'une déchéance profonde de l'être et de réintégrer l'Homme devenu donc dans sa dignité absolue des origines...un retour à l'essence primordiale en quelque sorte.

    Pour ce qui va ainsi suivre,il est demandé et selon Vos passions ou itinéraires respectifs,Vos quêtes et autres espérances...de le transposer sur Vos actes ou philosophie de vie,pour le mieux comprendreet en faire la juste clarté.

    Quatre,voir pour certains six opérations (avec les rassemblements et subdivisions respectives) parfois s'offrent donc à une interprétation symbolique suivant les étapes ou niveaux de transformations ou transmutations de l'être.

    La première est cette purification du sujet jusqu'au point de l'être Unis vers Elle,pour et par la suite aller vers une dissolution,en fixer cet état de solidification pour amener une combinaison  nouvelle et pure,assimilée à l'Or ou le Haut.

    Par après,d'autres phases,appelées volatilisation,combustion,incinération,calcination(destruction des différences,à l'extinction des désirs ..),putréfaction,solution,distillation,conjonction,sublimation...se rassemblent et s'ajoutent à la liste que l'on condensera simplement via ces deux notion formulatoires que sont ''Solve'' et ''Coagula''(purifie et intègre).

    Cette formule,Vous l'aurez accepté maintenant s'applique tant à l’évolution du monde subjectif qu'objectif,que sur celle de l’individu sur la voie de la perfection.

    Les transformations perpétuelles de l'âme sont à l’ordre du jour et le lot de Chacun(e),certes,que l'on surfe sur l'hermétisme ou non,...comme en outre,nous pouvons en trouver traces partout...avec cette imagination et ces rêves d'enfants que font Tous les Alchimistes...ha ha ..,mais pas que.

    Merci et douce journée...le vent se lève.

    ''Nous sommes un peu tel des éponges qui aspirons la Vie,sans le savoir et la rendons ensuite,

    transformée,sans connaître le travail d'alchimie qui

    s'est produit en nous''

    Georges Simenon....hé oui,un Liégeois...:)

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • L'S prit qui pensait prendre.

     

    Bonjour les Amis,....

     

    L'acte du don comme celui de recevoir demeurent similaires au chevauchement sur notre souffle,qui,selon les Tibétains se nomment ainsi''Tonglen'' et en signifie le ceci voulant par ''Tong'' cette action de lâcher et ''len''celle de recevoir....ou déjà peut être de citer aussi Auguste Guyard dans sa Quintessences de 1847 que ''bien donner est une chose rare et difficile ;et donc qu'aussi y-a-t-il beaucoup moins d'hommes généreux et d'ingrats qu'on ne pense.Alors que bien recevoir est aussi difficile que bien donner....

    Car et bien effectivement,chacun(e) de nous en utilise ce ''souffle'' comme point d'appui fondamental,pour tous les gestes au quotidien,sa vie...et dans cette mesure qu'il en est naturel et posé sur la constance.

    La ''méthode''est relativement simple en fait,de donner le bonheur via tout ce qui nous est amené comme de plus agréable,...telle l'expiration,pour en aspirer les problèmes et les phénomènes qui le sont moins ou pas..telle l'inspiration...ce,afin aller plus loin encore dans ce retrait total d'une quelconque territorialité.

    D'un point de vue purement basique,il en s'agit essentiellement d'inter-actions sur ces facteurs du bien et du mal,...mais le sable coulant dans le temps,nous montrera d'autres approches,davantage et beaucoup plus concrètes.

    Ok donc pour cà,et de répondre déjà à cette légitime idée qui tourne en Vous,quand au savoir si ce processus d'expirer la bonté pour inhaler le poison ne va point à l'encontre de toute logique se voulant évolutive sur le travail quand au Soi.

    L’Homme dans son essence originelle détient un potentiel de bonté énorme en Lui,qui hormis la quantité de poison inhalée,restaure constamment l'équilibre.L'Homme est né de l'amour.

    Ce Yin et Yang,parfaitement balancé est un même et seul phénomène,qu'on le sache bien.

    Mais,il y a un piège dans cette pratique plus que facile...qui est celui de la percevoir comme un antidote,en pratiquant et escomptant ses effets....car rappelez Vous bien,qu'il n'y a nulle attente a avoir,aucun résultat a espérer...rien.Délicat quoique fondamentale comme donnée.

    L'actualité nous voit placer ces clôtures tout autour de notre environnement,avec d'un coté ce qui est bon...et de l'autre ce qui est mauvais.Triste débat que celui là,qui dans cette vie Samsarique rejette entièrement ce sujet sur le donner-recevoir.

    Hé oui,...pareils à ces petits bocaux de confiture sous vide,purs et stériles...nous regardons d'un œil inquisiteur ,dès lors,ce qui se passe à l'extérieur.

    Les serrures de sécurité,des verrous,des identifications,des murailles et palissades,...tout ce que le Mahayana indien ou le Budo ancien,voir la philosophie Tao,se demandent de démontrer comme des futilités dans nos quotidiens...

    Tenez,la territorialité,par exemple,....il faut la sortir par l'expiration,donner et offrir,pour ramener la souffrance et la détresse vers Soi.

    Ainsi donc ''Tonglen'' en souhaite au devenir de cette douleur et de placer autrui avant Soi-même...Ok,jusque là ,ça passe aussi.Mais comment le faire au quotidien de nos vies,et sans tomber dans le coté primitif de la chose....du je donne tout sans compter ?

    J'ose penser la formule magique dans le lâcher prise a donner-recevoir avec la respiration donc..et du fait d'initier cette pratique avec le mental,très très lentement...pour finalement le faire réellement.

    Notre société,il faut bien en prendre conscience,nous place devant beaucoup d'obstacles,...aussi ne jouons nulle charrette avant les bœufs,avec cet essence ciel lent a semer les graines de l'attitude psychologique qui permet de se mettre à la place des autres.

    Il en est d'une disposition à se séparer des objets et des formes prisés,des modèles et stéréotypes de ce que peut être l'homme ou la femme idéale,....lol,le débat est faussé dès le départ car Vous demeurez Unique,et c'est bien....car ca Vous rend beaux..

    Alors et dès lors,commençons simplement par remercier authentiquement nos parents et amis,comme Celles et Ceux qui vivent avec ,pour et par nous....car souvent,nous les délaissons.Aucune culpabilité a avoir....cela parce que nous avons sans cesse désiré avoir,et,ils ont tant fait pour nous...ne fut ce que par le simple fait d'exister,bien simplement.

    Tant,se sont donnés à nous,virtuellement ou réellement...qu'il est important d'y montrer un chouïa d'amour en retour,et même si souvent,non demandé....Ils en sont trop fier pour celà,nous le savons aussi.

    Dans ces vies,il arrive que des personnes en surgissent de nulle part et nous sourient,se dévouent en temps ou autre,...pour repartir parfois sans laisser d'adresse,ni de point de contact;les soufis ont fait de cette formule,entre autres,une spécialité.Respect à Eux.

    Dans nos expirations,quand l'air quitte nos poumons usines...offrons en ce que nous avons de mieux pour simplement récompenser toutes ces personnes qui nous sont chères et coeur et les remercier de leurs gentillesses et présences.

    Il faut ainsi donner le plus possible car notre sacré trésor demeure inépuisable en lui-même.

    Se décharger du mal sur les autres est un peu comme polluer la nature en quelque sorte...et centraliser le bien ou la productivité-rendement en soi;le soucis de notre société est là,je pense.

    Aussi,qu'avons nous a perdre en renversant le système de pensée...et en l'adoptant,non uniquement comme pur entraînement de l'esprit que comme aussi un outil pour la réalité ?.

    De terminer donc avec une citation de La Symphonie pastorale d'André Gide qui nous siffle ces sons si agréables que la Vie en serait belle et notre misère supportable si nous nous contentions des maux réels sans prêter l'oreille aux fantômes et aux monstres de notre esprit...S prit..ha ha

    Merci et ...bonne journée

    Le Vent est très doux et chaud.

     

     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Le Dé fit l'abscence.

     

    Bonjour...les Amis..

     

    Gabriel Marcel ,philosophe stigmatisant essentiellement l'existentialisme chrétien dit un jour le ceci que'' La fidélité ne s'affirme vraiment que là où elle défie l'absence'' et d'oser ainsi donc ajouter de mon coté,qu'il y a des trahisons à ne pas pardonner.

    Car et effectivement,comment peut on ,tel exemple,comprendre et concevoir tous ces idéalistes en domaines divers et dans la gloire exaltée de la jeunesse,en devenir avec le temps défilant,des vautours sans le moindre scrupule,la plus petite conscience,ou sans un chouïa de moralité ?

    Et ainsi de se poser cette légitime question voulant savoir.... où est donc dès lors passé cette fidélité aux aspirations et au Soi,...qui en signifierait une constance,digne d'être admirée par tout la majorité des individus?

    L'opportuniste ne fait que rarement dans l'authenticité, changeant avec le moindre souffle de vent,tel ce coq au sommet des églises.

    Bien malgré tout et certes,il est nécessaire de prendre cet intérêt a ne pas demeurer rigide comme étroit,pour savoir ausssi se couler dans le lit de la douce rivière ,et donc en l’occurrence,de savoir également laisser le passé derrière soi,mais pas que.

    Oui,la formule semble autre et prend ainsi une autre tournure qui en demande dans cette alternative à ne plus croire dans un idéal pur et dur,...s'il se faut le momifier ou davantage en poser nos vieux bagages pour s'en libérer et s'offrir l'option de devenir parfois entièrement autre,que ce que l'on a été auparavant.

    Il ne faut,je pense,nullement déceler une pointe d'hypocrisie ou d'une quelconque trahison dans ce genre de questionnement/cheminement face au Soi...mais plutôt une force cristalline vers une fidélité d'élan qui poursuit sa marche en avant vers la grandeur d'une aspiration ou la transformation,voire une évolution intérieure.

    Peut on nous ainsi perpétuer tout en restant fidèle à Soi ou,... le temps qui passe compromet il cette identité sera donc le fond sous jaçent de cette chronique... ?

    Pour Aristote,cette vertu est un trait vers la direction du bien...et ''fidelis'' en signifierait ''confiance de soi''..sous entendant par son manque donc une ouverture des vannes vers la trahison de Soi-même !

    Les vertus comme le corps,par ailleurs, se travaillent par une volonté continue,...ce qui les distinguent en outre des passions qui sont,elles,soumises aux Lois naturelles.

    Donc,dans ce que l'on a coutume de nommer ''fidélité'',il y a cette notion fondamentale de ''constance ''a prendre en compte également.

    De nos jours,demeurent nombreux Celles et Ceux qui en craignent tout banal engagement,par simple crainte ou appréhension de ne pas savoir le tenir.

    Tout ce débat est très ambivalent,...car il y a une certaine admiration dégagée pour toutes ces personnes qui sont oxygénées par la notion,...et d'un autre coté, certains relents passéistes malgré tout issus d'une morale aux soupscons jugés archaïques.

    Mais de s'interroger sur le maintenant,..le de nos jours ?

    La fidélité en amitié est un authentique cheval de bataille,car ce qui devient une perle en cela,est cette qualité de la relation dans l'affection et au bien,jamais le mal.

    Bien effectivement,il y a une alchimie de contrat discrète et très subtile comme de morale établie,parole donnée et engagée,que l'on ne peut rompre...et courir le risque de devenir un infidèle...

    La fidélité est dès lors Soeur de confiance absolue....et,c'est à connaître que cette Alchimie là aussi.

    L’Essence ciel arrive maintenant,avec cet aspect voulant que la fidélité se situe dans le temps,facteur totalement impossible a maîtriser.

    Il paraît d'emblée inutile de vouloir conserver une continuité alors que le temps détruit constamment nos efforts.

    Il lutte contre nous,via sa nature destructrice...et nous place derrière ce miroir de la vie qui fait que lorsqu'on regarde derrière lui,offre en évidence de n'être plus aujourd’hui,ce que l'on était hier...

    Notre vie ressemble ainsi à ces poupées Russes,qui s'affichent en galerie et tailles successives.

    Le Moi,sur ce passage a tout été...stupide ,courageux,fou,sage,....semblant ne pouvoir rester identique .

    Et de citer Bergson maintenant dans ce qu'il n'y a que le changement et pas de chose qui change pour ainsi affirmer sans rougir que la cohérence avec Soi dans la durée,...ben c'est le Soi,tout simplement.

    Il demeure impossible de demeurer telle une statue de marbre,...alors que le temps nous transporte,Lui, vers un quelqu'un ''Nous''qui n'a point de finalité.

    C'est un ''clash''terrible pour Certain(e)s de reconnaître le fait a devoir reconsidérer tout comme étant relatif alors qu'ils en passent la vie a tenter donner valeur absolue à tout ce qu'ils approchent.

    Cahier d'éveil 2 Stephen Jourdain

    ''Tuez le vieillard qui,en Vous a prit Votre place.Et,une fois pour Toutes,comprenez que ses faims et soifs,apprêtées et fignolées,ne sont point Vôtres.Vous êtes l'autre.''

    Ainsi donc,le fond de la fidélité a l'esprit ne stagne point dans la rupture elle même,que dans la nécessité intérieure qui préside en Vous,dirais-je,pour résumer.

    Elle en suggère la cohésion avec le Soi,transcendant toutes les idéologies et structures,toutes les espérances et promesses lancées,...car elle est tout simplement auto-référente.

    Dans certaines philosophies,il en est souvent mention de I shin de shin(de l'âme d'un Haut vers celle d'un élève)...Il en s'agit plutôt ici,d'un rapport du Soi à Soi et dans cette convocation avec le présent,sans détour.

    Prajnanpad affirmait quelque part,que le manque de lucidité sur l'ici et maintenant revenait a se tuer Soi-même....il en s'agit bien de cela.

    J'écrirais ceci donc comme conclusion...que l'authentique fidélité et pour le peu que l'on sache la mesurer,est dans ce souffle qui émane de l'intérieur et non dans ce qui s'affiche au dehorsla plupart du temps.

    Le petit crabe Ego,ne tolère le changement que lorsqu'il peut en être maître,le diriger,l'enfermer..comme il le souhaite.Dès qu'il en est atteint dans sa cuisine intime,il ne le supporte plus...car meurtrit dans son intimité et ses possessions....et dès lors bataille d'autant plus.

    Vous savez,j'ai une Soeur adorable qui en fait de très bonnes confitures.....pq,je dis ca...ben ,j'sais pas en fait....

    Le Vent se lève doucement...Il fait chaud

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  

    Le comble du trop plein.

    Bonjour Ombres et Poussières...

     

    Il est préférable d’arrêter

    que de continuer à remplir.

    Il vaut mieux arrêter de verser

    avant que nos mains ne puissent plus rien contenir.

     

    Aiguisez une lame à l'excès

    et son tranchant sera bientôt perdu.

    Remplissez votre maison de jade et d'or

    et vous ne serez plus en sécurité.

    Enorgueillissez-vous d'honneur et de fierté

    et personne ne pourra vous sauver d'une chute.

     

    Retirez vous quand le travail est terminé ;

    telle est la voie du ciel.

     

    Tout est ainsi écrit,donc,dans la création perpétuelle avec cette sagesse innée et quand à cet ultime savoir,vers une suffisance aux divers phénomènes inhérents au macrocosme et son frère micro du même nom.

    Il en est dès lors identique pour Chacun(e) de nous,dans cette mesure en laquelle,nous en ressentons et quoique puisse en citer Épicure dans le ceci que ''rien ne puisse suffire à Celui qui considère comme étant peu de chose ce qui est suffisant'',ce principe organisationnel qui en subvient et satisfait à tous nos besoins,comme sait pertinemment bien également quand s’arrêter ou poursuivre....tel qu 'en juste omniscience au Tao.

    Aussi,que l'on sache bien,qu'il en serait prétentieux à l’extrême,comme dangereux par ailleurs, a tenter vouloir s'infiltrer et interférer via une réflexion dans un processus qui offre à toutes les choses ici bas, son Art de la gestion,en terme d'équilibre sur les quantités les plus justes qui soient.

    L'humilité est donc gravée de manière sous jacente dans cette loi immuable et posée ici dessus,...offrant sa perfection harmonieuse et absolue à la source créatrice du Grand Tout.

    Pour Ceux qui savent un chouïa ouvrir les yeux,ils se peuvent faire le constat O plus que combien flagrant sur ce Tout qui se génère en ses proportions suffisantes,et en cette humilité au Tao,qui semble,Lui,savoir quand il y a assez d'arbres,d'eau,d'animaux,de fleurs,d'insectes,...nul excès ne pouvant ainsi donc Lui être attribué.

    Cette essence ciel,n'a aucunement,non plus, cette nécessité à l'étalage de ses capacités créatrices et illimitées comme nous invite de ce fait,à nous rattacher à cette philosophie,le plus possible.

    Et de citer un confère à la Voie sacrée ici dans son juste propos quand à l'accumulation des diverses possessions,des plaisirs,des titres...et dans cette atteinte,où cela n'amène plus rien...aboutissant donc sur la ligne lamentable et triste, d'être en accord d'harmonie égotique,plutôt qu'avec le Tao.

    ''Car il opérera sur sa pierre au fourneau 
    En grande discrétion et à l’insu de tous. 
    Et lorsqu’en lieu public il ira de nouveau, 
    Il taira son secret en son âme si douce. ''.Merci

    Celui qui s'oxygène ainsi par l'humilité sait pertinemment bien,quand lâcher prise et profiter des fruits de son labeur.

    En outre et par ailleurs,ce 9 ième verset Tao-tique nous oriente délibérément et également vers cette réflexion voulant démontrer que l'idée de souhaiter toujours davantage de biens,d'argent,de gloire...demeure autant stupide et ridicule que celle d'aiguiser un sabre outre mesure.

    La poursuite de cette action,bien effectivement,ne ferait que l'émousser car un bon et juste affûtage Est la perfection.

    L'on aboutit dès lors à cette légitime précaution a percevoir dans ce qui en est de la ''récolte'' de richesses et de leurs différents stockages.

    Car et bien effectivement,ce genre de pratique implique les concernés dans une existence consacrée prioritairement à la préservation,comme la protection de cet amassé,ainsi que le sentiment permanent d'en obtenir davantage.

    Ne conseillant nullement le dépouillement absolu,il est néanmoins bien et intéressant,de savoir quand se retirer de cette course folle au''posséder absolument'' pour en devenir frère du Tao.

    Dans ce quotidien,force est de faire ce constat du ''gavage''publicitaire avec ces diverses tentatives a convaincre '' Monsieur tout le monde''au besoin comme obtention de telle ou telle chose pour y trouver le bonheur accru.

    Or,nous pouvons aussi faire cette observation des conséquences nuisibles de la surproduction,ne fut ce que sur le marché de l'automobile,ou de la surconsommation alimentaire,voire des produits pharmaceutiques,...et autres dérives d'un genre identique.

    Il y aurait beaucoup a dire et redire sur ce sujet,mais le fond du débat est ainsi,selon mon humble avis,a prendre à la source mère.

    Pour ce faire,il en suffit,pour Chacun(e) de nous, de faire ce qu'il y a simplement a faire,pour ensuite prendre un certain recul sur les choses...et donc de demeurer très humble,plutôt que de s'engager dans la voie de ce qui est ostentatoire et incontrôlé.

    Le phénomène de l'obésité,pour ne prendre que ce simple exemple,et essentiellement Occidental,devrait nous interpeller davantage comme nous ouvrir les yeux,sur cette incompréhension face à cette sagesse souhaitée.

    Rassasié,il semble que même avec l'estomac plein,nombre en restent encore prisonnier quand à cette croyance que le plus encore sera la cause du bonheur aux plaisirs de la table.

    ''Assez'' sera ainsi aligné verticalement sur la dite perfection de cette essence originelle.

    Je vais ainsi me permettre de résumer le ceci,a vivre et respirer l'instant présent ...et dans lequel règnent en ce dernier l'amour et la reconnaissance,bien simplement et sans tous ces titres qui ronflent ou gonflent ce petit crabe.

    Le plaisir à l'action plutôt que celui que ces efforts fournis pourraient nous apporter....en quelque sorte.

    Il y a une sagesse ultime qui a présidé ce que Vous êtes ici et maintenant dans cet Unis vers matériel,et qui a su tirer parfaitement profit de l'opportunité pour Vous mettre au monde.

    Imaginons un chouïa de temps,....un beau bébé après une gestation de 9 mois et de se poser cette question du pourquoi pas plus..pour le rendre ultra giga magnifique...:),à la limite de la perfection peut être ?

    Le Tao a alloué le temps ...et nul besoin au davantage,car il exprime parfaitement cette idée que lorsque le labeur est accomplit...il est temps pour Lui d'y placer un frein .

    Y-a -t-il cette nécessité a entrer en conflit avec ce qui nous est déjà supérieur,et depuis si longtemps,je ne pense ?

    Et ainsi de terminer cette petite chronique en citant Simone Weil dans ''La Pesanteur et la Grâce''

    ''Il n'y a rien de plus proche de la véritable humilité que l'intelligence.Il est impossible d'être fier de son intelligence au moment où on l'exerce réellement.

    Et quand on l'exerce on n'y est pas attaché.Car on sait que,deviendrait-on idiot l'instant suivant,et pour le reste de sa vie,la vérité continue a être''

    Merci  ....le vent se lève.

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Blog en vacances.

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  

    Dés sans traits.

     

    Bien le bonjour Ombres et Poussières,

     

    Dans le genre de philosophie ,qu'il importe à Vôtre dévoué de pointer ici et faire passer via ce modeste blog et au fil des ans et expériences,

    l'Homme n'en souhaiterait affirmer aucune position qualifiée de centrale,et telle qu'on pourrait la concevoir dans une certaine mystique inhérente à nos contrées d'Occident.

    Bien effectivement,''l'unio mystica'',se mouvant via le sacré et l'éternel,comme entre ces principes masculins et féminins dans une ambiance dite cyclique,apparaît ordinairement comme un privilège ultime dont sont issues essentiellement la joie et l'obligation.

    Un nom définit parfaitement cette notion qui oxygène l'Homme en cette aptitude et vocation a se transcender,... afin de sortir de cet état d'existence dans le monde.....

    Il en s'agit de celui d'extase (ek-stasis).

    Et ainsi de citer l'Ami Victor Hugo dans ce Post scriptum de sa vie'' Au fond, c'est la même extase : l'idée de l'infini se dégage du beau comme l'idée du beau se dégage de l'infini. La beauté, ce n'est pas autre chose que l'infini contenu dans un contour.''.

    Car,et ce que retrouve l'Homme par cet état de fait,c'est justement et proprement son centre véritable,son authentique Moi,...qui,malgré une abolition dans cette union mystique,est néanmoins sauvé.

    Dans nos cultures Occidentales,qu'il en demeure un Dieu ou autres divinités,..quel que soit le nom attribué dans cette grande voie du mysticisme Européen et cette union effectuée,le Soi n'est nullement anéanti,loin de là,mais davantage mit en estrade comme préservé,confirmé et finalement gracié.

    Ainsi donc il en trace,dès lors un schéma relativement transitoire,et uniquement dans cette vision de la ré-unification,qui ne joue pas ce jeu de la dualité mais celui du dépouillement de Soi...pour la simple et bonne raison que le Haut naît dans l'âme qui se sacrifie et n'offre plus de résistance ou autres murailles d'un genre identique.

    Cette âme en devient par la suite le noyau investit par cette Source Souveraine (pour mon Amie Annie,...le nom importe peu) reliée à ce quelque chose d indéfinissable qui est cette manière de vivre par Soi-même,tout comme le pendule suit son propre rythme et mouvement.

    Dans la manière souhaitée pour mener cette recherche au mieux,par contre,c'est davantage l'Homme en tant que Lui (ou Elle,entendons nous bien) qui demeure extatique et excentrique,...et qu'il est prenne conscience ou non.

    Cette recherche de l'ultime perfection est ainsi oxygénée par un ressentit de beaucoup plus intime...et se développe d'autant plus vers une poursuite de l'indéfinissable et de ce qui ne s'atteint,en fait,jamais.

    Tout semble vivre selon la loi du Tao,sans exigences,...issu du centre même de l’Être,sans jamais le quitter.

    Si l'Homme en vient a s'égarer en route ou errer dans la confusion,il ne peut que s'engager dans une conversion des plus radicales telle solution,pour en recouvrer une sécurité et plus de quiétude.

    Pour ce faire,il en viendra également a se dépouiller des mille angoisses et autres tourments,certes,comme de renoncer à la séduction d'une existence menée de son propre chef,....pour prendre le chemin qu'il a un jour quitté et qui se devait de le mener vers le Temple de la Vérité.

    Entier comme l'ouragan et ses intempéries,ou ce fruit et la fleur,...il retournera vers la patrie,et en retaillera ce chemin qui sera ainsi la restauration d'un état originel,ayant été un chouïa perdu.

    Pour résumer le ci dessus,j'oserais donc dire que l'Homme doit ainsi s'engager dans la voie de la négation et du refus en ce qui le caractérise comme excentrique,pour davantage vivre du Centre lui-même.

    En Asie,cette restructuration et conversion sont suscitées,la plupart du temps très subtilement et suivent généralement un schéma méthodique.Il en est ainsi !

    N'idéalisant nullement une forme ou l'autre d'enseignement et d'apprentissage,,loin de là,...mais force est de faire ce constat malgré tout de la non-rupture avec l'élément nature,de la coexistence avec elle et de son imprégnation comme implication...plus ancrée dans ces traditions de l'Orient.

    Dans cet espoir au travail de quête juste,ce que l'on défini par une faute s'inclus donc dans cette possibilité laissée à l'Homme face à Lui-même.

    Un Moi est ainsi instauré.

    L'égo-ité mène à l’égoïsme et dans une opposition à tout non-moi,puis vers cet escalier qui descend vers un endurcissement du cœur,.....

    Le triste sire,dès lors,se fait centre du monde et dans cette évolution ne cesse de progresser,bien malheureusement.

    Aussi,il importe de ne jamais se scinder de cette nature citée et dans cette mesure en laquelle règne malgré tout cette incompréhension déformée d'une certaine réalité.

    Certes,cet homme ne parvient plus a faire la différence entre ce qu'il affiche et ce qu'il se devrait être.

    Car comment peut il maintenant concevoir redevenir ce qu'il ne peut décrire et qui pourtant est si simple a retrouver ?

    Il est de ce quelques états totalement différents et qui se dérobent à lui,ne pouvant être atteint que par une conversion,...plutôt qu'un autre style,une orientation différée ou un quelconque modèle à suivre...

    Certains Sages sont particuliers qu'il en faut bien observer...aussi,ouvrez les yeux...

    Nullement dans une façon de parler ou bouger,voir même dans une démarche ou quelconque manière de chasser une mouche,lever une tasse...que de les déceler dans un Unis vers dans lequel,celui ci aurait marqué leur vie d'une empreinte sacrée.

    Tout est donc pour ces individus,entré dans des rapports décelables et palpables parfois, avec le grand Tout,avec ce centre,ce noyau supérieur quoique invisible...qui détermine le rang et la fin de leur vie ici et maintenant.

    Derrière un sourire,le plus souvent impénétrable,ils en feignent beaucoup trop ,face aux questions qui n'inspirent que curiosité...mais là,sourire il y a pareillement ,si Vous me l'autorisez....Le Vent se lève,et souffle doux...ha ha

    Merci....

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Vérité Sacrée.

    De ceux qui hâblent
    Par grè azur aux folios
    Et pour tort
    Offrent comme pensent
    Ebranler d'authentiques racines
    Attachées à ces terres..
    Via candeur à la grâce,
    J'ose de beaucoup bocarder....
    Car ce sombre fond Vous
    En corrompt le faux don
    De ce que l'unique juge
    Râ,Lui-même
    Et depuis la grande Aube
    Déjà tout a comprit 
    D'éclairer,offrir et briller
    Sachant si bien 
    Que retenir est déjà périr.
    ''Rien''... demeure ce nom
    Que si juste Vous portez
    Car n'est vérité sacrée
    Que la Vie qui donne la Vie.
    Absolue est donc cette Terre
    Qui reste à jamais Votre mère
    Et Le Grand Tout 
    Qui en demeure ce père...
    Vous ämes sombres...
    Ne voyagez 
    Qu'entre l'évidé et néant.
    Patience en demande ainsi
    Car de se croiser,
    Fers ou pas feront.....ha ha ..
    Merci (Marco) ......:)

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    L'eau delà.

     

     

    Bonjour Ombres et Poussières ;

     

    Le bien suprême est semblable à l'eau

    qui nourrit toutes choses sans même essayer.

    Il s'infiltre dans des bas fonds exécrés

    par tous les êtres.

    Par conséquent,il est semblable au Tao.

     

    Vivez en harmonie avec la nature des choses.

    Demeurez près de la Terre.

    Allez profondément dans votre cœur

    quand vous méditez.

    Soyez gentil et bon avec les autres.

    Tenez vos promesses.

    Gouvernez avec équité.

    Sachez sauter sur l'occasion quand elle se présente.

     

    Celui qui vit en harmonie avec la nature

    ne va jamais à l'encontre du cours des choses.

    Il bouge en harmonie avec le moment présent,

    sachant toujours la vérité de ce qu'il faut faire.

     

    Nombre d'enseignements philosophiques ou a contenances similaires demeurent synonymes d'eau (aqua via en latin voir hydro hudôr en grec ancien).Le Tao n'en fait pas exception à cette règle et donc via cette conception des choses,s'en rattache à Vous et vice versa.

    Il est peut être bien,ainsi,de revenir un chouïa en arrière,pour le signifier et en prendre bien conscience,...avec ce rappel des neufs premiers mois qui ont suivi notre création dans ce liquide amniotique.

    En outre,il est peut être également nécessaire de rappeler que nous en sommes composés de quasi 75°/° d'eau....et que pour les 25°/° restant,il en s'agit essentiellement du liquide en puissance.

    Il y a quelque chose de mystérieux et quelque peu magique aussi,dans cet élément que nous prenons tel acquis.

    Effectivement,une rapide analyse nous en place dans cette expérience face à ce qui est insaisissable comme dans cette impossibilité de presser cet élément.

    Immobile dans le fond d'un puits elle en offrira la stagnation,alors que sa pureté ne se dégagera que par sa libre circulation.

    Et Guy Béart de citer qu’un jour sous les roseaux sommeillait son eau vive,et ces gars venus du hameau pour l'emmener captive,de fermer cette cage à double clé...car entre ces doigts,l'eau vive au risque de s'envoler.

    Cet élément n'en cherche jamais les hauteurs pour le plaisir d'être au-dessus du n'importe qui ou quoi,mais bien au contraire,se pose comme repose dans les endroits les plus bas et difficiles d'atteintes.Il en est ainsi,d'une des plus belles leçons!

    Nous en connaissons ses cycles dès l'étude,...de rivières,lacs et ruisseaux filant vers ces océans,pour s'évaporer et ensuite revenir sous la forme de gouttes de pluie....

    Tout comme l'essence ciel,l'eau n' a aucune intention de fournir une dite préférence vers l'un ou l'autre ici bas,sinon également de ne rien envisager comme prévoir.

    Qu'il en soit de nager ou patauger dans le Grand bleu,d’irriguer ces rizières et autres champs Thaïlandais,de désaltérer les Berbères des déserts,ou de permettre un record en voile ou ski nautique,voir en apnée....elle se contente d'être,simplement dans son état le plus naturel.

    Son bienfait est là,comme d'y voir et pour nous, peut être,également le comment une manière intelligente de vivre et respirer se devrait de chevaucher en parallèle avec les qualités de substance,qui sait !

    Il faut donc selon mon humble avis,s'animer et se désaltérer avec ce genre de pensées ou actions de douceur et en accord parfait avec l'ordre de toutes les choses,qui nous entourent.

    Faire confiance au courant éternel et des origines,d'assumer ce que nous sommes et s'éloigner de cette nécessité absolue de toujours vouloir intervenir ..semble la formule magique,ou tout au moins envisageable,mais surtout accessible par n'importe qui.

    Toutes les gouttes sont sur le même pied d'égalité et donc semblables également les unes des autres,identiques...et ainsi donc de revenir aussi sur ce jet de recadrer cela a savoir traiter tous les individus d'égal à égal,d'être en harmonie avec l'instant,sachant se moduler au Tout et à ses formes.

    Fluide telle l'eau,ce n'est que bénéfices en termes de communications,échanges,partages...et tout donc ne peut que progresser de manière plaisante...pour Chacun et Chacune de notre entourage...c'est élémentaire dans cette apporoche..

    J'ose ainsi penser,que peu importe la statut qui peut être Vôtre,il faut bien faire attention a ne point s'assigner une position plus importante que celle des autres,ainsi que de savoir s'ouvrir vers tout le monde.

    Les bas fonds regorgent d'itinérants ou autres êtres plus ou moins perturbés....et ainsi également de repenser à notre fameux élément qui sait s'infiltrer dans les plus endroits les plus difficiles d’atteinte et très souvent exécrés par la grande majorité.

    Tout le monde,et le terme n'est nullement exagéré,je pense, est doté de l'essence des origines,le Tao.

    Le respect des uns et des autres vient justement de ce fait a ne pas s'ingérer dans les affaires qui ne sont pas les Vôtres.

    De cette manière donc,l'harmonie s'installe doucement et subtilement avec l'ordre naturel,et avec la gentillesse et la bonté du geste et de la pensée.

    Le combat,dans cet ordre d'idées est ainsi a arrêter,...et face à la vie elle même,..et a cette tentative d'être quelqu'un d'autre que le simple Vous.

    Aussi et ainsi,puisque ce que nous nommons conscience se situe en nous,et que ,comme mentionné plus haut,notre organisme est essentiellement constitué de fluide,il en serait possible dès lors et si nos intentions en demeurent équilibrées,d'inter-agir sur une construction positive quand à l'ensemble de la planète,non ?

    Et d'ajouter de toutes manières que ''Le fer rouille,faute de s'en servir,l'eau stagnante perd de sa pureté et se glace par le froid.De même,l'inaction sape la vigueur de l'esprit'' Léonard de Vinci,dans cette direction de faire les choses plutôt que de se figer dans l'inertie...ou ce proverbe russe du lorsque tombé dans l'eau,la pluie n'en fait plus peur pour signifier une accoutumance vers une philosophie qui se devrait déjà être je pense...donc je suis...

    Le Vent se lève..Bonne soirée et merci.

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Au delà du Moi,Soi,...puis Rien.

     

    Bonjour Ombres et Poussières,

     

    Le ciel est éternel,la terre perdure.

    Pourquoi le ciel et la terre ont-ils une durée éternelle ?

    Parce qu'ils ne vivent pas seulement pour eux-mêmes.

    Voilà le secret de leur durée.

     

    Pour cette même raison,le sage se place

    derrière les autres

    et termine premier.

    Il demeure un témoin de la vie,

    et donc il perdure.

     

    Comblez les besoins des autres,

    et tous vos besoins seront comblés.

    C'est par l'action désintéressée

    que la satisfaction est atteinte.

     

    Comme de souvent mentionné au fur et à mesure de ces petites chroniques et selon l' humble avis qui est mien,il s'en rappelle ici,que la Source du Tout ou Rien,de ce céleste au terrestre,demeure éternelle et d'en déjà citer maître Cocteau avec son approche sur ce que : ''le temps des Hommes est de l'éternité pliée''.

    Aussi,via ce jet on peut donc se lancer dans cette idée relative que la nature originelle de la Vie en demeure éternelle bien justement comme immortelle.

    Ainsi donc,cette durée repose sur une qualité qui répond,elle,lorsque nous respirons en harmonie avec le grand Tout,... plutôt qu'avec cet ego destructeur rongeur,et mondain.

    Car et effectivement,se poser une identification réservée de façon exclusive sur ce qui est strictement physique en cette Vie,pour en cimenter également celle ci sur l'acquisition des choses,est d'une certaine manière...comme de manière certaine aussi,en rejeter tel mépriser ou au pire décrier,notre nature comme conscience.

    C'est un très grand paradoxe pour cet actuel,a sembler logique aussi, vers un tel acharnement à l'acquisition des biens et autres accomplissements du genre.... ;mais la formule est bien autre,Vous Vous en doutez bien certainement !

    Ce que l'on entend ou moins,d'ordinairement par cette notion dite de ''civilisé'' semble donc et la plupart du temps aller davantage dans cette direction confuse d'être envoûté par le désir de posséder ou d'être admiré,....bref,toutes ces choses étant censées assurer le rose bonbon-bonheur ou nous éloigner du noir charbon- malheur....

    Pour faire une synthèse sur cette idée fondamentale placée,il en serait donc ainsi d'un Moi doté d'un statut et d'un physique,...séparé ainsi des autres par sa chair et os,mais dont les données culturelles et biologiques sont identiques....à toutes Celles et Ceux qui l'entourent.

    Exister pour le Soi-même définit donc la plus mauvaise route a emprunter et de préférer donc se projeter dans un changement de pensées avant d'actionner sur la Vie Elle même.

    La Source originelle a ceci de bien particulier,de ne s’identifier à nulle possession et de ne rien exiger de ses éternelles créations.

    N'est ce pont magnifique comme leçon Unis vers Elle ?

    Une véritable et authentique, machine à cadeaux,certes,mais qui n'attend pas un merci,ça devient rare quand même et autant que cette tendance à vivre pour Chacun et affirmer ainsi sa non-mort,car don et immortalité allant de pair,et de Saint-Exupéry oser citer que la saveur du pain partagé n'a point son égal.

    Le Sage qui saisira l'essence des origines,abandonnera ainsi donc son ego,fera des autres sa priorité, et vivra ce paradoxe ultime et subtil de l'Essence ciel qui donne sans demander en retour.

    Ce devenu philanthrope dès lors,aura tel toréador dompté le crabe non jamais satisfait...

    Il importe ainsi,pour bien aborder la quête juste,de se vivre une existence centrée sur cette Essence plutôt que vers cet ego destructeur,ce,afin d'échapper à la course folle et de respirer cette tranquillité et contentement vers lequel chaque personne aspire.

    En pénétrant la générosité,l'on en rencontre non-seulement la satisfaction mais l'on se synchronise également au rythme perpétuel.L'harmonie est créée.

    Restons bien conscient,néanmoins,que le crabe en souhaite exactement le contraire,et est cette raison pour laquelle il Vous oriente toujours dans cette direction de ne penser qu'au Vous même et de Vous servir avant les autres;il fait son job...

    Il en résulte pour l'imprudent cette chute dans le piège tendu et emplit de désirs et autres frustrations avec cette impression constante d'un manque,quelque part.

    Revenons vers Khouajeh Chams ad-Din Mohammd Hafez-e Chirazi poète du XIV qui exprime le ceci avec Dieu respirant en travers de nous,et donc d'en demeurer poli envers Lui et d'écouter simplement ce qu'Il souhaite nous dire.

    Le soleil qui nous réchauffe,l'air que l'on respire,l'eau qui nous désaltère,et cette nourriture qui nous maintient en vie,....comme ces pensées qui meublent notre esprit,..oui,tout cela sont des dons de l'Essence,et donc d'en être reconnaissant vers cette grande source...le Tao.

    Nos courses folles en ce bas monde sont donc a cesser au plus vite et a céder la place au-lâcher prise,davantage témoin de ce qui est ...là,ici et maintenant.

    Le Haut et peu importe son nom ici,s'occupera de tout,croyez moi bien(Il le faisait avant Votre arrivée et continuera après)....mais en plus,summum,Vous finirez par Lui ressemblez,plutôt que d'être à l'image de ce petit crabillon.

    Notre quotidien est hanté de demandes,qu'il se faut absolument et autant que possible se débarasser. Ces demandes se ressentent via un degré d'inconfort qui provoque une demande en satisfaction ...ou a freiner,voire taire..pour les plus avancés.

    Conscient du fait que l'acte désintéressé offre le sourire et le frangin contentement...on aurait déjà quelque peu gagné une bataille,j'ose penser...mais bon,c'est moi,et qui suis je sinon le rien...

    Merci et bonne journée....Le Vent...

     

     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Do.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    lLa craie a Tivité

     

    Bonjour Ombres et Poussières...

     

    L'esprit qui ne meurt jamais

    est appelé le mystérieux féminin.

    Même si elle devient la totalité de l'Univers,

    sa pureté immaculée n'est jamais perdue.

    Même si elle prend d'innombrables formes,

    sa véritable identité demeure intacte.

    La porte de la femelle mystérieuse

    est appelée la racine de la création.

    Écoutez sa voix,

    entendez son écho,à travers toute la création.

    Inévitablement,elle révèle sa présence.

    Inévitablement,elle nous élève à notre propre perfection.

    Bien qu'invisible,elle perdure ;

    et n'aura jamais de fin.

     

    Comme de déjà largement amorcé,via les petites chroniques précédentes,il en demeure une force créatrice,éternelle et innommable,voire indescriptible qui offre perpétuellement naissance à Dame Vie.

    Cette dernière ainsi donc,en détient un panel énergétique incroyable qui se dévoile continuellement dans la perfection de toutes ces choses autour comme en nous,et invite à s’asseoir à cette table de la prise en conscience de cette voix et son écho,créateurs qui résonnent au travers de la Vie et du Temps.

    Effectivement,ce qui affiche de vivre en la créativité, sous entend généralement comme également d'être entièrement conscient de ce principe que nous définirons ici tel que''féminin''.

    Au demeurant, cette Grande Demoiselle est constamment en train de donner naissance...et est ainsi davantage qualifiée dans certains milieux ,en ce juste titre dit de la ''racine de la création''.

    Ce champ d'énergie illimitée,immortelle comme formatrice reste à la fois notre dot et notre destin ,...qui d'une manière consciente,moindre ou nulle...continuera a fonctionner en permanence,quoi qu'il advienne.

    Dans cet Unis vers éternel et intemporel,il est aisé de participer au processus qui nous orientera vers ce retour dans sa toute grande intégralité,...ultime tâche ou quête,qu'on le sache bien !

    Et ainsi aussi de citer Georges Barbarin dans son énigme du grand Sphinx qui cite le ceci''Les vaines querelles des hommes,leurs faux besoins ,leur puéril amour-propre leur cachent la véritable vie,hors de laquelle il n'y a et il ne peut y avoir de durable élévation....''pour accepter ainsi donc le fait que l'énergie ''féminine''peut Elle de même élever tout un Chacun(e) vers le joyau ultime de la perfection.

    Quand notre ermite-chercheur entendra donc ou soudain, cet écho intime tintant dans les plus grandes profondeurs de son âme,il va en pourvoir ainsi a donner éclosion à de nouvelles idées et concepts,à de nouveaux exploits et projets,à de nouvelles manières de comprendre et percevoir cette belle Vie.

    Ré-oxygéné,le tout qui fait ce quotidien s'enchaîne dès lors parfaitement et à glorieux rythme.

    Cette énergie en crescendo se ressent jusque dans les moindres tréfonds de cet esprit nôtre,offrant une sorte d'état qualifié de grâce...qui délivre mots tels que ces oiseaux qui chantent leurs mélodies éphémères.

    Il importe surtout,en cet instant de grande préciosité,de rien tenter freiner,interrompre ou diriger...et de comme l'eau,laisser suivre son cours,simplement.

    L’intelligence,les talents,les actions qui définissent parfaitement l'Homme dans sa plus grande splendeur,ne se placent qu'au contact avec l’énergie de ses origines,et rien d'autre.

    L'essence de celles ci se mélange ainsi avec ce Soi,sans aucune demande sur ce qui doit se faire,ou autre manière de s'y prendre.Il en s'agit d'un héritage,dans la grande acceptation de cette notion.

    La formule la plus simple dans l'Unis vers de la simplicité veut d'en demeurer attentif à ces appels et cris intérieurs,d'écarter et d'ignorer au pire,ceux qui cherchent a rediriger ces énergies vitales...et de ne point craindre d'irradier sur ces alentours,tous ces ressentis.

    L’Homme possède un réservoir énorme en matière de talent,d'intelligence et d'habilité,...un réservoir,qui,la plupart du temps Lui demeure insoupçonné.

    Ce dit réservoir est pareil à celui du grand Tout car,si Vous avez suivis depuis le début...Il est issu de la mère Divine,la grande Dame omniprésente et éternellement créatrice.

    L'énergie qui émerge de cet appel entendu au fond de cette entité de Vous est cette seule chose dont le besoin est,....pour faire de cette passion une belle réalité.

    Suivre l'élan de son âme est donc la chose a faire dans cet immédiat;qu'il en soit de peindre,chanter,bricoler,concevoir,...tout en ignorant les critiques,ou autres préjugés du genre,qui ne seront en fait qu 'inévitables.

    Se libérer des doutes,des peurs,que l'Homme entretien face à ses propres capacités au fonctionnement,afin de respirer la puissance créatrice sera ainsi la touche finale a apporter sur ce court débat.

    Haziz,poète du 14 ième siècle disait ceci de s’asseoir sans rien faire et attendre,comme de se reposer...car de cette séparation d'avec Dieu et de l'amour,en était la chose la plus difficile d'atteinte.

    Quand ces doigts toucheront la divine Mère,alors,Vous en serez dans la belle créativité.

    Les enfants à la nature inhérente intacte possèdent en eux,cette capacité au juste esprit,...lorsque ce moi naturel ignore encore l’ego,le pouvoir ou les biens matériels.

    Qui étions nous ...et que sommes nous ainsi maintenant,que l'on n'en puisse contempler tels ces chérubins ce qui se dévoile parfaitement,sans nulle interférence ?

    Le Vent se lève....il ne faut pas le laisser souffler pour rien...

    Merci et ....laissez Vous porter.

    Cet écrit est pour Marie L'Or,Soeur des 12 Soeurs....:)

     

     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  

     

    Le très sort.

    Bonjour Ombres et Poussières...

     

    Le ciel et la terre sont impartiaux ;

    ils voient les dix mille choses

    comme des chiens de paille.

    Le sage n'est pas sentimental ;

    il traite tous les gens comme des chiens de paille.

    Le sage est comme le ciel et la terre :

    Personne ne lui est particulièrement cher,

    et il ne voit personne d'un mauvais œil.

    Il donne et donne encore,sans condition,

    offrant à tous ses trésors.

    Entre le ciel et la terre

    se trouve un espace semblable à un soufflet ;

    vide et pourtant inépuisable,

    car plus on l'utilise,plus il produit.

    Tenez-Vous au centre.

    L'homme a été créé pour demeurer assis en silence

    et trouver en lui la vérité.

     

    Il faut bien prendre cette conscience que la grande Source ne fait nulle distinction ...et que tel l'élément ciel ou cette terre sur laquelle nous évoluons.. en demeure impartiale et pourvoie a toutes les choses.

    En effet,il est de ce parfait équilibre à la juste répartition de l'énergie,sans favoritisme quelconque ou autre détriment,...et,que bien du contraire nous en offre les éléments dits de fondamentaux pour la Vie.

    L'air,l’atmosphère,la pluie,le soleil,...contribuent à cet état de fait donc vers tous Celles et Ceux qui vivent sur notre belle planète.

    Pour une recherche voulue évolutive,il importe,selon Votre serviteur de savoir aligner nos deux consciences (intérieure et extérieure) à cette force spécifique qu'est l'essence de ces origines,pour pouvoir ainsi en comprendre notre authentique moi quoique restant bien conscient également,comme le dit ce cher Albert que la vraie valeur d'un homme se détermine en examinant dans quelle mesure et dans quel sens,il est parvenu a se libérer de son ''moi''.(Einstein).

    Car,ce ''moi'' véritable,est tel un ermite silencieux qui ne fléchit devant aucune forme de sentimentalité et qui demeure sans cesse en pure et totale harmonie avec ce nommé Tout.

    Pour Lui,nulle chose n'est plus méritoire qu'une autre,et tout se pose ou place sur un plan des plus linéaire qu'il soit,sans favoritisme...avec ce retour vers le verset de traiter ainsi les individus tels des chiens de paille.

    Il s'agit donc bien de cette formule utilisée,pour en schématiser le comment de cette Source en considère l'Unis vers de ce qui semble évident.

    Effectivement et dans diverses traductions sur le Tao Te King,il est ainsi clarifié,que ces ''chiens de paille''étaient à une certaine époque,des objets conçus pour différents rituels,....devant lesquels l'adepte s'inclinait,...avant de les fouler aux pieds.

    Dans ce répertoire plus que subtil et subversif que sont ces versets Taoïstes,l'on en viendrait donc a respecter toutes les choses de manière impartiale...

    En outre,et dans un processus de réflexion quasi similaire,un dit éclairé,en verrait ainsi donc le caractère sacré quand à ce passage transitoire qu'est la Vie !

    Pour tous ces Chercheurs,toutes les disciplines confondues, qui cheminent,cet écrit les enclin donc a savourer un paradoxe qui se positionne entre ce contact intime avec l'énergie originelle créatrice et son accessibilité,...avec cette incapacité à l'épuiser.

    Remarquons également que plus nous en consommons,plus davantage nous en recevons.

    Mais ne nous méprenons pas en ceci de tenter l’emmagasiner et l'enfermer d'une manière ou l'autre et ainsi de courir ce risque a voir disparaître sa nature plus que bienveillante.

    Ainsi donc et pour résumer,oserais je dire que tout en demeure illusion et que nulle personne n'est davantage particulière ou meilleure qu'une autre.

    ''Afin que Vous soyez les enfants de Votre père qui est aux cieux;car il fait lever son soleil sur les méchants,et sur les gens de bien,et il envoie sa pluie sur les justes,et sur les injustes.''Mathieu 5:45.

    Prenons en,comme simple exemple,une pensée qui en viendrait a exclure une personne...et d'ainsi dans ce genre d'approche sélective Nous en démarquer ainsi comme étant''spéciale''...entraînant par réactions en chaîne et dans un certain paroxysme,un traitement souhaité de faveur !

    Cela n'engendre que le fait de se placer au dessus de Celles et Ceux qui sembleraient dès lors moins aptes au mérite et donc,ne ferait que nous séparer du vrai potentiel quand à cette source neutre qualifiée ici plus haut.

    Sans vouloir entamer polémiques sur un débat des plus vaste,..constatons ce phénomène inhérent à ces organisations ou structures religieuses se voulant de favoriser certains membres,et donc d'en exclure d'autres,pour faire au plus rapide.

    Le fait d'afficher une partialité empêche ces individus de fonctionner à partir de leur authentique ''moi'' et divise...

    Or,est ce cela que le Haut demande ou davantage une unification...,?

    La grande Source nous place constamment face au spectre de la création...le diamant brut.

    Il est relativement aisé de se repositionner correctement et pour ce faire d'ainsi structurer cet effort sur trois phases distinctes et qui voudraient ceci :

    1.Que pour la première,il importe de laver ces pensées et jugements portés sur d'autres....(en éventuellement se mettant à leur place,...),et de se recadrer sur une chose en commun...notre source originelle ,tout simplement.

    2.En second lieu,il en faudrait rejeter l'exclusif pour le voir se remplacer par une globalité,de vivre de manière impartiale tout en prenant conscience de son ''moi'' intérieur,comme de surtout Lui faire confiance.

    3.Et de conclure,d'en retirer ces notions de particulier,spécial,différent,exceptionnel ...en ce vocabulaire familier si nôtre comme de notre approche sur les choses.

    Effectivement,,si une personne en était si spéciale,et ici Tous issus de la même source,nous le serions donc ainsi Toutes et Tous,élémentaire Watson...et n'aurions dès lors nul besoin de ce genre de mot pour se voir définir....lol

    Je terminerais cette chouïa chronique,avec le ceci d'approcher les situations et les individus...dans un esprit parfaitement neutre et équilibré et d' aller avec Lui en parfaite confiance tel guide de vos réactions.

    Il importe de reléguer les préjugés sous la surface d'une eau déjà bien tourmentée par les événements récents,comme de se procurer un sentiment de détente et de largesse vers tout ce qui va encore arriver...mais,qui suis je pour donner ces conseils,sinon...

    que ..Le vent se lève...ha ha

    Merci et bonne journée.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    No nomos only.

     

    Il n'est selon mon avis,nullement aisé de trouver un certain épanouissement en ne se posant essentiellement que sur le ''nomos''.
    En effet,il en faudrait suivre ces invites dites naturelles comme de se soustraire à la thébaïde du travail philosophique qui condamne à cette attention improbative de la majorité,inapte a saisir et comprendre peut être,qui sait,...le pq ou comment de l'un ou l'autre geste issus dans le courant habituel d'un espace en lequel,où Tous,tels esclaves ou soumis,se plaisent et se contentent de se mettre au ''garde à Vous'' aux injonctions et lois de la dite société.:)
    Selon Votre serviteur donc,le bonheur en vient a être affaire de solitude,et se paye souvent de la mécompréhension de tiers non engagés dans ce genre de tracé...Mais qu'importe en outre de cet accord d'âme et chair,non séparées,et diluées dans le chaudron de l'en pire :) sur le Soi,qui du Tao ou Diogène,en passant Démocrite à Leucippe,comme Anaxarque et consorts.....pourvu que le sourire affiché n'est point figé dans un autre chose...ha ha ...Merci :)

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    La poussière retombe.

     

    Bonjour à Toutes et Tous...

     

    Le Tao est vide,mais inépuisable

    illimité,

    et l’ancêtre de toutes choses.

    En Lui,les arêtes effilées s'adoucissent ;

    les nœuds entremêlés se défont ;

    le soleil est adouci par un nuage ;

    la poussière retombe

    Il est caché mais toujours présent.

    Je ne sais qui Lui a donné naissance.

    Il semble être l’ancêtre commun de tout ,

    le père de toutes choses.

     

    Les chroniques précédentes,pointant essentiellement le mystère de la Source originelle,le comment respirer au mieux l'unité paradoxale,le schéma pour davantage en surfer la vie par le contentement,...nous allons donc ainsi et maintenant, quelque peu errer sur cette manière de vivre l'infini.

    Car,effectivement et dans cette dite approche de la Source originelle de toute existence,la Source en demeure vide et illimitée,ne pouvant nullement être cloisonnée,mesurée,chiffrée voir quantifiée.

    Cet insondable océan offrant ainsi vie à chaque chose reste donc accessible à tout moment,qu'on le sache bien !

    En outre,la philosophie profonde de ce trait,se pose sur le fait de vivre selon cette perspective qui se voudrait idéale d'être illimitée,sur l'abandon de l'aspect purement physique des phénomènes et dont le Soi en détient une large mesure...,sur cet itinéraire tracé entre la naissance et notre départ vers le loin.

    Dans cet Unis vers des ''nœuds gordiens'',Vous demeurez cet être habité par l'infini,sous les traits d'une personne.Aussi,cette force mentionnée se coule perpétuellement en et autour de Vous,illimitée.

    J'ose humblement penser,que l'Homme dans sa grande généralité se doit parfois de prendre un certain recul,voir un recul certain,pour en réarranger et dépoussiérer ces tiroirs de pensées quand à ce qu'Il pense être.

    En effet,se délester des fioritures et futilités,pour en puiser dans cette Source créatrice, profonde et limpide,peut l'aider dans sa quête vers cette perfection.

    Car et finalement,il faut bien prendre en compte le fait de cette certitude absolue,que l'assistance ou soutien dont nous avons besoin,est vacant dans l'ici et maintenant comme de partout autour de nous.

    Dans ce vide absolu,il y a donc une certitude du présent.

    Aussi et quand on prend bien conscience de ce dernier point,il s'en signifie par la suite que toutes ce négativisme face aux pénuries et pensées de manquement,n'en siègent plus sur cet esprit Nôtre.

    Bien effectivement,c'est de ces petites phrases qui hantent notre quotidien sous la forme bien subversive qu'il en s'agit ici et du genre...''Connaissant ma chance''ou autre''ça n'ira pas,c'est toujours comme ça pour moi''....et donc dans cette approche de faire la main-mise de Votre cerveau....avec nuées de palissades à franchir....

    Ce qui est préconisé via ce verset est de remodeler ou retailler cette Pierre ''Vous'',cela posé sur un nouvel individu en parfait accord sur la présence de cette force invisible,que ne fera que Vous élever vers un quelque chose de davantage inspiré....et constamment en contact avec cette Source mère.

    Si,par cette manière de fonctionner,l'on en parvient a se couler dans le flux constant et doux de l'infinité,l'on en est récompensé dès lors par un sentiment de plénitude et bonheur.....de savoir bien malgré tout,que l'ordre sera.

    Ainsi donc le comment faire pragmatique se résumerait a pouvoir observer ces signaux et autres alertes émis et avertissant un manque réel,en notions de croyance.

    Schématisons le ci dessus en patient raccordé via une perfusion,et donc d'imaginer un de ces sachets plastifiés,remplit d'une réserve collectée à cette Source dite de l'insondable.

    Le liquide s'écoulant au rythme des gouttes chantant le maintenant et l'ici et qui en seraient ce fluide vital etTout ce dont nous avons besoin.

    Utilisons cette même approche,maintenant, en respirant simplement cette harmonie des origines plus que lointaines,pour en solutionner nos problèmes du quotidien....et ainsi avoir en différé et quelques sortes,accès à ce potentiel englobant de bien être.

    Ainsi,plutôt que de se morfondre et se répandre dans d'éternels et sempiternels troubles,soucis,maladies,travaux des routes et météos,....demeurons en avec ce qui ne se tarira jamais,mère de toutes ces choses et qui fait ce que ce monde est monde.

    Ce phénomène subtil,meilleur des Amis ici bas,oeuvrera pour et avec Nous,selon nos pensées,nos émotions et finalement nos actions,(Pensées-Coeur-Actes),offrant ce schéma dont on ne peut plus élémentaire.

    Qu'observons nous tels signes de changements comportementaux sinon.l'inquiétude,la tension,la distraction,...et d'oser avouer que ceux ci ne sont que transitoires,et font tout simplement partie inhérente de ce monde du changement...conscient du fait que seule l'impermanence est permanente.

    Cette alchimie négative est également éternelle...comme de savoir imaginer cette importance qu'auront ses facteurs déprimant dans mille ans ou plus ?

    Nous sommes ainsi donc et pour conclure une partie de la réalité éternelle,...et que souvent,le fait de réarranger nos pensées,en fait retomber la poussière sur le sol.

    Ainsi donc et comme Mario Ristic dans sa Ville-Age cite tant bien que mieux ''Ce que l'amour Te donne ,la Vie saura bien le reprendre.Et ce que la Vie Te prend,il y aura bien une force qui sera encore une force de la vie,pour Te le rendre''.

    Or,de simplement écouter ce que disent nos pensées,et de chercher le vide dans le grand silence intime, lorsque l'orage gronde avec des mots autour de Vous pour faire en ce voyage fantastique vers Votre Moi infini,est Une bonne formule,pense Votre serviteur.

    Lorsque effectivement ce silence est (re)trouvé,il en suffit juste dès lors de l'inviter a participer,s'engager ou non...en évitant l’ego d'en prendre le dessus et d'interférer contre lui.

    La joie et la paix...seront la résultante à ce phénomène qui Vous fait demeurer à l'ombre et dans l'infini qui se cache,mais néanmoins toujours présent.

    Un Sage cite ceci,en guise de conclusion que la Sagesse est de savoir être Rien,l'Amour de savoir être Tout...mais qu'entre les deux....

    il en faut vivre la Vie.

    Bonne soirée et merci....le Vent se lève.

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  

    Le Sage vide le Coeur.

     

    Le vent murmure si doucement qu'il semble s'essouffler parfois,...

     

    Accordez de la valeur à un statut

    et Vous provoquerez des litiges.

    Surévaluez Vos possessions,

    et les gens se mettront à voler.

    En n'étalant pas ce qui est désirable,,Vous

    contribuez à ne pas troubler le cœur des gens.

    Le Sage gouverne

    en vidant les cœurs et les esprits,

    en affaiblissant les ambitions et en renforçant les os.

    Exercez-vous ne rien faire...

    Lorsqu'une action est pure et désintéressée,

    tout s'arrange à la perfection.

     

    Nombreuses sont les chroniques au blog en lesquelles ce sujet dit de la possession et du détachement furent ainsi abordées,j'en ai bien conscience ;mais et malgré tout, ce verset du Tao Te King nous en renvoie bien naturellement vers celui ci...offrant une approche intéressante.

    ''La possession des richesses a des filets invisibles où le cœur se prend insensiblement''selon Jacques-Bénigne Bossuet dans ses ''Sermons'',mais également et certes que ''la richesse en consiste bien plus aussi dans l'usage qu'on en fait que dans la possession'' (Aristote).

    En effet,se focaliser a amasser le plus d'objets possibles,les titres,les honneurs et autres gloires,...suscitent les convoitises individuelles,comme encouragent ces phénomènes et facteurs externes ,a prendre le contrôle de qui fait ce Nous.

    Ces positions et statuts tant recherchés,qu'ils en soient reliés à l'argent ou au pouvoir,aveuglent sur cette relation au grand Tout,et ainsi donc nous perturbent en cette intimité au contentement offert par cette dernière.

    Aussi,le constat du ceci s'oriente donc vers une fixation de l’ego a toujours désirer le davantage,...

    Le Tao,Lui par contre souhaite dans sa démarche philosohique, nous orienter dans une toute autre direction en nous détournant davantage en ce genre de discorde et confusion posée surcette insatisfaction de vie.

    Car,et ses principes l'affirment de cette manière,point n'est de faire une recherche du toujours plus,...loin de là,que celle de la gratitude plutôt.

    Ainsi,il en suffit simplement de moduler notre manière de fonctionner pour tirer ce constat dès lors,de changements majeurs sur le quotidien de nos actes et pensées.

    Il importe,bien certainement de ne pas se méprendre sur cette philosophie,qui,au degré d'incompréhension premier,risquerait de mener vers la paresse ou le ne rien faire....Nulle éloge à cela,bien du contraire,et dans cette mesure a s'en remettre sur ce chemin,nous redirigeant vers la Source du Un,de la création,...avec ses repères subtils et bien plus profonds que ceux l’ego et ses désirs obscurs.

    En outre,il faut bien être conscient du fait,que ces derniers,entravent l'essence sacrée des origines.

    Car certes,la vertu fondamentale demeure en ce cas,l'absolue confiance,et l'écoute en celle ci;via ce qui nous fait avancer sur le chemin de vie,...pour devenir,paradoxalement,plus performant,en termes d'Humain.

    Autoriser pour ce quelque chose qui vit en Vous,d'avancer sur ce devant de scène..semble ainsi être la formule qualifiée de magique.

    Dans le schéma définit,il est nécessaire de se poser la légitime question de qui va diriger cet orchestre qu'est Votre existence,...qui va tenir la barre de ce bateau,..sachant bien qu'une erreur de quelques degrés sur mer,le verra dévier de sa destination, sur plusieurs kilomètres.

    Via ces petites chroniques,Chacun(e) dès lors peut à sa guise faire preuve d'interprétations ou adaptations selon une propre philosophie des choses...car l'art de gouverner ne se cloisonne pas uniquement comme exclusivement dans ces secteurs de l'administration ou de la politique.

    Nous avons ainsi cette charge de pouvoir interférer dans notre famille immédiate,dont nous avons la charge tels adultes...mais également dans cette grande smala du monde,la famille humaine,celle avec laquelle nous sommes en contact de manière permanente...et,ce n'est pas rien !

    Tout comme Vous,j'en demeure pareil d'être un simple passeur,voir passant....mais l'encouragement vers nos proches,à chasser de leur esprit ces idées relatives aux obtentions des grades sur tabliers ou ceintures,ces titres et diplômes en vitrines,ces acquisitions de biens et valeurs,...est une bonne chose.

    Nous détenons,Toutes et Tous,une vocation certaine ici bas...et force est de savoir reconnaître que la source de la création,ne s'intéresse pas du tout à Vos possessions matérielles ou Votre degré de savoir et connaissance.

    Ce point du Tout ou Rien,Vous fournira juste ce dont Vous avez besoin et guidera,encouragera,et influencera Votre passage....sans plus.

    Le crabe ego,et au fil du temps défilant...s'est ainsi pourvu d'un sac à dos,qu'il a lesté d'un inventaire incroyable et incessant de désirs....Ce sac doit être vidé,donc,et dans cette mesure où il en fera ressentir dès lors la véritable splendeur du Tao...

    On pourrait ainsi dire pour résumer le ceci et se rapprocher un chouïa de Raoul Ponchon dans ''La Muse gaillarde''...que quand le sac à dos est vide,je le plains;quand le sac à dos est plein,je le vide...

    Attendre des désirs est temps perdu,selon Votre humble serviteur,..et donc juste de manifester de la joie authentique dans chaque chose et chaque événement.

    En restant donc dans cette harmonie,et en dehors de ces sorties en poussées de limite ;...gratitude et émerveillement pour ce qui est... oxygénera cette vie Vôtre.

    Cette dernière,dès lors sera dirigée par quelque chose d'indescriptible certes,mais de beaucoup plus grand que les petits détails de Vos aspirations quotidiennes....

    La source travaille pour Vous,et donc,nul est ce besoin de Lui rappeler sans cesse son rôle par Vos envies.Il en suffit juste de faire confiance à cette harmonie diffuse.

    Cette source Vous habite depuis bien avant Votre naissance et œuvrait déjà en Vous lors de Votre conception,voir plus loin encore...sans aucun apport,indépendante,...et continuera a s'occuper et prendre soin de Vous.En outre,pourquoi et comment cesserait-elle son rôle ?

    Remettez-Vous bien simplement entre les mains de cette immortelle innommée...en demeurant branché sur l'énergie parfaite qui envoie tout et à temps,vers ce nécessaire de vie.

    La perfection de cette source des origines respire profondément en Vous,il en suffit juste de l'accepter....et d'avoir pleine confiance en cette sagesse fondamentale,car;lorsqu'une action est pure et désintéressée...Tout s'arrange parfaitement.

    Et pour achever,de citer Voltaire dans ''Si l'homme était parfait,il serait Dieu'' et donc peut être qui sait,...sans présomption s'en rapprocher,du moins un petit peu...ha ha .

    Merci...le Vent....

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Homme mage et réflexions.

     

    Le 8 juin 1978, à Harvard, Alexandre Soljenitsyne prononçait ce discours prophétique :

     

    >

    <<  Je suis très sincèrement heureux de me trouver ici parmi vous, à l'occasion du 327e anniversaire de la fondation de cette université si ancienne et si illustre. La devise de Harvard est  VERITAS. La vérité est rarement douce à entendre ; elle est presque toujours amère. Mon discours d'aujourd'hui contient une part de vérité ; je vous l'apporte en ami, non en adversaire.

    Il y a trois ans, aux Etats-Unis, j'ai été amené à dire des choses que l'on a rejeté, qui ont paru inacceptables. Aujourd'hui, nombreux sont ceux qui acquiescent à mes propos d'alors...

     

    La chute des "élites"

     

    Le déclin du courage est peut-être le trait le plus saillant de l'Ouest aujourd'hui pour un observateur extérieur. Le monde occidental a perdu son courage civique, à la fois dans son ensemble et singulièrement, dans chaque pays, dans chaque gouvernement, dans chaque pays, et bien sûr, aux Nations Unies. Ce déclin du courage est particulièrement sensible dans la couche dirigeante et dans la couche intellectuelle dominante, d'où l'impression que le courage a déserté la société toute entière. Bien sûr, il y a encore beaucoup de courage individuel mais ce ne sont pas ces gens là qui donnent sa direction à la vie de la société. Les fonctionnaires politiques et intellectuels manifestent ce déclin, cette faiblesse, cette irrésolution dans leurs actes, leurs discours et plus encore, dans les considérations théoriques qu'ils fournissent complaisamment pour prouver que cette manière d'agir, qui fonde la politique d'un Etat sur la lâcheté et la servilité, est pragmatique, rationnelle et justifiée, à quelque hauteur intellectuelle et même morale qu'on se place. Ce déclin du courage, qui semble aller ici ou là jusqu'à la perte de toute trace de virilité, se trouve souligné avec une ironie toute particulière dans les cas où les mêmes fonctionnaires sont pris d'un accès subit de vaillance et d'intransigeance, à l'égard de gouvernements sans force, de pays faibles que personne ne soutient ou de courants condamnés par tous et manifestement incapables de rendre un seul coup. Alors que leurs langues sèchent et que leurs mains se paralysent face aux gouvernements puissants et aux forces menaçantes, face aux agresseurs et à l'Internationale de la terreur. Faut-il rappeler que le déclin du courage a toujours été considéré comme le signe avant coureur de la fin ?

    Quand les Etats occidentaux modernes se sont formés, fut posé comme principe que les gouvernements avaient pour vocation de servir l'homme, et que la vie de l'homme était orientée vers la liberté et la recherche du bonheur (en témoigne la déclaration américaine d'Indépendance). Aujourd'hui, enfin, les décennies passées de progrès social et technique ont permis la réalisation de ces aspirations : un Etat assurant le bien-être général. Chaque citoyen s'est vu accorder la liberté tant désirée, et des biens matériels en quantité et en qualité propres à lui procurer, en théorie, un bonheur complet, mais un bonheur au sens appauvri du mot, tel qu'il a cours depuis ces mêmes décennies.

     

    Une société dépressive

     

    Au cours de cette évolution, cependant, un détail psychologique a été négligé : le désir permanent de posséder toujours plus et d'avoir une vie meilleure, et la lutte en ce sens, ont imprimé sur de nombreux visages à l'Ouest les marques de l'inquiétude et même de la dépression, bien qu'il soit courant de cacher soigneusement de tels sentiments. Cette compétition active et intense finit par dominer toute pensée humaine et n'ouvre pas le moins du monde la voie à la liberté du développement spirituel.

    L'indépendance de l'individu à l'égard de nombreuses formes de pression étatique a été garantie ; la majorité des gens ont bénéficié du bien-être, à un niveau que leurs pères et leurs grands-pères n'auraient même pas imaginé ; il est devenu possible d'élever les jeunes gens selon ces idéaux, de les préparer et de les appeler à l'épanouissement physique, au bonheur, au loisir, à la possession de biens matériels, l'argent, les loisirs, vers une liberté quasi illimitée dans le choix des plaisirs. Pourquoi devrions-nous renoncer à tout cela ? Au nom de quoi devrait-on risquer sa précieuse existence pour défendre le bien commun, et tout spécialement dans le cas douteux où la sécurité de la nation aurait à être défendue dans un pays lointain ?

    Même la biologie nous enseigne qu'un haut degré de confort n'est pas bon pour l'organisme. Aujourd'hui, le confort de la vie de la société occidentale commence à ôter son masque pernicieux.

    La société occidentale s'est choisie l'organisation la plus appropriée à ses fins, une organisation que j'appellerais légaliste. Les limites des droits de l'homme et de ce qui est bon sont fixées par un système de lois ; ces limites sont très lâches. Les hommes à l'Ouest ont acquis une habileté considérable pour utiliser, interpréter et manipuler la loi, bien que paradoxalement les lois tendent à devenir bien trop compliquées à comprendre pour une personne moyenne sans l'aide d'un expert. Tout conflit est résolu par le recours à la lettre de la loi, qui est considérée comme le fin mot de tout. Si quelqu'un se place du point de vue légal, plus rien ne peut lui être opposé ; nul ne lui rappellera que cela pourrait n'en être pas moins illégitime. Impensable de parler de contrainte ou de renonciation à ces droits, ni de demander de sacrifice ou de geste désintéressé : cela paraîtrait absurde. On n'entend pour ainsi dire jamais parler de retenue volontaire : chacun lutte pour étendre ses droits jusqu'aux extrêmes limites des cadres légaux.

     

    " Médiocrité spirituelle "

     

    J'ai vécu toute ma vie sous un régime communiste, et je peux vous dire qu'une société sans référent légal objectif est particulièrement terrible. Mais une société basée sur la lettre de la loi, et n'allant pas plus loin, échoue à déployer à son avantage le large champ des possibilités humaines. La lettre de la loi est trop froide et formelle pour avoir une influence bénéfique sur la société. Quand la vie est tout entière tissée de relations légalistes, il s'en dégage une atmosphère de médiocrité spirituelle qui paralyse les élans les plus nobles de l'homme.

    Et il sera tout simplement impossible de relever les défis de notre siècle menaçant armés des seules armes d'une structure sociale légaliste.

    Aujourd'hui la société occidentale nous révèle qu'il règne une inégalité entre la liberté d'accomplir de bonnes actions et la liberté d'en accomplir de mauvaises. Un homme d'Etat qui veut accomplir quelque chose d'éminemment constructif pour son pays doit agir avec beaucoup de précautions, avec timidité pourrait-on dire. Des milliers de critiques hâtives et irresponsables le heurtent de plein fouet à chaque instant. Il se trouve constamment exposé aux traits du Parlement, de la presse. Il doit justifier pas à pas ses décisions, comme étant bien fondées et absolument sans défauts. Et un homme exceptionnel, de grande valeur, qui aurait en tête des projets inhabituels et inattendus, n'a aucune chance de s'imposer : d'emblée on lui tendra mille pièges. De ce fait, la médiocrité triomphe sous le masque des limitations démocratiques.

    Il est aisé en tout lieu de saper le pouvoir administratif, et il a en fait été considérablement amoindri dans tous les pays occidentaux. La défense des droits individuels a pris de telles proportions que la société en tant que telle est désormais sans défense contre les initiatives de quelques-uns. Il est temps, à l'Ouest, de défendre non pas temps les droits de l'homme que ses devoirs.

    D'un autre côté, une liberté destructrice et irresponsable s'est vue accorder un espace sans limite. Il s'avère que la société n'a plus que des défenses infimes à opposer à l'abîme de la décadence humaine, par exemple en ce qui concerne le mauvais usage de la liberté en matière de violence morale faites aux enfants, par des films tout pleins de pornographie, de crime, d'horreur. On considère que tout cela fait partie de la liberté, et peut être contrebalancé, en théorie, par le droit qu'ont ces mêmes enfants de ne pas regarder er de refuser ces spectacles. L'organisation légaliste de la vie a prouvé ainsi son incapacité à se défendre contre la corrosion du mal...

    L'évolution s'est faite progressivement, mais il semble qu'elle ait eu pour point de départ la bienveillante conception humaniste selon laquelle l'homme, maître du monde, ne porte en lui aucun germe de mal, et tout ce que notre existence offre de vicié est simplement le fruit de systèmes sociaux erronés qu'il importe d'amender. Et pourtant, il est bien étrange de voir que le crime n'a pas disparu à l'Ouest, alors même que les meilleurs conditions de vie sociale semblent avoir été atteintes. Le crime est même bien plus présent que dans la société soviétique, misérable et sans loi...

     

    Les médias fabriquent un  " esprit du temps "

     

    La presse, aussi, bien sûr, jouit de la plus grande liberté. Mais pour quel usage ? (...) Quelle responsabilité s'exerce sur le journaliste, ou sur un journal, à l'encontre de son lectorat, ou de l'histoire ? S'ils ont trompé l'opinion publique en divulguant des informations erronées, ou de fausses conclusions, si même ils ont contribué à ce que des fautes soient commises au plus haut degré de l'Etat, avons-nous le souvenir d'un seul cas, où le dit journaliste ou le dit journal ait exprimé quelque regret ? Non, bien sûr, cela porterait préjudice aux ventes. De telles erreurs peut bien découler le pire pour une nation, le journaliste s'en tirera toujours. Etant donné que l'on a besoin d'une information crédible et immédiate, il devient obligatoire d'avoir recours aux conjectures, aux rumeurs, aux suppositions pour remplir les trous, et rien de tout cela ne sera jamais réfuté ; ces mensonges s'installent dans la mémoire du lecteur. Combien de jugements hâtifs, irréfléchis, superficiels et trompeurs sont ainsi émis quotidiennement, jetant le trouble chez le lecteur, et le laissant ensuite à lui-même ? La presse peut jouer le rôle d'opinion publique, ou la tromper. De la sorte, on verra des terroristes peints sous les traits de héros, des secrets d'Etat touchant à la sécurité du pays divulgués sur la place publique, ou encore des intrusions sans vergogne dans l'intimité de personnes connues, en vertu du slogan : « tout le monde a le droit de tout savoir ». Mais c'est un slogan faux, fruit d'une époque fausse ; d'une bien plus grande valeur est ce droit confisqué, le droit des hommes de ne pas savoir, de ne pas voir leur âme divine étouffée sous les ragots, les stupidités, les paroles vaines. Une personne qui mène une vie pleine de travail et de sens n'a absolument pas besoin de ce flot pesant et incessant d'information. (...) Autre chose ne manquera pas de surprendre un observateur venu de l'Est totalitaire, avec sa presse rigoureusement univoque : on découvre un courant général d'idées privilégiées au sein de la presse occidentale dans son ensemble, une sorte d'esprit du temps, fait de critères de jugement reconnus par tous, d'intérêts communs, la somme de tout cela donnant le sentiment non d'une compétition mais d'une uniformité. Il existe peut-être une liberté sans limite pour la presse, mais certainement pas pour le lecteur : les journaux ne font que transmettre avec énergie et emphase toutes ces opinions qui ne vont pas trop ouvertement contredire ce courant dominant.

    Sans qu'il y ait besoin de censure, les courants de pensée, d'idées à la mode sont séparés avec soin de ceux qui ne le sont pas, et ces derniers, sans être à proprement parler interdits, n'ont que peu de chances de percer au milieu des autres ouvrages et périodiques, ou d'être relayés dans le supérieur. Vos étudiants sont libres au sens légal du terme, mais ils sont prisonniers des idoles portées aux nues par l'engouement à la mode. Sans qu'il y ait, comme à l'Est, de violence ouverte, cette sélection opérée par la mode, ce besoin de tout conformer à des modèles standards, empêchent les penseurs les plus originaux d'apporter leur contribution à la vie publique et provoquent l'apparition d'un dangereux esprit grégaire qui fait obstacle à un développement digne de ce nom. Aux Etats-Unis, il m'est arrivé de recevoir des lettres de personnes éminemment intelligentes ... peut-être un professeur d'un petit collège perdu, qui aurait pu beaucoup pour le renouveau et le salut de son pays, mais le pays ne pouvait l'entendre, car les média n'allaient pas lui donner la parole. Voilà qui donne naissance à de solides préjugés de masse, à un aveuglement qui à notre époque est particulièrement dangereux. (...)

     

    L’erreur matérialiste de la pensée moderne

     

    Il est universellement admis que l'Ouest montre la voie au monde entier vers le développement économique réussi, même si dans les dernières années il a pu être sérieusement entamé par une inflation chaotique. Et pourtant, beaucoup d'hommes à l'Ouest ne sont pas satisfaits de la société dans laquelle ils vivent. Ils la méprisent, ou l'accusent de plus être au niveau de maturité requis par l'humanité. Et beaucoup sont amenés à glisser vers le socialisme, ce qui est une tentation fausse et dangereuse. J'espère que personne ici présent ne me suspectera de vouloir exprimer une critique du système occidental dans l'idée de suggérer le socialisme comme alternative. Non, pour avoir connu un pays où le socialisme a été mis en oeuvre, je ne prononcerai pas en faveur d'une telle alternative. (...) Mais si l'on me demandait si, en retour, je pourrais proposer l'Ouest, en son état actuel, comme modèle pour mon pays, il me faudrait en toute honnêteté répondre par la négative. Non, je ne prendrais pas votre société comme modèle pour la transformation de la mienne. On ne peut nier que les personnalités s'affaiblissent à l'Ouest, tandis qu'à l'Est elles ne cessent de devenir plus fermes et plus fortes. Bien sûr, une société ne peut rester dans des abîmes d'anarchie, comme c'est le cas dans mon pays. Mais il est tout aussi avilissant pour elle de rester dans un état affadi et sans âme de légalisme, comme c'est le cas de la vôtre. Après avoir souffert pendant des décennies de violence et d'oppression, l'âme humaine aspire à des choses plus élevées, plus brûlantes, plus pures que celles offertes aujourd'hui par les habitudes d'une société massifiée, forgées par l'invasion révoltante de publicités commerciales, par l'abrutissement télévisuel, et par une musique intolérable.

    Tout cela est sensible pour de nombreux observateurs partout sur la planète. Le mode de vie occidental apparaît de moins en moins comme le modèle directeur. Il est des symptômes révélateurs par lesquels l'histoire lance des avertissements à une société menacée ou en péril. De tels avertissements sont, en l'occurrence, le déclin des arts, ou le manque de grands hommes d'Etat. Et il arrive parfois que les signes soient particulièrement concrets et explicites. Le centre de votre démocratie et de votre culture est-il privé de courant pendant quelques heures, et voilà que soudainement des foules de citoyens américains se livrent au pillage et au grabuge. C'est que le vernis doit être bien fin, et le système social bien instable et mal en point.

    Mais le combat pour notre planète, physique et spirituel, un combat aux proportions cosmiques, n'est pas pour un futur lointain ; il a déjà commencé. Les forces du Mal ont commencé leur offensive décisive. Vous sentez déjà la pression qu'elles exercent, et pourtant, vos écrans et vos écrits sont pleins de sourires sur commande et de verres levés. Pourquoi toute cette joie ?

    Comment l'Ouest a-t-il pu décliner, de son pas triomphal à sa débilité présente ? A-t-il connu dans son évolution des points de non-retour qui lui furent fatals, a-t-il perdu son chemin ? Il ne semble pas que cela soit le cas. L'Ouest a continué à avancer d'un pas ferme en adéquation avec ses intentions proclamées pour la société, main dans la main avec un progrès technologique étourdissant. Et tout soudain il s'est trouvé dans son état présent de faiblesse. Cela signifie que l'erreur doit être à la racine, à la fondation de la pensée moderne. Je parle de la vision du monde qui a prévalu en Occident à l'époque moderne. Je parle de la vision du monde qui a prévalu en Occident, née à la Renaissance, et dont les développements politiques se sont manifestés à partir des Lumières. Elle est devenue la base da la doctrine sociale et politique et pourrait être appelée l'humanisme rationaliste, ou l'autonomie humaniste : l'autonomie proclamée et pratiquée de l'homme à l'encontre de toute force supérieure à lui. On peut parler aussi d'anthropocentrisme : l'homme est vu au centre de tout.

    Historiquement, il est probable que l'inflexion qui s'est produite à la Renaissance était inévitable. Le Moyen Age en était venu naturellement à l'épuisement, en raison d'une répression intolérable de la nature charnelle de l'homme en faveur de sa nature spirituelle. Mais en s'écartant de l'esprit, l'homme s'empara de tout ce qui est matériel, avec excès et sans mesure. La pensée humaniste, qui s'est proclamée notre guide, n'admettait pas l'existence d'un mal intrinsèque en l'homme, et ne voyait pas de tâche plus noble que d'atteindre le bonheur sur terre. Voilà qui engagea la civilisation occidentale moderne naissante sur la pente dangereuse de l'adoration de l'homme et de ses besoins matériels. Tout ce qui se trouvait au-delà du bien-être physique et de l'accumulation de biens matériels, tous les autres besoins humains, caractéristiques d'une nature subtile et élevée, furent rejetés hors du champ d'intérêt de l'Etat et du système social, comme si la vie n'avait pas un sens plus élevé. De la sorte, des failles furent laissées ouvertes pour que s'y engouffre le mal, et son haleine putride souffle librement aujourd'hui. Plus de liberté en soi ne résout pas le moins du monde l'intégralité des problèmes humains, et même en ajoute un certain nombre de nouveaux.

     

    L’Ouest, aussi matérialiste que l’Est

     

    Et pourtant, dans les jeunes démocraties, comme la démocratie américaine naissante, tous les droits de l'homme individuels reposaient sur la croyance que l'homme est une créature de Dieu. C'est-à-dire que la liberté était accordée à l'individu de manière conditionnelle, soumise constamment à sa responsabilité religieuse. Tel fut l'héritage du siècle passé.

    Toutes les limitations de cette sorte s'émoussèrent en Occident, une émancipation complète survint, malgré l'héritage moral de siècles chrétiens, avec leurs prodiges de miséricorde et de sacrifice. Les Etats devinrent sans cesses plus matérialistes. L'Occident a défendu avec succès, et même surabondamment, les droits de l'homme, mais l'homme a vu complètement s'étioler la conscience de sa responsabilité devant Dieu et la société. Durant ces dernières décennies, cet égoïsme juridique de la philosophie occidentale a été définitivement réalisé, et le monde se retrouve dans une cruelle crise spirituelle et dans une impasse politique. Et tous les succès techniques, y compris la conquête de l'espace, du Progrès tant célébré n'ont pas réussi à racheter la misère morale dans laquelle est tombé le XXe siècle, que personne n'aurait pu encore soupçonner au XIXe siècle.

    L'humanisme dans ses développements devenant toujours plus matérialiste, il permit avec une incroyable efficacité à ses concepts d'être utilisés d'abord par le socialisme, puis par le communisme, de telle sorte que Karl Marx pût dire, en 1844, que « le communisme est un humanisme naturalisé ».  Il s'est avéré que ce jugement était loin d'être faux. On voit les mêmes pierres aux fondations d'un humanisme altéré et de tout type de socialisme : un matérialisme sans frein, une libération à l'égard de la religion et de la responsabilité religieuse, une concentration des esprits sur les structures sociales avec une approche prétendument scientifique. Ce n'est pas un hasard si toutes les promesses rhétoriques du communisme sont centrées sur l'Homme, avec un grand H, et son bonheur terrestre. A première vue, il s'agit d'un rapprochement honteux : comment, il y aurait des points communs entre la pensée de l'Ouest et de l'Est aujourd'hui ? Là est la logique du développement matérialiste...

    Je ne pense pas au cas d'une catastrophe amenée par une guerre mondiale, et aux changements qui pourraient en résulter pour la société. Aussi longtemps que nous nous réveillerons chaque matin, sous un soleil paisible, notre vie sera inévitablement tissée de banalités quotidiennes. Mais il est une catastrophe qui pour beaucoup est déjà présente pour nous. Je veux parler du désastre d'une conscience humaniste parfaitement autonome et irréligieuse.

    Elle a fait de l'homme la mesure de toutes choses sur terre, l'homme imparfait, qui n'est jamais dénué d'orgueil, d'égoïsme, d'envie, de vanité, et tant d'autres défauts. Nous payons aujourd'hui les erreurs qui n'étaient pas apparues comme telles au début de notre voyage. Sur la route qui nous a amenés de la Renaissance à nos jours, notre expérience s'est enrichie, mais nous avons perdu l'idée d'une entité supérieure qui autrefois réfrénait nos passions et notre irresponsabilité.

    Nous avions placé trop d'espoirs dans les transformations politico-sociales, et il se révèle qu'on nous enlève ce que nous avons de plus précieux : notre vie intérieure. A l'Est, c'est la foire du Parti qui la foule aux pieds, à l'Ouest la foire du Commerce : ce qui est effrayant, ce n'est même pas le fait du monde éclaté, c'est que les principaux morceaux en soient atteints d'une maladie analogue. Si l'homme, comme le déclare l'humanisme, n'était né que pour le bonheur, il ne serait pas né non plus pour la mort. Mais corporellement voué à la mort, sa tâche sur cette terre n'en devient que plus spirituelle : non pas un gorgement de quotidienneté, non pas la recherche des meilleurs moyens d'acquisition, puis de joyeuse dépense des biens matériels, mais l'accomplissement d'un dur et permanent devoir, en sorte que tout le chemin de notre vie devienne l'expérience d'une élévation avant tout spirituelle : quitter cette vie en créatures plus hautes que nous n'y étions entrés.

     

    " Revoir à la hausse l’échelle de nos valeurs humaines "

     

    Il est impératif que nous revoyions à la hausse l'échelle de nos valeurs humaines. Sa pauvreté actuelle est effarante. Il n'est pas possible que l'aune qui sert à mesurer de l'efficacité d'un président se limite à la question de combien d'argent l'on peut gagner, ou de la pertinence de la construction d'un gazoduc. Ce n'est que par un mouvement volontaire de modération de nos passions, sereine etacceptée par nous, que l'humanité peut s'élever au-dessus du courant de matérialisme qui emprisonne le monde.

    Quand bien même nous serait épargné d'être détruits par la guerre,notre vie doit changer si elle ne veut pas périr par sa propre faute. Nous ne pouvons nous dispenser de rappeler ce qu'est fondamentalement la vie, la société. Est-ce vrai que l'homme est au-dessus de tout ? N'y a-t-il aucun esprit supérieur au-dessus de lui ?Les activités humaines et sociales peuvent-elles légitimement être réglées par la seule expansion matérielle ? A-t-on le droit de promouvoir cette expansion au détriment de l'intégrité de notre vie spirituelle ?

    Si le monde ne touche pas à sa fin, il a atteint une étape décisive dans son histoire, semblable en importance au tournant qui a conduit du Moyen-âge à la Renaissance. Cela va requérir de nous un embrasement spirituel. Il nous faudra nous hisser à une nouvelle hauteur de vue, à une nouvelle conception de la vie, où notre nature physique ne sera pas maudite, comme elle a pu l'être au Moyen-âge, mais, ce qui est bien plus important, où notre être spirituel ne sera pas non plus piétiné, comme il le fut à l'ère moderne. Notre ascension nous mène à une nouvelle étape anthropologique. Nous n'avons pas d'autre choix que de monter : toujours plus haut. >>

     



    Alexandre Soljénitsyne, Harvard, 8 juin 1978

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Le Don de Soi

     

     

    Bonjour Ombres et Poussières,

     

    S'il est relativement difficile,compte tenu du nombre de formes dans lesquelles s'expriment la pratique et la théorie des sciences de l'esprit notamment,comme d'en donner une définition limpide et globale, en ce que cela représente dans notre monde contemporain,il semble davantage aisé de le circonscrire avec certitude,surtout,en ce qu'elles ne sont pas !

    La pratique spirituelle,la quête d'un savoir Ancien,de connaissances subtiles...ne sont nullement l'apologie d'une quelconque pratique devant mener vers une non-moins certaine violence,le déni ou la haine...de soi ou d'autrui,bien du contraire,il faut bien en prendre conscience.

    Il y a approximativement un demi siècle maintenant,la jeunesse Occidentale manifestait une certaine opposition envers cette société qualifiée d'ultra-matérialiste,inhumaine et consommatrice à excès..que parents et grands parents avaient pourtant et peut être souhaité s'offrir et offrir suite aux privations des guerres passées...

    ''Faites l'amour et pas la guerre''fut donc le slogan scandé et inscrit un peu partout sur les murs d'époque.

    Mais,et comme nombre d'autres idéaux,limites et dérives étaient déjà en son sein.

    Effectivement,on peut bien considérer ce phénomène d'aboutir à une société sans interdits,douleur privation et souffrance tel un mythe.

    Très,voir trop vite caricaturé et outrageusement,par Votre serviteur,certes,mais l'antinomie qui se place entre ces notions opposées de l'amour et la guerre semble importante assez ,que pour qu'on s'y attarde un chouïa.

    L'opposition des notions telles qu' ''amour'' et ''guerre'' est donc placée,malgré le fait que l'on pourrait signifier faire la guerre pour aboutir à l'amour,ou de faire la guerre contre qui,ou l'amour de qui ou quoi ?

    La citation d'époque schématisait aisément la balance de l'action pour souffrir,en opposition de celle pour se faire plaisir......tout comme l'affirment les maîtres du Kendo avec ce Sabre qui donne la mort ou laisse la vie.

    Car ce sujet est récurent dans ces dites philosophies et structures posées sur la connaissance intime avec le Soi....et donc du bien ou mieux vivre pour mieux mourir.

    Cette dualité ne cesse de poser questions vers Chacune et Chacun,dans des modalités variées affirmant également le fait que tout itinérant est donc sujet à l'ambivalence des sentiments.

    Peut être que l'adepte qui s'immerge corps et âme,va au fil du temps défilant acquérir une certaine capacité pour intégrer sa réalité humaine,parfois amère,parfois aimante...

    alors que d'autres s'en détourneront parce que trop confuse dans son approche traditionnelle... ,je ne sais.

    Mais,je pense,qu 'un chercheur assidu et ouvert sur les choses de l'esprit,optera a se créer en cette finallité une expression spirituelle personnelle,d'où seront exclus toutes dérives néfastes.

    Un certain havre de paix,devrait dès lors se créer,en lequel la pulsion serait bannie,et qui ne s'oxygènerait que dans l'acceptation d'autrui,,dans le droit des opinions et idées à exister.

    Car et en outre,une personne qui détient une expérience et la certitude que son itinéraire l'a rendu plus libre et riche,ne peut que s'entourer d'élèves à qui Elle va dès lors donner avec parcimonie son savoir...pour peu,qu'Elle le souhaite.

    Les vertus du Don,que sont la générosité,la miséricorde,la compassion,l'amitié,la charité,l'amour..et qui vont elles de même dans cette direction chère à cette notion d'altruisme affichent une certaine difficulté,et plus encore que d'autres,davantage basiques et que demeurent l'humilité,la politesse,la fidélité,le courage....

    Un Haut Samouraï du nom de Yagyu Munenori disait déjà il y a longtemps,que l'Art de la guerre ne consistait nullement a tuer et d'occire l'adversaire,que d'exterminer le mal généré.

    Il y a une grande réflexion a avoir sur cette citation ,je pense,et dans cette mesure en laquelle ces guerriers réputés en prisaient les qualités,qu'ils considéraient comme une marque de la noblesse du cœur.

    La générosité n'est qu'une vertu que parce qu’elle est désintéressée sur le fond,et qu'elle vise a offrir aux autres ce qui leur manque....allant ainsi jusqu'au Don de Soi,de son temps,de ses connaissances,...

    Ainsi,retenir un savoir....est preuve d'emprisonnement du Soi-même via une jalousie,une envie,..et ce constat de ne point être ce ''Maître''affiché.

    Pensant à ce titre que les révélations vont de ce fait,amoindrir les richesses et entraîner sur une déstabilisation à des statuts de pouvoir,ce genre d'individus qui conservent jalousement leurs savoirs font totalement fausse route.

    Certes,il ne s'agit pas,bien effectivement,de montrer au jeune novice tout ce que l'on sait pour afficher et exhiber l'étendue d'un savoir,mais de faire la juste initiation en donnant les moyens pour une progression de valeur.

    Ainsi,et pour résumer le dessus,....à défaut d'amour,il en faut de la générosité et du respect...Donner lorsqu’on aime est de trop facile quelque part,non ?

    La générosité est donc ainsi un acte de partage,qui s'oppose à l'indifférence ,au mépris,à l’égoïsme,...

    Mourir avec des ''secrets'',à quoi cela aura-t-il servi d'en avoir eu.. ?.

    Cette générosité est ainsi donc la disposition du cœur à donner de ses connaissances,à s'ouvrir aux autres et de lutter contre l'indifférence...comme de cette compassion est ce regard porté à l'horizontal sur l'autre et à qui l'on offre du temps et de la patience.

    Bien certainement,et pour conclure,..pour ces personnes qui n'auraient malheureusement que faire de Vos bonnes dispositions,,et qui Vous mettraient en dures épreuves,...tout pourrait se recadrer au plus vite dans ces rancœurs et disharmonies...comme de s'engager éventuellement sur le chemin du pardon.

    Pardon est autre synonyme pour la miséricorde,et est ce renom en toute vengeance....bien que restant différent de l'oubli,malgré tout.

    Notre chemin emprunté est donc un chemin de Vie,de lutte sur le Soi sans haine,...

    Qui est ainsi ce premier ennemi.. ,cet autre ou Vous même,et qui met Votre vie ainsi en juste équilibre sur les lois de l'Univers... ?

    Tout est en ainsi donc place depuis longtemps,pour ne pas s'échapper de l'authenticité au Soi,et,de la liberté,du bien être,de la noblesse et la sérénité...

    Ne nous trompons pas de chemin,...et suivons le Vent.

    Tiens,justement,..Il se lève..

     

    Merci.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Le Vent souffle doucement les Amis,....

     

    Du Duo du Tao

    Sous le ciel Tous peuvent voir la beauté

    en tant que beauté,

    uniquement parce qu'il y a la laideur.

    Tous peuvent connaître le

    bien en tant que bien,parce qu'il y a le mal

    L'être et le non-être s'engagent l'un et l'autre.

    Le difficile voit le jour dans le facile.

    Le long se définit par le court,

    le haut par le bas.

    L'avant et l'après sont main dans la main.

    Donc le Sage vit ouvertement

    avec cette apparente dualité et cette paradoxale Unité.

    Le Sage peut agir sans effort

    et enseigner sans dire un mot.

    Prenant soin des choses sans les posséder,

    il travaille,mais non pour les récompenses ;

    il accepte la compétition,mais non les résultats.

    Quand le travail est terminé,il est aussitôt oublié.

    C'est pourquoi il dure toujours.

     

    Lorsqu'on en prête attention a un phénomène ,une œuvre d'Art,une personne,un paysage...nous en sommes le plus souvent confrontés et face à ce concept de beauté,enraciné,lui, dans un système de croyances posés sur cette notion facile de dualité et de ses jugements en valeur.

    La dualité est ainsi la contradiction de l'unité,mais également sa conséquence comme le mentionne si parfaitement Baudelaire dans ses Curiosités esthétiques 1868,de'' l'idéal et du modèle''.

    Cette manière de percevoir les choses, est donc,de largement répandue dans notre culture Occidentale,stigmatisant le fait d'un lieu commun en valeur dans nos sociétés.

    Aussi, et tel le cite Gao Xingjian dans ''la montagne de l'âme'',la nature est étrange de savoir et à la fois générer beauté et laideur,comme de nous permettre aimablement de nous ouvrir un chouïa sur le dit sujet.

    Car,il se faut savoir,qu'il y a un bonheur dans cette compréhension et mise en pratique de l'Unité.

    Certes,et pour en revenir sur ''la beauté'',force est de savoir reconnaître son existence en justifiant son antithèse par ''la laideur''.

    Cette dépendance envers tous ces concepts et leurs contraires entraîne ainsi un système de croyance aussi large que les rapprochements de la vie et la mort,les hauteurs,le jour et la nuit,le masculin et le féminin,....

    Mais plongeons en davantage dans ce sujet et tâchons ainsi d'imaginer voir ou apercevoir tout cela comme une part de la perfection de l'Unité.

    Il en suffirait,en fait, d'ouvertement et simplement respirer cette apparente dualité et Unité paradoxale.

    Car,c'est bien de cela qu'il s'agit,de déceler la parfaite Unité coexistant côte à côte avec cette dualité ostensible,en laquelle les jugements et aperçus émergent de l'esprit humain.

    Il est clair que nulle fleur de cerisier n'en souhaite que sa voisine en demeure plus belle ou laide qu'elle,ou,que la souris et l'éléphant ne connaissent rien des opposés que nous définissons petits d'Hommes comme la vie et la mort ,les exemples restant légion,voir plus....

    Pour en revenir vers ce concept facile,de ''beauté-laideur'',il faut bien prendre cette conscience qu'il n'est connu que de notre espèce....tout le reste,se contentant d'être,en harmonie avec la source originelle ,sans poser quelconque étiquette ou autre jugement.

    Il en est important,ose humblement penser Votre serviteur,de s'inviter et s'asseoir à la table du Grand Savoir,avec notre sagesse de l'instant,combinée à ce que nous percevons comme des contraires, et d'y goûter la vie unifiée,dès lors.....laissant de cette manière, s'accepter la dualité,en voyant l'unité,ultime réalité.

    Réciter Baudelaire est si facile et pourtant...'' Qu'est ce que la chute?Si c'est l'unité devenue réalité,c'est Dieu qui a chuté.En d'autres termes,la création,ne serait elle pas la chute de Dieu ?

    Car Vie et Mort sont tant semblables,telle que la Vertu et le Péché,qui en demeurent des jugements ayant besoin de l'un et l'autre pour justifier leur valeur intrinsèque.

    Lorsque les dichotomies sont transcendées,ou,tout au moins perçues à la juste manière,elles sont pareilles aux vagues léchant le sable.

    Notre corps détient en lui,les limites dans cette reconnaissance des frontières physiques tout au moins,d'un commencement et d'une finalité.

    Or,il il en renferme également en Lui, quelque chose de subtil qui n'a pas de substance et reste bien malgré tout infini.

    Quelle est donc la formule qui pourrait s'avérer magique, direz Vous,sinon celle d'accepter avoir à l'esprit la contradiction qui intègre ce Un et non,ne l'annule.

    Le libre arbitre restera donc cette croyance qui se doit pleinement Vous habiter...comme d'aussi intégrer cet abandon à l'énergie intime,résidant en Votre for intérieur.

    Pour résumer donc ce verset,il s'en faut accepter la dualité du monde matériel,...tout en restant de manière constante en contact avec l'Unité de l'essence qui fait le grand Tout de nos origines.

    Retournons un tantinet sur le verset précédent,et reprenons cette conscience du besoin a tout vouloir absolument compartimenter comme étant mauvais ou bon,faux ou authentique,laid ou de pure beauté,blanc ou noir,...et qui ne sont en fait que des standards du monde que l'Homme a créé....et d'observer ainsi que cette dite dualité qui n'est qu'un jeu de l'esprit,sans plus.

    Il est relativement simple d'observer également ce dévoilement de notre essence originelle en toutes les choses et même Soi-même.

    Le soucis de paraître au mieux,de faire au mieux,...se doit de quitter ce corps Vous et d'évoluer dès lors librement,sereinement et sans quelconques préjugés qui soient.

    A notre départ,nous en retournerons à cette place dans le pur Grand mystère propre à l'Unité...simplement.

    Tel que l'effort n'est qu'une petite partie du tout...la logique maintenant en souhaiterait également que le non-effort en soit l'autre.

    La fusion amène ainsi l'action,qui ne se soucie pas du résultat de cette alchimie,tout comme la danse peut aisément amener à la juste compréhension,mais pas que...deux corps n'en fassent plus qu'Un,puis Rien ou Tout !

    J’amènerais cette conclusion,de tâcher comprendre éventuellement que l'on puisse agir sans en porter de jugements,de sous entendus...sans attendre des résultats ou autre finalité.

    En outre et de manière paradoxale,éliminer les inverses permet de les unifier.,de sorte à ''être tout simplement''.

    Aussi,rentrez en Vous,et acceptez en le fait d'être Un avec ce qui est,sans étouffer le cela en empruntant le chemin du monde que l'homme a créé,le monde extérieur qui Vous demande au quotidien à Vous expliquer et justifier .

     

    Le Vent souffle sur Lui-même...normal ,il est Un aussi et Vous donc..ha ha 

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Les mots c'est souffle aux Vents

     

     

    Le Vent murmure,les Amis..

     

    Le Tao qu'on peut raconter n'est pas le Tao éternel.

    Le nom que l'on peut nommer n'est pas le nom éternel.

    Le Tao est à la fois nommé et innommé.

    En tant qu'il est innommé,il est l'origine de toutes choses ;

    en tant qu'il est nommé,il est la Mère de 10000 choses.

    Celui qui est toujours sans désir peut voir le mystère ;

    celui qui toujours désire ne voit que les manifestations.

    Et le mystère est lui-même la porte de toute compréhension (Verset 1 Tao Te King).

     

    La source d'où nous sommes Toutes et Tous issus,demeure à la fois nommée et innommée,dans cette mesure chère à Donald Alarie qui ose citer le ceci,que ''pour nommer les choses,il faut les avoir baptisées un jour !!".

    Bien malgré tout et dans cette course a tenter poser nuées d'étiquettes sur chacune des choses au quotidien, et dans cette approche propre à cette culture nôtre,nous en détenons un paradoxe spirituel,face à cette citation Lao Tseu sienne,que l'on sache en prendre bien conscience.

    La difficulté majeure qu'un étudiant Occidental puisse ainsi donc rencontrer quand à son homologue d'Orient,relève de fondamentale,quoique néanmoins inscrite dans des concepts aussi anciens,que ceux du Yin et du Yang notamment....et tout ce qui semble d'une manière ou l'autre,s'ouvrir sur une Unité d'approche et non d'une dualité affichée.

    Bien effectivement,les ''ceci''ou ''cela'' en sont des notions essentiellement inhérentes à nos contrées,et depuis très très longtemps.

    Osons également ainsi avouer,que nous en avons généralement tendance a évaluer les contraires,tels des phénomènes incompatibles et qui se chevauchent les uns,les autres(le bien ET le mal,le jour ET la nuit,le haut ET le bas,l'ordre ET le chaos...)

    Notre source et donc essence originelle,...est telle une cathédrale inconnaissable et invisible....dont le tout et le rien sont issus,simultanément et invisible pour les yeux en tant qu'essence ciel si cher à cet Antoine de St Saint-Exupéry .

    Mais l'Homme en demeure ainsi fait dirait on,d'absolument vouloir cerner les phénomènes au possible,en utilisant des termes comme notions émergentes ou ada(o)ptées au monde traversé ici et maintenant..

    Analysons ainsi donc, cette citation placée ci dessus par le Haut sage,contemporain à Confucius et considéré tel père du Taoïsme,pour s'engager plus loin dans cette orientation a éviter toute recherche,afin d' apercevoir ce dit ''Mystère'' !

    Marc Aurèle aurait posé cette citation que la force en soit donnée a supporter ce qui ne peut être changé,et ce courage de changer ce qui peut l'être, mais également la sagesse de distinguer l'un de l'autre.

    En lâchant prise et laissant le Haut s'occuper du reste,on en vient a prendre conscience que le désir et le non-désir quoique semblant être des choses bien différentes dans une approche cartésienne,...demeurent en fait,assez semblables en elles,telles les frontières d'un Unis Vers en lequel les éléments sont et resteront éternellement inséparables.

    Cette notion de ''désir'' en vient a signifier une création de conditions qui nous permettraient,par la suite d'être au mieux réceptifs envers ce qui va s'offrir à Nous.

    Ainsi donc et pour faire dans la clarté,je dirais que cette volonté a tenter percevoir ou connaître le mystère risque effectivement de Vous placer en position tel spectateur ou acteur, face à divers dons ou autres manifestations comme autant de preuves,....mais nullement sous forme de mystère ultime et sublime, comme nombre peuvent l'imaginer ou l'espérer parfois.

    Que l'on sache bien que rien ne se perd via cette manière de fonctionner,malgré tout...car cette perspective est un terreau idéal pour un épanouissement à venir dans une juste pratique.

    Le ''souhait'' est donc une de ces multiples clés pour ouvrir la porte des perceptions...et son inverse,celle pour en voir le mystère Lui-même.

    Ce schéma peut sembler paradoxal,j'en demeure bien conscient...et de prendre cet exemple du boulanger qui désire faire lever et donner une belle apparence cuivrée à son pain.

    Ne pourrait on dire,en l’occurrence,qu'il permet via son engagement quand à cela,à la pâte de lever.....bien plus simplement ?

    Les désirs sont le lot de Chacune et Chacun ici,et au quotidien,certes...car la Vie les impliquent en Elle,comme une sorte de connivence quelque peu malsaine.

    Vouloir aimer n'est pas aimer,comme souhaiter boire...n'est pas boire,...la liste étant très trop longue.

    Dans le cadre de cette approche,le fait d'être sans atteinte signifie de simplement se remettre à la confiance,à la permission,à l'autorisation....

    Oui,mais de qui ou quoi ?

    Retournez en,si Vous le voulez bien, un chouïa vers l'arrière dans le temps et remémorez Vous,par exemple,cet espoir et apprentissage à la conduite d'un véhicule..comme d'avancer dans le temps maintenant et de voir cette action de permettre,ou cette sensation de facilité actuelle quand à ce faire.

    Tous ces objets,toutes ces choses,...classifiées,cataloguées,nommées,....ne le sont que dans cette mesure d'amener une aide à la communication et la compréhension.....nous sommes bien d'accord là dessus.

    Mais poussons davantage notre exploration sur cet écrit d'un des Trois purs,comme parfois nommé Lui aussi lol...et de partir vers cette micro révélation,qu'en dépit de toute cette expertise et savoir diffus...nous en demeurons encore bien incapables de créer un cerveau,voir même une simple feuille d'arbre....

    Car et effectivement,comme de mentionné...tout cela émerge de la Grande source....que certains nomment Allah,Dieu,Bouddha,Ki,Tao,Manitou,Râ....

    L’Homme,comme l'animal ou la plante,....ne se limite pas a être un agglomérat de peau,de fluides ou d'os...mais reste aussi animé de cette invisible essence qui en donne la parole et le goût,qui fait que l'on percoive les sons,qui en permet la vision et les sentiments, ..du Grand Mystère et de ses manifestations.

    Il se faut d'accepter ce qui ne se touche pas,ne se voit pas..mais s'effleure juste du bout des doigts,parfois.

    Que faire d'autre donc, que d'accepter se cultiver dans ce Grand mystère et de Lui permettre de s'écouler en Vous ?

    Le mystère serait donc cette porte à la grande compréhension,et qui devrait se respirer de façon personnelle sans chercher a se comprendre,oserais je dire.

    Quoique Vous puissiez faire,l'ordre nacré finira par s'imposer..aussi il en suffit d'accepter la donne a ne pas chercher cerner absolument le pourquoi et comment de cette œuvre en route.

    Le monde est a appréhender dans sa formule simpliste et a prendre comme il est,et non celle comme l'on souhaiterais qu'il soit.

    Aussi et dans cette grande fascination à la juste quête et ces doutes qui alimentent nos vies,il est de justice a bien s'ouvrir vers Lui !

    Toutes ces étiquettes apposées,pour tenter définir les gens,les objets,les peuples et races,les cultures et religions...ne sont là que pour créer la distinction entre le Vous et l'Autre.

    Mais de revenir un chouïa et se poser cette légitime question du savoir que rien,ne peut Nous définir totalement et définitivement....car rien non plus, sur cette planète,ne se résume au nom porté.

    Il s'en faut et pour amener une conclusion sur de nombreuses autres,que nous devons nous immerger dans la magnificence de ce qui peut se sentir,se voir,s'entendre...plutôt que de s'égarer a tenter mémoriser,enregistrer ou classer les choses.

    L'authentique ouverture d'esprit,va dans le sens d'accepter et permettre une main tendue au mystère en Nous,que l'on se peut observer ou ressentir sans porter jugement....

    Partir en voyage ou croisade,vers la rencontre avec le Soi,sans apposer logo ou étiquette,..est cette petite piste a identifier dès le départ...et d'éventuellement préparer pour faire cette expérience de respirer le mystère.

    Le Vent souffle les mots...sur les Sables de la Vie...

    Merci.

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • D'un passage à l'autre

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Bonjour Ombres et Poussières,...

     

    ''Zanshin'' demeure un état d'esprit bien particulier,qu'on le sache,..et dans cette mesure en laquelle cette notion se retrouve très très souvent dans la pratique de l'escrime Japonaise,le Kendo (La Voie du Sabre) ou le Kenjutsu (la technique du Sabre),mais pas uniquement.

    On peut ainsi et pour faire relativement court et tant cette notion est complexe a cerner,comparer Zanshin tel un miroir,sur lequel aucune poussière ne puisse s'attacher,mais qui demeure,lui,bien en place et fonction.

    Aussi,un grand soin est prit quand à ce que Chacun d'entre nous devrait en faire pour un mieux dans sa vie,ainsi qu'une attention toute particulière sur ce qui pourrait survenir comme événement,par la suite.

    En effet,et pour résumer cet aspect spécifique de faire les choses,..il y a une manière de marcher,de tailler une pierre,de manger,de discuter,de conduire une voiture,....et même de rester sur place...lorsque l'on demeure oxygéné par cet état.

    Chaque action ou non-action se fait donc en totale immersion et se suspend ,de par ce fait,dans le temps,ne fut ce qu'une micro fraction de seconde.

    Ne claquant nullement les portes ou ne discutant à tort et travers,...pour ne citer que ces deux simples exemples sur de millions d'autres,l'adepte sur la Voie de la perfection jamais atteinte...en a donc prit bien conscience de cela et en fonctionne de la sorte,de gérer au mieux possible et avec la plus grande attention....jusqu'à un paroxysme,parfois.

    C'est le pourquoi,et au sein des Dojo traditionnels,les Sensei insistent fortement sur le comment faire ,ne fut ce que pour saluer ou juste se déplacer...bien simplement.

    Car,tout dans ce schéma de travail,et qui nous préoccupe beaucoup ici,est affaire non seulement de concentration énergétique,mais également de respect,de tradition,de transfert de vérité,savoirs et connaissances...

    Ce genre de formule se retrouve néanmoins dans non seulement nombre d'Arts éducatifs,mais également dans certaines structures traditionnelles de connaissances.

    Il en relativement délicat d'être en parfaite immersion dans ce que l'on fait et au quotidien des phénomènes(métro,boulot,..) mais encore davantage dans les actions que l'on peut-être appelé a mener instantanément.

    Car,cette notion de Zanshin et qui est issue de l'Art suprême du combat en signifie dans un sous entendu bien particulier à ce peuple d'en prêter attention également à un,voire plusieurs protagonistes.

    Appliquer ce phénomène à tous les actes de la Vie relève ainsi de ce qu'il faut entreprendre,en matière de recherche.

    De cela ressortira une beauté naturelle du corps et de la pensée,qui sera le reflet,résultat probant  de l'engagement sincère ou non dans ce type d'entraînement sur le Soi.

    Tout travail qualifié de manuel,et qu'il en s'agisse de prendre les poussières,laver la vaisselle,..ou d'artisanat,d'agriculture,de mécanique ou menuiseries,..pour ne citer que ceux là,ne conditionnent et n'interfèrent pas uniquement sur le corps (et parfois en ses extrêmes de maladies dites ''professionnelles''),mais aussi sur les capacités cérébrales.

    Via la pratique,une gestuelle en devient aisée et sous contrôle mental...comme de ce corps qui en retrouve la beauté naturelle.

    L'action simple,sans interférence et donc naturelle est ainsi inconsciente et ultime dans sa beauté.

    Le cerveau est ainsi en relation avec les doigts...et nos Anciens en avaient déjà bien conscience de savoir penser avec les mains.(Anaxagore de Clazomène:l'Homme pense car il possède une main).

    La main est ainsi donc un organe prodigieux qui non seulement pourrait tenir la Pierre brute pour la modeler en ce Vous profond,mais aussi un outil dont la plupart du temps on ne prend même plus conscience.

    Il est certain,que sans nos mains,rien ne serait possible en termes d'attouchement,sensibilité,...car demeurent nos antennes de perceptions comme des éléments de connections entre le visible être et l'invisible non-être.

    Ce stade d'évolution d'un pratiquant qui définit son Zanshin,reste une étape bien particulière de l'Art Japonais de décocher la flèche (le huitième,exactement) et démontre l'état de cet archer en action-inaction après et au delà son tir.Effectivement,on peut bien donc comprendre une certaine persistance de l'esprit,et son approche a demeurer concentré...au cas où la cible en aurait été manquée.

    Bref ,j'aurais tendance à nommer cette attitude comme fondamentale,pour Celles et Ceux qui me lisent,et la schématiser par cette belle image de Minoru Kiyota de ne jamais quitter le navire,trop vite(ou du moins, avant d'être certain dans cette conviction ultime à le faire).

    Une citation dit que ce n'est nullement la fonction exercée qui honore ou dégrade l'Homme,mais la façon dont il remplit celle ci....

    Là,dans le ceci,se trouve une des clés essentielles pour Celle ou Celui qui se cherche,selon mon humble,avis..

    Le Vent se lève....caressez le au mieux....ha ha .

    Merci

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  •  

    Subtile interférence....

     

    Bonjour Ombres et Poussières...

     

    Il est triste d'actualité,mais relativement nécessaire de bien cerner plusieurs phénomènes dits de plus subtils,dans cette recherche sur laquelle nous chevauchons ensemble depuis quelques temps maintenant,....C'est non seulement d'importance en ces temps derniers,Vous le constaterez aisément,mais qui et aussi se devrait être un réveil plus que strident pour Certain(e)s...d'entre nous !!

    La philosophie prônée comme concernée dans ce blog,s'est constituée sur un humus émergeant de modèles de combat,voire de guerre,mais qui dès lors ,s'oriente sur une actualisation nécessaire du fait d'un écartement quand aux affrontement qualifiés de ''purement physique''....et du coup qui fait plus mal que l'autre.Le débat est dès lors différé,ce n'est pas un secret...Nous somme soi-disant évolués,non ?

    Car et même,si une stratégie ou autre pratique individuelle d'engagement,peut s'avérer utile en rue obscure...,ce n'est pas via ce chemin aléatoire,qu 'elle se définit au mieux,ici,dans cette approche voulue.

    Un versant idéologique,peut et effectivement se poser avec un autre,davantage pratique,quoique pas uniquement,nous en sommes bien conscient.

    Effectivement et pour recadrer plus précisément le sujet,j'en viendrais a faire la référence vers tous ces éléments les utiles se trouvant bien autour de Vous,qui êtes dotés de la plus grande observation maintenant envers Dame Gaia et ses composantes.

    L'attention et autres focalisations,portées sur le rythme ou la cadence,sur l'anticipation,ou cette lecture mentale,sur la distance ou l'adaptation..sont des notions de bien plus subtiles et importantes que les rapports de force ou de vitesse pure,de techniques...

    Les progressions,et selon les paliers atteints par Chacune et Chacun cheminant au mieux de ses possibilités ici bas,impliquent donc un déplacement de cette attention portée aux divers éléments inhérents et constitutifs de l'efficacité....de beaucoup plus discrets ou avérés.

    Aussi ce déplacement amène un changement en terme comportemental de cet élève en recherche,vis à vis non seulement de Lui-même,mais également des autres ou... de la situation en cours.

    Cette introspection dans son élaboration au discernement le plus juste qui soit, devient ainsi donc un acte de mise en cause quand à sa façon de vivre .

    Prenez bien conscience de ce fait,également, que si Vous n'êtes nullement plein dans le présent,des failles s'ouvriront et dans le meilleur des cas,....impliqueront la découverte d'une certaine insuffisance quelque part....mais c'est le meilleur des cas !

    Deviner l'autre sans se dévoiler soi-même,est tout un Art en soi.

    La recommandation va donc dans ce sens de tenter acquérir ces formes de perceptions et acuités,en intégrant l'introspection dans la recherche entamée,peu importe quelle que ce soit.

    Ce que je tente d'humblement possible signifier ici,passe par le développement d'une certaine sensibilité captant la volonté de l'autre,telle ce ressentit au niveau du toucher,par exemple...pour en projeter une énergie interférente ou conciliante....

    L'outil idéal,pour ce schéma est la nécessité,nous l'avons déjà vu lors des chroniques précédentes,d'avoir un esprit pur et tel un miroir renvoyant un reflet....allégorie fréquente de la philosophie zen.

    L'espace-temps,qui est une notion également très subtile est ainsi donc remplit par l'interférence qui se constitue au travers du mot,du geste,de l'idée ou du concept,...face à un interlocuteur x ,qui aux temps passés mais non totalement dépassés,pouvait être un redoutable adversaire,convenons en,...le débat est identique,juste déplacé dans les époques.

    Pour autrement dire,et faire clair sur le ci dessus...dans cet espace-temps,hormis cette interférence,il n'y a rien...ou si,oui,...il y a ''le vide''.

    Mais analysons ceci,ce fameux ''vide''dont nombre d'entre nous semblent si bien cerner....cerner le vide,quel paradoxe,non ... ?

    L'espace donne le sens au vide,cet ''endroit''où il n'y a rien,où,nulle connaissance n'est...

    Aussi et pour demeurer dans un certain pragmatisme,si cela reste possible quand à un tel sujet,....la connaissance de ce qui n'existe pas ne peut se faire que via ce que l'on peut connaître...

    L'espace-vide est donc là où les vents de l'incertitude ont fini de souffler...et donc de concevoir cela comme une Voie royale et cette dernière comme lui.

    Mais développons un chouïa et partons dans cette direction du Grand Tout et donc de cette notion de bien qui existe et de mal qui n'y est point.

    Dans une interférence entre deux êtres,coule une énergie dynamique de laquelle se déterminera l' issue d'une victoire ou défaite.

    Donc et pour résumer aussi,les protagonistes demeurent invités a acquérir une perspicacité à la perception aiguë de ce qui va se dérouler avant tout déclenchement.

    C'est un des fondements essentiels car il nous situe parfois dans cet espace étroit entre la vie et la mort,dans l'ultime des cas .

    A son paroxysme,j'oserais dire que nulle erreur ne peut ainsi se concevoir dans le phénomène cité,et dans cette mesure d'analyser les choses sur cette notion constructive d'un combat verbal ou gestuel dont le noyau central pour se faire en serait l'image d'un sabre des plus tranchant.

    L'objectif de ce dernier n'est certes plus primaire,...mais d'aller dans cette direction de se voir remplacer tel moyen pour parvenir à un autre pallier de notre progression intime.

    Imaginez ne fut ce qu'un léger instant et un tantinet,un de ces moment en lequel,Vous êtes avec la certitude de vaincre ou de passer une conférence de manière stratégique...et de se poser cette légitime question,si cela vaut encore la peine de porter le coup décisif,sachant que Vous avez déjà gagné ?

    Ainsi donc,dans ce genre de procédé,on en devient acteur dans un film sur le renversement d'un objectif et d'un moyen,comme également un observateur avancé dans nos considérations sur ce que peut être l'adversité.

    L'interlocuteur,ou le combattant armé n'en devient plus un adversaire...ou,tout du moins,de beaucoup moins important que le soi-même,et pas dans la conception banalisée du phénomène.

    Cette personne qui fait face,n'est plus qu'un simple intermédiaire ou pire quoique sans être trop péjoratif,un outil pour tailler cette pierre brute nommée Soi,adversaire principal depuis le début.

    Il y a donc une culture a créer a travers le combat...un développement d'une civilisation qui se construit derrière un geste qualifié de primitif.

    Je me permettrais de conclure ici,osant affirmer que c'est en considérant ce point de vue en rapport face à l'adversité que nous pouvons au mieux saisir une spécificité quand à la riposte la mieux adaptée...à notre époque et face à ce que nous observons au quotidien.

    Merci et très bonne journée...le Vent se lève...,les Djinns se réveillent...ha ha

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Une manière de Vivre.

     

    Bonjour Ombres et Poussières,

     

    Dans cette recherche en perfection des adeptes que nous resterons Toutes et Tous,il y a eu de juste évidence,une progression qui a certes gagné en importance et au fil du temps défilant.

    Elle s'est ainsi structurée selon une double polarité qui est à la fois d'ordre social mais également individuel;ce dernier passant par une non-moins connaissance d'un symbolisme comme d'un panel davantage technique.

    C'est donc ceux ci que je vais essayer de survoler un chouïa et via cette chronique en ce jour.

    En effet,le schéma idéal serait donc celui qui souhaiterait que la conception ''symbolique -technique'',en vienne a se confondre avec la manière globale quand à l'existence d'un individu durant sa quête et en ce qui s’inscrit pour Lui,dans la continuité de sa vie de tous les jours.

    A ce niveau,la juste pratique s'allie avec la manière de vivre,donc !

    Au fil de nos différents vécus,il se faut et malgré tout humblement pouvoir oser avouer,arriver parfois à ce que l'on ressente une insuffisance dans nos connaissances ou autres potentiels....et donc,de ce fait,a mieux cerner nos lacunes,pour finalement voir a tenter combler ces vacuités dites perceptives.

    Ces vacuités quand à nos propres existences,permettent ainsi une avancée vers une meilleure manière de fonctionner.

    Ainsi donc,et pour pouvoir remplir ces ''vides'',certains adeptes ou autres structures,ont cherchés des formules,...et quoique nulle d'entre d'elles ne puisse se targuer d'un quelconque monopole de vérité,il faut reconnaître malgré tout,que des concepts intéressants ont émergés.

    En effet,pour s'approfondir dans leur progression respective,certains se sont engagés dans des formes religieuses voir le zen,...d'autres dans le sport,parfois même extrême,...d'autres encore se sont immergés dans l'Art,...

    L'idée de se perfectionner est très ancienne,et notamment dans la culture Orientale comme dans les éléments qui la composent.

    L'idée de base,mais pas que,est fondée sur cette faculté qui en désire une fusion,avec les principes d'ordre Unis vers Elle,...et donc en attitude d ouverture totale,conçue comme une escalade progressive de la petitesse du Soi vers un Idéal ou le Haut,peu importe le nom donné ici.

    Le parfait sous-entend que Chacun(e) possède en lui cette faculté de se mettre en résonance et concordance avec le principe de Vie,qui anime cet Univers.

    Pour y parvenir,les apprentis maçons,les Deshis du Budo,les jeunes bâtisseurs,...disposent des enseignements transmis par leurs maîtres respectifs,selon la structure du geste.

    La taille de la Pierre,le rituel de Loge,le geste qui prend ou cède la vie,...offre dès son départ,un caractère à la fois collectif et individuel.

    Car et certes,se projeter entièrement dans un outil,ou dans un déplacement précis,voir même dans un Sabre qui tranche..l'objet comme l’Ego,...trouve une résonance quelque part,dans un imaginaire un partenaire,voir la matière...

    Toutes ces actions entreprises,représentent un outil de privilège pour se connaître soi-même,et,par un processus d'identification en donne un sens aux saveurs personnelles.

    Dans un temps premier,il en s'agit essentiellement d'une simple instruction,oxygénée de certaines directives,et qui constitue une sorte d'alphabet,que le néophyte ne connaissait nullement encore.

    Par la suite,l'élève clairvoyant,en remplira sa vie via cette nouvelle essence et lui imprimera une profondeur,une intensité...une amplitude de son état psychique et vécue au moment même.

    De nos jours,il en s'agit de bien trop souvent et malheureusement d'une routine gestuelle....mais de combien ai-je insisté lors en la chronique précédente,pour ainsi signifier,que le geste désigne la manière de vivre !!

    Pour se guider,et de souvent,un adepte dépend d'un dit guide,...dont il crée une image idéale et haute,qui le placerait dans la perspective de la Voie.

    Mais,pour ma part,ai cette tendance très souvent revendiquée,voulant que tout réside en Nous et dans cet Unis vers dans lequel nous vivons et mourons.

    Le geste parfait du Budoka,l'acte ou la juste parole du Frère,...demeure une manière pour approcher de ce principe.

    Ainsi donc,il se faut se forger et tenter se perfectionner au quotidien...et observer le cheminement dans la bonne direction ou non,une réalisation véritable....car Chacun de nous,représente cet Univers dont il est partie intégrante.

    Je conclurais ceci en précisant de bien cerner un point,encore.

    Les confréries de Bâtisseurs,les FM,le R+C,les Templiers,les Hautes écoles de savoirs et connaissances,le Budo Japonais,...se sont constituées,à partir de modèles destinés aux engagements réels,face à la matière ou à l'Homme...mais se sont écartés au fil du temps de la nécessité primaire du pourquoi Ils ont été crées....nous en sommes convaincus.

    Il y a un versant idéologique issu d'un versant pratique,...qui s'est affiné et attaché à des domaines de beaucoup plus subtils.

    Il faut ainsi et impérativement déplacer progressivement une attention vers des éléments moins visibles.

    Une introspection est donc de mise,qui passe d'une élaboration symbolique-technique vers un modelage sur la manière d'être de l’étudiant.

    Cette façon d'agir,enracinée dans l'introspection,constitue les fondements des authentiques sociétés initiatiques,dont l'objectif essentiel n'est point la simple démonstration,mais plutôt le renversement ou basculement vers le moyen ...la Pierre,le tableau,l'adversaire,..n'étant plus que des étages intermédiaires qui font ressortir le combat principal...celui de la formation.

    Créer une culture sur le geste et la juste pensée...peut changer une civilisation,quand on y pense bien...mais bon,faut y penser

    Merci,l'Orage est là...le vent hurle...

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Rei,j'ai dit.

     

    Bonjour Ombres et Poussières,...

     

    Prendre conscience que les règles et autres rituels traditionnels,ne reposent non exclusivement sur la Tradition,mais demeurent également le fondement de toutes les choses est essentiel.

    Une pratique et juste réflexion,ne s’atteint certes sans efforts et demeurent le pourquoi de cette nécessité d'approfondissement quand à notre dite évolution.

    En effet,cette notion de rituel,s'offre à nous sans cesse,que ce soit en Loge,Dojo,Église,...avec cette formule pour y répondre au plus juste qui soit.

    Ainsi donc,il importe de souligner cette importance de la Tradition,comme d'en passer le flambeau vers les générations à venir....

    Il en est d'un devoir fondamental des Anciens vers les plus jeunes...et de perdurer un savoir réel.

    Car,il faut bien avouer,qu'un certain mystère en demeure malgré tout,d'un non-quelconque franchissement d'une porte plus basse que l'ordinaire ou d'un passage d'un seuil vers le Dojo,....

    En outre,et en tout ce qui encercle ce dit ''mystère'',subsiste une certaine non-gestion des phénomènes qui viennent des temps passés et d'une Tradition lointaine.

    Il se dégage alors, une sorte de substance mystique voire exotique quelques fois, a observer les cérémonies,les costumes hors âges,les divers saluts ou alignements,les paraboles ou prières,les mots étrangers,....et qui dégagent bien malgré tout un certain charme sur les choses en court.

    Dès passé cette subtile inclinaison de la ''Porte basse'' ou ces divers saluts au Dojo,...l'on en perçoit cette impression de faire quelque chose de différent et d'inaccoutumée,affirmant et confortant le fait d'être différent du voisin.

    Aussi,et si le fond ne s'exprime pas facilement sur ces pratiques,une certaine mise en scène de comportements à divers niveaux,devrait développer une expérience qualifiée de sérieuse.

    Les rituels sont de simples traits d'union entre le fond et la forme des choses,qui permettent à l'esprit d'émerger et de se manifester véritablement.

    Spiritualiser un geste,est le rendre magique et lui donner des effets étonnants,qu'on le sache bien.

    Car et selon aussi une certaine attitude que nous possédons envers les choses,une intention que nous plaçons dans nos actes,..le rituel en déclenchera une énergie hors du commun.

    Pour résumer donc le ci dessus,j'oserais affirmer qu'il faut ainsi croire profondément dans cette vertu attribuée aux codes et rituels comme dans leurs puissances,...que la mise en scénario du travail à venir et de nos énergies nécessaires et utiles,en dépendent.

    La foi et le sérieux...dans ces codes discrets conduisent les novices vers le goût de bien ou mieux faire comme de la dignité.

    L’Homme intérieur va dès lors s'unir à celui de l'extérieur et être transparent dans ce que l'on nomme le Un.

    Revenons sur cet exemple simple et malgré tout évident de la ''Porte basse'' que l'on retrouve dans certaines structures d'évolution..ou autres Temples de savoirs et connaissances.

    L'humilité qui découle de ce franchissement,fait passer l'itinérant d'un univers à l'autre,avec non seulement une forme d'acceptation dans ce qui va suivre,mais également dans une profonde attitude de respect et d'allégeance vers Ceux qui ''sont devant''.

    La non moins fameuse inclination Nippone,exigeant d'un subalterne de se pencher davantage que son supérieur hiérarchique,et offrant par ce fait la nuque (libre à une certaine époque,d'être tranchée ou non !!),va dans également dans cette direction de la modestie et l'humilité.

    Restons convaincus sur le fait que nos génuflexions,courbettes,baise-mains et autres révérences,...devant un autel,une croix,une personne,...ne sont pas exemptes de la même philosophie posée sur le respect.

    Oui,ces attitudes sont issues d'un Ordre Unis vers Elle,qui démontrent une forme d'acceptation vers l'autorité qui en fait se révèle au comportement de tout animal en rituel,se positionnant en soumission visuelle et corporelle.

    Mais et pour revenir sur une ancienne planche lue il y a quelques années,de se poser cette légitime question du pourquoi ce besoin absolu d'assurer la domination d'un plus fort que l'autre,dans des schémas prônant sans cesse l'égalitaire?

    Quelle est cette exigence à vouloir nécessairement démontrer la vulnérabilité de l'un sur l'autre?

    Non dirais je maintenant,...le message est bien au-delà,comme de dit,des apparences aux degrés premiers...car après mûres réflexions,on en arrive très vite, à ce constat évident que Celui qui s'incline,en fait cet acte face à Lui-même simplement ...le débat n'étant nulle part ailleurs.

    Ce rituel offre simplement devant cette âme qui est la Nôtre,l'aptitude a vouloir recevoir,tel un réceptacle de savoir l'enseignement qui va suivre...et donc offrir une prédisposition à cela et en quelque sorte.

    En s'inclinant devant le Sensei,tout Deshi(élève) ou apprenti a parfaitement conscience de son non-savoir,et par sa présence donc s'impose dans les épreuves.

    Lors d'une descente sur les genoux en Orient,il est bon de savoir peut être pour certian(e)s que cela demeure relativement très codé.

    En l’occurrence et via la position haute,on fléchit le genou gauche pour rejoindre avec le droit,par la suite et se poser assis les fesses sur les talons.

    Pour le redressement du corps,le scénario est inversé.

    Le pourquoi de ce rituel précis détenait sa signification voulant que,selon la disposition des étudiants dans le Dojo,une menace ne pouvait survenir que par le coté droit,face à l'enseignant...(les élèves les plus récents,et donc moins connus,...positionnés en ce lieu).

    Par cette façon de procéder,le sabre pouvait ainsi se dégainer aisément et sans trancher son genou...(ce qui advenait,par contre si le travail était opposé).

    Il en est ainsi d'une certaine méfiance à devoir avoir et de s'interroger sur le pourquoi des choses,comme de ne pas se lancer dans un rituel sans nulle compréhension.

    Dans la fameuse dite ''Porte basse'',l'itinérant se rend vers la Lumière des connaissances,qu'Il est censé trouver ou apercevoir,un jour, au sein de sa Loge ou de son Temple...Là se trouve le véritable fond du débat,je pense,et qui vaut très justement cette inclinaison.

    Sensei,Maîtres...ou peu importe le nom,ne sont qu'outils,comme des millions d'autres l'étaient avant Eux!

    La Tradition et ses Codes,portent la Sagesse Sophia des Anciens,et la somme de profondes réflexions sur la nature des Hommes.

    Elle contient les enseignements du passé,qui ont été élaborés par les mots et les lettres....mais qui néanmoins, ne sont que théoriques, et sans être primordiales,acceptons le !

    Le rituel,par les actes,les comportements et la parole honorent la vie,et utilisent des énergies dont les effets se répercutent dans un plan beaucoup plus subtil et nous nourrissent de la meilleure nourriture qui soit.

    Ces Codes sont donc,et selon mon humble avis un trait d'union,entre le geste et le sacré,comme de cette symbolique spirituelle.

    Merci,le vent se lève...Soyez protégés.

     

     

     

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  •  

     

    Pas V Mots à Hic.

     

    Bonjour Ombres et Poussières,...

     

    Il importe,de bien prendre conscience ici,que Chacun(e) de nous possède en Lui,cette capacité subtile de pouvoir (r)établir,ordre,quiétude et harmonie en dehors ou autour du Soi.

    Pour ce faire,s'engager dans la pratique de certains rituels,semble parfois un juste chemin a prendre et contribue en quelque sorte à nous ouvrir davantage sur ces notions de bienveillance,sincérité,bravoure,honneur,...

    En effet,ces aptitudes et vertus semblent plus que nécessaires,pour acquérir un certain degré dans tout apprentissage et maîtrise cautionnée comme étant de valeur.

    Aussi,et dans un certain paroxysme de réflexion,il pourrait sembler dès lors légitime de se poser cette question sur quelle en serait la qualité des qualités pour l'ermite en mode de recherche ?

    J'oserais ainsi et dans cette mesure,penser que la noblesse d'âme,ou l'esprit Chevaleresque Est cette ultime compétence,le top du top quoi !

    Car,force est de reconnaître souvent que le Chevalier tel que définit de nos jours est le symbole de cet Homme qui engage sa force,son courage son âme et son bras,au service des causes justes,sacrées,voire perdues quelques fois.

    Il représente ce dernier bastion dressé ,étendard aux vents,pour la défense des faibles et opprimés.

    La science de tout combat,qu'il soit d'ordre guerrier ou politique,social ou culturel,verbal ou gestuel,...gère ainsi cet esprit souhaitant que la force n'existe que pour être le meilleur soutien de la faiblesse,dont,(par ce qui caractérise cette philosophie Orientale)...elle demeurera éternellement, inséparable.

    L'échec d'un échange,quel qui soit,n'est programmé que si séparation il y a,par rapport à ces valeurs....les passages en force pure,n'étant dès lors que des outils pour asservir et dominer les autres....comme amener également un vide intérieur pour celui qui ose les utiliser.

    Les Authentiques structures de Traditions,sont ainsi de véritables invitations dans nos mœurs et vies,en termes de valeurs bénéfiques et utiles.

    Ces dites valeurs se subdivisent en trois catégories distinctes...qui demeurent et en outre, pour la première de celles ci,les rituels dits d'action...avec ses vertus respectives que sont le courage,la bravoure,...et donc ce genre de notions intégrées au panel des qualités pour faire cette action essentielle d'entreprendre.

    Par la suite,nous pouvons retrouver d'autres rituels qui,eux, en toucheraient la manière dont chacun en viendrait a considérer le ou les autres...et qui stigmatiseraient les qualités nommées de cœur (la bienveillance,la bonté,la tendresse,l'humanité,...)

    L'esprit,dans sa recherche de lumière,est ce troisième réservoir de rituels a tenter posséder,avec ces vertus de rectitude,de clairvoyance,de fidélité,de dignité....

    C'est une constante des Hautes Écoles de Savoir d’œuvrer,semer et cultiver dans les trois régions de notre Corps,Cœur et Esprit.

    Il faut bien savoir également que l'aspect initiatique,dans les cérémonies d'évolutions,amène une expérience vivante...mais aussi offre à l'intéressé de vivre et respirer par le symbolisme.

    La technique,pour pénétrer dans un Temple,une Loge,un Dojo,une Église,...est soumise à un code,un rituel,qui demeure,aux vents de la modernité nôtre plus qu'aisé a trouver un peu partout,et notamment par quelques clics sur le Net.

    C'est un fait avéré du copier-coller avec ses avantages et inconvénients que de réunir ou éparpiller dans toutes les directions.

    Là où le problème se situe,c'est quand il s'agit de se faire une idée sur l'état d'esprit d'un étudiant,que l'on désigne ou qui pose candidature vers un degré supérieur.

    Car, tout se place simplement sur la juste intuition d'un dirigeant ou autre professeur.

    En effet,ce dernier se doit de contrôler si cet élève aura développé de façon harmonieuse,les divers principes,cités ci dessus.

    Corps,cœur et mental...en parfaite unité,ne se décèlent que lors de confrontations sur des situations non académiques et non-conventionnelles.

    La manière,dont elles ont été résolues,comme les circonstances multiples qu'elles engendrent dès lors...sont des petits signaux de fumée qui révèlent l'élève et son niveau d'aptitude.

    Le schéma est relativement connu par beaucoup ici,car il se table sur le fait simple d'un étudiant,que l'on accompagne depuis quelques temps.

    Mais,quel en serait il si nous avions a devoir évaluer un étudiant,que l'on voit pour la première fois... ?

    La juste observation du comment il en accomplirait les rituels,est je pense,la formule magique.

    La prise de conscience engagée,la simplicité,la solennité...dont il en ferait preuve dans ses manifestations en refléterait la force spirituelle qui est en Lui,dès lors.

    La Voie spirituelle est essentiellement une voie pratique,ne nous y trompons pas.Elle n'est pas que méditation et arrêt de mouvement...bien loin de là d'une observation au degré premier.

    Il existe une notion Japonaise et qui se situe très loin dans la pratique et qui se nomme Dai-Shojo/Sho-Jodo.

    Elle sera le résumé de cette chronique;à savoir que le concept se shématise par la Voie des formes et celle qui est bien au-delà....au delà de ce qui est naissance,vie et mort...dans cet esprit dit d'éternel et si cher à Lao Tseu.

    Tout adepte,selon mon humble avis,..Franc-Maçon,Aikidoka,Rose+Croix,Kendoka,Martiniste,...doit construire son édifice,tel bâtisseur,selon et dans les deux plans,comme de nourrir son être intérieur...taillant morceau de bois ou sa Pierre,peu importe l'allégorie !

    Pour se faire,il doit ainsi introduire dans sa pratique et son engagement des éléments spirituels,sacrés,subtils,symboliques...car toutes ces formes cérémonieuses et autres exercices constituent une aide précieuse pour accéder au plus loin encore,à ces initiations dites supérieures,mais pas que....

    Le vent se lève doucement,il le fait silencieusement...laissons le faire..

    Merci

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Sisyphe,en deçà du delà.

     

    Bonjour Ombres et Silences,....

     

    Vous êtes Vous déjà posé cette question a savoir ce qu'il pourrait bien y avoir au-delà de cette Sophia-Sagesse,...car et malgré tout,dans un schéma méditatif,les questions nous hantent sans cesse jusqu'à la pose d'un doute se voulant quelque part salutaire.

    En outre,sommes-nous aussi dans cette certitude d'une vérité sise quelque part,d'un chemin a emprunter,d'une connaissance définie ou d'autres buts à atteindre,... ?

    Car,plongeant dans ce dilemme,nous pouvons en prendre pleine conscience,qu'il n' y a en fait, aucune acquisition ou conquête,...et que le puits sur ce sujet du moins,tout comme l'histoire,demeure sans fin.

    Un sculpteur en vient ainsi a visionner,ce que d'autres ne voient pas...comme au peintre de ressentir les choses autrement,ou ce musicien d'entendre les mélodies que d'aucun ne perçoivent...confirmant cette notion que tout Art est issu d'un talent..caché,latent,visible,...mais bien présent.

    Aussi,il n'est donc pas totalement idiot de dire dans un paroxysme,que tel Chacun possède sa propre vision des choses,Chacun aussi,possède sa propre Voie...mais cela méritant quand même quelques réflexions et élargissements.

    Prenons en ce simple exemple des mouvements philosophiques ou de connaissances,si intimes à notre quête de guerrier pacifique.

    Pour les uns,il en pourrait être tout simplement une source inspiratrice de recherche personnelle avec quelques relents d'efficacité,alors que d'autres,en seraient davantage portés vers une amélioration comportementale,ou autre développement du Soi...et trouvant support pour ce faire.

    Les chemins,sont donc différents pour Toutes et Tous,ainsi que les paysages qui y sont associés.

    Ces dits chemins en demeurent également authentiques comme de respectables en eux.

    La Vérité est Unis vers Elle et donc Unique de par sa définition,quoique ses itinéraires restent légion,et donc soumis,eux, à la pluralité.

    Malgré tout,restons quand même un peu sceptique sur cette affirmation un chouia trop rapide qui voudrait que ''Chacun sa vision,chacun sa voie'' et ouvrons un peu cette notion.

    Nous en traversons Tous le grand Sahara de la vie,avec nos objectifs qui changent selon l'âge, le vécu ou une motivation cyclique et bien naturelle,ou voir encore avec une certaines évolution quand à nos croyances et autres valeurs,...

    Notre identité,ainsi que ses niveaux d'évolution...amènent subtilement ou radicalement une autre vision des choses, ...car recevant la nourriture dont elle a besoin...et justifiant le pourquoi notre tolérant du''Chacun son truc....''.

    Ainsi donc,et partant sur ce schéma d'assise,il convient de prendre conscience qu'un enseignant et peu importe ce qu'il amène,a aussi sa propre vision des phénomènes.

    La structure de fondement ne variant pas,la recherche se pose dont sur un rendement quelque part.

    Ce que je tente signifier ici,va dans le sens suivant,que l'ouverture véritable,signifie que quelque soit la vision éducative,artistique,spirituelle,philosophique,physique,...chacun peut trouver a s'y épanouir.

    Un authentique enseignant se doit avant toute chose d'être fin pédagogue dans l'âme,afin de transmettre d'individu à individu et dans un respect total de la vision de l'autre.

    La transcendance,par l'existence du sens que l'on donne,passe par une réelle volonté cheminant dans les cercles de valeurs,par un positivisme marqué,et une véritable motivation à la progression.

    La synthèse du ci dessus offre donc ceci que l'enseignant est porteur de sens,lorsque doté d'un esprit posé sur l'amour de l'autre et son développement....et d'un potentiel d'ingrédients suffisants,pour l'épanouissement de la personne.

    L'alchimie parfaite,souhaitant qu'un individu jouisse de grande liberté,quand la situation est pleine de sens pour sa compréhension intime.

    Le sens est déposé sur une identité qui outre passe sa propre personne et qui rejoint ce qui est définit par ...la juste piste a prendre.

    Aussi,et après quelques années de perfectionnement dans cette direction de travail,une certaine sagesse commence a naître dans le guerrier de feu des origines.

    Il en est d'un premier pallier ''atteint'',d'une mutation intériorisée et d'un savoir faire autre.

    Certes,la vision de l'étudiant change,...mais rien ne prouve encore que le schéma doit rester dans cette ligne de conduite pour outre-passer la Sagesse,malgré tout,n'allons pas trop vite !

    Partons ainsi sur cette option définie de notre élève avancé et imbibé maintenant de cette dite ''Sagesse'',...et de son pourquoi faire,son rapport avec la vie de tous les jours,...car osons aussi avouer,que sa dénomination,nous place très rapidement dans une limitation comportementale.

    Ainsi donc,pour dépasser ce cap atteint et aller au delà,il nous faut considérer l'ensemble complet du Chemin,et redonner au sens vrai du terme sa simplicité ou son état naturel.

    En fait,la Sagesse,comme nombre,la considèrent généralement,n'existe pas !

    Le concept traduit un idéal,oui,bien certainement...ainsi que des guides accompagnants,qui gravissent cette montagne avec nous,mais qui ne sont pas encore en haut,eux non plus.

    Il importe de comprendre la nature d'un travail évolutif,tel Sisyphe,qui arrivé près du sommet,se met a glisser jusqu'en bas ,où,Il lui en faut repartir dans l'effort perpé tue Elle.

    C'est une des règles que de se perfectionner sans cesse,sans devenir parfait et ment par ''fait''.

    Il n'y a pas de point de station bien spécifique qui veut d'avoir un pied posé solidement sur cette dite Sagesse,qui nous transformera en ''Grand Tout''subitement...délire que celà.

    La quête,l'ai je souvent décrié ici,est dans le chemin,et non dans son atteinte.

    Vivre est davantage important que de se perfectionner,quoique je peux me perfectionner pour mieux vivre.

    Si la Sagesse était ce sommet d'atteinte,l'au delà du sommet est donc la transcendance,qui voudrait de continuer a grimper encore et encore...comme d'ancrer également cette idée et ce pas sur le versant de la vie du maintenant.

    Merci,le Vent souffle froid..les Djinns se couvrent.

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique