•  

     

    Bonjour Amis Hermétistes et les Autres ,of course...

     

    Et comme à l'accoutumée de passer par le Sage Lao Tseu ( Laozi ou Lao Zi ,Taîshang lâojûn,père fondateur du Taoïsme moderne,milieu VI siècle avt J-C jusqu'au milieu du V) qui nous en siffle déjà bien à sa manière,le fait qu'au centre (Dieu est une sphère dont le centre est partout et nulle part-Hermès Trismégiste/La présence étant donc de ce fait illimitée et universelle,centre invisible de l'être,sortie des notions d'espace et de temps) de notre être,nous en détenons la juste réponse,savons qui nous sommes et ce que nous souhaitons,...pour en afficher cette partie métaphysique intérieure liée au Tao;trait caractéristique et majeur de la culture Orientale,qui pose elle et de son coté, ce centre dans un rôle d'importance,tel lancé au ''Tchoung-young'' (invariable milieu-mi lieu),lieu ultime de l'équilibre et miroir de l'activité céleste.

    En outre,il importe également de bien avoir co-naissance du rôle affiché quand à cette alternative que les individus possèdent en eux des grandes facultés et autres qualités mais ,ignorant le phénomène en viennent très souvent a les négliger pour s'égarer sur ce que d'aucuns nomment la Voie Juste!

    Notons par ailleurs et pour la facilité de compréhension quand au venir que ce dit point d'équilibre est celui de rencontre de l'Axis Mundi(dans le sens descendant,cet axe en suit l'activité céleste,alors que par son ascendance,c'est la Voie du milieu(tchong-tao)ou Voie royale (wang-tao) avec le domaine des possibilités humaines, ou du pilier cosmique qui nous fait ici-même un subtil,quoique rapide,clin d’œil quand à l'axe de la colonne vertébrale avec les facultés du petit d'Homme.

    Pilier réunissant les trois mondes (Tribhuvana) de la terre,de l’atmosphère et du ciel,il s'en élève vers les états supérieurs de celui qui est arrivé-né au centre,état primordial.

    Onaka ou Fukubu,le Hara nomme ainsi la région abdominale,où cette tradition nippone situe la principale et vitale source d'énergie,le Ki (Prâna-devanâgari en sanskrit,mot complexe intégrant à la fois des notions liées au souffle et ses principes comme de son fonctionnement dans le schéma respiratoire)

    Le souffle est le principe de vie universel au même titre que Ruah,couvant via l'esprit de Dieu les eaux primordiales de la Genèse l'est également .

    L'espace intermédiaire situé entre le ciel et la terre est remplit de souffle également (k'î) dans lequel,l'homme vît comme un poisson dans l'eau (celui-ci nommé Vâyu en Inde étant le fil reliant entre eux tous les mondes...l'atmâ universel).

    Plus précisément maintenant et pour revenir vers notre athanor-Hara(passerelle alchimique Occident-oxydant/Orient-Or riant),ce point est placé à quelques centimètres sous le nombril,un peu en retrait et vers la colonne vertébrale,dans une région mentionnée Kikai (Qi-hai Chinois) ou l'océan de souffle (Kikai-Tanden ou Dan-Tian Chinois)centre de gravité .

    Nous avons déjà survolé le fait que ce Ki (Qi en Chinois,Khi en Vietnamien) énergie vitale ou essence de vie est ce quelque chose d'impalpable mais relativement très puissant dans ses effets,par le biais de ce qui demeure concentré en son lieu précis de résidence.

    Le Ki,effectivement est cette force explosive accumulée,charpente à la compréhension des arts du fait de sa notion psychique,via le biais de la volonté notamment...de sa notion de physique,par la puissance émanent.

    Cette notion ainsi inhérente au Hara est en quelque sorte le noyau des préoccupations majeures de toutes les philosophies en l’extrême Orient,pouvant telle analogie approcher par ailleurs,(ce afin de signifier ceci avec davantage de clarté mais tout en profondeur)cet autre élément fondamental comme d'autant plus naturel que l'est pour nous ''l'arbre'', tirant son essence,lui, des entrailles de la Terre,et la véhiculant sous sa forme de sève vitale,allant du tronc principal aux branches les plus fines en leurs extrémités.

    La nourriture du végétal,liqueur de vie(rasa en sanskrit) signifie à la fois sève et essence.

    ''C'est moi qui,pénétrant la Terre soutiens par ma force tous les êtres,moi qui nourris toutes les plantes,étant le ''soma''la sève par excellence''Krishna (Bhagavad Gîta).

    *Soma est ainsi cette liqueur séminale qu'il se faut faire remonter et transmuer dans le corps à la manière de la sève dans une plante.

    Cosmos vivant en perpétuelle régénérescence,selon Mircea Eliade,en ascension vers le ciel,l'arbre évoque la verticalité,(tel celui de Léonard de Vinci 1452-1519,peintre Florentin,scientifique,inventeur,sculpteur,musicien,philosophe,poète..mais pas que.. ),comme en caractérise également le caractère cyclique de l'évolution cosmique via la mort et la régénération.

    Chose importante et donc a prendre en considération dans le cadre de cette chronique,l'arbre nous place en communication avec les trois niveaux du cosmos que sont le souterrain,(via les racines plongeant les profondeurs),la surface (via le tronc et les premières branches),et les hauteurs (via la cime aimantée par la lumière du ciel).

    Il nous met donc en relation directe avec le monde chthonien et le monde ouranien....avec en outre les éléments eau,terre,air et feu,jaillissant de son frottement.

    Le Taoïsme nous livre donc un caractère essentiellement métaphysique du sujet comme ''Centre Unis vers Elle''.

    La mode est à l'overdose Alchimique,ces temps derniers...et la mode a certes dans le même temps ses dérives et travers qui pour certains puristes prêtent aux sourires.

    Or,on ne saurait qualifier de Sage celui qui ignore déjà cet élément fondamental qu'est le point-siège,symbolisant un état limite de l'abstraction du volume,un foyer central,une origine...et en l’occurrence une puissance créatrice telle que finale également à toutes les choses.

    Sans dimension donc,insoumis aux conditions spatiales,il a ainsi contenu le cercle (symbole du temps,la roue tournant et indiquant la totalité se posant également selon la spéculation religieuse babylonienne quand à ces notions d'infini,de cycles,d'universalité...qui,une fois transmises vers l'Antiquité s'affichaient déjà sous l'image-forme de ce serpent qui se mord la queue),selon Angelus Ensileuses et cet invariable milieu Chinois l'affichant via ce moyeu de la roue cosmique,centre immobile du cercle comme dit Tchouang-tseu,de l'équilibre et l'harmonie,aboutissement de l'intégration spirituelle et origine de la méditation.

    Le Hara est donc au cœur de l'attention du chercheur,dont l'unité en ce corps/esprit,dans le feu au creuset de l'action ne peut se réaliser que via une conscience pointue de la source d'où émane l'énergie nécessaire.

    Lorsqu'il est fait référence plus haut, à cette structure naturelle de l'arbre ,c'est pour tenter amener l'itinérant vers cette les racines de son identité véritable,et,pour marquer d'un sceau le fait que son corps est constitué d'os et de chair et d'une essence subtile éthérique.

    Effectivement ,les écrits mahâyânistes comparent l'arbre de Bhaisajyaguru à la Sagesse du Bouddha,voire,selon Nichiren(moine Bouddhiste japonais du XIII ième siècle fondateur de la branche Nichiren Shoshu et Shu),la Bouddhéité elle-même.

    La Bible,de son coté confie à l'arbre cette image du Peuple hébreu,alors que la Kabbale l'associe à l'Homme....le Yiking nous la joue à la croissance,et dans de nombreuses régions d'Asie,ce maître végétal nous offre la résidence de génies locaux.

    Ajoutons que les fameux Bonsaï(arbres nains du Japon) représentent la nature dans sa totale et ultime austérité,sa sagesse éternelle ou éthernelle.

    Le creuset,lieu des transmutations,physiques,morales ou mystiques..est cet athanor/œuf/monde/Hara... où s'opère et se déroule la transmutation,(transformation hypothétique d'une matière en une autre,voir d'un élément..et relevant du Grand Œuvre,dans le but essence -ciel d'obtenir la pierre philosophale)...base de toutes les initiations,et pareil à cet Esprit du Haut ou autre Ruah Elohim qui flotte sur les eaux,et en faisant de manière identique sur celles là même du dit athanor( de l'arabe ''at-thannur'' et de l'hébreu ''tanur'' signifiant ''fourneau''ou source d'eau chaude) sur lesquelles flotte l'esprit du monde,de la vie,bien plus simplement, dont il faut s'emparer.

    Cet athanor est ainsi nommé four du Philosophe,tel lieu qui en permet la réalisation de ''lapis philosophorum'',la pierre philosophale.

    Mais les méandres et nombreux virages de la vie,le désir d'un quelconque aboutissement,...font que parfois surviennent des circonstances en lesquelles s'engouffrent les négligences envers ces fameuses racines.

    Aussi,et dans les ''Geiko'' au quotidien et selon les auspices et autres données,il est nécessaire de bien prendre conscience de l'importance de ce lieu névralgique,pour progresser de manière la plus juste et adéquate qui soit sur la Voie.

    Car,ce qui fait reconnaître le chercheur dans la société de son temps est ainsi sa droiture physique et sa discipline mentale, tels critères de valeurs supérieures.

    Néanmoins,pour celui qui en prend certainement conscience,plusieurs méthodes s'offrent dès lors afin de pallier à cet état déficitaire survenant malheureusement parfois.

    Cette présence du Hara,authentique creuset en lequel l'Homme se forge,transcendant sa condition du commun,et donc ainsi ce lieu où la conscience du principe de l'unité des forces corporelles et de l'énergie psychique,via dame respiration nommée ''Kokyu'',servant de catalyseur à une sorte d'alchimie interne déjà quelques fois décrite par le Dao-jiao chinois,a ainsi fini par devenir un des thèmes principaux et omniprésent de tout le peuple Japonais.

    Hara-gei est donc ce laboratoire alchimique dans les manipulations faites,le lieu de la concentration de toutes les ressources mentales et physiques en un point immatériel.

    Ce lieu imprégné de la notion voulant qu'un individu y réalise pleinement l'union de ses énergies corps/esprit via la concentration et Kokyu donc,pour atteindre le sommet de son existence est commun à de nombreuses si pas toutes disciplines initiatiques.

    ''Hara-wo-neru'' est une préoccupation connue depuis de nombreux siècles et issues du Moyen-âge nippon,et en outre,la pierre angulaire de l'éthique Samourai.

    Le ''Wa'' harmonique des énergies ainsi réalisée offre une densité neuve pour celui qui en a dès lors la maîtrise.

    Le Comte Karlfield von Durckheim nous le représente bien au-delà des préoccupations utilisatrices des soldats de métier,des artistes,...en nous l'affichant davantage sur la quête éternelle de ce petit d' homme désireux de se fondre simplement dans la pulsion éternelle du monde.

    Pour ces élus et par la suite, quantité d’événements,ennemis,cycles,...ne sont de ce fait nullement plus la priorité car dans sa loyauté intrinsèque,se posent l intégrité et la Vie en second plan.

    La pure et authentique dévotion ,engendre les Hommes les plus aptes à la compassion,compréhension,...et les inonde des meilleures valeurs.

    Ainsi de conclure avec ce que Fukushiki-kokyu,ou ce qui se définit telle la respiration énergétique et profonde,abdominale et s'élevant du Hara est ce quelque peu analogie au soufflet de nos forges qui par son rôle et son rythme est un instrument producteur de souffle ,symbole de la vie spirituelle.

    Il est repris dans le Tao-te-king ,le ceci que l'entre ciel et terre est comme un soufflet de forge.Vide il ne s’affaisse point;mobile,il émet sans discontinuité.Houai -nan,précisant ce plus que le Ciel est son couvercle et la Terre,son fond.

    Via le Kokyu-ho,et donc une bonne concentration musculaire( Kincho),se focalise en ce point juste,l'efficacité de vie.

    Sanchin-no-kata,Tensho-no-kata,Happoren..Hangetsu/Seishan no kata se posent dans leurs formes respectives au Shotokan ryu et Goju ryu pour ne citer que ces Ryus, sur la phase active pour transmettre celle -ci....alors que les formules Chinoises internes(le Ta-ji-quan notamment)ont par contre recours à une respiration naturelle dans ses phases et donc jamais forcée,..là n'est point le débat actuel.

    Notre athanor/Hara est un reflet du monde divin et à ce titre,son architecture,l'image de la représentation que les Hommes se font du Haut,telle réplique terrestre des archétypes célestes.La cosmologie et la théologie sont dès lors solidaires dans l'esprit des hommes,comme dans les œuvres dédiées aux Dieux.Résumé du macrocosme,le Hara est ainsi l'image du microcosme....monde et homme à la fois.

    Le Hara est ainsi ce lieu de la descente et de l'activité Divine,ce point par lequel l'Homme peut s'élever à la divinité.

    Il est donc,afin de conclure,la cristallisation de l'activité céleste,qui comme la conception d'un temple sacré est issu d'un cercle tracé ,dont l'ombre détermine les axes cardinaux pour émaner autour de lui,passerelle entre les cultures,ombilic du monde,...pourquoi pas !

    Merciiiiiii et douce soirée.

     

    ''Je n'ai point d'espoir de sortir par moi de ma solitude pierre n'a point d'espoir d'être autre chose que pierre.Mais de collaborer,elle s'assemble et devient temple''

    Antoine de Saint-Exupéry.

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Poing de Lune...:)

     

    Bien le bonjour Amis Passeurs du trois fois grand et les autres of course,

     

    Lao Tseu (Laozi ou Lao Zi,contemporain de Confucius vi ème siècle av J-C,fondateur du Taoïsme) siffla un jour ceci qu'il y a une chose amenant le trouble d'esprit vers cette dame perfection,issue de beaucoup plus rapidement qu'aucune production terrestre et céleste ....une chose oxygénée par l'ultime silence et façonnée doucement,...une chose dont il en est dans cette impossibilité d'y déceler autre que les fondements,constamment en état de projet,visant la perfection par la pratique et sans pourtant jamais être sur le point d'être pratiquée...une chose,qui par le geste rare exigé s'avère être un modèle partout,...une chose sans nom.

    Ainsi,le Sage écrivain du Livre de la Voie et de la Vertu,la nomma Doctrine pour se faire entendre au mieux par ses proches et dès lors via ses efforts dans une constance,la qualifia de Grande,comme de l'expliquer en signifiant sa fuite,et cette dernière,sa profondeur,et encore celle ci le contraire de l'idée que l'on s'en fait.
    Cela donc est le pourquoi la Grandeur de cette dite Doctrine au même titre que le Ciel, la Terre et Celui qui dirige tout.
    Aussi et dans le monde il y a quatre grandes choses, et pourtant il y a quelque chose de meilleur qu'elles quatre : le quiétisme de Celui qui dirige tout.
    L'homme a pour se régler la Terre(carrée et déterminée par ses 4 horizons,symbolisant la fonction maternelle.....Va sous cette Terre,ta mère,aux vastes séjours,aux bonnes faveurs!douce comme laine à qui sut donner,qu'elle te garde du Néant!Forme voûte pour lui et ne l'écrase point;reçois-le,Terre,accueille-le!Couvre-le d'un pan de ta robe comme une mère protège son fils/Véda,Grhyasutra). La Terre a pour se régler le Ciel(manifestation directe de la transe en danse:),symbole des puissances supérieures à l'homme...le Ciel,écrit Abû Ya'qûb est à l'intérieur de l'âme,et non l'inverse). Le Ciel a pour se régler la Doctrine. Et la Doctrine a pour se régler le principe que tout va de soi.

    Jiai-gamae (Jiai-no-kamae) que l'on retrouve dans les Katas Jion-no-kata,Jiin-no-kata,Jitte-no kata,...voir sous d'autres formes en Enpi-no-kata,Chinte-no-kata;Tekki ou autres Bassai-dai-no kata...nous amène ainsi une référence d'origine bouddhiste,dans cette position au debout et l'élévation des mains(idée d'activité,de puissance et domination...mais surtout dans le sens alchimique lié au Tao,ces notions de coagulation et dissolution,phase de concentration spirituelle suivie de la non intervention.En outre le mot ''manifestation''possède la même racine que main.)à hauteur du menton,dans un plan posé quand à la verticalité médiane corporelle,couvrant de ce fait et via la main gauche(libération énergétique) le poing droit(rétention énergétique),les pouces(force créatrice,conférant aux autres doigts la puissance) tournés vers le sol.

    Symbolisant l'union du Yin et du Yang,et dans cette unité des forces opposées jouant par là même la neutralité,cette gestuelle nous offre également et dans cette approche voulue ''passerelle''re-liée aux diverses cultures,le salut rituel Jing Li (boxe chinoise/Quan Fa) comme ce petit clin d’œil entre la rencontre du soleil (poing) avec la lune (la main ouverte).

    Nous percevons donc également dans ce cadre le quatrième des grands principes hermétiques (le mentalisme,la correspondance,la vibration,la polarité,le rythme,la cause et l'effet,le genre,)affichant celui de la polarité et qui nous murmure le fait que la vérité est dans toutes les manifestations ;ces dernières possédant toujours deux aspects,pôles,cotés et extrêmes avec quantités de degrés entre-eux.(Le Kybalion).

    Yang (Yeong,Duong en vietnamien..voir Yo,Omote en Japonais est ainsi donc le principe mâle et positif de l'Unis vers selon lequel la conception du Dao et représenté en part égale avec sa Dame Yin,principe négatif.

    En outre Yang/Yin et Dao forment le triptyque originel de la pensée chinoise ''Une fois Yin,une fois Yang,tel est le Dao'' exposant cet aphorisme sibyllin schématisant la métaphysique Taoïste.

    Et donc de resserrer au mieux avec ce développement de la Table d'émeraude (tabella smaragdina,composé de quelques douze formules allégoriques obscures à souhaits ?attribuées à Hermès comme devant aboutir au Grand Œuvre....avec le ci-haut que"Tout est Double ; toute chose possède des pôles ; tout a deux extrêmes ; semblable et dissemblable ont la même signification ; les Pôles opposés ont une nature identique mais des degrés différents ; les extrêmes se touchent ; toutes les vérités ne sont pas des demi vérités ; tous les paradoxes peuvent être conciliés."

    Via cette chronique,nous allons tenter de définir au mieux possible cet alliage du geste, symbole vers cette concentration mentale,avec laquelle il se faut surfer la compréhension et qui est un sujet relativement méconnu,pour la plupart des Deshi(Monjin-Montei:élèves.A noter que dans les Arts traditionnels Budo,il y a deux lignées généalogiques Keizu.Une externe pour les Soto deshi et une interne pour les Uchi deshi,plus silencieuse voir authentique)..

    Pour ce faire,nous allons ainsi essayer ici d'y répondre le plus simplement possible avec cette recherche quand à la paix et la sérénité qui devraient émerger de cette approche au symbolisme.

    Les anciens paradoxes qui rendent l'esprit du petit d'Homme perplexe se clarifient lors de la juste compréhension de ce principe.

    D'ailleurs,nombres dictons tendent a le confirmer tel celui-ci notamment que toute médaille possède son revers ,ou autres aphorismes du genre exprimant cette idée que l'en-vers et l'en-droit ne font qu'un..

    Yang et Yin sont donc les deux pôles énergétiques qui expliquent l'Univers dans sa totalité,en son macro et microcosme,via l'Homme.

    Ces deux énergies fondamentales,mais inconcevables l'une sans l'autre organisent et gèrent parfaitement toutes les manifestations que l'on se peut observer.

    Yin (ombragé) et Yang (ensoleillé) appellent donc et respectivement dans cet ordre, ce qui est soumis,froid,sombre,régressif et terrestre,féminin...et ce qui est dominateur,chaud,agressif,céleste,brillant et mâle donc.

    Ces enseignements hermétiques accréditent que la différence qui semble subsister entre deux choses ou phénomènes,et qui parait diamétralement aux antipodes,ne l'est en fait,qu'en degrés seulement.

    .Deux extrêmes peuvent ainsi s'accorder telles que thèse et antithèse restent identiques en nature, mais différentes quelque part et malgré tout ainsi que la réunion universelle des pôles opposés peut s'effectuer grâce à la connaissance de ce principe de polarité.

    Il importe malgré tout,néanmoins,de savoir déceler et distinguer ceci selon vos activités et situations de tous les jours ,car les challenges diffèrent mais sont quand aux divers contextes dans lesquels ils restent dès lors placés....et dans lesquels Vous respirez le quotidien de Votre existence.

    De cette concentration mentale,tel un vecteur de focalisation totale sur le Soi,comme également sur un point intérieur ou extérieur à ce dernier via un symbolisme assuré et consistant importe donc.

    Ainsi donc et par cette manière de faire,l'on se fixe sur une pensée devenue quelque peu unique en elle,écartant toutes les autres...et en particulier,celles pouvant engendrer quelconque tension nerveuse,agitation,...

    Nombre d'écoles Orientales nous enseignent ces endroits qui generis au corps du comment et où placer ces attentions intérieures qui malgré tout,en demeurent divers creusets habités par d'importantes énergies vitales,points de jonctions issus entre autre mais pas que,... du concept rattaché au Kundalini Yoga(Yoga Chudamani Upanishad),au Do In...

    Puis,peu à peu,dans ces aspects de la vie,ces manifestations de tout ordre viennent a se classer soit dans cette catégorie du Yin,ou celle du Yang.

    L'action du Yin/Yang dans sa réciprocité est supposée présente partout comme en toute choses dans un parfait équilibre.

    Or,cet équilibre demeure toujours relativement instable.

    Les Hauts considèrent que des exemples de l'éclosion de ce principe entraînent un examen de la nature authentique de toute chose.

    Pour le démontrer ils commencent par attester le ceci que l'Esprit et la Matière ne sont que deux pôles d'une chose identique,et que les plans intermédiaires ne sont que des degrés divers de vibration.

    Ils dégagent ainsi que Le Tout et le peu,voir rien sont une seule et même chose et qu'il existe seulement une chouïa nuance dans le niveau de l'approche Mentale.

    Cette loi de la double polarité des êtres et choses,est l'humus des arts martiaux d'Orient (le Nei-jia...interne et le Wai-ja externe),ce qui,en outre entraîna par la suite la diaspora martiale.

    Par ailleurs et en retour vers le sujet de fond,s'affirme souvent également et par la même manière,que le choix de cette zone de travail et exploration en dépend de l'atteinte recherchée comme de la nature au progrès individuel.

    Nous en distinguerons ainsi donc deux courants majeurs Y et qui seront celui de la concentration ''interne'' et celui de bien choisir les éléments,qui,comme l'océan,le vide,les forets,le soleil...sont bénéfiques à la santé et au bien-être.

    Il s'agit donc de focaliser le plus justement qu'il soit possible notre attention sur un quelque chose d'agréable,et en l’occurrence dans ce Jiai-gamae,cet exemple plaisant du soleil et la lune,voir la force dominée par le souple..

    Car et en effet,pour un Alchimiste l'état d'esprit est en totale symbiose avec le geste et l'humeur.....ce qui est assez paradoxal avec ce que nous sommes amenés parfois a constater au quotidien,ce principe des vases communicantes étant de très souvent en total déséquilibre, n'alliant plus le travail de l'oratoire à celui du laboratoire!

    Penser aux choses de cette manière,signifie tout simplement amener à Soi bonne humeur,joie....dans la passion des choses faites.

    Ainsi donc la loi même et les autres lois sont les deux extrêmes antinomiques d'une seule et même chose,au même titre que les principes,l'Esprit,...avec comme unique différence à cela,les degrés.

    La chaleur et froid sont identique en nature hormis cette notion posée sur cette vue gradualité.

    Car et effectivement dans cette notion étagée,ce qui est supérieur est d'office plus chaud que l'inférieur,jouant également sur cette vision qu'il n'y a point de ligne de démarcation ou de frontière absolue,sinon uniquement que des vibrations inférieures ou moins ;les mots et notions n'étant que relatifs en ce domaine.

    Avec ce genre de sujet,il existe également des approches fondamentales qui demandent un effort considérable afin de parvenir à un état correct en manière de pensée,alors que d'autres en prônent davantage cet inverse,qu'il en suffit simplement de s'installer ou d'aborder les choses avec la plus grande des tranquillités.

    Pour cette dernière,à laquelle je m'associe entièrement...il suffit de pénétrer le plus naturellement possible dans cet état recherché de vide mental,par un symbolisme aidant et donc de tenter déceler le pourquoi ce genre de gestuelle,dans des disciplines de combat,mais pas que...car la purification oxygène bon nombre de disciplines et religions.La notion de pureté n’apparaissant en Grèce par ailleurs,qu'avec le culte d’Apollon sur la cité de Delphes.

    Aussi et of course,ce genre d’affirmation s'oppose à celle qui offre totale importance de la pensée unique et de la focalisation restrictive,la bulle....ce qui amène nombre de dérives souvent,allant même a prêter une action combative à un message symbolique.

    Car j'ose pour ma part rejoindre ce courant d'ordre d'idées qui dit qu'une éventuelle mauvaise utilisation de ce pouvoir de concentration restrictive conduit l'adepte vers un état de tension et de rigidité excessive vers lequel,par la suite,il lui deviendra difficile de s'extraire.

    En contre partie,ces tenants de la focalisation sur un point s'expliquent par ceci...que le mental, envahit par diverses intrusions...il devient difficile d’ouvrir le passage à la méditation calme et relaxante comme donc déjà s'habituer à diriger l'attention vers un point...et d'éviter ainsi a se répandre.

    Les deux approches ne sont nullement sœurs ennemies et nullement a accéder de manière restrictive,loin de là !

    L'idéal de pratique serait selon mon humble avis,de parvenir simplement et naturellement à la concentration calme....en ayant bien capté ce a quoi tendent les symboles.

    Cette dernière est en inter-dépendance comme indissociable à la juste respiration et relaxation ultime,avec non exclusivement le mouvement mais également la pensée associée.

    En outre,pour Celles et Ceux qui viendraient a éprouver des difficultés pour l'atteindre ils peuvent se seconder de manière autonome,en orientant cette attention sur un point précis,mais tout en douceur comme davantage en décontraction totale.

    La position des mains dans ce Jiai-gamae n'est donc a voir tels des pôles d'une seule et même chose,tout comme ce haut et bas ou ce chaud et froid....Ces mains sont le début et la fin,pareilles à un tour du monde tel exemple qui commencerait par le nord pour arriver à un moment en lequel il tirerait vers le sud .

    Mains et poings,lumière et ombre,...ne sont que pôles à cycles au même titre que les couleurs,les gammes musicales,..avec ces différences en degrés,toujours au même nombre.

    Le pourquoi de cette chronique est simple et repose essentiellement sur un travail voulu au quotidien et le Soi bien simplement pour toutes ces personnes en soif de recherche.

    Notre premier acte de vie ici bas est ce cri poussé à la délivrance ,....le dernier en sera le râle vers l'autre départ...entre ces deux,tout reste affaire de respiration et de juste compréhension,car entre ces deux extrêmes,là aussi il y a des degrés.

    Ceux ci sont vecteurs de transmission phénoménal vers divers secteurs dits d'évolution,...tant externes,qu'internes...mais tellement ignorés par la plupart des pratiquants attirés par la ruée ou la mode.

    Or dès que l'on parle d'évolution personnelle,on ne peut le faire de manière sincère sans y porter une référence vers des chercheurs de fonds....que sont ces chercheurs du silence,la grande cérémonie(Dieu arrivant dans l'âme qui fait régner en elle le silence,mais il rend muet qui se dissipe en bavardage,il est dit.)

    Aussi et de même pour le calme et le bruit,le facile et difficile,le tranchant et l'émoussé, ...tous suivent la même loi.

    Positif et Négatif sont ainsi donc également les deux pôles d'une même chose séparés par d'innombrables degrés.

    Bon et Mauvais ou Bien et Mal suivant les termes employés, ne sont pas absolus ; nous appelons une extrémité de l'échelle Bon et l'autre extrémité Mauvais.

    Une chose est "moins bonne" que la chose qui lui est immédiatement supérieure dans l'échelle ; par contre cette chose "moins bonne" est "meilleure" que celle qui lui est immédiatement inférieure, et ainsi de suite, le "plus ou moins" étant réglé par la position sur l'échelle. Il en est absolument de même sur le Plan du Mental.

    Ce symbolisme affiché du Jiai-kamae Yin/yang condense la profondeur de cette philosophie d'Orient,qui avec le Tao donc,exprime toute l'ordonnance de l'Univers et de l'S prit(de spiritus/spirare=souffler ruach en hébreux ou pneuma grec, ayant également amené les mots tels inspirer/inspirare et expirer/espirare..).Via cette approche donc,il est aisé de comprendre que nos confrères ne conçoivent pas de manière indépendante l'espace et le temps,et que tout y est associé manuellement ou intellectuellement parlant.

    Le ''Ma'' japonais est l'espace et l'intervalle;concept fondamental inhérent à la culture Japonaise jouant simultanément cette notion d'intervalle physique et cet espace temporel entre deux entités,deux instants ,deux mouvements...

    Pour ces illustres,le temps se fractionne simplement en périodes et l'espace en régions,parfois Yin,parfois Yang....fastes ou moins,chaudes ou froides,jouant ainsi et ensemble cette analyse spatio-temporelle qui ne s'oppose jamais,parce que toujours en eux subsiste une période en mutation,permettant la continuité et le suivit.

    Chaque être donc,comme chaque chose se définit via sa position dans cet espace /temps,propre à Lui-même,et si juste qu'elle s'intègre parfaitement à la nature.

    Chaque Homme est donc à la fois Yin,tantôt Yang,le tout tenant des deux pour le vrai devenir.

    ''Peux-Tu ouvrir et clore les Célestes battants ?''Lao Tseu.

    Ici,la ''haine'' et sa grande sœur ''amour'' sont perçues telles opposées et inconciliables et pourtant...si l'on applique ce sujet de la polarité par principe,on prend vite conscience de cette non-existence du fait a être et ce,sur cette non frontière vue plus haut.

    Il en s'agit bien simplement de ces fameux pôles divergents,avec de simples mots déposés par l'homme.

    Depuis la plus haute antiquité,les Hommes,ont sans cesse tenté maîtriser la colère,la force...et de s'y employer par le perfectionnement des techniques de combat,ou structures philosophiques et enseignantes.

    Aussi,et dès cette naissance primaire,tout a suivit son cours naturel d'histoire,pour en devenir une science,quelques fois en Art.

    Les Temps n'étant pas exclusivement dévolus au combat,les individus profitèrent ainsi des périodes relatives à l'accalmie et la paix,pour en intégrer des éléments oxygénés par une certaine forme de sensibilité.

    Toujours avec ces ans qui passèrent et s’écoulèrent...et encore bien plus tard comme dans un paroxysme d'approche,une Voie d'épanouissement de l'être,en verra finalement le jour.

    Une philosophie est donc née,issue d'une transformation alchimique,encore une fois ;d'une violence atavique poussée vers une harmonie souhaitée Unis vers Elle.

    Mais il importe,malgré tout de ne pas s'illusionner outre mesure,dans ce rapide constat régulier et cyclique,qui en visite les peuples d’Orient et Occident,en termes d'instincts violents.

    Ainsi donc,en pure conscience au ci dessus,cette sublimation de violence,est a affronter comme conquérir,au gré des jours qui s'écoulent,et pour Chacun d'entre nous.Le symbolisme nous aide à ça,il EST l'outil !!

    Prenons par exemple, cette notion simple de ''soldat''(de lumière,de terrain,de confrérie,...)et observons ce comment elle en dépasse l apparence,suivant laquelle il est fait usage de l'essence de la violence pour revendiquer un idéal de vie,de maintenir la paix plutôt que de s'engager vers la guerre...

    Oui,les Amis, partout il y a deux Extrêmes et là où se trouve une chose se trouve son inverse : ce sont les deux pôles.

    C'est l'ainsi de ce phénomène à la polarisation qui permet aux hermétistes de transmuter un état mental en un autre,et cette gestuelle très subtile,quoique affichée nous le fait bien comprendre.

    Dans nos laboratoires individuels,et là où nous sommes, la victoire sur le Soi est un facteur fondamental voir crucial,car le véritable ennemi est intérieur,nous le savons pertinemment bien maintenant....,et maître de Soi,sous entend dominer émotions,craintes,pulsions...

    Le travail ainsi fait dans cette direction,construit en nous l'équilibre de manière immuable...en opposition a ce quelque chose éphémère qu'est une victoire sur autrui ou sur un phénomène.

    Ces enseignements taquins posent également l'accent sur la conscience du UN,entre le corps et l'esprit.

    Symbole de l'Homme debout,Le principe actif dont découle toutes les manifestations,le Un est cette symbolique de l’être,mais également de la Révélation,médiatrice apte à son élévation vers un niveau supérieur.

    Car et effectivement,tout est dans cette unité de ce que nous pensons et faisons....ainsi que de notre nature profonde et le comment faire.

    En ce concentrant de la sorte,et sur l'instant,les résultats sont ce qu'ils sont,certes,....mais toujours demeurent authentiques.

    Il importe donc,selon mon humble avis,de savoir s'engager avec courage (afin de se connaître,se juger et se comprendre) dans des situations les plus révélatrices qui soient,....là,où les pelures qui forment notre oignon,tomberont avec un grand ouf de soulagement....et se moqueront dès lors,de peur et consœurs.

    Nombre d'entre nous craignent l'inconnu,...mais il demeure utile de savoir se dépouiller malgré tout de ces carapaces semblant protectrices;ces phases comme nous le savons qui respirent le nigredo,l'albedo et le rubedo.

    Il y a ainsi donc,une certaine économie énergétique dans cette gestion,libre de toutes préoccupations et affectivités désordonnées....qui facilite également cette compréhension de la non atteinte.

    Dans cette approche philosophique,il n'y a ainsi nulle opposition entre le Soi et autre...mais juste une sorte d'alliance entre ce Soi et un vecteur d'évolution et progression de ce Soi justement via l'autre !

    Tout échec,défaite,perte d'initiative est donc à s'accepter comme un phénomène qualifié de normal,qui ne s'accompagne d'aucune rancune,haine ou regret;la solution a amener étant éventuellement et simplement d'essayer une amélioration et la non-récidive.

    Avec cet aspect des choses,il y a donc une certaine forme de transcendance vers une voie d'évolution,et au perfectionnement de Soi.

    Une approche juste de la symbolique des choses difficiles les rend donc aptes à la compréhension.. Les choses émoussées peuvent être rendues tranchantes...si perçues sur le juste fil du courant de l'eau vive.

    Le juste faire,de nos jours et au sein de certains ryus(Naga en sanskrit=école,elles mêmes divisées en branches (Ha)) enseigne une manière vers l'étudiant profane ,pour voir et par la suite ré-orienter la manière de faire ou de comprendre de celui-ci...Est ce un bien ou non,ne m'en prononcerais trop vite ici,..mais de me poser cette élémentaire question de savoir le pourquoi en procéder de la sorte et de ce manque de confiance,en ces temps modernes et sur des notions déposées sur la confiance?

    Et ainsi de suite, la transmutation s'accomplissant constamment entre choses de la même classe mais possédant des degrés différents...devant réorienter constamment le Deshi.

    Car et cependant, lorsque' on a bien compris le Principe de Polarité,il semble assez évident que les changements mentaux seront occasionnés par une mutation de polarité et via un simple glissement sur la même échelle et ainsi, sera beaucoup plus aisé de capter entièrement la question,non.

    Ce changement n'est pas une transfert d'une chose vers une autre chose entièrement différente que davantage une modification de degré dans la même chose.Un feu doux et constant est préférable à un autre, radical et trop fort qui ne fera que perdre l’œuvre dans sa totalité.

    Cette éducation de la personnalité,qui canalise le symbolisme, les énergies et états,les vertus et principes,est au centre de cette pratique commune ,en laquelle nous essayons d' évoluer.

    Pour synthétiser ceci,on peut donc affirmer que le chercheur doit adhérer en pensées et actes,aux 3 grands principes connus...L'esprit,la connaissance et le résultat...mais nullement en mode n'importe quoi.

    Ces principes sont inhérents aux cultures Occidentales et d'Orient,mais avec une approche différente,comme correspondent parfaitement ainsi à la trilogie bien connue des écoles de philosophies que sont la pensée (esprit),les sentiments(cœur âme) et les actes( corps physique).

    Ainsi donc cet humain est''travaillé''sur 3 plans bien définis,comme dans ces aspects interdépendants que demeurent également le plaisir,l'art,et la philosophie....quoique le tout restant chapeauté par les arcanes liées aux symboles.

    Il y a donc ,en fait une véritable re-programmation de l'individu avec son Moi profond,permettant de révéler et d'assister parfois comme soudainement à des talents cachés et de les sensibiliser à une dimension artistique et éthérique.

    Le champs de conscience,par cette manière de procéder ,s'élargit donc,grâce aux éléments philosophiques et spirituels qu'il véhicule en son creuset;

    Partir en quête de ses talents et de son potentiel est donner une certaine forme d'expression artistique,d'action ou philosophique.

    Si on souhaite s'adonner à une activité,extra-professionnelle,c'est que l'on souhaite y retrouver les marques qui nous demeurent intimes telle une ambiance,une certaine acquisition de compétences,une connaissance,un autre regard sur les choses de la vie....

    Il importe par dessus tout d'organiser une bonne stabilité émotionnelle et corporelle.

    En cela,les écoles authentiques de savoir détiennent ce panel- potentiel vers un essor d'importance,pour ce faire. La juste Alchimie.

    L'amour de la sagesse,par l'art du vide,sur lequel je m'étends depuis plusieurs chroniques,maintenant,ne mène au productif,que si le moyen reste solide.

    Cela est la raison fondamentale du pourquoi,l'esprit et la technique (via la symbolique,ou le geste,...)doivent se maîtriser de manière simultanée.

    A quoi pourrait servir un sabre sans un mental apte au discernement...ou une grande philosophie,sans secteur d'action(le sabre tue et fait vivre l'Homme...dans son ego et sa passion)

    Le désir de paix authentique,est ainsi un Art,à lui seul,qu'on le sache bien.Il est chemin par l’intermédiaire duquel l'Homme est en relation avec l'Univers.

    Hermès,Lao Tseu,Platon....nous ont tracé la piste de travail...,poursuivre dans ce sens est peut être une bonne formule,...si pas La juste formule.

    Merci...les zamis

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  

     

    Bien le bonjour Amis Hermétistes et les Autres,of course,...

     

    Version élargie d'origine Itosu no Kushanku,Kanku dai no kata,voir sho,dans ce listing des formes codifiées Kata (Key,Gyo=formes,canevas...Dao,en chinois,séquences technique dont le déroulement reproduit principalement un schéma de combat mais également une grande et subtile symbolique), et rattachée au Wado(Voie de l'Harmonie, crée par Otsuka Hironori en 1939),Shito(créée par Mabuni Kenwa en 1934) comme Shorin ryu actuel (Matsumura Sokon 1800-1896)en offre malgré tout des modifications par rapport au tronc commun Shuri-te(issu du Quan Fa dont Sakugawa 1733-1815 fut le premier enseignant),mais pas que.

    Ce que sollicite cette chronique, se caractérise essentiellement dans le mouvement d'ouverture,et dont les mains placées en triangle (terre-homme-ciel),sur le peu en avant de la zone ventrale ( Tanden ou champ de cinabre,lieu de focalisation énergétique) pointant par ailleurs le juste équilibre,et qui vont doucement s'élever pour se séparer et à nouveau afin de se rejoindre un peu plus tard.

    Ce triangle inversé en outre,nous siffle ce symbole subtil lié,lorsque pointant vers le bas,à la fleur de lotus (pureté du cœur toujours immaculée,même sous les eaux les plus sombres et dormantes).

    ''Comme un lotus pur,admirable,par les eaux n'est point souillé,je ne suis pas souillé par le monde'' (Anguttara-nikâya)

    Trône de Shakyamuni,il est la nature de Bouddha non affecté ni atteint par l'environnement boueux du Samsâra, rejoignant de biais Tcheou Touen-yî dans sa reprise de pureté associée,elle, à la sobriété et rectitude, de la fermeté (via sa tige) de sa prospérité (via une grande luxuriance) sa prospérité (via l' abondance en graines).... et son schéma d'états (3) qui nous la joue aimablement sur cette notion du bourgeon,de la fleur épanouie et des graines.

    Et de poursuivre le mouvement absorbant dès lors l'énergie issue de centre vital,(de la Terre),qui monte vers cette rencontre avec confrère céleste pour ainsi s'y concilier au point ultime du mouvement.

    L'arc de cercle va par la suite reprendre le schéma de retour,pour en rétablir un nouveau contact au point de départ,à cette différence près que le tranchant de la main droite (yang) en frappera la paume gauche (yin).

    Yang (Yo ou Omote),principe mâle et donc positif de l'Unis vers selon la conception Taoïste étant représenté à part égale dans le Tai-ji avec le Yin,principe féminin.

    Tracé donc par le cordeau invisible ou l'imperceptible compas,et dont les points sont à égales distances du noyau,ce mouvement s'exprime ainsi autour d'un axe pour en dessiner une circonférence évanouie,demeurant en outre, un symbole spirituel fort via un trait déposé dans le temps,un signe de renouvellement permanent,un symbole divin et Universel,un infini sans nul commencement ou quelconque fin....

    Le centre,avec la croix,le cercle et le carré,de son coté est un des quatre symboles majeurs,mais surtout Le principe,réel absolu.

    Nicolas de Cues ( penseur Allemand du Moyen-âge 1401-1464) le pointait déjà tel ceci en son époque,que les pôles des sphères coïncident avec le centre qui est Dieu.Il est circonférence et centre,Lui qui est partout et nulle part.....ce qui,par ailleurs nous rapproche assez justement et sans trop de nuances d'Hermès le trois fois grand:Dieu est une sphère,dont le centre est partout et la circonférence nulle part.

    Well donc,d'ainsi déceler délicatement aussi le rapprochement suivant ;que le cercle dans le Budo est fondamental,au même titre,que dans l'architecture des cathédrales,bien certainement,...mais d'autres s'y sont déjà tant et tant accrochés,que j'en retourne sur les tatamis de mon coté.

    En effet,il est a savoir qu'il existe 6 directions de base pour le pratiquant moyen en relations directes avec la rotation du corps autour d'un point central,et dessinant,par cette manière un cercle parfait dans l'espace et au cours des divers déplacements.

    Ainsi,donc,6 directions sont réparties dans un cercle virtuel dont le point central reste l'Homme.

    Il y a donc ,en quelques sortes,un calcul d'angles à faire (60°) et a concevoir,certes,...mais de surtout tabler cette géométrie,non,sur les axes du pied avant et arrière,que davantage sur le positionnement central du corps en aplomb.

    L'outil qui trace le cercle demeure essentiellement le compas,que l'on pourrait de toute évidence rattacher à son petit frère équerre.

    Et ainsi de partir sur une assise de croix tracée(qui en serait subtilement ces angles nous renvoyant vers le carré,la pierre..enchâssé dès lors et fréquemment dans cette sphère).

    Car,combinée avec le carré,la forme du cercle évoque le mouvement,le changement de niveau ou d'ordre,interprétant de surcroît dans le psychisme du petit ''dom''une image dynamique de dialectique entre ce qui se transcende issu du céleste et cette aspiration terrestre dans laquelle il se situe pour l'instant.

    Pour faire court,il y a donc une présence universelle et illimitée,au centre invisible de l'être,indépendamment de l'espace et du temps.Ce lieu représente la jonction des opposés,un foyer d'intensité dynamique,voire l'athanor en lequel se déroule les concentrations et autres condensations ou fusions.

    Via cet outil de base,il y a la perfection au tracé,et cette frontière marquée entre l'intérieur et l'extérieur,ou entre le défini et l'indéfini,tout en prenant bien conscience que le centre n'est pas un quelque chose de statique dans une position stricte et définie.

    Tout comme notre Budoka,point central,la gestuelle,se déroule dans un cycle dont le commencement coïncide avec la fin du geste parfait.

    De Lui,partent le mouvement de l'Un vers la multitude(le schéma du kata;a noter que le même Kanku dai voit le cercle se refermer au dernier temps),de l'intérieur vers l'extérieur,du non manifesté vers le manifesté,de l'éternel vers le temporel...

    Il importe a bien prendre conscience malgré tout que le point central de la pratique se situe dans une certaine conception défensive de bien trop sécurisante souvent et que cette dimension spatiale demeure assimilée à une sorte de laboratoire d'alcôve,loge,Temple..mais,plus en avant,il en est davantage d'un endroit d'où en émergent tous les processus...qu'ils en soient d'émanation,de divergence,de retour ou convergence,..et dans une recherche commune vers le Un.

    Le cercle est donc l'Alpha et Oméga,tel le point Un dans un tout,un mouvement... ,et en devient une Unification entre les deux protagonistes engagés.C'est un des buts ultime des Budo de ne plus être dualité mais Unité dans l'engagement.

    Le centre est donc la (re)(co)-naissance des phénomènes,du mouvement,il est la puissance créatrice et donc dans ce ''Regard vers le Ciel'' du Shotokan ryu,en lance une double interprétation selon le sens que l'on veuille en donner à ''Ku'' (Kan se référant à l'observation) et donc d'en porter le regard vers le céleste ..ou vers le vide (effectivement,Ku=Kara=vide originel),ce qui souligne une certaine préoccupation philosophique en la discipline,fortiche les nippons...lol.

    .Le Budoka étant le centre du mouvement...le Hara étant le centre du Budoka.

    Ainsi donc ce point est la source de l'intensité technique et le pourquoi les Sensei insistent tant sur cette zone ventrale ,plutôt que respiratoire ou notre cardiaque.

    A noter,que cette notion reste omniprésente dans la civilisation nippone,voulant que seule une personne ayant réalisée l'union de ses énergies via concentration et respiration (Kokyu) est capable d'atteindre des sommets insoupçonnés,aussi bien en calligraphie que dans d'autres disciplines.

    Le cercle,de par le compas donne cette dimension de mobilité tout comme le Budoka fait bouger autour de Lui,par le geste.

    Onaka,Fukubu ou plus simplement Hara...est donc ce point ventral où se situe cette principale source d'énergie vitale (le Ki),à quelques centimètres sous le nombril,en léger retrait vers la colonne vertébrale.

    KiKai (Qi-hai en chinois) est donc cette région du corps nommée,où se situe le point nommé Tanden (Dan-tien chinois),centre d'équilibre parfait de l'Homme.

    Il en est de notre creuset,le centre source,cette préoccupation de presque toutes les philosophies authentiques et portées sur l'unité parfaite du corps et de l'esprit dans une prise de conscience aiguë sur cette dite source d'où procède l'énergie.

    En effet,si on porte le regard,il n'est pas trop rare,de trouver un artiste ou autre, accomplit,et investit dans la peau d'un insondable.Certes,cela peut paraître assez peu conciliable voir paradoxal,pour certains...et pourtant,il existe parfois,une grande similitude entre cet exemple de sabrer quelconque adversaire,d'un geste unique et décisif tel cet autre de jaillir le geste sur une calligraphie,un instrument de musique,une peinture,une sculpture,...

    Le ''Sumi-e'' est la pratique,ainsi nommée ,qui consiste a tracer d'un geste unique,et détaché de tout, un dessin sur une feuille de papier en soie.On utilise pour se faire une encre sous la forme de bâtonnets solubles à l'eau,en les frottant sur une pierre à encre (Suzuri),avec quelques gouttes d'eau.

    Cette feuille faisant office de buvard,a comme propriété d'absorber l'encre instantanément et amène donc l'adepte a avoir ce geste limpide et léger,spontané et sans aucune faille...car la plus minime erreur se trouvera sanctionnée directement par une tache informe,rendant de ce fait,le dessin obsolète.

    L’Art du sabre (Kenjutsu..Kendo)est dans cette même approche d'atteindre les limites et de laisser surgir le souffle même de la pensée.

    Il ne s'agit donc plus d'un quelconque travail sur l'acte en lui-même,mais plutôt sur l'âme et esprit.

    En y regardant de près,il n'y a ,en fait pas de meilleure manière,en terme d'apprentissage,que celle d'agir avec tout son être,et non avec une partie de lui.

    Cette analogie,entre le combat au sabre et celui contre la feuille (calligraphie),la terre ou la pierre (la sculpture),les mots (la poésie)les paysages (le dessins ou la photographie)....est une source infinie,et de réflexions.

    Ces disciplines restent parmi les meilleurs éléments pour faire apercevoir cette notion du Vide.car avouons malgré tout, que nos concepts ont ce besoin constant de frontières sur la nature des choses.

    C'est donc ici que se pose cette seconde passerelle avec ce point central et dès lors étendu,et qui participe à la perfection,l'homogénéité,l'absence de division et autres distinction,...le cercle.

    La spontanéité affronte donc la résistance.Le champ de bataille du soldat en armure est différé vers celui de la feuille de soie blanche,devant les mots épars et a rassembler,devant une certaine beauté a fixer et non a figer...

    A noter que la tradition islamique considère la forme circulaire telle la plus parfaite de toutes,et le pourquoi les poètes sourient en leurs écrits en posant que le cercle formé par la bouche est la plus belle des formes,car complètement ronde.

    Trop de force,il est dit, engendrera blessure,...comme cette tache d'encre citée plus haut dans son trop de...L'acte réussi,lui,manifestera inévitablement le vide parfait,l'harmonie...

    Le mouvement circulaire est parfait,immuable et sans réel commencement,fin et variations.Ciel inaltérable dans son schéma,il nous joue la spiritualité (alors que nombre tentent absolument voir a y déceler quelconque gestuelle stupide de combat)la transcendance et les insertions dynamiques avec notamment le cosmos,mais également ses inter-relations avec le terrestre.

    Plotin nous murmure que le centre (hara) est le père du cercle,alors qu'Angelus Silesius s'en approche via une autre piste que le premier a contenu le second.

    Tout devient plus accessible lorsque tout désir d'obtenir ou perdre,n'a plus véritablement de sens.Ce phénomène sera qualifié de ''fond''....et se définira parfaitement quand le geste simple et spontané émergera le plus naturellement possible,débarrassé de sa gangue

    Maintenant,que l'on reste bien conscient ici, que la réalité de la recherche se doit être bien au-delà de celle-ci,et dans cette démarche,pour en reprendre l'exemple plus discernable au Tir à l'arc,que l'on pourrait visualiser une flèche atteignant son but,avant même qu'elle ne parte !

    Toute idée d'atteinte ou intention,stagne en nous-même...et est un de ces facteurs qui aliènent l'objectif ultime.

    Or,ce qui est,ne demande qu'a jaillir telle une réalité soudaine. La stabilité et l'harmonie,sont dans le toute chose,qu'elle que ce soit!Un esprit calme et tranquille peut se voir affronter le pire ouragan,car possède déjà cette arme imperturbable qu'est la sérénité en Lui-même et qui reste essentielle.

    De citer peut-être l'Aéropagite dans sa vision du cercle et de ce centre,avec une certaine irradiation qu'au centre du cercle tous les rayons coexistent dans une unique unité et qu'un seul point contient en soi toutes les lignes droites,unitairement unifiées les unes par rapport aux autres et toutes ensembles par rapport au principe unique duquel elles procèdent toutes.Au centre même,leur unité est parfaite.

    En règle générale,les individus ont un excès de but ou demeurent sans.

    Chacun fait ce qu'il peut quand il en estime la meilleure opportunité déclarée pour Lui.

    Certes,l'Homme est dans la plupart de ses actions,un acteur de la vie et du mouvement,mais il se doit de porter son attention a ne pas dévaloriser ni exalter ce mot plus qu'il ne faut.

    Allier le courage,la sagesse,l'intelligence ...n'est pas un facteur d'exclusivité d'époque,d'individus,de sexe..et par ailleurs,de nombreux grands hommes d'affaires ou autres,ont établis des puissants empires,avec ces qualités stéréotypées..et selon leur manière de fonctionnement.

    Nous avons déjà vu,précédemment,que lorsque l'homme emploie le temps et l'énergie qui lui sont propres,il utilise le ''rythme'' (Hyoshi-Ritsu).Ce dernier étant présent dans toutes les activités est le corps subtil de toute énergie,donc.

    Hyoshi est une suite d'intervalles rythmiques constitués simultanément d'espaces et temps (le premier étant une notion subjective et dépendante du temps,surfant avec lui ou amenant discordance et disharmonie...Hyoshi-o-kokoroete,Shori-o-tsukamu=pénétrer le rythme autre ou en imposer le sien)

     

    En tout état de cause,et avec cet esprit rationnel qui est ,certain(e)s peuvent ressentir quelques difficultés a saisir ces concepts rattachés à l'énergie et au rythme,mais ça n'a pas trop d'importance en fait.

    Pour schématiser ceci,je ferais ce cas de lorsque vous PENSER faire fonctionner une concordance complète...la plupart du temps se sera dans la plus grande difficulté et confusion.

    Cela signifie donc qu'il faut simplement découvrir le rythme correct des phénomènes et les ingérer le naturellement possible,sans trop se prendre la tête.

    La tragi-comédie de cette époque moderne est que l'homme dans sa grande généralité a perdu ses repères...Hors du rythme des saisons défilantes,de sa psyché,...il finit,en définitive par vivre contre sa propre nature.

    Il en viendrait ainsi donc à laisser les lois naturelles agir comme en reprendre leur place respective,il y aurait fort a faire que celles ci se révéleraient de loin bien supérieures à toute autre forme de formule élaborée.Chassons le naturel dit l'adage,...pour le voir revenir au grand galop.

    Se focaliser sur une pensée...c'est en quelque sorte l'intégrer en soi.Aussi,toute fixation est a considérer comme un élément qui fait de Vous une victime potentielle quelque part dans un fonctionnement.Porter attention au rythme,au pinceau,à la note musicale,au geste,...est donc se perdre.Demeurez en attentif aussi, que penser ne pas penser...est déjà penser !

    Le maître de la réalité restera la réalité ,elle même...ou Celui et Celle qui parviendra après un long,voir très long travail,a éclater ces bulles d'illusions qui volent et virevoltent autour d'eux

    De nos jours et en Occident,une quantité considérable d'individus prennent conscience et s'intéressent aux Arts martiaux Orientaux dans la globalité,et plus spécifiquement à ceux du Japon,que l'on nomme Budo. Non,qu'ils délaissent la Chevalerie Occidentale que de respirer ce désir certain d'aller voir ailleurs si l'herbe est plus verte,comme la souris...voir un chouïa d'exotisme pour certains parfois.

    En outre,il semblerait que ce monde silencieux Oriental,ne bénéficie pas d'une notoriété à sa juste valeur,car il en resterait à l'écart des grands courants qualifiés de sportifs et dans lesquels,la compétition fait Loi.

    Si l'on veut sérieusement apprendre de la société nippone et de sa culture traditionnelle,il est essentiel de ne pas s'écarter du Budo et de son passé.

    Car ,en effet les combattants de ces époques anciennes et troublées,ont marqué très tôt l'histoire de leur pays,pour voir jusqu'à ces temps relativement récents,leur pouvoir doucement s'estomper.

    Quoique cette culture-philosophique reste malgré tout présente,il demeure relativement assez difficile malgré tout de savoir l'approcher sans en passer par les éléments de traditions.De nombreux Arts,tels que la calligraphie,la cérémonie du thé,le théâtre,...ont vu ainsi leur développement respectif poindre, en une époque on l'on dégainait le sabre pour un oui ou un non..et donc présenter,une conception différente de celle de notre époque.

    Mais qu'en est-il vraiment de cette discipline Budo au nom tant emplit de mystères ?

    Pour faire rapide,je dirais qu'il s'agit d'un concept visant une formation complète de l'individu,mentale,physique et caractérielle,par ce vecteur de disciplines anciennes de combat.Celles ci,dans la globalité représentent donc ce mot de Budo(Do,Michi aux 3 composantes Tai (corps) Ghi (technique) Shin (éléments mentaux) s'associent ensemble au plus juste des apprentissages.

    De grandes scissions déterminent dès lors,après cette définition,les courants sportifs et ceux de tradition dans une ou l'autre discipline issues du passé lointain.

    Le Kenjutsu devenant Kendo,le Jujitsu devenant Judo,l'Aikijutsu-Aikido,....

    La sobriété,le sérieux,le calme intérieur,la quiétude,...de l'Art et de son lieu d'étude,s'opposent à la lumière,la liberté,l'éclat..de la discipline sportive.

    Les pratiques austères et ascétiques se démarquent des stages de grandes audiences en omnisports et compétitions a outrances.

    Certains ''Do'' s'immergent même dans un aspect spirituel profond et d'union ou,toute once de combat,est exclue(le Kyudo,...par exemple).A ce titre d'ailleurs,les manifestations médiévales et chevaleresques sont elles de même menées sur deux champs d'opérations bien distincts allant de l'ordre folklorique et historique pour les uns..vers le plus actualisé pour les autres;avec ce fait également que les diverses parties,rarement se côtoient.

    Budo pourrait donc se traduire assez justement par ''Voie martiale''tout en prenant conscience que Mars est ce Dieu de guerre,souriant le paradoxe du Ryu guerrier vers le Do!

    Mars=énergie,volonté,ardeur,tension et agressivité...voyant,en outre notre Moyen-âge surnommer cette Dame planète,''le petit maléfique'',cela en fonction de ces critères souvent associés plutôt au mal qu'au bien.

    Aussi,il serait dès lors pratique de se pencher sur les deux termes composant de Bu (Arts martiaux) et cette notion de DO ''Voie'',afin de bien déceler les inter-actions de l'un par rapport à l'autre.

    De nos jours,toutes les cultures confondues,les jeunes générations ont une réaction semblant épidermique dès que l'on parle de Voie,chemin d'évolution,de transe-mission d'enseignements passés,...justifiant certaines prises de position tels que des sujets résolument archaïques et dépassés par la modernité.

    Une Voie,qu'elle en soit Chevaleresque ou non,mais pour le peu authentique,est posée sur un moment de notre existence sur Terre,avec ce point de départ qu'est notre

    naissance vers son déclin ultime de notre départ.

    Sur cet itinéraire,demeurons conscient également,qu'elle sera jalonnée de courants ascendants et descendants,qu'elle n'est nullement imposée,..mais qu'elle respire toujours d'une direction générale de travail et d'un engagement.

    Aussi,lorsqu'un tend vers un processus d'amélioration de l'Homme dans sa totalité via le vecteur/outil de l'Art martial Alchimique,alors vient naître l'idée de Budo !

    Cette philosophie sur l'amélioration de l'individu intègre toutes les civilisations,aussi anciennes soient-elles;et,dans les traits généraux et caractéristiques fondamentales...les courants de la pensée Orientale ne diffèrent pas trop de l'Occidentale.

    Notre cercle-centre en demeure semble t-il une preuve intangible,un pont posé sur deux cultures.

    Malgré tout,il faut admettre que si un Français (cela reste un exemple,bien certainement)émettait ce souhait d'une pratique en profondeur dans une discipline du Budo,de toute évidence,il en serait rapidement confronté à la mise en pratique sur sa conception du chemin,comme le serait,en outre inversement d'ailleurs pour un Oriental.

    Car,il convient de remarquer,hormis les problèmes de transmissions classiques(langue,interprétations,sous-entendus,méthodologie,...)un aspect des plus importants a prendre en considération,reste,cette aptitude a enseigner des techniques du corps liées aux aspects de l'esprit,sinon par la juste symbolique et des codes....Alchimiques,dans une conception profonde et large.

    Or les Maîtres de savoir,et peu importe le lieu de naissance ici, sont dans une recherche de perfection constante,qui elle,inhérente et intégrée aux valeurs de la société est représentée ordinairement par le syncrétisme de l'image de Bouddha et autres divinités Shinto....ou de nos cultes.

    Ce genre de perception fusionne donc entre le monde humain et le monde cosmique!Aussi,les enseignants ont cette approche du phénomène qu'il se puisse d'être comprit et accepté de Tous. Cela semble,par ailleurs une évidence acceptée ....et c'est donc via cette porte aussi, que le problème vient a se poser.

    Car,l'histoire nous l'enseigne et le confirme,le Budo,.... fut de très souvent associé aux mouvements nationalistes du genre.qui,il n'y a pas des centaines d'années de cela,tendait a exclure toute forme de vie et culture autre,que la mère créatrice...et,il n'est pas le seul,loin de là !

    Aussi donc,par son mode de fonctionnement interne,et sa vision universelle,le Budo prend sur Lui d'aller directement vers l'objectif a atteindre.

    Il apparaît maintenant comme un fait avéré,que la diffusion a l'échelle planétaire de ce genre de formule,ne peut se concevoir que si débarrassée de la cosmogonie Japonaise,en l’occurrence.Cette manière de faire,selon mon avis,est idéale pour une progression véritable.

    Je résumerais donc ces propos en osant qualifier le Budo comme unique,au même titre que la Chevalerie Occidentale....que l'on y dispose en leurs seins de possibilités variées en terme de pratique et d'appréciation.

    Me permettrais-je également d'aller un peu plus en avant,en élargissant que le problème lié au phénomène est essentiellement la conséquence des enseignants niant une autre manière de faire,que celle qui fut enseignée.Impensable ,que le concept soit modifié pour une adaptation étrangère et de surcroît pour des recrues....tel raisonnement pathétique.

    Quelle serait donc cette fameuse formule magique donc,afin de fonctionner plus efficacement,direz vous ?

    J'irais,pour ma part,sur cette tendance à penser prendre ce temps a réexaminer correctement le symbolisme notamment,ce,afin de préciser au mieux ce qu'un mouvement,..(là aussi peu d'importance)s'en devrait faire pour trouver une forme d'efficacité ou signification réelle à l'échelle planétaire.

    Un hermétisme et un égocentrisme à l'excès n'offre que peu de solutions de secours,restons en certain.

    Or si les dignitaires du Budo ou autres maîtres,ne sont pas capables d'ajuster ou réajuster correctement le tir vers les demandes,les disciplines concernées risquant de perdre pied,ainsi que leurs qualités spécifiques.

    Par la suite,les valeurs en viendront a être menacées au point de fragiliser les fondements.

    Avoir une vision large des choses,préserver et entretenir un patrimoine culturel,savoir communiquer et transmettre vers le futur, ...est la juste évolution a entamer.Un laboratoire et un oratoire Unis vers Elle en quelque sorte...

    Merciiiii et bonne journée..

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Maestro Ali Boron...Thanks Sir.

    Cui-cui... ou tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la Langue des Oiseaux.
    Voici un mini aperçu de ce que recouvre par chez nous l’appelation peu contrôlée : « langue des oiseaux ». A l’origine de cette trop brève mise au point, le fait que mon ami Drianne Marco m’ait gentiment invité à lire une publication sur ce sujet, qu’il venait de trouver dans un nouveau « groupe » F.B.
    Rien de bien original, juste le sempiternel refrain new-age sur les vertus de ce qu’ils ont failli comprendre, mais qui à force finit par passer pour une évidence. Aussi, après avoir réprimé quelques baillements de circonstance, le paresseux que je suis n’a malgré tout pas pu résister à l’envie de rectifier les sottises parsemant la « planche » communiquée. Je vous joins donc le texte initial suivi de mes corrections ; puissent-elles vous râvir l’entendement !
    Eric Smith à La Franc-maçonnerie pour les nuls 17 mai, 17:38 · Marignane ·
    Le saviez-vous ? LA LANGUE DES OISEAUX
    Qu'est-ce que la Langue des Oiseaux ?
    Exemple, elle permet d’apprendre que si nous faisons autant attention à nos morts c'est parce-que "la mort du corps c’est précieux" en langue des oiseaux nous traduirons par "l’âme hors du corps c'est près cieux"
    La Langue des Oiseaux est une manière très particulière de donner du sens aux lettres, aux mots ou aux phrases. Elle repose sur le jeu des sonorités et sur le symbolisme propre à chaque lettre, figuré par leur graphisme autant que par les résonances sonores qu'elles suscitent. S'affranchissant des règles de grammaire et d'orthographe, la Langue des Oiseaux recouvre aussi un ensemble de procédés qui permettent d'entendre différemment les sons, les mots et les expressions afin d'en faire émerger le sens secret. C'est autant une tournure d'esprit qu'une disposition à capter la puissance symbolique du langage.
    Évoquée dans le mythe de Tirésias et utilisée par tous ceux qui ne désirent pas être compris du plus grand nombre, elle fut employée par les Initiés du Moyen-Age pour déguiser le sens profond de leur pensée, et par les Alchimistes, qui se transmettaient ainsi leurs secrets de fabrication. A l'image du chant mélodieux des oiseaux, ce langage fut considéré comme celui de l'Esprit, ainsi, les cartouches des cathédrales, les blasons et certaines sculptures médiévales ne peuvent se décrypter sans une maîtrise de cette Langue.
    Encore appelée Langue de Dieu, Langue des Anges (Dante), Langue Verte (Fulcanelli), Dive Bouteille (Rabelais), Gay Savoir ou Gay Science, la Langue des Oiseaux fut employée par les troubadours et utilisée par des auteurs comme François Villon, Rabelais ou Cyrano de Bergerac pour masquer la dimension ésotérique de leurs œuvres. Propre à chaque pays, elle fut aussi utilisée par des écrivains étrangers tels Michel Cervantès (Don Quichotte) ou Jonathan Swift (Gulliver). Elle permet également d'appréhender de manière plus subtile les contes de Charles Perrault ou d'entendre différemment les péripéties de personnages tels Till l'Espiègle, Peter Pan ou Robin des Bois.
    Parmi les procédés sur lesquels s'appuie la Langue des Oiseaux, citons entre autre l'utilisation des homonymes, des acrostiches, des palindromes, des anagrammes, des inversions, de l'euphonie, du lanternais, des rébus, de la contrepèterie, du symbolisme et de l'étymologie. La partie la plus secrète de la Langue des Oiseaux comprend surtout, une lecture ésotérique et hiéroglyphique de chaque lettre de l'alphabet ainsi qu'une correspondance énergétique précise, qui s'apprend, se ressent et se comprend.
    Source : divers
    « Lecture ésotérique et hiéroglyphique », m’ouai bof, car en “science des lettres” (seul domaine pouvant être concerné par ce hiéroglyphique ésotérique), il n’y a rien de spéculatif justifiant l’emploi du mot « lecture » ; on est plutôt dans de l’opératif pur et dur, mais en aucun cas via notre alphabet latin. Bon, même si l’expression est inadéquate, passe encore pour l’alphabet hébreux. Les grands kabbalistes, tels Aboulafia ou Luzzatto, ayant effectivement des pratiques fort ésotériques de visualisation des Lettres mais plus encore des Noms Divins ainsi composés. Lesquels, idoinement proférés avec la qualité et l’intensité d’Intention requise (kavana) se deviennent en l’orant, métabolisés. Théurgie ô combien sacrée, auréolée d’une redoutable numinosité.
    Bref, rien à voir avec les «correspondances énergétiques précises » du nébuleux Eric Smith qui fleurent bon le fumeux « développement personnel » ! Car, on est là à des niveaux de spiritualité qui, faute de maturité et purification adéquates, mènent direct à l’hopital psychiatrique. Isn’t it, Franck ?
    Ou bien encore, voir les techniques de méditation du Shingon –bouddhisme tantrique japonais- où la lettre-syllabe A présente moultes vertus... dont on retrouve une application plus ciblée dans le yoga des rêves du Dzogchen tibétain ; etc. Mais, par chez nous : macache bono, que dalle ! Aucun équivalent digne d’intéret. Que par exemple, chez Dante, la lettre « i » se voit attribuée tel ou tel sens métaphysique, procède de l’allégorie mais n’en fait pas pour autant un symbole, au sens rigoureux (révélé) du terme. En conséquence, toute méditation ou visualisation etc, sur cette lettre comme sur les 23 autres, risque de s’avérer nulle et non avenue.
    Les spéculations effrénées, à la Renaissance, sur les alphabets occultes n’ont pu conférer aucune efficience mystico-magique à notre alphabet latin. Voir par exemple le « Thrésor de l’histoire des langues » de l’étonnant Duret, 1611. Tentatives certes très érudites mais n’ayant eu finalement pour résultat que de ramener les moins agités du bocal vers la kabbale hébraïque, « christianisée » avec plus ou moins d’à propos. The best, à mon humble avis, étant l’immense Knorr von Rosenroth.
    Donc, pour ce qui est de la « lecture ésotérique et hiéroglyphique » de nos lettres, mieux vaut s’en remettre au gros bon sens de saint Augustin, qui, dans De la doctrine chrétienne (II, 24) met les pendules à l’heure : « La lettre X, par exemple, qui sert à marquer le nombre dix, a chez les Grecs une signification autre que chez les Latins ; signification qu'elle tient, non de sa nature, mais d'une convention arbitraire ; et celui qui, connaissant ces deux langues, écrirait à un grec, n'emploierait pas, pour exprimer sa pensée, cette lettre dans le même sens que s'il écrivait à un latin. « Beta, » sous la même prononciation, est le nom d'une lettre chez le Grecs; et chez les Latins, celui d'une sorte de betterave. »
    Cela dit pour en revenir à la fameuse « langue des oiseaux » ; laquelle, si j’ai bien compris ce qu’enseigne l’alchimiste Pierre Dujols de Valois, (supposé être un des Fulcanelli) , va quasi systématiquement chercher, par consonances, l’original grec sous l’énoncé latin ou françois. N’en déplaise à frère Smith qui y voit à l’oeuvre « une disposition à capter la puissance symbolique du langage », rien d’ésotérique dans la méthode si, comme Dujols et bon nombre de ses collégues alchimistes, on maîtrise la langue grecque, et quelques procédés conventionnellement pré-établis.
    Voir à ce sujet « La chevalerie amoureuse, troubadours, félibres et rose-croix » de Dujols, et par Roger Mazelier « Chronogrammes et cabale chez les troubadours et l’archiprêtre de Hita ». Les publications de Richard Khaitzine, bien que mieux diffusées, me semblent embrouiller la question. Il repère certes dans maintes oeuvres littéraires d’hiers et d’aujourd’hui l’utilisation de ces procédés cryptographiques, mais laisse entendre, confusément, que les auteurs concernés faisaient DONC partie d’une même « mouvance » initiatique, bof bof... Comme dit un proverbe, « tous les oiseaux ne sont pas des aigles ».
    Sans être grand clerc, il apparaît vite que les trois approches recommandées ci-dessus convergent, inexorablement, vers une origine historiquement repérable de ces procédés de chiffrage. Le XIVe siècle, et dans le sud-ouest de la France, fait l’unanimité. On pourrait chipoter en prenant en compte la façon (semblable au « nirukta » védique...) qu’a Jacques de Voragine (la Légende dorée, vers 1260) de jouer avec certaines étymologies, mais vu que les clefs de cette héraldique sacerdotale n’ont pas été divulguées, il serait périlleux de la ranger hativement dans la même catégorie de textes. M’est avis que, sous ses dehors d’hagiographies « naïves », son niveau est infiniment supérieur... Mais trêve de mystères et revenons-en à nos betteraves.
    Quoiqu’il en soit, si, comme l’affirme allègrement une ribambelle de pseudos initiés à je-ne-sais-quoi, cette « langue verte » est vraiment l’accès par excellence à l’hypothétique langue édénique, donc universelle, partagée par les entités parquées dans les trois règnes de la Nature... on ne peut que se réjouir de cette chauvine trouvaille ! Ne reste plus qu’a en vérifier l’efficience en organisant un colloque entre un cabaliste, une laitue, un caniche, et un caillou... sans traducteurs.
    Cette langue des oiseaux (mot-valise dans lequel le sieur Smith et consorts casent tout et n’importe quoi) fut remise au goût du jour au début du XXe siècle par les ouvrages signés Fulcanelli, via la mention des élucubrations d'un Grasset d'Orcet, elles-même cryptées par ce grand fumeur de moquette alors qu'elles se proposent de dé-chiffrer l’Histoire. Je reconnais bien volontiers avoir trouvé quelques pépites dans sa production, mais vu la tendance générale de ses thèses historiques, on finit par avoir l’impression que les « vrais morceaux de fruits » présents dans son yaourt y sont ... par accident. Pour ma part, je le classerai, gentiment mais surement, dans la catégorie des « fous littéraires ».
    Comme on peut le constater ici et là sur l’étal de nos librairies, ces accrobaties linguistiques, sorties de leur contexte initial pour être mises à toutes les sauces « initiatiques », ne peuvent qu’enduire d'erreurs en favorisant des délires de surinterprétations, façon Lacan au mieux... mais en majorité bien pires. Que le sens occulte de la phrase débile :"la mort du corps c’est précieux", se révèle signifier via la langue des oiseaux . "l’âme hors du corps c'est près cieux"... me laisse perplexe sur le niveau « initiatique » de l’auteur de cette planche. Mis à part pour un croque-mort au chômage, ou un adepte de l’Ordre du Temple Solaire en mal de suicide, je ne vois pas ce que cette assertion a de « pré-cieux ».
    Question herméneutique on est ici plutôt au niveau de la blague de comptoir, ou des jeux de mots bidons qu’affectionnent les publicistes et les salles de rédaction en mal de titres ou slogans susceptibles d’ accrocher nos quarts d’heure de cerveau disponible.
    Les rapports du jeu de mots à l'inconscient avait déjà été abordés par Freud, mais en faire une « méthode » et considérer qu’elle puisse avoir une portée spirituelle et universelle pose problème. Qu'y verrait ou entendrait un papou ou un esquimau resté à l’état de nature; car on peut raisonnablement douter qu’ils soient équipés du même inconscient que nous ? A supposer, du reste, qu’ils en aient un à titre perso... Bref, con-fondre d’emblée sub et supra-conscient laisse augurer un « cheminement » spirituel plus fictif que réel, mais dans l’air du temps, malheureusement.
    Cette promotion du "gazouillis" multi-prises fut commise initialement (vers 1969) par un adepte de la « psychologie des profondeurs », donc un jungien aussi sympa qu'allumé, nommé Etienne Perrot ; ce, au prétexte que certains patients du bon docteur Jung faisaient, en rêve, de l'alchimie sans le savoir. Ce qui n’est pas complétement faux, mais loin d’être vrai ; en ce sens que la compréhension de l’Art Royal par Carl Gustav laisse fortement à désirer. Mais c’est un autre débat...
    Cette version psy se combina assez vite, dans le grand public new-age, avec ce que quelques cerveaux indigents avaient pu prélevé chez Fulcanelli et sa descendance. Le résultat de cette tambouille se peut lire, entre autres, dans l’article ci-dessus. Si certains souhaitent se coltiner un peu plus que cette version molle, il leur faudra remonter vers une des sources. Voir par exemple les pompeux ouvrages d’un dénommé Yves Monin (dit " Emmanuel ", le "guide extérieur momentané " dont les " messages " étaient " la voix de l'âme qu'on n'était pas encore capable d'entendre ", sic !).
    Ils illustrent bien cet usage de commodes raccourcis vers je ne sais quelle Nature Originelle ou Tradition Primordiâââââle... accessible à peu de frais moyennant quelques pirouettes verbales. Bon, y a pas de mal à se faire du bien.... même si dans ce dernier cas , la Justice terrestre a eu le dernier mot, en condamnant ce « gourou » pour escroqueries diverse et avariées. Je suppose qu'il a profité de l’occasion pour dé-couvrir l'efficacité du langage....juridique.
    Quant à l’originale, donc la « langue fourrée » de Dujols, déliberément et remarquablement grivoise pour cause d’Inquisition et/ou de malice (voir Rabelais, Boccace, Béroalde de Verville), voici sa raison d’être. Il y avait alors dans cette partie de l’Europe une sorte d’internationnale « gnostique » dont l’épicentre avait été, un siècle plus tôt, la Castille du roi Alphonse X, dit « le sage ». Tout ce beau monde, kabbalistes juifs, mystiques soufis, philosophes de partout, « mathématiciens » d’Oxford, alchimistes, troubadours provençaux, cathares, etc... sympathisaient sur fond de sapiences partagées (et vécues).
    L’extension de cette pépinière se fit, entre autre, vers le pays d’Oc, terre romane à souhait et infiniment plus culturée (et donc, plus tolérante) que le reste de notre pays. Mais l’Inquisition (mise en selle par l’entremise de notre bon saint Louis) commençait déjà à sévir, et par conséquent également la nécessité d’occulter ce qui, peu avant, pouvait se partager et diffuser librement.
    Montée en puissance, la meute des Dominicains réussit à enroler l’ensemble des décideurs couronnés (hormis le très courageux Raymond VI) et put donc se concentrer, officiellement sur les seuls Cathares, mais en réalité également sur tous ces théosophes qui osaient réfléchir ailleurs qu’à l’ombre des dogmes en vigueur. On ne connait de la suite que la tragique disparition des Parfaits, moins l’extension de cette infâme persécution contre tous les autres « déviants »... Lesquels, moins enracinés apostoliquement que leurs frères Cathares, ont majoritairement obtenu leur salut par la fuite plutôt que par le bûcher.
    Ensuite, la perpétuation discrète de cette gnose (essentiellement hermétique), sur fond de raideur écclésiale croissante, doublée d’incompétence croissante en matière d’herméneutique, se fit au moyen de cette langue codée, « trobar-clus » ou « parlare chiuso ». Qu’en plus, nos alchimistes, pour des raisons particulières liées à la nécessité du secret relativement à certains aspects du Grand Oeuvre, en ait rajouté, n’a fait que compliquer les choses.
    Ceci précisé, on notera bien ici et là chez nos jargoneux d’antan quelques prétentions (peu affirmées) à rejoindre la supposée langue adamique d’avant la Chute, mais sans plus. La pratique alchimique visant le retour, au moins individuel, à l’Age d’Or, ayant plus d’affinité avec l’implication silencieuse qu’avec l’éloquence ar-ghotique.
    Rien à voir donc avec la « science des lettres » du soufisme, dite émanée de la langue « syriaque » usitée par les Anges et quelques grands saints. A ce sujet, voir l’extraordinaire « Paroles d’or », compilations des sapiences du shaykh al-Dabbâgh, illettré notoire... qui nous en transmet plus que ce que nos entendements peuvent assimiler.
    Par chance, un autre grand du soufisme, Ibn Arabi, nous permet d’ entrevoir le pourquoi du comment, suite à une révélation d’un niveau peu commun, où il perçut que les rythmes structurant la trâme du Monde sont similaires à ceux de la poésie. Comme il l'enseigne discrètement en préface à son « Grand Diwân », les principes majeurs qui régissent la poètique arabe (l'éloquence, l'harmonie, la symétrie) sont d'institution divine. Et de poursuivre par des considérations cosmogoniques plus explicites : « Dieu a doté l'univers, souligne t'il, d'une structure analogue à celle qui ordonne le vers d'un poème. Il repose, comme lui, sur deux « cordes » (« sabab », terme qui désigne l'un des principaux éléments de la métrique arabe); l'une « légère », qui est le monde spirituel, l'autre « épaisse », qui est le monde corporel; deux « piliers » (« watad », soit le second élément métrique majeur) le soutiennent également : l'un est la constitution et la génération des choses, l'autre, leur décomposition et leur dissolution. En somme, observe le Shaykh al-Akbar, le monde est une parole toute de rythme et de rîme ».
    Les fans de « gazouillis » angéliques noteront la parenté de cette « langue syriaque » avec ce que l’alchimiste François Trojani nomme « l’Ether des Couleurs ». Couleurs ô combien sémantiques, qu’on retrouvent aussi bien chez Stephen Jourdain, « éveillé sauvage » contemporain, que dans l’alchimie interne taoïste : voir « le Livre de la Cour Jaune », etc.... En passant, il se pourrait bien que l’efficience de la parole druidique (et védique) s’origine à ce même niveau de perception.....
    A vo’t service, M’sieurs Dames.
    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Merci Mr Jacques Grimault ...Respect.

    CE QUE LE JEU D’ÉCHECS DOIT À DJEHOUTY-THOTH-HERMÈS-MERCURE... et son rôle de truchement hermétique.
    Dans la série de nos digressions hermético-cabalistico-alchimiques etc., voici, en bref, quelques considérations sur l'un des jeux intellectuels les plus appréciés dans le monde, dont les origines historiques, conceptuelles et géographiques précises demeurent en réalité totalement inconnues. La plupart attribue aux Hindous cette merveilleuse manière de s’instruire en s’amusant. Quelques-uns en donnent le Grec Palamède pour auteur. Platon cependant, à la suite de Socrate, en attribue la paternité à Thoth l’Égyptien, devenu dieu des langages, des arts et des sciences. Et en effet, la signature hermétique de ce jeu est si évidente, pour qui sait la lire, qu’il n’y a pas moyen d’échapper à cette attribution ; c'est ce que nous souhaitons montrer et démontrer maintenant… mais de quoi parle-t-on ?
    Dans Phèdre, rapportant les paroles de Socrate, Platon nous fait connaître l'origine mythologique du… jeu d’échecs…
    « Aux environs de Naucratis, ville d'Égypte, dit-il, il y avait un ancien dieu auquel on consacrait un oiseau nommé Ibis. Il s'appelait Thoth. On dit qu'il inventa le premier les nombres et le calcul, la géométrie et l'astronomie, ainsi que le jeu d'échecs, le jeu de dés, et les lettres ».
    C’était il y a plus de vingt-quatre siècles…
    Voilà, pensons-nous, un bref texte propre à pleinement autoriser nos petites divagations hermético-cabalistiques coutumières : nous les dirigerons pour cette fois plus précisément vers l’élucidation alchimique, avec de brèves incursions dans des domaines culturels annexes et connexes usuels ; Astrologie, Philosophie occulte, Franc-maçonnerie, Tarots, grammatologie, hétéroglossie, etc.
    En premier lieu, d’un point de vue méthodologique, il convient de toujours sonder les étymologies classique et cabalistique des mots en présence : là encore, cette méthode efficace et sûre nous met de plain-pied avec le sujet. Ainsi, lorsqu’on décompose le mot Échec de la manière suivante : "EC - H - EC" et que l’on en compte les lettres selon le rang, on trouve tout de suite la signature de Djéhouty-Thoth-Hermès-Mercure, ce qui vient puissamment confirmer notre affirmation ci-haut et platonicienne : (E =) 5 + (C =) 3 = 8 = H... d'où EC = 8, + H = 8, + EC = 8, = 24, et 2 x 4 = 8.
    Par ailleurs, les cinq lettres de ce mot renvoient au cinquième rang de l’alphabet hébreu, occupé par la lettre h (Hé), équivalent à notre H, initiale du mot Hermès.
    Certes, mais en quoi ce nombre huit peut-il être la signature de Thoth ? Simplement par le fait que la ville d’Hermopolis (ville de Hermès pour les Grecs), sous la tutelle de Thoth, étaient nommée Kemennou par les vieux Egyptiens, ce qui signifie Ville des Huit. Les Arabes la désignent d’ailleurs actuellement par le nom de El Aschmounein, qui a la même signification.
    Par ailleurs, l’hébreu qch (HeSheQ) signifie "plaisir", "délices", "désir", ce qui le rapproche sémantiquement de son homophone rca (eScheQ), qui désigne les parties génitales et le caractère sexué des êtres, ce que l’on interprétera aisément, dans notre contexte, comme le caractère double, hermaphrodite et complémentaire, et à dire vrai et simple, polarisé, du jeu d’échecs, et du plaisir que l’on prend à y jouer, plaisir qui n’est pas nécessairement profane...
    Rappelons que certains joueurs faisaient enlever un vêtement à l'adversaire du sexe opposé pour chaque pièce perdue par celui-ci, mais qu’en vérité, l’on entend parler de la polarité, qui domine le réel... Notons que les deux mots hébreux précédents, proviennent de la racine ca (aSh), "feu", "éclair", ce que semble confirmer l’érudit Pierre Lacour (Aeloïm ou les dieux de Moïse, Editions Jules Teycheney, Bordeaux 1832. p. 15), qui écrivait : « EchC désigne l'existence cachée, le feu latent, la vie obscure, l'animation cachée, couverte, empêchée »…
    On joue aux échecs sur un carré de 64 cases (2 x 2 x 2 x 2 x 2 x 2, où la somme des deux apparaissant dans cette multiplication, soit six, renvoie à la notion tarologique de gravité, ou 8 x 8, et 64 somme visuellement la totalité : 6 + 4 = 10) carrées noires et blanches (le Mercure, selon les alchimistes, prépondérant dans les deux premières étapes de leur Magistère ; il est la clef de ce qui est improprement dénommé l'"Œuvre au noir", et de l'"Œuvre au blanc") entouré d'un filet marqueté rouge (figurant le changement de noir au blanc, dont il est le véritable acteur, en même temps que couleur emblématique du Soufre desdits alchimistes : le rouge est aussi représentatif du dynamisme transmutatoire, et par conséquent de la "Force forte de toute force", comme le rappelle La Table d’Emeraude) sur lequel vont s'affronter "les noirs" et les "blancs". Dans chaque camp, huit Soldats (Mars, planète astrologique de l'action, agressive et rouge, désignant aussi le fer, est, dans le contexte astrologique, Maître de la Maison VIII, la mort et la transmutation), pièces mineures, constituent la première rangée d'assaut de chaque joueur, protégeant les pièces majeures. Ces "pions" avancent par devant eux d'une case à la fois sauf au premier déplacement, où ils peuvent avancer d'une ou deux cases. Ils prennent en diagonale, c'est à dire sur une couleur différente de la leur, ou "en passant".
    Voyons les pièces nobles, dites aussi majeures, elles aussi au nombre de huit dans chaque camp : deux Tours (les athanors – ou fourneaux – des alchimistes il y a là un secret, lié au caractère double) occupent les extrémités de l'Echiquier, celui-ci ayant toujours une case blanche en bas et à droite du jeu, et se déplacent uniquement en ligne droite (le feu doit être linéaire), encadrant les Fous (les Sages, par antithèse) qui eux se déplacent en diagonale (le chemin le plus long, ou chemin de traverse, chemin biaisé. On remarquera, par ailleurs, que la diagonale de deux carrés accolés, le carré long des francs-maçons, équivaut au Nombre d’or ajouté à son inverse).
    À noter que les Fous prennent le nom d'Evêques dans les pays Anglo-saxons (bishop : pour le dieu double du commerce), ce prélat représentant en alchimie le principe médiateur entre les principes masculin et féminin, le Sel. Les Fous et les Tours, on l'observera, ne peuvent parcourir au mieux que huit cases, les premiers uniquement sur les cases de leur couleur de départ, et les seconds indifféremment sur les cases noires ou blanches. Ni les uns ni les autres ne peuvent passer au-dessus d'une pièce quelle qu'elle soit. Si l'on matérialise leur déplacement optimal sur un échiquier, la Tour (l'athanor, ou encore, cabalistiquement T Our, soit la lumière fixée) dessine une croix dont les branches s'appuient sur la verticale et sur l'horizontale, comme une croix d'orientation Est-Ouest / Nord-Sud, alors que la croix que peut faire le Fou croise la précédente à mi-angle en diagonale, réalisant une croix − qui est le nom du creuset et la signature de la lumière par elle-même − et une étoile à huit rayons, comme celle que montre l'Arcane XVII des Tarots, par exemple, appelé L’Etoile ou encore, l'astre qui sert de blason à St Jacques de Compostelle, patron des médecins et des alchimistes.
    L’arcane VIII, quant à lui, montre La Justice tenant ses emblèmes : la balance et l’épée. Les Cavaliers désignent, on l'aura deviné, les Cabalistes et leur langage spécifique, la Cabale. Ils se déplacent pour cela de manière originale : trois cases en avant, une de côté, ou l’inverse, c'est-à-dire d'abord deux cases de face puis en diagonale, ou encore l’inverse. Astrologiquement, le déplacement de cette Cavale rappellera "As" ; un, et "tro" ; trois (qui font "Astro"), ces nombres qui symbolisent la divinité et sa représentation ternaire intelligible. Alchimiquement parlant, deux cases pour le premier et le second œuvre, puis le changement d'orientation pour le dernier œuvre, ce qui fait passer obligatoirement les Cavaliers d'une case blanche à une case noire ou inversement, contrairement aux Fous, qui n'évoluent que sur l'une ou l'autre couleur, et semblablement aux Tours, qui sont libres d'aller sur l'une et l'autre couleur. Le Cavalier est aussi la seule pièce du jeu d'échec à pouvoir évoluer librement en passant par-dessus d'autres pièces, quelles qu'elles soient. Lorsqu'on dessine sur l'échiquier les possibilités totales de déplacement du Cavalier, on voit apparaître une croix dite Templière, couvrant vingt-deux cases (nombre − entre autres − des lames majeures du Tarot, faut-il le rappeler ?). Souvenez-vous du Beaucéant des Templiers ; un damier de quatre-vingt-onze cases noires et blanches portant la croix pattée Templière si caractéristique, ne laissant visibles que dix-sept cases (cf. Arcane XVII du jeu de Tarot, qui montre huit étoiles à huit rayons pour la plupart), puis de leur sceau (deux sels = un saut = un sceau = éventuellement, un sot, etc. Eh oui ! Car telle est la cabale hermétique : souple, agile, mouvante !) : un soldat protégé d’une rutilante armure (Mars-Fer) et tenant une lance à la main (shake spear), et un moine humblement vêtu du grossier cilice (Saturne-Plomb), tous deux (Mercure) montés sur un cheval (la Cabale, évidemment). Revenons à ce jeu…
    Le Roi et la Reine, les pièces maîtresses, sont simplement − toujours dans le contexte alchimique − la représentation du Soufre et du Mercure des Philosophes. Le premier, ne se déplaçant que d'une seule case à la fois, est l’image du Fixe, alors que la seconde, se mouvant sur toutes les cases, sans limitation de distance, et, comme le Roi, sans restriction de direction, n'est autre que l'image du Volatil, le Mercure évoluant les ailes aux pieds et sur son chapeau, le pétase. Dans le contexte spirituel, le Roi correspond à l'Esprit, le principe vital éternel qui règne, dirige, informe et ordonne. Parce que l'Esprit est éternel, le Roi ne meurt pas mais est dit "mat", comme l’Arcane XXI, dit "Le Mat", et ainsi s'achève la partie.
    Quant à la Reine, elle correspond à l'Âme, le principe plastique médian animateur du corps physique ; elle n'est pas éternelle, sauf si elle a su, par ses mérites, s'attacher à l'Esprit, et, grâce à lui, obtenir la Vie éternelle, et c'est là le Mariage mystique dont beaucoup parlent, mais bien trop souvent, hélas, sans savoir. Toujours dans ce contexte dit spirituel, le Fou, le Cavalier, et la Tour représentent respectivement l'Intelligence, qui se dirige à son gré (Elément Air), l'Emotivité, à laquelle il convient de passer la bride (Elément Eau), et la Corporéité statique et grave (Elément Terre). Ces pièces sont en deux exemplaires par couleurs, car ce qu'elles représentent est soumis à la polarité, à la dualité, alors que le monde spirituel qui les domine est dans le giron de l'Unité.
    Lorsqu'on est un joueur exercé, on sait que les Fous doivent fonctionner ensemble pour plus d'efficience, ce qui rappelle la nécessité d'utiliser les deux hémisphères cérébraux, l'un (analogiquement le noir et sous la tutelle de Saturne) capable d'analyse et siège de la raison, l'autre (analogiquement le blanc et sous la tutelle de la Lune) susceptible de synthèse et lieu de la sensibilité et de l’imagination. Leur chemin de traverse montre à sa manière la tendance de l'intelligence à aller de travers, à biaiser autant qu'elle le peut, à prendre les raccourcis et trouver les rapports les plus directs entre les choses. Le curieux déplacement du Cavalier nous dit, quant à lui, que "le cœur a ses raisons que la raison ignore".
    On remarquera que les Fous, tout comme les Tours, se meuvent linéairement, dans quatre directions chacun, alors que dans ses déplacement dans les huit directions, le Cavalier détermine une aire : c'est afin d’attirer l'attention sur le fait que l'intelligence ne va, comme le corps, que dans une direction à la fois, alors que le sentiment, lui, est omnidirectionnel. Les pièces royales sont aussi, nous l’avons dit et il convient de le retenir, les emblèmes de l'élément Feu (Soleil et Lune), les Fous, ceux de l'élément Air, les Cavaliers ceux de l'Eau, et les Tours, ceux de la Terre, ou encore, les emblèmes du Spirituel, de l'Intellectuel, du Sentimental, et du Matériel.
    Revenons à la légende…
    On attribue l’invention du jeu d’échecs à un (in)certain Sessa Ebn Daher, soi-disant brahmane hindou du Vème siècle de notre ère − dont le nom est pourtant nettement à consonance arabe, et qui pourrait être à l’origine de la désignation de ce jeu (Sessa, = Checha = Chech = Chess etc. Voir en fin d’article) −, jeu qu’il aurait créé pour distraire le roi Sheram − dont le nom lui aussi est à consonance arabe − … Pour le récompenser, celui-ci (dont le nom, Chère âme, signifie cabalistiquement "pouvoir d'engendrement") lui aurait offert de satisfaire quelque demande qu’il ferait, pourvu qu’elle soit unique et définitive. Ebn Daher aurait alors demandé autant de grains de blé qu’il résulte de l’opération suivante : doubler le nombre de grain de blé à chaque case… sur les soixante-quatre cases du jeu. Rien que cela, qui fait tout de même 18 446 744 073 709 551 615 grains de blé à donner, chiffre qui se lit 18 quintillions 446 744 trillions 73 709 millions 551 615, et représente environ 5 220 années de récolte mondiale de blé et 1 milliard 170 millions d’années à compter à raison de 5 chiffres par seconde… ce qui n’est rien par rapport aux combinaisons possibles de ce jeu, soit 64 !, qui se lit "factorielle 64", et se calcule ainsi : 1 x 2 x 3 x 4 x 5 x 6 x 7 x 8 … /… 62 x 63 x 64.
    Ce genre de légende est tellement répandu que nous avons peine à croire qu’il recèle autre chose que le merveilleux mathématique que se sont toujours plus à répandre, à diffuser, et à exploiter les hermétistes. Témoins celle-ci, de même espèce, mais prétendument venue de Suède… Un riche fabriquant d’allumettes suédois entre chez un bijoutier de Stockholm, afin d’acheter un collier de perles. Les 17 000 FF (pour simplifier, nous avons écrit en francs plutôt qu’en couronnes ou euros) demandés pour les 40 perles constituant ce collier lui paraissant un prix excessif, il propose au bijoutier de lui donner des allumettes : il doublera leur nombre à chaque perle… Ce qui fait 1 099 511 627 775 allumettes à donner, qui se lit 1 099 milliards 511 millions 627 mille 775 allumettes. Au prix de 1 F les 100 allumettes, cela représente une somme de près de 11 milliards de francs. Avec quatre centimètres par allumette, cela fait de quoi entourer le système solaire tout entier… Le blé et le feu des allumettes (bois blanc et bout rouge de soufre, le noir apparaissant lorsqu’elle a brûlé…) sont des emblèmes hermétiques suffisamment parlants − comme le blé demandé par le soi-disant brahmane − pour nous épargner d’en donner commentaire : chacun pourra y réfléchir utilement et en méditer les aspects indirects...
    En attendant, et pour terminer, songez que les milliards de milliards de combinaisons qu’offre le jeu d’échecs donnent une très pâle et très faible idée de ce qu’est l’Univers, en terme d’immensité, de richesses de couleurs et de formes, de nuances, de libre créativité et de contraintes mélangées…
    Le jeu d’échecs laisse entendre que c’est par le jeu des combinaisons multipliées à l’infini que l’Univers se complète lui-même et se rend attractif et permanent... Belle image et magie
    Revenons au début pour terminer, comme le premier Ouroboros venu : le nom à consonance arabe du soi-disant inventeur du jeu d'échecs n'est que, pensons-nous, la marque islamique donnée au jeu d'origine égyptienne dont ont hérité les Arabes alexandrins : c'est d'ailleurs le seul jeu qu'autorise le Coran. Le sens des mots consonants en hébreu confirme une parenté linguistique avec l'égyptien, et sémantique avec le sentiment des Arabes à l'égard de ce jeu.
    En dernier lieu, ce jeu trouve son origine géographique la plus ancienne en Égypte, c'est net, dans le jeu appelé SeNeT : celui-ci est le plus souvent constitué de trois rangées de dix cases (la Trinité multipliée par la Totalité), sur lesquelles évoluent des pions noirs et blancs (souvent des pierres ou de petits coquillages) qui tentent de rejoindre l’opposé de la piste de jeu, de laquelle ils reviendront multipliés par deux ou après la mutation choisie. Ainsi, un joueur parvenant à amener un pion là où les pions de son adversaire sont partis peut faire que ce pion sorte du jeu et que lui soit restituée la pièce de son choix : c’est ainsi que l’on transmute ou l’on s’immortalise en jouant…
    Le Papyrus Rhind, acheté à Louxor en 1858 par A. H. Rhind, est un document mathématique très intéressant, bien que peu démonstratif des connaissances réelles des anciens Égyptiens dans ce domaine : on notera cependant que la méthode originale proposée pour repérer les nombres premiers semble basée sur les déplacements des pièces du jeu d'échecs. Quant à Blaise de Vigenère (1523-1596), alchimiste, secrétaire de la Chambre du roi de France Henri III, son attaché d’ambassade et son astrologue personnel, il décrivit, dans l’un des premiers ouvrages consacrés à la cryptographie (Le Traité des chiffres), une méthode pour laquelle le saut du cheval est primordial : à chacun de se documenter plus avant…
    Ah, un dernier mot ! En égyptien ancien, "SheS", qui consonne avec l'anglais "Chess", mot désignant le jeu d’échecs, à le sens de "savoir"…
    Si vous pensez que ce trop bref article possède quel qu'intérêt, n’hésitez pas à le diffuser : je vous en remercie par avance et offre à tous ses Lecteurs mes souhaits d’heureux moments pour ce jour ! Merci
    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

     

    Bonjour Amis Hermétistes et Autres,of course....

     

    Mekyo no kata,forme supérieure moderne de la lignée Shotokane Karatedo(courant majeur actuel du Karatedo....et dont ce Kata,formé des 2 kanjis qui signifient ''clair'' et ''miroir''est issu d'anciennes danses dédiées à Amaterasu,en pointe l'objet considéré tel un des trois trésors nationaux)que l'on peut en outre aisément retrouver sous diverses formes plus traditionnelles comme notamment dans cet autre Rohai no Kata,sous 3 formes...nous délivre via son ébauche un symbolisme subtil dit Okuden et relativement intéressant par mouvement nommé '' Chudan Morote shuto kakiwake uke'',et enseigné telles ces analogies aux Deshis avancés que de se regarder dans un miroir pour y refléter une image.,,comme premier exemple.

    Et déjà ainsi d'oser revenir vers ce Koan zen qui en demande un fondamental des plus élémentaire a savoir si c' est l'Homme qui regarde le miroir ou davantage celui-ci qui en regarde l'Homme ?

    Car,Lao Tseu,Lui,sage de son coté nous siffla ceci,de s’interroger que l'on puisse,via l'âme du corps embrasser l'âme de l'S prit et ainsi concevoir l'Unité....de concentrer l'inspir et l'expir du souffle et le rendre aussi souple que celui du bébé...de purifier le miroir secret jusqu'à rendre le regard le plus pur qui soit...

    Spéculum(miroir) a ainsi amené aux origines,cette notion à la spéculation du Ciel et des mouvements associés aux clous de la nuit,les étoiles via son utilisation.

    Mais que reflète le miroir qui puisse ainsi nous associer de si près à la quête de la Pierre Philosophale,sinon que ces posés sur la vérité,la sincérité,le contenu de la conscience,du cœur et de l'âme ?

    ''Tel le Soleil et la Lune,l'eau et l'Or,sois clair et brillant pour refléter ce qui est dans Ton cœur''...il est dit,et d'ajouter que la tradition nippone nous révèle une franche liaison complétée de pureté,dans cette perspective égalée que Yama,le souverain,utilise un miroir du Karma pour le jugement des défunts,c'est dire son importance.

    Par ailleurs,Nichiren compara ce dernier quoique magique aux Ts'in,vers ce Dharma bouddhique affichant la cause aux actes du passé.

    Symbole de la sagesse et des connaissances donc,il se doit d'être exempté de la plus fine particule de poussière,car sinon,se voyant comme cet esprit obscurcit par l'ignorance.

    Ses reflets attachés à Dame intelligence et à la parole Divine nous jouent alors cette mélodie douce de la grande manifestation de l'Unis vers renvoyée vers l'intelligence créatrice,mais pas que non plus,dans cette mesure également en laquelle l'intellect Divin créant la manifestation à son image....et donc en reposant ici dans ce trip commun,que le miroir cardiaque reflète le Ciel et la Terre,bien plus simplement.

    L'intelligence céleste, reflétée s'identifie dès lors à l'astre Lumière (quoique également lunaire dans cette mesure par laquelle celle ci en reflète celle du Soleil).

    En ce qui concerne la réflection de cette Lumière (et donc de la réalité),il est essentiel a savoir que rien n'en change sa nature que d'amener peut être certaines illusions (mirages) plutôt,telle sa présence à la surface de l'eau et non,sa pénétration.

    Sa manifestation nous replonge ainsi et en outre dans la Table d’Émeraude comme tel reflet inversé de la toute fameuse loi du ''Ce qui est en haut.....'' comme de conclure sa définition avec cet hadîth célèbre qui affirme qu'un croyant est le miroir du croyant...et que plus la surface est polie par l'ascèse,plus Il demeurera apte a refléter fidèlement ce qui l'entoure.

    Well,et maintenant qu'un chouïa adoucissage est fait sur cette assise en caractéristiques inhérentes au miroir que nous sommes ,nous pouvons dès lors pénétrer un peu plus en profondeur,dans les abysses et schémas qui suivent,afin d' éventuellement nous recentrer plus aisément lorsque le besoin sera ,sur les chroniques précédentes ,faisant part importante à cette humilité largement perdue...très très souvent,dans cette passion commune qu'est l'Alchimie,effet devenu de mode et donc....comme de beaucoup,d'en subir les dérives de la pluralité et multitude.

    Les faces de l'âme,pointées par la notion néo-platonicienne,avec un coté inférieur tourné vers le corps,et un supérieur orienté lui vers l'intelligence (rejoint d'ailleurs par al-Ghazalî) demeurent

    selon mon humble avis un énorme facteur de discorde,démêlé,dissension et de tension en ce milieu avec tout ce qui le définit et le fait s’exprimer comme tel .Car l'Alchimie demeure une discipline vaste...surfant entre les pétales d'une fleur et la géométrie astrale.

    Par ailleurs, considérant cette quête vers les vérités discrètes comme se voulant évolutives sur le soi l'Homme ,il semble également que nous nous devons de prendre conscience du secteur de recherche sur lequel il nous faut poser les premières pierres à l'édifice,ce,sans courir comme une poule sans tète.

    Le Symbolisme juste reste une de ces pierres...offrant en outre,avec ce miroir nommément un thème privilégié de la mystique et de la philosophie, la psyché et la psychanalyse.

    Ainsi donc,des fondements et une architecture solides couplés à de la haute qualité technique ,des outils et symboles forts, ont fait que de fameuses et merveilleuses formules sont demeurées quasiment intactes et inchangées depuis plus de 6000 ans parfois, pour certaines d'entre elles; dès lors, pourquoi en serait-il autre pour notre recherche si elle s’établit sur des bases souhaitées anastatiques ?

    Anasthase,justement, le saint,...après Plotin et Platon nous murmure ce thème du miroir a assimiler à l'âme disposée pour recevoir l’atmosphère d'un modèle,et dont l'orientation en renvoie la laideur ou la beauté.Il en est ainsi davantage d'une participation,configuration active entre un sujet et un objet, plutôt que d'un pâle et simple reflet.

    De cette découverte s'ensuit plusieurs directions qui surfent allègrement sur les vagues de la tolérance,celles de l’ignorance, la méfiance,la suffisance, l’agacement, la répulsion, la haine,...et qui révèle en ce soi un sentiment quelque peu mitigé parfois,sur sa propre capacité au discernement,l'affiché réfuté..quelques fois nié.

    Le sable s’écoulant doucement et filtrant la Vie, nous sommes parfois amené à distinguer ,des peaux d'oignon se détachant par elles même et laissant apparaître un aspect qui plaît un chouïa moins, et moins, et moins...menant vers ce cœur véritable de l’organisme vivant (le hridaya ,demeure du Brahma,trône de Dieu,organe royal ou la Terre…)

    Par là même et aussi s’offre la découverte sur le coté obscur de la "Bête" qui sommeille en Vous!!

    Être naturel relève donc et pour certain(e)s d'un véritable challenge, tant la couche de vernis obstrue le véritable état et élan d'âme(le spiritus Romain,pneuma,psyché ou soma,voir animus bonus en cet exemple précis revenu de la dissemblance et reformée à son état des origines,celui de Dieu); mais "chasser le naturel, et il revient au galop" dit l'autre!

    Les couples se découvrent,fusionnent ou non,...au fil du temps et les réveils éloignent quelques fois les rêves que l'on s’était fait de l'Hermès idéal ou de l'Aphrodite....voir de l'Hermaphrodite!! La déception guette, les remords suivent, le lâcher-prise s'infiltre insidieusement et frappe,puis, une autre direction se prend.

    Pour les accointances et autres liaisons, le chemin, moins escarpé,nous place et confronte, lui aussi, à des composantes similaires. L'accord sur une même philosophie, activité , idéal commun,..jusqu’au jour,où un mot, un geste, un regard,moins oxygéné ou imprégné que d'autres amène agitation et désagrément...mais le monde est ainsi,monsieur Clack!C'est la triste condition humaine.Nul n'échappe au désordre qui affecte notre Univers imparfait...dit le Sieur Gilles Legardinier dans son Complètement Cramé...hi hi

    Aussi,pour revenir, posons nous la question élémentaire du pourquoi se vêtir de toutes ces écorces qui ne font, en fait, que dissimuler l'aspect authentique et Vrai ?

    Avons nous tellement peur de nous-mêmes,comme à ce point si affectés de déplaire à d'autres via une simple apparence ou façon d’être,ou mieux,se doit-on de se conformer à une modèle-schéma-type du moment et de ce fait être dans un moule communautaire,dans une unanimité...?

    Si vous avez un jour regardez le film "Midnight Express" qui sait, vous devriez vous remémorez sans peine ce passage dans lequel, l'acteur Brad Davis, isolé et immergé dans les geôles Turques, progresse dans la direction opposée des autres prisonniers ,craignant de sombrer dans la folie collective!!

    Dans de nombreuses circonstances, il reste difficile de marquer un désaccord sur des positions estimées non-conformes à celle d'une idéologie marquée .

    Pourquoi le Non reste-il si difficile à dire pour certains?Pourquoi le taire en outre,comme le dissimuler voir le cacher? Est-il si mal de formuler un avis contraire envers un courant ou une majorité,aux écritures anciennes,...

    Actuellement nous pouvons quelques fois assister à l'affichée d'une"fierté mal placée "ou autre orgueil de jeunes Alchimistes voyant dans leurs homologues féminins considérées dès lors égales, et donc,de ce fait exemptes de recevoir une quelconque galanterie (hé oui, les filles, un combat gagné ne l’est jamais complètement et peut générer, malgré tout, quelques petites surprises issues souvent d'un stupide machisme certes,mais bien latent).

    Ils cachent alors leurs sentiments par une suffisance qu'ils ne gèrent pas vraiment,histoire de ne pas perdre la face!!

    Des peuples entiers sont avides d'expressions et attitudes du genre; telle cette culture au Japon n'exprimant que trop rarement un ressentit véritable...le tout étant voilé par un honneur affiché parfois à l'excès !(le taux de suicides des étudiants échouant les examens reste un des plus conséquent au monde, énorme en soi comme un débat des plus important pour les dirigeants du pays).

    L'Homme (sexe fort)est donc un dur, ne peut pleurer et se plaindre .Tu seras un homme, mon fils, quand tu seras grand et fort !(la tristesse d'un débat actualisé, voyant quelques fois des déchirements familiaux face aux tendances homo-sexuelles ;certains parents ne supportant pas ou trop difficilement l'ouverture en sentiments,et au grand jour,...)

    La fille, de son coté, est formatée pour être fragile, belle, faible, docile,...et uniquement,voir exclusivement programmée pour la cuisine, vaisselle, lessive,...et autres plaisirs du genre (fallait pas croquer la pomme,aussi assumez Mesdames!lol).Les femmes routiers, bûcherons, militaires,...ce n’est pas dans l'ordre''logique'' de la chose ;bref pas dans la normalité..et donc en joue l'anormalité...

    Petit retour en arrière, vers ces fameux soldats des temps passés, si vous le voulez bien!! Vous rendez-vous compte que ces guerriers redoutables, ces élites du combat, s’agenouillaient devant les Dames d'époque, en retiraient leurs gants de mailles pour les saluer, et faisaient preuve de beaucoup d'élégance face aux gentes Demoiselles.Tout comme ces Samourai,isolés dans une méditation profonde en grand silence d'humilité et dévolue à leurs Dieux. Pourtant, ils s'en allaient par après, verser le sang,sans nulle pointe de regrets et remords quand à leurs actes a venir et dans les combats les plus sanglants de l’Histoire.

    Et de toute évidence, semble-t-il, ces Gentleman d'antan sont toujours considérés de nos jours encore comme étant de véritables Hommes et machines de combat!

    Paradoxe ou inflexion de nos époques et mœurs? Ils restaient intègres et ne trichaient rien,ni avec personne, surtout pas avec eux même et leurs convictions.

    Parfois démunis, sales, en sueur, mais constamment animés et habités par le Vrai et l'Authentique,oxygénés par la Foi.

    On pourrait ainsi les éplucher que nous n'y trouverions qu'une âme pure, une quête sans fin, une quête authentique,un miroir de vérité.

    Les Soufis disent ceci que l'Univers entier constitue un ensemble de miroirs dans lesquels l'essence infinie se mire et contemple sous de nombreuses formes,ou qui reflète à des degrés divers l'irradiation de l’Être Unique ,symbolisant par ce fait les fonctionnalités à celle ci de se déterminer elle-même,en vertu de son infinité.

    Et ainsi d'en replonger un chouïa vers notre Kybalion et son principe 3 de la vibration qui déclare de son coté que rien ne repose,ou,au même titre que tout remue et vibre,impliquant par murmure pour ce qui est,demeure mouvement,vibrant et que rien n'est jamais à l'état de repos absolu. Ce dit principe explique par ces mots que les nuances affichées entre les diverses manifestations de la Matière,l’Âme,de l'Esprit et de l'énergie sont la conséquence d'une architecture inégale de vibrations. Depuis le Un des origines, qui est Esprit de pureté, jusqu'aux formes les plus abruptes de la matière, tout n'est que vibrations.

    Plus manifeste est celle-ci, plus haute est la position sur l'échelle. La vibration de l'Esprit est tellement intense et infiniment rapide qu'elle semble pratiquement immobile, au même titre qu'une toupie tournoyant sur elle-même avec tant et tant de rapidité qu'elle en paraît arrêtée et équilibrée.

    A l'autre extrémité de cette échelle en valeurs vibratoires, il y a les formes grossières de la matière dont les vibrations sont si lentes comme pesantes qu'elles nous apparaissent comme non-existantes Entre ces deux extrêmes, il y a des millions de niveaux différents.Ainsi donc et même pour notre miroir,qui semble si inerte ,depuis le corpuscule le plus minuscule jusqu'au monde lui-même,tout se meut en lui.

    Ainsi donc dans cette approche sur la quête quand à la Pierre des Philosophes,il est relativement aisé de juxtaposer,accoler ou annexer ce symbolisme affiché voir quelques fois plus discret,sur l'Homme et ses recherches,réalisations comme engagements souhaitant redorer un peu le blason élimé comme celui de l'a grande Humanité .

    Peut-être devrions-nous d'abord et tout simplement débuter par prendre conscience du fait, afin de pouvoir par la suite, ôter ces quelques infimes poussières déposées sur la surface du miroir que le fait de polir l’âme de ces trop nombreuses et malheureuses forteresses humaines est déjà un challenge de grande envergure mais qui reste une quête permanente et intéressante pour les quelques gardiens des vérités,chiens de berger du grand troupeau.

    Car certes, il demeure relativement toujours assez simpliste de porter critiques sur tout système, mais et d'ordinaire plus acrobatique de déjouer les fléaux et méfaits inhérents au genre, ou tout au moins, trouver le chemin le plus intelligible et abordable vers une quelconque forme d’amélioration, voire au mieux, de relèvement!

    Discutant, il y a peu,avec un Pas Sage, nous avons tenté établir par les mots un rapprochement sur diverses passions et activités physiques ; différentes certes, mais pas totalement éloignées qu'il pourrait y sembler, de prime abord.

    De nombreux points communs par ailleurs ont alimentés ce débat.J'y mentionne bien le mot de "passion ‘’et non celui d' activité, car me semble-t-il, une partie du problème soulevé sur ce voulu emboîtement se situe sur ce champs d’action!

    Une passion est vécue davantage de l'intérieur,et de façon beaucoup plus intensive et compacte qu'une activité ordinaire .La recherche,elle,est donc toute autre et se place ailleurs,car cette quête engagée est tournée davantage vers le soi-même se voulant aussi plus évolutive que celle de devoir plaire et satisfaire à un public cherchant somme toute, le simple délassement-agrément!

    Le fait de s'immerger dans les profondeurs d'une pratique dense vous ramène inévitablement au face à face avec la Réalité pure.

    Épîtres aux Corinthiens par Saint Paul.

    ''La charité ne périt jamais.Les prophéties prendront fin et les langues cesseront,au même titre que la connaissance disparaîtra............En ce jour,nous voyons à l'aide d'un miroir,d'une manière obscure,mais alors nous verrons face à face;aujourd’hui je connais en partie mais alors je connaîtrais (co-naîtrais) comme j'ai connu...et de Segmentale utiliser via les Annales des T'ang:l'Homme se sert du bronze comme miroir...se sert de l'antiquité comme miroir...se sert de l'Homme comme miroir.

    Re-well,Vous aurez dès lors intégré le fait, que cette immersion doit se dérouler sur un schéma des plus purs, humble et honnête qui soit. Faire, de cette manière, cette voie empruntée vous positionnera face à autre Moi caché,face à vos peurs, vos angoisses et autres craintes, vos frustrations,...votre mental (avec ses forces et faiblesses)....

    Par ailleurs, peu importe l'activité en elle-même choisie car l'objectif essentiel étant le phénomène de l'immersion dans une tâche tout comme le travail au laboratoire et à l'oratoire(Connaître un Art, quel qu’il soit, est connaître tous les Arts--Myamoto Musashi, car le grand Tout repose par tout son poids sur les principes et enseignements de l'Univers.)

    Il peut donc s'agir effectivement d'Alchimie,de bricolage, de sport,d'Arts,...peu importe.

    De nombreux moines se sont retranchés dans quantités des séminaires et ascèses diverses en mutisme extrême, jeûne et abstinence totale,...histoire de se retrouver et se ressourcer avec cet eux-mêmes comme éventuellement provoquer un éveil de l’Âme (différent, bien que pas trop éloigné malgré tout du réveil).Bouddha étant une des meilleure référence en matière d'immersion,mais pas que non plus!!

    La méditation, la concentration extrême dans le geste ou non,l’engagement entier dans une action,la parole,la pensée (tel le grimpeur, l’apnéiste, l'artiste martial, le peintre, le sculpteur,le philosophe...) sont d'autant de vecteurs d'ouverture vers un retour à l'humilité perdue (le bébé, n’est nullement égocentrique à la naissance mais le devenant avec le temps et le monde autour de Lui !!), de repositionnement de l'être face à une réalité,...d'où, cette importance à la régularité aussi dans la pratique.

    Il n'est pas signifié que cet engagement total doit être effectué en désintéressement total du reste,et que loin de là cette option; car l'ouverture demeure vers et sur le monde,telle méthode qui vise a atteindre cette notion d’humilité comme aide également à enlever cette poussière empêchant l’éclat du miroir. .

    Le fait d'assister à un Tsunami ou un tremblement de Terre,par exemple, aide a prendre réelle conscience de la fragilité du petit d'Homme et des autres espèces ; mais cela reste un débat autre.

    Pour résumé, les amis, je pense sincèrement que plonger entièrement dans l'eau de la co-naissance (et pas uniquement du bout des orteils,la conne-essence), avoir un intérêt profond sur un sujet, voir plus, histoire d'en obtenir une certaine maestra (attention au danger de ce petit mot souriant sur le qui est maître de quoi ici-bas et sur un place ou nul ne dirige réellement son destin !) permet un recul face au vrai soi et recadre les éventuelles dérives attachées de la norme, dont cette société, nous a quelque peu écorchée.

    Tout se remettra en place si vous êtes et faite UN avec l'engagement pour lequel Vous avez opté! Il n'y a point de cet astre Lumière,de ce miroir,de cette réflection et cette personne Vous,tous et tant différenciés que davantage le Un unifié dans ce propos.

    C’est une des grandes clés de l'Univers .

    La preuve est que l'on retient rarement les noms des tous ces grands sportifs-stars qui traversent le temps (quelques uns ont encore la cote, mais si peu, sur la masse pratiquante) car ils ne véhiculent que leurs exploits à titre privé; il en est autre des Artistes qui font passer des messages au travers des âges via leur passion et vision des choses. Nu et sans décorum, vous êtes simplement Vous; nul besoin de titres et grades pour faire passer ce qui ressemble à la vérité .Rester naturel et elle passera si l'instant est venu.

    Oui,tel l'oignon, l'Homme se revêt de couches successives les unes posées à la suite des autres. Cela le laissant apparaître sous d'autres représentations (souvent et davantage reluisantes) que celles dont il est initialement affublé.

    Parcourant les nombreux médias au quotidien, force est de constater, par ailleurs, que cette disposition à la technique de cette forme de "camouflage ‘’n’est pas une exclusivité réservée à une minorité quelconque. Néanmoins, elle a ce mérite de surprendre d’autant plus, malgré tout et dans une certaine mesure, quand elle est orientée sur les secteurs dits des "People‘’ou d'autres organismes "censés" diriger ou éduquer (le militaire,le policier,le judiciaire,le religieux,l' enseignement,...)quoique laissant chacun bien heureusement sur un même pied d’égalité, en notions de comportements erratum sur la norme que sont les bavures, contrefaçons, fraudes fiscales,alcoolismes...

    Pour avoir fonctionner, en diverses et maintes formula-circonstances, sur la protection de hauts personnages-clés des départements précédents, il m'est loisible, ici,de décrier sans rougir que deux voir trois verres d'alcool ont vite fait de ramener l'église au sein du village.

    Certains chérubins souffrent parfois aussi du délire de ce "fardage de soi ‘’refusant  bien malheureusement une certaine douce ou dure maltraitance, quand elle a malgré tout,bien lieu! Ils sont réellement à plaindre, certes, tout comme ces hommes et femmes niant également le fait,au point de ne vouloir voir la vérité en face, de savoir que la ou le conjoint savoure ailleurs si l’herbe est plus verte et agréable!!

    Mais,ça nous éloigne de l'Alchimie tout ça...et de répondre,nannnn,pas tant que Vous pouvez le croire!!

    Tout ce ‘’flou" (se voiler la face étant assez stigmatisé, par ailleurs) placé pour faire montre d'un rôle a tenir ou jouer (jouer n'étant que très rarement la réalité!), n'est qu'un outil, dissimulant un mal-être bien plus profond qu'il n'apparaît au premier degré!

    Le temps passant, ne peut dans cet état de duperie, et après bonne réflexion, que cheminer contre l'individu ; la non-acceptation de soi, à son paroxysme rattrapera et en coiffera plus d'un sur la ligne finale de la Vie, lors du dernier souffle de l'âme, repositionnant le Tout à sa juste valeur .Celle de la Vérité sur le Rien, qui est aussi le Tout.

    On peut mentir à une partie du monde tout le temps, on peut aussi mentir à tout le monde une partie du temps, mais il est impossible de mentir à tout le monde tout le temps; dit l'adage!!

    De ces "usurpations d'identité ",ou d'avoir trouvé le plus beau des Graal ou la Pierre ultime de chez Ultime...dérivent souvent la plupart du temps des névroses diverses allant d'une duperie légère, en son état le moins nocif (quoique)vers une mythomanie d'autant plus profonde ou la folie dans celui de plus négatif (ayant par ailleurs certaines connaissances, individus dont l'ego est à tel point surdimensionné, qu'il leur faut une page format A4 et deux heures pour décliner leur(s) con-pétences, sous chaque envoi de mails....cela faisant sourire beaucoup d'autres, par ailleurs, sur un sujet posé si triste néanmoins!!))

    Un effondrement d’identité, des pertes de repères et autres abattements,breakdown...se révèlent à leur auteur quand un réveil soudain s'impose; ils sont donc en perte de vitesse sur ce comme ils apparaissaient,ou du moins tendaient absolument à le démontrer il y a si peu de temps encore!!

    Certains facteurs et éléments déclencheurs permettent de cerner ce genre individu masqué tel l’ami Bat-man. Les boissons alcoolisées ou autres drogues, la jalousie et sa sœur colère, l'autorité par le grade et son frère abus de pouvoir,...restant, même dans cet excès, malgré tout encore quelque part dans le domaine du "gérable".

    D'autres éléments plus lourds, comme les guerres, génocides, viols collectifs, tortures, exactions diverses...offrent un spectacle beaucoup moins reluisant et montre de quoi l'Homme est capable d'accomplir, dans toute sa grandiose et splendeur!!

    Durant de nombreuses années, le commandement auquel je fus soumis, bombardait notre jeunesse docile et aveugle, de coups à répétitions sur tous ces principes en vertus a posséder,...les exercices de cohésion, les maximes de solidarité militaire, et permettez moi d'en passer,sur ce que l'on définit en notions de "spirit’’ou esprit de groupe, de corps ou d'équipe,...;.Personne ne se devant de laisser à l’abandon un camarade derrière (Le Tu tombes, On tombe du célèbre film Backdraft, avec Kurt Russel, au quotidien, pour faire court !), voir dans un paroxysme, sacrifier sa vie pour celle de l'autre...cela en temps de paix et en retrait de toute réalité dans les écoles de formations à l'essence académique pure et dure .Une forme de virtuel avant la lettre.

    Il en a été de cette philosophie pendant de nombreuses années, pour tous ces jeunes Soldats de terrain.

    Le génocide Rwandais, voyant ce même commandement, lors des événements et premières hostilités,abandonner dix de nos frères aux machettes sans nul tentative d’un quelconque sauvetage a ramené le tout ..dans les rangs de la conscience de la science des cons..Abandon pur et dur, dicté par une panique administrative engluée, un refus de voir ou vouloir voir, une non-prise sur soi, les carrières se profilant à l'horizon,...blabla car tout était là pour pallier au massacre!

    Dès lors ,et depuis ces tristes faits, rares sont ceux qui rendent encore quelconque confiance envers ce dit système posé sur le verbe et non le geste ;le ver est dans la pomme car chacun s'est senti quelque part trahi par la dirigeante et ses décideurs, qui ont décidés de ne pas décider quand il fallait décider....Beaucoup de choses, ont depuis changée depuis lors; amenant la désobéissance, entraînant le désengagement de soi, l’individualisme ,la méfiance,l'irrespect,la perte d'idéalisme...pour ne citer que celles-ci.

    Certes, d'autres organismes ou institutions se veulent également d’être touchées par ce genre de phénomène.Les religions avec les éléments extrémistes ou à caractères autres (pédophilie, vol,....)le judiciaire(corruption,...)les royautés ou monarchies(jamais exemptes en matière de sensationnel,...)....Le tout, bien dissimulés, derrière l'apparat de la bienséance et de ses tortueux et nébuleux méandres!!

    Pour ne pas voir le mal qui rentre dans sa chambre, l’enfant se cache sous les draps si peu protecteurs et sécurisants, mais nous,chercheurs de vérités, qu’avons-nous tels remèdes et moyens face à ce mal serpent ?

    Ignorer et laisser faire celui ci, dévorer ou empoisonner l'âme d'autrui, attendre qu'elle se réveille par elle-même ; ou être le sabre tendu et immédiat qui lutte face au mensonge?Briser le dogme de ce qui semble devoir être établit,au risque de passer pour un paria,un exclus,une forte tète,..

    Lorsque Vous êtes réceptif au mensonge, que cache l'habit du policier, du militaire, du juriste, du curé, du roi et du ministre,...lui faite-Vous face comme le rocher à la vague, le roseau au vent, ou fondez vous,tel l'argile dans l'eau ?

    Dans un combat, tout ennemi se doit être digne de respect, ne fut ce que parce qu'il est devant nous, maïs ne lui tournez pas le dos à la vérité estimée. Un dos tourné est un combat perdu ! Notre recherche subsiste par et grâce à ce genre d’affrontement.

    Ainsi donc la création est ce reflet inversé du principe d'Hermès lancé par ce producteur d'images à la surface fixe et qui absorbe tout ce qui passe devant dans le grand oubli,nous fait ce clin d’œil via ce Mekyo no kata qui demande aux Deshis,via la gestuelle symbolique ou de combat, d’initialement se mirer pour inverser le positionnement vers l'extérieur et donc de renvoyer son image vers le monde....

    Point de Narcisse donc à s'admirer dans son ''Je suis Toi-même'' au point d'y sombrer en y fixant un je ne sais quoi plutôt qu'une philosophie de beaucoup plus large a diffuser.

    Car,c'est bien de la création qu'il s'agit dans ce schéma lié au jeu de miroirs et souhaitant non exclusivement la métaphore ou le thème symbolique qu'également un outil de travail pour l'Alchimiste qui y voit davantage non seulement sur le plan de l'horizontalité,une correspondance de l'Homme avec le monde dans lequel il bouge,....qu'également dans une verticalité,une analogie entre l'esprit,le Tao..et le miroir,instrument des correspondances.

    Et de conclure,en retour vers nos Dojos que via cette gestuelle attachée,on se lie a cette idée que l'image dès lors réfléchie en contient l'âme de son initiateur...quelle en demeure relativement fragile (plus on évolue dans les Katas,plus émerge une forme de délicatesse via le geste),qu'elle puisse également capter l'énergie spirituelle de celui qui le regarde,renvoyer le vide fait en Soi exprimant de la sorte un caractère surnaturel,et,pour les grades supérieurs....de posséder cette valeur au transfert d'une dimension vers une autre.....tel que le cristal,entre autres.

    Merciiiii et bonne soirée les Amis...

     

    L'image attachée est ainsi l'influence de l'astre Lumineux sur la matière première.Influence quelque peu indirecte car acceptée du miroir auparavant...Point de s'aveugler non plus que de s'éveiller.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  • Un est S prit et Tout corps S pond.

     

    Bien le bonjour vers Vous Amis Hermétistes et Autres of course,....

    Le Kybalion (étude sur la philosophie hermétique de l’Égypte et la Grèce ancienne,transmettant,par allégories la plupart du temps, l'enseignement d'Hermès) délicatement nous murmure le juste ceci,que le Tout crée dans son S prit infini des Unis vers sans nombre qui existent pendant des milliers de siècles;et cependant,pour le Tout,la création,l'évolution,le déclin et la mort d'un million d'Univers ne paraît pas plus long qu'un clignement de paupières.

     Ainsi donc et au gré des jours qui défilent, tout comme la ficelle dans ce vent qui souffle la Vie,s'offre la réalité,quoique néanmoins pas toujours perçue telle,vu le trop souvent constat au nombre d'individus déambulant,via les tâches quotidiennes pareils à des automates en sursis!

    Bien que cet abécédaire hermétique(Hermès ou Mercure,fut cité par Jamblique dans sa notice d'introduction aux Mystères d’Égypte tel commun à tous les prêtres) en soit marqué du sceau indélébile ancré et encré au mystère et la dite sagesse,l'incunable semble de bien davantage plus profond que son apparente simplicité laisse d'emblée au commun des lecteurs,...et à ce point que ce dit public approuve souvent,affirmant comprendre et intégrer les sept Lois qui oxygènent sa richesse....mwouais,facile.

    Car,dans cette mode à l'attraction progressiste qui semble abreuver la plupart,qui en crucifie de trop rapidement les tètes chercheuses de la Pierre Philosophale (selon diverses traditions,les Pierres précieuses naissent de la roche après avoir mûri un temps X en elle,et donc de symboliser la regénération. L’accomplissement au Grand Œuvre s'appliquant dès lors et parfois,comme symbole au Christ;Elle est ''le pain du Seigneur'' écrivit Angelus Silesius) qui en remuent la boue via l'éloignement de la source tellement claire des origines,....combien de temps,dès lors reste-t-il imparti ,pour se vouer à une quelconque forme ou l'autre de spiritualité authentique ?

    Dans le Vissudimaggi Shastra Sutra ( en sanskrit,dans l'hindouisme,le sutra est emplis de fils en pensées,amenant vers des traités reliés dans la finalité...et en quelques sortes,nos classiques canons Occidentaux)il est mentionné le fait que nul ne produit le Karma (acte induisant des effets se répercutant sur les différentes vie de tout individu...modulant de ce fait son destin-rinne gô pour mes Potes Nippons) ni n'en reçoit les effets.Il en est d'une multitude d'existences phénoménales les unes à la suite des autres sifflant ainsi ce grand jeu que le Karma donc avec ses conséquences en devient cause à son tour.

    Un peu telle cette relation déjà apportée dans le cadre des chroniques précédentes entre la fleur,réceptacle de l'activité céleste et la graine,signifiant cette alternance du non-manifesté à la manifestation,qui nous dit que si la transmigration n'en est point réalisée avec l’occurrence du phénomène,elle ne se produira pas dans l'avenir.N'en est-il point d'une plus belle Alchimie que celle-ci?

    Mais certes et dans ce qui prime sur l' ici et maintenant,il s'avère que cette présence doit apparaître souvent épurée par d'une certaine forme de maturité ,ou lorsque l'on prend sur soi,cette conscience des travers et imperfections,des sensations et aspirations,...cela doit nous amener droit devant, au seuil de cette réflexion du pourquoi ,le sens de notre si petite existence.

    Le fait du choix quand à ce genre de cheminement,de sa place dans une société,ou autres nécessités ses réalisations,...sont autant de questions,qui nous courtisent à un moment ou l'autre de la progression.

    L'individu,pour peu qu'il regarde un chouïa en soi retrouve toujours une réelle raison d'être.

    Celui de la Terre Noire,en sonde et découvre donc,son authenticité réelle,...son Moi véritable et avec lequel,il devrait vivre la parfaite harmonie sur ce qui va suivre.Car le principe demeure inaltéré depuis l'aube des temps,et malgré ce qui est et a été charrié sur les ans,principe qui résume ce qu'est la source de toute la Voie Hermétique,inapte à la compréhension scientifique pure et dure.

    Malgré tout,il est souhaitable de tenter effleurer voir essayer toucher les étoiles(petits clous du Ciel,la flamboyante dans un poème persan nous caresse avec ces placés pour le juste définir que:quoique dans le Ciel de Ta beauté,tu aies un front aussi resplendissant que Vénus,cependant Vénus se mettra à danser de joie,si tu ne dégages pas ton front des cheveux qui viendraient à le couvrir(Farrukhi:grand poète de la cour du Sultan Mahmoud Ghaznévi 980-1037),avant que cette essence authentique en soit quelques fois éclipsée ou restreinte par une forme de système qui pose sur le devant de la scène un autre chose de bien davantage nébuleux,analytique et matériel pour une juste évolution et sagesse de l'Homme.

    Ainsi,l'esprit a posséder consiste a admettre,a affirmer, et accroître cette essence synthétique de la nature comme intime en nous.

    L’Art sacré embrasse les rapports de l'Homme avec la grande Gaïa en se déposant sur l'axiome de l'Unité au Tout,sciences de Dieu dans ce qui ne se sépare point.

    En effet,un certain recul pour être à son écoute,doit permettre de s'asseoir sur une place de choix en termes de conditions et qui verra,à force de patience,confiance,assiduité,...atteindre une liberté et la joie pure en tant que récompense ultime.

    Et ce sera donc,également, dans cette démarche voulant donner suite à cet appel du cœur ,et,passant outre les railleries et moqueries de Ceux et Celles qui tenteront de mettre un frein à cette démarche d'aventurier du Moi,qu'il faudra démarrer la Juste Quête.

    Le Tout est donc dans l'S prit( spiritus/de spirare ou souffle,voir pneuma en grec)  ,l'Unis vers mental étant donc cette loi une a tenter d'intégrer au mieux via l'approche pure du Un,demeurant cette réalité substantielle issue de toutes les manifestations,formes et autres convenances extérieures.que nous appelons communément la Matière ou l’Énergie et qui est cet Esprit indéfinissable mais pensé tel vivant comme absolu.

    Les ondées gondolant la surface au lac intérieur à cette loi ne sont en fait que simples créations mentales de ce Tout,astreintes aux Lois des phénomènes créés.

    L’Univers est donc dans cet Esprit du Tout,et que c'est bien dans celui ci que nous respirons la Vie,agissons,aimons,haïssons...sommes,bien et tout simplement.

    Nombre de philosophes européens œuvrent ainsi philosophiquement sans,dans un temps premier,se comprendre eux-mêmes.De ce fait donc,ils ne se connaissent pas intimement et toujours,portent un regard objectif sur les choses,en l’absence d'une véritable vision intérieure.Ainsi,ils en font leur décorum au devant d'autres.Fausse route,car la bonne en souhaiterait de son coté allier l'âme au pinacle de la puissance cosmique.

    Toutefois et pour évoluer dans le mieux,il n'est pas inutile également de savoir en retirer l'expérience,ou d'approcher l'alcoolat des plus anciens sur la route et donc,comme toute course en montagnes devrait se faire,se préparer au mieux possible.

    Effectivement,certains éveillés,ré-veillés ont ainsi décelé les subtilités de ce principe un qu'est celui du mentalisme non uniquement en se posant sur cette Nature mentale du grand Tout que comme tout en soumettant judicieusement au Petit d'Homme de pouvoir ainsi capter et appliquer avec aisance et mieux les lois de l'Univers Mental pour son perfectionnement et son bien-être,voir une quinte essence.

    L'attrait dans ce genre d'intériorisation et regard intérieur spirituel,est essentiellement sa non-nécessité d'appartenir nécessairement à quelconque religion ou autres écoles- dogmes....que de courir libre.

    Il suffit simplement de s'embarquer sur ce petit radeau de fortune et de se laisser porter par les flots,de s’arrêter ou de faire demi-tour,d'accoster,....étant seul Maître à bord quelque part.

    Le vide intérieur,résultante émergeant de cette spiritualité,a toujours habité et habitera de la même façon notre âme.

    Aussi,en appliquant de manière intelligente la loi ci dessus et celles à venir,notre Ami Hermétiste pourra ouvrir les portes innombrables du mécanisme à la pyramide mentale et psychique de la co-naissance(Maestro Eckhart,observant le va et vient de la porte et l'immutabilité du gond,amena judicieusement ce comparatif de la première à l'Homme extérieur,et via le second dans sa position axiale et centrale,...à L’homme intérieur).

    Il appartient à ce grand Nous de posséder les clefs maîtresses à l'accès au mental comme outil insondable, comme de se convaincre la nécessité de nullement se chercher ailleurs que dans l'ici et maintenant....

    Étant a devoir se vivre,et non à tenter s'expliquer,ce facteur insondable nous ramène vers la conscience pure.

    Ce principe attaché,nous raconte la nature de l’Énergie,comme l'histoire de la Matière,ainsi que ce travers au pourquoi ils se sont oblitérés tels subordonnés au grand Livre de la maîtrise de l'Esprit.

    Le rôle du vide est essentiel pour faire ce chemin car il nous réajuste au Soi intime,revitalisant et facilitant les divers transferts énergétiques aux justes fonctionnements du nous et de manière optimale.

    Un authentique ''lâcher-prise''est donc la formule idéale,afin d'élever le potentiel énergétique,dans cette mesure ou l'ego,lui,inversement freinerait la donne,c'est par ailleurs son job.

    Et c'est donc ici,que le coté pratique ouvre des horizons méconnus ou disons moins voir peu connus,fluctuant entre un aspect relativement simple et compliqué à la fois,l'Alchimie n'étant jamais exempte de paradoxes.

    Le juste emploi du lâcher-prise,tient ici dans toute sa signification,en le sens où il ne faut chercher quoi que ce soit déjà!Là semble effectivement se présenter également la singularité de la facilité difficile !

    La vacuité viendra nous atteindre, ...sans nulle garantie,car elle est posée elle de-même sur divers facteurs...mais quoi qu'il en arrive malgré tout,laissera le flux énergétique pénétrer et filtrer les divers ancrages et autres entraves engendrés auparavant.

    Pour Ceux et Celles qui s'enfonceront davantage,ils devront accepter le fait de cultiver une non attente et un détachement total,bien conscient que personne ne puisse non plus forger à leur place.

    Bien certainement,l'existence est frappée du label de la complexité,...comme nous pouvons orienter notre vie au mieux selon nos possibilités,quoique lucide malgré tout face aux nombreux facteurs qui contribuent à façonner le Karma.

    Puis viendra la mort,car elle est dans le flux temporel elle de même,flux régit par la loi de cause à effet,jouant ce fatalisme telle une catégorie dans la dimension temporelle.

    L'âme s'affiche donc infinie,comme le Karma en outre...et l’ego,la réalisation du pouvoir cosmique fondamental,car de son coté livré au sein de chaque existence.

    Cette mort de Soi,entraîne un nettoyage complet en l' âme enfouie dans nos tréfonds,et qui incite au plongeon ultime.

    Personne,bien heureusement ne peut faire l'expérience de la Vie,à notre place,comme de ressentir ces souffrances que le temps nous apporte.

    Cette existence,comme toute chose,possède ainsi un prix a payer,affiché devant nos yeux et dans nos os,souvent.

    Tant que la lâcheté et la fuite habitent l'homme,il en ignorera le nectar et ce diamant qui est cet authentique Lui..

    Or un joyau,n'est jamais un présent absolu,dans une certaine mesure où nous devons le mériter par la constante de nos actes et pensées.

    Chaque instant,nous nous devons de faire le forcing pour légitimement le mériter.Certes et en l’occurrence,le spirituel est un formidable outil pour ce faire,...mais il n'est pas le seul.

    La façon dont nous vivons et remplissons nos fonctions,nous parlons,nous servons,...est ce prix non bradé pour gagner ces joyaux de valeur haute.

    Ces derniers devenant de plus en plus taillés donc et ainsi plus précieux,.....ne gaspillez rien.Il en va du bien être,comme de celui,à plus grande échelle,de celui pour l'Humanité.

    Et donc de trouver ce genre de merveille qui est en Vous et de continuer à la polir au mieux de Vos possibilités déjà.

     Par la suite,il est a savoir,que lorsque l'individu s'engage dans une initiation quelle que ce soit,et Dieu sait,combien elles peuvent être nombreuses de nos jours,Il doit absolument prendre conscience a conserver un esprit de néophyte et d'apprenti.

    Un des paramètres avec lequel Il se faut essentiellement surfer sur la quête choisie,est surtout celui de ne pas se cristalliser ou focaliser sur l'arbre qui cache la forêt,ou,en d'autres termes,sur l'apparence et le figuratif.

    Il est dit de ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas et que ce qui est en Bas est comme ce qui est en Haut et donc a prendre telle seconde Loi,(quoique rien n'impose un ordre bien défini en la logique de vérité sur les choses),voulant celle ci impliquant un rapport entre les phénomènes des divers plans de la Vie et de l’Être.

    Well donc,de déceler dans la Nature,des schémas que parfois ignorons,mais qui dès qu'appliqués sous cette notion de la correspondance,distinguons les lucioles dans l'obscurité totale et devenons aptes a davantage de compréhension.

    Les idées trop radicalement tranchées sur le sujet,la contenance que se devrait avoir le sens de la Vie,en la matière,la direction générale des paroles,écrits ou enseignements que l'on estime idéale au soi ou l'ensemble,..n'ont pas lieu d'être ici,et,à la limite,sont la preuve d'une certaine profondeur à faire quand au travail à fournir!

    L'unique chose pour une avancée certaine,..... sauvegarder l'ouverture et une largesse d'esprit !

    Ce dit principe de la correspondance,nous jette ses applications partout dans l'Univers et ses recoins,aussi bien sur le plan du mental,que celui de l'esprit.

    De nos jours,il reste relativement fréquent de voir s'engager de jeunes ou moins,chercheurs dans une recherche,se frotter auprès de dignitaires dont la tenue endossée par une forme bien trop stricte,ne laisse plus grande place ou marge à une certaine forme de liberté a retrouver,...tant les titres et autres décorum ornent la surface en y reflétant certes,un certain acquit....hormis peut être celui de l'humilité !

    A l'inverse,par ailleurs,et pour le peu que Vous n'en soyez figé dans cette conformité ou un académisme rigide,verrez dès lors,d'être écarté illico presto,par beaucoup de ces même ceux qui prêchent tant et tant l'amour et la compassion et toutes les vertus du monde.

    Un fermier reste un guide,qu'il en soit pour les ânes comme pour les chevaux...non?

    Aussi,peu importe quel en est l'animal au bout de la corde car le modèle est là,tout simplement dans sa fonction de berger,et prêt à se rendre utile,....c'est aussi simple que ça!

    S'amouracher d'idées conventionnelles et des fatras mondains est s'égarer,selon mon humble avis,....comme de cette manie à l'emploi de mots et notions pompeuses spécifiques et sacralisées par excès,en langue barbare(lol),ce, afin et surtout faire étalage d'un certain savoir haute gamme .

    Dans cet univers ,un vil principe est fréquent d'engluer l'itinérant dans un bouillon de démonstrations en culture et autres connes essence,pour en justifier par la suite un but souhaité d'écarter les profanes ou autres curieux....facile!

    Ajouter des mailles en or à ces chaînes déjà faites d'acier,est si et trop souvent employé,provoquant non seulement des scissions qui s'installeront progressivement mais qui feront que cette richesse sera accusée ou discréditée par la suite.

    Aussi,Soi et les autres,ceux qui demeurent ''éveillés'' face aux profanes,les uns aux unes,...de semblables corrélations sont instaurées pour davantage et mieux diviser pour de mieux gérer,comme le dit l'adage ''Divide ut regnes'' grec ou plus proche via le Machiavel ''Divide et impera'' ..divise et règne.

    Un étudiant sur la Voie Sacrée,doit faire fi des habitudes personnelles,culturelles,...qui peuvent s'avérer donc comme une source d'aveuglement.

    Vous l'aurez,je pense,dès lors comprit,l'acquisition d'humilité sera la vertu essence-ciel au juste travail et devenir.

    Considérée comme la plus grande de toutes les vertus,c'est elle qui offre aux yeux de chacun(e) le stade et degré d'évolution de l'itinérant sur le chemin au développement spirituel.

    Pour peu,que le Chercheur,éprouve encore une quelconque satisfaction a être apprécié,se voir reconnu par ses pairs,voir lui-même,en décélérait des résultats encore subordonnés à l'ego subversif.

    Se manifestant,chez l'individu qui a mûri spirituellement,elle reste donc assez rare malgré tout,et s'exprime davantage par le geste que par le verbe.

    Reconnaître notre petitesse et nos imperfections,devant les portes du couloir de la co-naissance et de la sublimité,n'est point une quelconque servilité ou une dénigrante faiblesse qu' une simple acceptation de Soi...et,c'est déjà pas mal,en soi,je pense.

    Aussi,savoir se rallier au fait que d’autres se sont engagés sur cette Voie éclairée et droite bien avant,qui en marche dans leurs traces, n'est donc a voir,et en aucune manière ressentir comme un fardeau ou un acte de soumission,que de plutôt et sobrement comprendre,que l'Oeuvre Universelle et effectuée en puissance,se décèle en toutes chose et émane d'un certain chemin déjà emprunté.

    Bernard de Clairvaux fait ainsi allusion à cette via regia (Voie royale) qui se doit d'éviter les déviations et autres détours pouvant dissiper l'âme et retenir l'attention.Dans le Un,le moine ne s'attachera qu'à Dieu....l'Alchimiste au grand Tout.

    Aussi,d'aucuns poseront cette question légitime,du comment fonctionner pour acquérir cette dite vertu,d ''humilité'' ?

    Éveiller la dernière,en reviendrait la plupart du temps possible,en se plaçant dans des actions de bonté,..et exécutées avec sincérité absolue.

    En fait,et en y regardant bien,tout procédé spirituel soit-il,peut nous révéler la véritable relation entre nous et les autres.

    En s'immergeant totalement dans les profondeurs de notre âme,nous en approcherons véritablement de cet objectif recherché....par l'élan authentique Unis et relié..

    Le décorum excessif des dignitaires en outre,plonge de trop souvent dans l'arrogance et l'orgueil,fléaux du monde actuel et souvent considérés,comme la seconde peau de l'Homme moderne...adepte de la grande séparation.

    Je demeure persuadé,ici,que chacun(e) peut se rendre compte des signaux d'alerte qui prouvent s'il s'en est ou non écarté de cette voie de l'humilité.

    Plus les rangs et titres obtenus d'ordinaire sont grands,plus cette tentation de se trouver au dessus de la masse grouillante et subordonnée est grande également.

    Aussi,et maintenant,l'on assiste très trop souvent à une bifurcation à deux bras Y,...voulant d'une juste humilité accompagnée par ce fait de la clairvoyance....et un manquement de cette vertu,positionnant celui qui en est habité dans un complexe de supériorité et de pouvoir sur les autres !

    Que l'on sache bien,que nul ne trouvera l'éveil,ou le réveil,...sans cette dite humilité.La dernière étant sentinelle des signes mis en place depuis l'aube des Temps.Elle est une clef essentielle pour l'évolution de Tous les individus du monde.

    Alors et si Vous en faite le lamentable constat,d'une quelconque tentative de l'un ou l'autre a vouloir Vous écraser,ou a Vous traiter d'une manière similaire,n'ayez aucune crainte a prendre ....la direction opposée,il y a déjà du monde dessus.

    L'humilité prend source,dans l'eau claire de Celle ou Celui,qui a ce grand amour de l'Humanité...et s'en remet à Elle,en ce qu'elle formule naturellement et vaut que l'on s'incline et se soumette.

    Résumant donc que cette vertu,reste l’allégeance au Grand Tout avec sa sagesse,et admettant aussi qu'elle en est virevoltant autour de nous,...il sera également facile d'accepter que son degré d'atteinte,en notre âme, sera proportionnel à ce que nous diffuserons en termes d'harmonie,beauté,compassion,...

    Les Maîtres de Sagesse et de lumière,ne sont pas toujours les plus bardés de médailles et emplis des meilleures paroles..sinon,ça se saurait

    Bonne journée...Le vent souffle tout doux....doucement.

     

     

     




    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

     

    Bonjour Amis Hermétistes et Autres,...

     

    Peu est l'importance face aux diverses conjonctures,hypothèses et occurrences affichées,car chaque chercheur sur la Voie Royale,tente accomplir celle ci au mieux qu'Il le peut,essayant d'en assujettir les phénomènes,justifiant tout au moins via le cela,un certain statut.

    Nous avons ainsi vu que le cercle,lors de la précédente chronique,était une réalité symétrique,dont les points sont a égale distance du centre,lui même extension,le tout offrant l'absolu et la perfection tout en, malgré cela refléter la dynamique du vivant,...qui en demeure,la spirale inscrivant de son coté un jeu différent sur les formes et les plans.

    Ainsi le centre et le cercle sont des symboles forts.Le premier, réel absolu est le Principe pour cette mesure en lequel le centre des centres ne puisse être que Dieu (Nicolas de Cuse siffle dans les pôles des sphères ce fait de coïncider avec le centre qui est Dieu,circonférence,nulle part et partout à la fois ou notre trois fois grand....Dieu est une sphère dont le centre est partout et la circonférence nulle part) et donc affiché dans une conception dynamique que davantage statique,foyer d'où est issu le mouvement de l'un vers le multiple,du non-manifesté vers le manifesté,du temporel vers l'intemporel,de l'intérieur vers l'extérieur...

    Le cercle,hormis ce fait d'être un point étendu,participe donc à la perfection,à l'homogénéité et à l’absence de distinction ou de division.

    Dans le bouddhisme Zen,notamment,le cercle symbolise l'étape ultime du perfectionnement intérieur,l'harmonie ultime de l'S prit,alors que pour ces autres Soufis notamment et en l’occurrence dans le Matmavi de Jalad-od-Dîn-Rûmi,et ce Glol-shan-î-Raz (Roseraie des secrets),de Mahmûd Shabestari,etc,...Rûmi oppose la circonférence matérielle du monde phénoménal au Cercle de l'être absolu,ce qui l'entraîna en outre et par la suite,a dire que si l'on ouvrait un grain de poussière,on y trouverait des planètes et un soleil.Précurseur dans l'âme,...le poète mystique.

    Ainsi,et pour relancer le fond,tout mouvement local est a voir tel un geste qui peut s'étendre à l'infini...la paume ouverte de Bouddha représentant l'étendue sans fin.

    Effectivement,lorsque rien n'est séparé,le plus infime son ou geste ,se visualise et se développe dans sa totalité cosmique;un point pouvant être infiniment petit ou grand,comme cet Unis vers qui somme toute est également un point quelque part.

    Le point symbolise l'abstraction de volume,le centre,le foyer ...mais surtout le principe de l'émanation et la notion de retour.

    D'ailleurs et selon Saint Clément d'Alexandrie,si l'on abstrait d'un corps ses dimensions et ses propriétés,,il demeure un point ayant une position,qui si elle,est retirée également,..on atteint l'unité primordiale.

    Tout change à partir du moment où l'individu cesse de voir une chose spécifique,pour visualiser sa destinée,car chaque chose qui est faite contient cette destinée,justement.

    Mais,par rapport à tous les événements de la vie ,l'homme est engagé et libre à la fois;et c'est en ce sens que toute rigidité ou tout dogme est critère de fausseté.

    Quelle divine chose,peut daigner être là?Je ne sais.

    Et pourtant,mes larmes débordent,par mon être empreint de grâce. Saigo (Samouraï et homme politique Japonais 1828-1877).

    Dans cet appel extrême de ce qui est,il y a une grâce inconnue et suprême quelque part,qui à la fois implique le concept de l'espace entre deux choses,,mais qui en demeure aussi et à la fois séparation comme union (ce qui unit sépare-ce qui sépare unit) jouant ainsi la sublime tension bien que mélodieuse en ce qui engendre et réalise les phénomènes telle qu'est notamment l'Oeuvre au rouge de l'Alchimie,expression des forces dynamiques.

    Ce qui est,reste donc semblable à un point,ni limité dans une petitesse ou grandeur infinie,dans lequel notre Unis vers peut s'associer et donc justifier que tout ce qui se manifeste en lui,Est,simplement.

    Cet être est relatif à la forme de toutes les choses ,leurs places occupées dans cet espace-temps,avec un au delà qui,lui,ne s'inscrit dans nul extrême.

    La Voie parfaite est sans difficulté,sauf qu'elle évite le choix.

    Ce n'est que lorsque Vous cessez d'aimer ou de détester,que tout peut être clairement compris.

    Une infime différence suffit a diviser le Ciel et la Terre.

    Si Vous voulez parvenir à la claire vérité,ne Vous préoccupez pas du juste et du non-juste.

    Les conflits avec le juste et le non-juste sont la maladie de l'esprit.(Seng Can,Xinxin Ming).

    Il y a une certaine vision des choses qui murmure cette idée que le Ciel avec la Terre est le résultat de la polarisation première,ou cette moitié supérieure de l'Oeuf du Monde.

    Il s'en apparaît de la sorte dans la Chândogya Upanishad et dans certaines architectures Hindoues,jouant la notion d'un lien primitif entre Ciel et Terre,qui fut par la suite rompu.

    Le Ciel est le principe actif et donc masculin,''s'opposant''à la Terre,passive et féminine(la pénétration de la Terre par le Ciel est donc une union sexuelle,avec cet Homme comme produit,embryon de l'Immortel).

    Alors et selon mon humble avis,dans cet ordre des choses,il semble utile de se poser la légitime question suivante,..a savoir s'il n'en est point souhaitable par ces temps dits modernes,de pouvoir s'écarter de ces idées et autres concepts à la distinction,la compétition a outrance... qui en gangrènent tous les secteurs d'activités (économiques,politiques,professionnels...)

    C'est donc la raison pour laquelle,il me plaît encore d'oser pointer et définir la Voie juste,non telle exclusive à la quête Alchimique perçue au degré premier et engagé,mais également dans chaque aspect notre vie de tous les jours.

    De toute évidence,certains décrient,que la pratique intensive par le travail,de manipulations au laboratoire,ou une immersion dans les méandres de l'esprit,voir de la religion,...ne leur servira a rien en cas de nécessité absolue,mais d'oser répondre par qui a t'il de plus nécessaire ?

    Car,il importe aussi de prendre conscience d'une pratique adaptable ,pouvant se révéler indispensable à tout moment....et de l'apprendre,comme de l 'enseigner,de manière à la rendre utile et pratique vers tous les secteurs d'activités.

    L'état dit de ''Mushin'' en signifie l'abandon de la conne essence,ou celui du miroir qui en voit le miroir,ou qui regarde le miroir qui le regarde,dans un moi inutile et plus qu'encombrant.

    Car l'essence ciel,consiste a réaliser les profondeurs de l'être,d'entamer ce trip vers les racines ou autres sommets...car de là où je me situe dès lors,plus rien n'Est.

    Ce non-mental sans idées ni pensées signifie ''cœur vide'',le suffixe mu exprimant la négation et sa répétition.

    Faire le lien avec les chroniques précédentes,est en résumer la critique de la commercialisation a outrance du savoir,et donc de son morcellement...comme d'affirmer un aspect spectaculaire du phénomène dit Alchimique,plutôt que son aspect des plus pratique et spirituel.

    Jusqu'à ces dernières années,les personnes qui s’engageaient dans cette longue quête,étaient essentiellement des Sages,philosophes,érudits,...alors que de nos jours,nombreux sont les individus,qui ont élaborés une certaines approche,parfois très compliquée comme issue des méandres aux esprits les plus tortueux,ou autres conditions,semble-t-il !

    Car,effectivement depuis les temps très anciens,la Voie pour effleurer ce ''Tama'',ou âme et conscience subtile des choses,à la fois naturelle et sacrée,qui nous renvoi sans cesse vers cette union de l'âme,de l'esprit ou de la conscience ,...avec les phénomènes qui crée la nature,ou mieux, donne à la substance sa vraie nature et réelle corporéité....de beaucoup semblent aussi s'égarer.N'en était il de ce but escompté ?

    Nigi-mi Tama étant l'S prit menant à l'harmonie....imbibé du Kushi-mi-Tama,conduisant de son coté à de mystérieuses transformations ou transmutations ,.....murmurant cela que le sacré affiche par la relation de l'âme à l'âme,ou de l'âme à la chose,sa nature la plus sacrée.

    Actuellement,un grand malheur veut que les individus transforment les Arts en produits commerciaux,des Arts murs (armure)se considérant eux de même parfois comme des marchandises et vendant quelque part leur corps à la science...lol

    Autrement dit,l'ornementation l'emporte sur la réalité....ambivalence certes,car si l'or-couleur est un symbole solaire,l'or monnaie en est un autre ,mais de pervertissement et d'exaltations impures des désirs,cette fois.

    Dans ce monde du petit d'Homme,notamment,il subsiste une grande part de mise en scène et de vulgarisation.Or,il demeure important de bien maîtriser la philosophie profonde de ces anciens enseignements,ainsi que les connaissances adéquates pour de bien cheminer.

    Maintenant,il faut oser également mettre l'accent sur un critère d'importance dans ce dit registre au savoir et de la maturité:la sagesse (du grec ancien σοφία, sophia) ;car il faut bien prendre conscience de ne gaspiller ni les êtres ni les choses.

    Tout tels les Soldats,les Compagnons du devoir,...les Alchimistes affûtent leurs outils,fabriquent les instruments de nécessité et les conservent dans un lieu propice à l'entretien et au dépôt,propres et prêts à l'emploi.

    Selon les directives de leur maître ou autres prédécesseurs,ils tentent aussi de mener au mieux les tâches qui leur sont attribuées et confiées,comme de prêter la plus grande attention au moindre détail de leur travail,le tout,imbibé d'une foi et un engagement hors normes.

    C'est un des fondements du compagnonnage,mais pas que, de savoir et faire utiliser pertinemment les outils les plus justes afin de fabriquer les objets les plus divers.

    Mais,....comme cité ci dessus,le Juste chemin ne se limite pas à des classes spécifiques au sens pur et élitiste du terme que davantage vers chaque être humain qui en est aux prises avec un monde en constante évolution,et en lequel prédomine la fluidité et l'habilité...outils indispensables à la survie.

    Convenons donc que l'aspect extérieur de l'apprentissage de l'itinérant se pose dès lors sur l'interdépendance de nombreuses facultés...et que sa dimension intérieure ou fermée,fonctionne sur cette relation entre l'élève et la notion de savoir.

    L'équilibre entre ces deux éléments...yin et yang,est toujours considéré par nos jours et dans de maintes cultures comme l'un des signes les plus marquant de ce que d'aucun nomme la maîtrise.

    En fait,la Voie juste n'est rien d'autre que l'esprit normal,et on peut d'ailleurs ainsi concevoir cette notion de maladie,ce qui désignerait un blocage ou une fixation de l'attention,bref ,ce qui s'écarterait de cette ''normalité''.

    Effectivement,lorsque nous considérons les choses,selon le niveau premier de la réalité,nous n'analysons en fait que les propriétés physiques et chimiques qui sont constantes.Mais ces dernières changent immédiatement dès que la pensée entre dans la danse,développant,comme déjà caressé auparavant,un champ vibratoire opérant dans une sorte de cristallisation et qui donc modifie les perceptions énergétiques et autres donc

    L'esprit ne doit donc tenir nulle part (Mystères de la sagesse immobile-Takuan Soho...immobile signifiant dans ce contexte,la non-fixation des choses.),en utilisant la spontanéité du temps,via l'instant.

    Le centre de la Sophia immobile ressemble ainsi donc au centre de tous les centres,car,dans cette mesure où il est potentialité,et joue l'action positive -négative inhérent à ce concept Yin-Yang,telle particule à la fois vectorielle et vibratoire dans une réalité identique.

    En effet,nous avons vu,que ce phénomène de fixation (au sens premier du terme),provoquait une sorte d'inhibition de la réaction spontanée et naturellement libre.

    Pour en résumer via un exemple,voyons ceci s' appliquer aux affaires du monde,en supposant divers échanges en un débat professionnel,et alors même que vos propos semblent se confondre au face à face avec Vos interlocuteurs.

    Aussi,si vous ne prenez conscience de cette défaveur,votre engagement perdra lest en notion d'efficacité pure et en authenticité,...et donc en deviendrez très vulnérable..

    Inversement,engagez-Vous dans le schéma opposé ,de la non fixation et de la discussion spontanée voir ''instinctive'',et ainsi dans un état d'esprit normal,et vide...pour observer un résultat diamétralement opposé.

    Je dirais donc ici,en tentant faire passer ce chouïa message de juste faire les choses,le plus naturellement possible,dans ce genre d'esprit simple et pur,comme si,celui ci était parfaitement vacant pour toutes choses.

    Malgré cela,,restez aussi certain que le fait de penser être sur le juste chemin est ...déjà s’égarer quelque part aussi.

    Si Votre cœur est vide,alors le geste sera vide....et donc jaillira de la façon la plus cristalline qui soit.

      ''Makoto'' est ainsi qualifié tel un esprit entièrement dépourvu de taches et autres impuretés,...comme d'également inaltéré par ces diverses pulsions inhérentes ou fixées à l'ego destructeur.

    Une référence faite auparavant vers ces maçons bâtisseurs,et qui,à force de travail par formes diverses en tailles et polissages...,s'évertuant au fil du temps,a débarrasser le joyau de la gangue en rejetant divers mécanismes de réflexions calculés,des influences tierces,des dissimulations,les artifices,des hypocrisies et pseudos de tous bords,comme autres phénomènes issus d'un machiavélisme évident,...rend justice précise,avec cette idée de sincérité totalement naturelle ou davantage encore mieux,spontanée.

    Car ce qui importe ici,c'est surtout cet élan qui en émane de l'âme !

    Il en est donc de cette capacité à l'authenticité,que l'on ne trouve uniquement en ces caresses de nature la plus profonde qui soit,dans l'instant étincelle et sans la plus petite parcelle d'intention quelconque.

    S'agissant ainsi d'un jet d'âme,emplit de pureté cristalline et qui en jaillit sans que l'on puisse le freiner ou le retenir d'une manière ou l'autre,ce concept,ne se manifeste de toute évidence jamais par des actes,ou des mots lancés en l'air et avec légèreté,mais plutôt tel et pareil à une totale mise à nu qui se place sur le devant d'une scène,sans aucune interférence ou parasite de la pensée discursive.

    Il semble parfois y avoir quelque chose de divin et sacré dans cette forme de densité à l'innocence retrouvée,ou davantage encore, jamais égarée.

    En effet,cette révélation exprimée,habitée par une âme libérée de tout esprit de calcul et réflexion,autonome quand à toutes ces formes d'assouvissement aux instincts et offerte à notre quotidien,se retrouve dans une symbolique spécifique,certes,mais aussi et malgré tout Universelle.

    Les Guerriers Samouraï vivaient par le Sabre (Katana) retrouvant en celui ci une relation d'ordre quand à cet état d'esprit de''Makoto'',au même titre que leurs homologues d'Occident,qui ne juraient,également, que par l'épée.

    La pureté de la lame tirée du fourreau,ainsi que son éclat,apte a offrir la mort ou laisser la vie,..comme de cette droiture manifestant la loyauté envers le Shogun ou autre Grand Maître des Ordres d'Occident,quand,ce n'est point,...envers ce Graal subtil de la pureté d'une âme intérieure à l'Homme ''authentique''...n'en sont que quelques exemples des plus marquants.

    Approximativement 900.000 katana( sabre Japonais) sont ainsi répertoriés au Pays du Soleil Levant,aussi bien dans les musées,Temples Shintos ou sanctuaires,que dans les collections privées.

    La perfection de ces armes est extraordinaire et dans cette mesure où elle repose sur les éléments traditionnels que sont l'argile,l'eau,le feu le bois et le fer... et l'Homme ;justifiant sa ''Vie''par la combinaison et la qualité de ces éléments justement.Les pièces sont donc unique et impossible à reproduire ou copier.

    Qu'ils en soient Samouraï,Alchimistes,Spartiates,Philosophes,Prétoriens,...les idéaux et les buts recherchés se font toujours au travers des règles et codes,des tables de lois...

    Lorsque en l’occurrence, la lame frappe l'adversité,Elle en signifie d'autant plus cette acuité et ce pouvoir à l'engagement d'un esprit libre et affranchi de la crainte et du doute.

    Le Sabre ou l'épée est donc bien ce cœur de l'Homme....mais cet outil n'est il point analogue également à la somme d'un certain savoir ou une autre co-naissance via l'interprétation sur ses deux cotés tranchants?

    Symbole de vertu,de puissance de bravoure...elle s'associe parfois à la balance,en séparant le bien du mal,tel le symbole du verbe de la parole,fragment de la Croix de Lumière pour les Croisés,ou autre dérive de l'éclair pour les Nippons,quand ce n'est point le Bodhisattva qui en porte la flamboyante pour la conquête de la connaissance et la libération des désirs;l'épée tranchant l'obscurité de l'ignorance.

    Cet esprit libre de tout parasite est,ainsi donc la juste finalité d'une quête au sacré,cet aboutissement où tant et tant fut dit,écrit ou lu sur cette recherche dite intérieure...et qui mérite cet effort constant et important entreprit par les voyageurs de tous temps et époques.

    Là,où tout devrait se terminer,où l'avant et l'après ne sont plus que mots,où la peur,l'angoisse,la fureur ne demeurent que des notions abstraites...ou cette boucle commencée s'achève telle cette représentation de l’Ouroboros,(serpent qui se mord la queue,symbolisant un cycle refermé,aux idées de mouvement,d'auto-fécondation,de continuité,d'éternel retour...union des deux principes opposés que sont le Ciel et la Terre (lorsque figuré en noir et blanc),union du monde chthonien et du céleste....là où Tout se rejoint,simplement est l'endroit a atteindre.

    La réalisation,la perfection ultime et sublime,la Haute maîtrise.....mêlant Vie et Mort,les unissant tous deux, dans ce jeu du grand Tout se retrouve en ce lieu.

    Il importe,de prendre parfois du recul pour tenter perce-voir ou du moins songer à cette notion de ''Makoto'',certes,difficilement compréhensible,pour le commun,.car l'on ne prend que rarement conscience du fait,que nous nous mouvons dans une dimension,qui nous échappe,la plupart du temps.

    Une dimension que nous appréhendons avec une certaine crainte également,car en celle ci nulle habilité technique ou autre critère n'entre en ligne de compte,mais qui,malgré tout en trouve parfois une certaine issue,pour les plus engagés d'entre nous,en tant que véhicule de transport et pour éventuellement aussi,un jour qui sait,contribuer a en fracturer les porte de la perception.

    Synthétisons donc cela,en se posant cette légitime question du pourquoi,telle ou telle école,structure philosophique,...et de ce qui devrait être le véritable sens de nos efforts en cela et de bien cumuler les travaux du labo et de l'oratoire pour un bel accomplissement.

    Gagner ou perdre,obtenir ou laisser partir... importe peu,et quoique ce débat demeure très difficile a aborder dans notre culture occidentale,je peux aussi le comprendre...mais devons nous pour cela l'ignorer,que pour autant de ce point, je ne pense !

    Il y a quelques années,j'en étais a observer un expert en Kyudo (arc Japonais) qui sur ses diverses phases vers une harmonie parfaite avec l'Uni vers(7),décocha la flèche pour n'en point atteindre le centre de la cible.

    Beaucoup de commentaires négatifs se posèrent sur le manque de rendement et d'efficacité,sans savoir intégrer ce fait,qu'une atteinte sans atteinte,était le but sans but.

    L'arc,la flèche,la posture,les phases...ne sont que des vecteurs d'évolution,de progression et de travail en et sur Soi,..au même titre que l'encre et le pinceau(pour la calligraphie)...le Ken (sabre d'exercice)en kendo....la tasse,la cuillère et le thé,l'Alchimie et la quête vers la Pierre Philosophale..

    Comprendre l'absolu,dans l'union parfaite d'un geste avec l'Univers et la délivrance dans un élan pur...est trouver cette Unité avec le grand Tout Tao.

    Il en s'agit donc ici,d'une différence fondamentale entre deux cultures bien distinctes ,et ne tenterais nullement ici de privilégier une formule par rapport à une autre...mais juste de pointer le doigt sur une philosophie et une approche différente des choses.

    Malgré tout et pour conclure,il me plaît d'attirer cette attention,que notre éternelle course aux atteintes et autres réussites a entraînée quelques dérives relativement extrêmes malgré tout....où ces domaines du matériel maintenant, ont relégués ceux du spirituel au second plan....la plupart du temps.

    Ici,pareillement,est ce un bien ou un mal,n'est pas le débat dans lequel j'entrerais....d'autres s'en chargeront.

    Le juste faire,dans un esprit sans tache,est ce chemin que je Vous souhaite de prendre,ne fut ce qu'un petit laps de temps,histoire de voir aussi,....qu'il n'y a rien à voir,en fait car Tout est là,là où est le Tout...

    Merci et bonne semaine.

    Le Vent se glisse,..partout,Lui aussi.

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Partager via Gmail

    3 commentaires
  •  

     

    L'éveil c veille et donc rève.

     

    Bonjour Amis Hermétistes et Amis Autres ,of course,...

     

    Il peut demeurer relativement aisé pour tout individu un chouïa avertit,de savoir ainsi acquiescer le fait que tout phénomène semble fonctionner de par soi-même,lorsque l'esprit est ainsi libéré!

    Le fait de considérer les choses et phénomènes au premier degré de la réalité permet de les analyser selon leurs propriétés physiques,voir chimiques qui sont constantes (la chimie peut formuler des quantités de réactions au domaine avec précision à la fois quantitative et qualitative certes,alors que l'Alchimie,telle discipline, en joue de son trône les analogies,les métaphores ....en rapport avec la transmutation,et cette direction centrale vers une atteinte espérée et sous diverses formes, qu'est le grand œuvre ou la réalisation de la pierre philosophale)quoique de savoir également admettre cette loi fondamentale voulant que dès l'intervention de la pensée,ces propriétés changent.

    Car,l'harmonie dans et des formes traduit une authentique sagesse( dans cette approche de la Sofia se conformant davantage à une éthique,une prudence,la justice et le discernement,comme le savoir également,mais pas que...) de la pensée....sagesse,qui en signifie plutôt l'action de solidariser et associer notre petit d'Homme avec Dame nature ,sans la moindre contrainte d'un coté comme de l'autre.

    Nous venons de l'effleurer,ces propriétés changent dès lors ce genre d'intervention.L'énergie-pensée ou l'énergie-conscience,organise ainsi un champs vibratoire qui opère tout comme l'Alchimie,au sens ou il y a une cristallisation,faisant naître des propriétés subtiles et propres à ce même champs vibratoire.

    Well,et de déceler des modifications d'états,des métamorphoses en perceptions énergétiques,de transmutations en propriétés physiques,psychologiques et chimiques....

    En outre,il en est de l'air que nous respirons de révéler son principe igné,son énergie assimilable au feu....le prâna(principe vital du souffle et de sa manifestation),comme d'ajouter à ce phénomène de la respiration,une focalisation particulière de l'esprit qui en potentialiserait de manière plus profonde et intense les molécules de l'air,lui conférant de ce fait une qualité hors norme.

    Le ''pneu ma'' chrétien est quelque peu similaire,ainsi que le Kundalini,énergie vitale (serpent feu)pouvant monter ou descendre,manifester le chaos,voir se spiritualiser).

    ''L'art et rien que l'art,nous avons l'art pour ne point mourir de la vérité'' aurait sifflé Friedrich Nietzsche (Philosophe 1844-1900,dressant davantage l'affirmation de l'être,et jouant la critique au Christianisme par sa célèbre affirmation que ''Dieu est mort''.)

    Il en est de cette raison d'être via ce que l'on sous-entend en ce concept d''Art'',et qui n'en demeure qu'une formule parmi d'autres afin d'étriller au mieux votre esprit.

    Au début de la Vie,Vous ne savez rien et nulle question ne vient encombrer ce cerveau,quand le cœur est à l'unisson et lorsque habité par la vibration des choses vraies,..la nature étant le véritable miroir (Spéculum...amenant en jet la ''spéculation'',via cette origine lointaine d'observer le ciel et les étoiles(Sidus)).

    Symbole du symbolisme et pouvant exprimer la terreur de la conne -essence que l'on a du Soi,il se caractérise quelques fois par le paon (coté ténébreux de l'âme)...tel ce qu'Attaraurait dit que le corps est dans l'obscurité comme le dos du miroir ,alors que l'âme est son coté clair !

    Par ailleurs et en vertu de la théorie du microcosme et son grand frère,l'homme et l'Unis vers demeurent dans la position respective de deux miroirs,au même titre à la compréhension,qui sait,ayant fait dire à notre Ibn'Arabi que les essences individuelles se reflètent dans le Divin,et ce dernier en elles.

    O miroir !

    Eau froide par l'ennui dans ton cadre gelée

    Que de fois et pendant des heures,désolée,

    Des songes et cherchant mes souvenirs qui sont

    Comme des feuilles sous ta glace au trou profond,

    Je m'apparus en toi,comme une ombre lointaine,

    Mais ,horreur!des soirs,dans la sévère fontaine

    J'ai de mon rêve épars connu la nudité ! (Hérodiade).

    Et d'un chouia plus s'attarder peut être,sur ce rapport avec la tradition nippone de la vérité et de la pureté..comme dès lors Nichiren qui compare de son coté,le miroir du Dharma bouddhique,via cet affichage aux causes des actions passées ou autres symboles de la sagesse et connaissance (la poussière déposée et couvrant la dite surface,étant cet esprit obscurci par Dame ignorance).

    Par la suite,les pensées surgissent et constituent des entraves et achoppements de toutes sortes,rendant les choses de plus en plus difficiles à l'accomplissement souhaité.

    Aussi,une certaine aisance dans une maîtrise technique,ne survient que lorsque le contenu d'étude,quitte cet esprit vôtre,entièrement et de manière définitive...il en est dès lors d'un détachement réel(science sans conscience ne serait que ruine de l'âme voulant que la science ou l'Art se soumette à la moralité pour s'écarter et éviter les dérives).

    La nature est ainsi le vrai miroir,l'eau claire étant aussi bien celui de la Femme séductrice et élégante que celui du Ciel...comme également ce qui polit l'Homme en le renvoyant à sa virginité des origines...déclarant l'éternel retour à la source du grand Tout de la clarté intérieure.

    En outre Dame Gaïa est constamment surprise,créatrice et spontanée dans son fonctionnement qui ondule,lui, vers une constante asymétrie des choses,telle une balance d'horloger sur laquelle sont posés l'ordre et le désordre dans un juste et délicat équilibre.

    Car de savoir admettre,que toutes choses possèdent en elle,un sens,avec un point de référence,un point de départ...accusant un degré premier de la réalité.

    Rappelez-Vous que ce point,état limite et abstraction de volume demeure ce principe malgré tout de l'émanation,désignant en outre la puissance et la fin de toutes choses.(Voir chronique précédente).Dans les doctrines hindoues et tibétaines,le point (bindu) est également la goutte d'eau,le germe de la manifestation....

    Mais,ce central...qu'il en soit un rocher,un arbre,une source,...est également un point autour duquel un jeu de corrélations s'agence et s'organise..en s'intégrant dans un autre Univers (un jardin,un Temple,...)liant toutes ces vibrations les unes aux autres.

    Ainsi donc et pour en résumer le ci-dessus,une pierre,n'est point un objet quelconque dès lors,que davantage un lieu de localisation,et en lequel se renferme nombre de choses.....comme avec lequel également l'Homme peut se découvrir en profondeur en s'y alliant.

    Par cette conception des choses,l'Homme reste perpétuellement nourrit par la nature,non exclusivement d'une manière contemplative que plutôt par une harmonisation dans une réciproque communion.

    Se conformer au réel et sans même en être conscient amènera la formule dite magique à l'avancée sur le chemin de la juste pratique.

    Il est de coutume,dans de nombreuses structures initiatiques(de Téleutaî:faire mourir,..dans cette approche en franchissement de porte s'ouvrant sur un ailleurs,et donc à la sortie succède une nouvelle entrée;une métamorphose quelque peu comparable à un retour au fœtus) Occidentales et Orientales,de remarquer les novices qui suivent de manière quasi amblyope les formes et les rites académiques ou dits classiques...

    Dans ce cadre,il est d'importance de conserver à l'esprit cette association au Soi,du principe eau(source de vie,moyen de purification et centre de régénérescence essentiellement)du principe terre(principe passif et substance universelle qui façonne l homme,vierge et matrice concevante),feu(purification et régénérescence..) et vent (souffle et esprit,influx d'origine céleste)..d'en assimiler au mieux la substance et l'essence de ces dites énergies,pour en couronner le tout par l'ultime quintessence qui est le principe Vide.

    Pour ce faire au mieux,il faut non pas apprendre d'une manière purement pédagogique,mais en ressentir le comment ces cinq principes sont présents et comment via une pratique juste,ils en font apparaître l'énergie voulue.

    L'objectif capital et indispensable à cette forme de pratique vise a produire chez le disciple,une perception instinctive de l'engagement en son Art,évitant la rationalisation et la projection de toute idée subjective sur le geste lui-même.

    Ne pas produire un élève robot ou autre automate,en lui fournissant les assises solides qui permettront de faire jaillir la perception non ordinaire,est le but escompté de ce genre d'activité.

    Ainsi donc,l'objectif ultime de ce que l'on nomme spontanéité et liberté,bien loin d 'être poursuivit de sorte arbitraire,s'écoule davantage vers une harmonie avec un schéma graduel dûment éprouvé depuis les temps les plus anciens.

    On pourrait aisément résumer le tout ceci,en disant qu'il coexistent ainsi donc deux aspects sur la pratique;un posé sur le principe et un autre sur la pratique(labo-oratoire)!

    Le premier est équivalant à ce qui a été décrit auparavant ...et qui revient a dire,qu'au moment de la maîtrise atteinte,il n'y a dès lors plus rien a affronter.

    Mais,à savoir également ,que le refus quand à l'action nous montrera dans l' incapacité à faire quoi que ce soit.

    Généralement,on attribue à ce terme de ''principe'',la notion de ''théorie'',...laquelle se révèle terriblement inefficace sans application d'ordre pratique....mais force est également de savoir reconnaître que chaque discipline est touchée par le phénomène blablas,sans la pratique.

    Mais il est important,de demeurer avec cette conscience que l'esprit doit adopter la même position dans la pratique de notre Art,discipline,...que dans le quotidien de notre actuel....murmurant docilement que le microcosme d'un Dojo,d'une loge,...se retrouvant dans le macrocosme de la réalité au dehors.

    Il doit donc rester inchangé,coûte que coûte !

    Conserver un esprit aussi vaste que possible,direct,sans relâchement,faiblesse ou tension,...est le cap a tenir.

    Aussi,lorsque ce corps semble pour sa part demeurer tranquille comme le canard sur l'eau,l'esprit,Lui,ne doit pas végéter,mais être comme telles ces pattes qui palment énergiquement sous la surface .

    Inversement,l'esprit sera calme quand le corps Lui,sera agité.Le corps et l'esprit agissent donc en autonomie totale,l'un ne suivant l'autre...dans cette option,tout au moins.

    Il est bon de prêter attention à l'esprit,sans excès ni insuffisance quelconque,mais de le rendre également indécelable .

    Vaste et sans nuage,il en donnera alors de l'amplitude à cet intellect,qu'il se faudra polir au mieux,par la suite.

    On pourra donc ainsi qualifier,d'essence authentique,cet esprit imprégné capable de discerner le vrai du faux,le bien du mal,les pièges et faiblesses du monde,....

    L’Art véritable ou de la pierre philosophale, se révèle bien différent des autres formules de sagesse....car il insiste sur cette capacité a conserver un esprit immobile.

    Les Sages de l'antiquité cherchaient en permanence a apprendre les secrets de la connaissance au Soi,mais également a savoir réagir avec efficacité ,label de garantie en ces époques pour les moins troublées la plupart du temps.

    Libéré de tout doute,crainte ou autres formes d' hésitations,ils souhaitaient perce-voir l'essence des phénomènes,délivrée de son influence extérieure,le nec le plus ultra restant de saisir ces choses,avant leur apparition ou manifestation et donc de devenir quelque part,...un peu maître du destin.

    Stratèges ou Sages,ils se servent de cette faculté pour prévoir comment va évoluer l'adversité ou la contrariété.

    Car il suffit dès lors,de supprimer les afflictions pour savoir détecter les intentions.

    En effet,non dissipées,les afflictions seront amenées a distraire et mèneront vers l'échec.

    Telles maladies de l'esprit,elles se fixent alors sur l'un ou l'autre point.

    Il faut donc essentiellement voir avec le cœur(de par sa position centrale,les Chinois le font correspondre à la Terre;mais par sa nature,car il est le soleil,ils lui attribuent également l'élément feu,d'où certaines confusions bien légitimes) et l'esprit,de sorte que Vos yeux soient à même de saisir le monde.

    La vue par les yeux viendra donc après celle du cœur et de l'esprit !

    Car on se peut ainsi définir la maladie spirituelle par un étalage déplacé de connaissances,un état de fixation dans son quant-à-soi,une obsession...Aussi,puisque toutes ces maladies résident dans l'esprit,il convient donc de les supprimer en l'accordant.

    L'esprit immobile,délivré de tout changement et bouleversement,...ne se figeant sur rien,permet donc de voir ou sentir les choses d'un seul coup d’œil.

    Quoique parfois,cet esprit soit forcé de réagir dans plusieurs directions à la fois,si l'on ne le laisse pas se fixer sur chacune d'elles,il en restera dans l'action la plus juste qui soit.

    Si l'on ne fixe qu'une fleur de cerisier,on ne pourra voir les autres...Inversement,si l'on en regarde l'arbre sans aucune intention précise,alors toute la splendeur s'offre à la vue...pensez y,je Vous prie,...avant de ne plus y penser...Merci et bonne soirée.

    Le Vent se lève,ne le laissez pas passer....

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Le Si lance la condition.

     

    Bien le bonjour Amis d'Hermès et..les Autres

     

    A partir de cet instant bien précis où celui qui en suit une Voie qualifiée d'évolution,il devient un élément nodal de cette pratique,comme s'en dessine naturellement,une idée de perfection.

    La dite ''Royale'' via son approche relativement subtile,se trace,sans onduler dans une bien légitime opposition face aux chemins tortueux,..dessinant les plus beaux circuits pour l'ascension de nos âmes,sans aucune possibilité à quelconque égarement.

    Philon d'Alexandrie (dit Philon le juif,philosophe...Alexandrie -20 vers 45) a écrit :

    ''Entrons dans la voie royale,nous qui pensons qu'il faut laisser les choses de la Terre,dans cette voie royale dont aucun homme n'est maître,mais seulement celui qui est vraiment roi en est maître....Celui qui fait route par cette voie royale ne se fatiguera pas jusqu'à sa rencontre avec le roi.''

    Car dans cette approche sur l'idée d'obtention à l'excellence citons-en déjà cet illustre Pierre Baillargeon dans ''La neige et le feu'' (Romancier 1016-1967) qui nous en murmure de son coté, cette juste définition que Celui qui ne tend pas toujours à un plus haut degré de perfection ne connaît pas ce qu'est la perfection.La recherche étant la poursuite de la mort....pour démarrer cette chronique,ou davantage en la positivant via Saint François de Sales suivit par l'Ami De Vinci...que l'homme est la perfection de l'Univers,l'esprit est la perfection de l'Homme,l'amour est la perfection de l'esprit,et la charité est la perfection de l'amour.....comme les détails font celle-ci,quoique celle -ci n'est point un détail.

    Well donc ;car et effectivement,comme de déjà abordé précédemment,le fond et la forme en viennent a se fondre et s'ingérer subtilement dans la manière de vivre la Vie ainsi que ses divers phénomènes....et ce parfois,pour en devenir un Art,à part entière.Car il est bien de suivre déjà peut-être ce précieux conseil voulant de ne pas considérer les enseignements comme vrais uniquement parce qu'un ou l'autre Sage les enseigne ou qu'on les a découverts dans les livres saints ou de la conne essence.

    Suivre les ''canons''du savoir sans les avoir soumis par la pratique et l'accord quand à notre compréhension éveillée comme expérience est déjà s'égarer....nous offrant ce petit clin d’œil judicieux voulant que le concept de la permanence ne puisse s'appliquer aux choses elles qu'elles sont ou semblent être.

    L'opératif dès lors relève d'une grande importance dans ce genre de schéma,et cette mesure en laquelle si on en décide cheminer sur ce modèle de pratique, de maintenir un esprit d'investigation fort vers une foi profonde doublée d' un grand courage.

    Mais d'oser déjà revenir un chouïa sur ce que serait une foi( du latin ''fides'' ,avoir confiance-faire confiance),dévotion profonde,sinon ce statut assez similaire quand à ce maintien pratique pareil à celui d'une poule assise délicatement sur ses œufs,dont elle prendrait grand soin et qui en diffuserait la chaleur jusqu'aux éclosions....consciente du fait également que dans le cas inverse ou d'une éventuelle forme de négligence de sa part,il n'y aurait dès lors nulle éclosion.

    Ainsi et dans le même axe de réflexion pour cet esprit souhaité Alchimique,...c'est ainsi donc partout croire en soi-même.

    Le courage,lui,c'est rassembler toute son énergie en un point unique,(symbole l'état limite de l'abstraction du volume,le centre,l'origine,...désignant la puissance créatrice et la fin de toutes choses.Saint Clément nous le chante dans cette cette abstraction d'un corps,de ses propriétés et de ses dimensions....pour en finaliser l'unité primordiale....alors que Silésus Angelus,Lui,nous le raconte tel que le point en a contenu le cercle) tel un chat qui guette une souris au fond de son trou et sans faire le moindre mouvement,durant des heures et des heures.

    C'est cela l'esprit du Un,qui tend a concilier les contraires et réaliser les opposés en synthèse...tels les mandalas(résumé de la manifestation spatiale,image du monde et interprétations psychagogiques des représentations et actualisations des puissances divines)les hexagrammes(figures composées de deux triangles équilatéraux superposés un pointant vers le haut,l'autre vers le bas,formant de ce fait une étoiles à six branches,...nommée Yantra en Inde,Sceau de Salomon chez les Hébreux,les Chrétiens et les Musulmans.....également présents sous d'autres formes dans le Yi king ou livre des mutations remontant au VIII ou VII siècle)de supprimer les schémas parasites....dans le plus grand de tous les silences.

    Polémiquer sur ce dernier,étant en outre faire grand bruit comme d'établir le monde paradoxal,de l'éloignement d'un état quand au mystère qu'il en dissipe et aimantant par ailleurs l'homme via cet attrait du désir a co-naître.

    Étendre une réflexion aux réelles aspirations en survolant les murailles de la parole fécondante du verbe permet d'observer les flux intérieurs qui nous alimentent et donc de faire le juste point sur le Soi.

    La parole ''sèche'' ou première,attribut de l'esprit Un Amma,via l'entreprise de la création est la parole indifférenciée,sans conscience de Soi,et donc existant en ce petit d'Homme comme en toutes les choses.C'est la Divine,dans un potentiel en valeur et dans ce microcosme...c'est l'inconscient.

    Sa consœur ''humide''a germé,elle,de son coté et au même titre que le principe de la Vie dans l’œuf cosmique.Parole donnée aux hommes avec cette notion de son audible pénétrant l'oreille,comme la semence mâle pénètre la femelle et crée l'embryon.

    ...

    Les Arts Japonais,se posent essentiellement sur le modèle dit des ''katas''...qui à leur encontre demeurent une notion de beaucoup plus large à celle que nous avons l'habitude de définir ici,en Occident,...mais également comme de quelque peu comparable à nombre de rituels pratiqués dans nos contrées et autres structures de métamorphoses pour l’Homme.

    Chez les Hindous et les Bouddhistes en outre,les mudras (''signes'' en sanskrit) sont des positions symboliques faites avec les mains et affichant une certaine conception voulue spirituelle,...généralement accompagnées de mantras.

    A juste titre,ces séquences constituées de gestes formalisés et codifiés,sont dès lors annexées à un état mental bien particulier et spécifique,pointant directement vers une réalisation de Soi,et tentent,au moyen de la réalisation d'un acte parfait d'en rendre visible l'accessible lointain de l'âme,via un chemin relativement tortueux a suivre pour les chercheurs,sollicitant autre chose,que le degré premier du statut leur.

    Les sept différents paliers sur la voie mystique sont symbolisés par Farid-ud-Din,Mantic ut-Tair dans Le langage des oiseaux Paris 1857 par sept vallées/

    La première est celle de la recherche (talab),le deuxième est celle de l'amour (eshq),la troisième est celle de la connaissance ( ma'rifat),la suivante est celle de l'indépendance (istignâ),la cinquième est celle de l'Unité (tawhîd),la sixième,celle de l'émerveillement (hayrat) and the last but not the least,celle du dénuement (faqr) et la mort mystique (fanâ).

    Il existe bien des rites et codes,dans chacune de ses formes d'écoles en pensées et philosophies,...et bien que l'Alchimie...en est plus que bien imbibée elle de même,il reste que c'est dans ces philosophies de la Sofia que les exemples en sont davantage précis.

    L'introspection est ainsi un idéal voulu et ce silence est un outil de concentration comme de concentration menant vers cette compréhension au faire le point avec ce Soi-même....souvent associé à la ''mort'' de l'initié...genre ''Nigredo'',cette Œuvre au noir hermétique,qui est effectivement une mort symbolique et un retour vers le chaos(espace homogène,antérieur à la division en quatre horizons équivalant à la fondation du monde,base de toute organisation du cosmos. Noun,sous un autre nom,existait avant la création et co-existe avec le monde formel,s'affichant comme une réserve de forces en laquelle les formes se dissoudront à la fin des temps) indifférencié.

    Le ''Hei''chinois,par ailleurs évoque à la fois la couleur noire,ainsi que la perversion (le noircissement du visage en terme de rituel,est signe fort d'humilité et sollicitation au pardon des fautes).

    ''Lorsque l'Amante porte grand amour à son Amant,le tourment d'amour qu'Elle ne peut supporter est cause qu'Elle se fasse petite,jusqu'à ce qu'il ne paraisse d'Elle qu'un tout petit point qui est la lettre Yod.

    Elle dit:Je suis noire,car cette lettre Yod,ne renferme aucun espace blanc somme les autres lettres;je suis donc noire (ma taille réduite à ce point).''

    Le silence est donc un fabuleux outil de réflexion,car l'individu silencieux n'est ainsi non uniquement à l'écoute d'un autre qui parle mais également à l'écoute de ses propres pensées,attentif à ses ou ces petites voix intérieures.Toutes les idées en mûrissent pour le mieux dans une réflexion silencieuse,confirmant les adages suivants que le Haut Sage parle peu mais pense beaucoup ou...que la parole est une aile du silence ( Pablo Neruda).

    Ce silence et cette autre notion qu'est le mutisme sont deux choses différentes néanmoins,offrant au premier un prélude à l'ouverture et la révélation,alors que le second en joue davantage la fermeture de son coté,soit par simple refus de la recevoir,soit par punition de l'avoir mixée dans le tapage des passions et des gestes.

    Le silence ouvre un passage,le mutisme le coupe.

    Il y eut un silence avant la création,selon les traditions...et le silence régnera également à la fin des temps.

    Les rites,eux, reposent sur d'inlassables répétitions de gestes techniques parfaitement codifiés,que l'on peut voir a pratiquer seul ou éventuellement en collectivité, centrant d'autant plus son attention sur le mouvement,comme sur la perfection d'un geste qui donne,sauve ou parfois prend la Vie.

    Ces répétitions sont étagées en plusieurs étapes paliers et s'étalent en plusieurs années,voire quelques fois une Vie entière.

    La création d'une certaine automatisation demeure quelques fois ce qui peu sembler des plus rudimentaire,quoique malgré tout l'adepte en vise une réalisation parfaite et exemplaire de la forme matrice,et dans son fonctionnement...ainsi que de lui donner une empreinte dynamique,et malgré tout propre à lui-même.

    Comparant cela au travail de la pierre,on en viendrait ainsi a la tailler,a en connaître sa substance intime-consistance et dureté,les outils pour se faire le travail...et dans un certain paroxysme finir par l'intégrer au Soi-même,et donc simplement ''devenir'' cette pierre.

    Depuis les temps anciens,la pierre occupe une place de choix dans les diverses traditions,établissant un rapport étroit entre l'âme et elle.

    En outre,il y a entre l'Homme et la matière un double mouvement de montée et descente pour le premier naissant de Dieu et y retournant,la pierre descendant du ciel,transmuée dès lors,s'élevant vers lui.

    La pierre brute étant le symbole de la liberté donc,alors que taillée...via effet de l’œuvre humaine,désacralisant celle du Haut,nous siffle un symbole de servitude et ténèbres.

    .....en levant ton ciseau sur la pierre,tu la rendrais profane (Exode,20,25;Deutéronome,27,5;1 Rois,6,7)

    Ce genre d'accomplissement du Grand Œuvre s'applique exactement à la pierre philosophale,quelques fois perçue tel symbole du Christ.

    La pierre qui est l'élixir de vie et qui selon Lulle Raymond régénéré les plantes,est ainsi et aussi le symbole fort de la régénération de l'âme par la grâce divine.

    Le pao-p'ou tseu,pour sa part,assure de son coté qu'on ne puisse tirer de la chaux de cette pierre,alors que le guru Nâgârjuna en assurait la transmutation possible de son coté,et ce,via une vertu d'énergie spirituelle suffisante....

    Ainsi et à partir de ce simple exemple,l'on en constate un champs très large pour un développement personnel.

    Le sage Confucius chahuta subtilement que nous disposions de deux oreilles mais d'une seule bouche,pour nous faire perce-voir que nous devons parler deux fois moins que nous devions écouter.

    ......

    Certes,un juste apprentissage mène vers un tel enrichissement,car même après de multiples répétitions de gestes,rites,...renouveau il y a ,constamment persiflant que jamais rien n'est vécu et respiré identiquement.

    Les savoirs traditionnels ne sont nullement l’œuvre d'une seule personne,loin s'en faut et de heureusement,par ailleurs !!

    Chaque élément passé a projeté l'image de son mentor,et au fil du temps défilant,une codification s'est doucereusement et onctueusement établie,sur un modèle de référence choisit comme fixé.

    Aussi et actuellement,ces rites,apparaissent comme des schéma types,dans lesquels il suffit de se plonger pour répondre et sembler conforme aux attentes de groupes d'études.

    Le temps passant a ainsi donc déposé ses couches de laque successives via les pratiquants qui se sont succédé...sur la forme des origines.

    Bien que ces codes et rites nous apparaissent souvent ainsi rigides et fixes,ils n'en demeurent pas moins qu'ils sont oxygénés d'une souplesse qui s'est perpétuée par ces ans et ces personnes.

    Le rite,a servi de relais,comme catalyseur au développement de ces schémas-structures,grâce à ces répétitions,certes,mais surtout par la codification et le cérémonial dessiné et interprété.

    Plus l'identification vers Ceux qui sont devant est intense et authentique,plus le geste va vers le parfait....et donc d'arriver à cette conclusion rapide,voulant d’un processus de recherche vers un idéal imaginaire.

    Le ''rêve'' est à ce titre et également un véhicule de créateur de symboles,manifestant sa nature complexe,émotive,vectorielle,représentative et dans cette option,la juste interprétation.

    Dans un paroxysme d'immersion,l'adepte peut même aller jusqu'à l'oubli de soi..en se laissant porter par la Vie et l' immersion totale en celle ci.

    Cette piste ...c'est la Voie..Cette piste...c est la Vie.

    L'acte ou le rite,identifie parfaitement celui qui s'y soumet,et ce qui rend son acteur tangible,aux yeux des autres,mais là n'est point la priorité du protagoniste...nous sommes bien d'accord.

    Nos recherches sont de tous les horizons,...mais il reste que c'est en les rencontrant,et les surmontant,qu'on acquiert l'essentiel d'un certain savoir.

    De ce fait,prenez bien conscience également que ces horizons sont Vos seuls maîtres,et que ces figures complexes sont celles qui ont été également traversées,et celles à venir.

    Un authentique chercheur,...va Lui de même devenir ancêtres pour sa descendance et les autres,comme de sa vie s'inscrire sur le grand livre de la connaissance Universelle.

    Les grains de sable ne forment ils pas ce que l'on nomme si majestueusement le désert...et qui demeure si sublime a regarder ou penser dans son indifférenciation principielle ou dans son étendue superficielle et stérile,sous laquelle doit être recherchée la réalité?

    Et de nous charmer par les mots de Abd al-Karim al-jîlî,qui sait qui souffle sur celui ci qu'en dehors de Sa demeure,le troupe erre dans le désert.Que de limites insurpassables se montrent à la caravane qui tend vers Elle !..hi hi

     Bonne journée..les Ami(e)s...le vent souffle doucement .

     

     



    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Existe en ce 100 frontière.

     

    Bien le bonjour Amis d'Hermès et tous les Autres,or course....



     Bien fondamentalement,le détachement quand au Soi via cette caresse Alchimique telle que couchée ici du moins,via ces choucas chroniques, ainsi que bon nombre de phénomènes assujettis,comme de toutes ces structures ou quelconque cheminement au genre et souhaitant cette finalité...représentent nombre de paramètres qui diffèrent d'un répertoire exclusif posé,sur les avantages et la bienfaisance.

    Résumer facilement cet état de fait,en reviendrait donc a signifier qu'il faudrait se sentir en parfaite symbiose,avec tous les aspects de la vie en générale.

    Cette union parfaite,intime et constante associe notre espèce à un Univers spirituel et matériel,si l'on accepte cette thèse dualiste quoique pas uniquement,et en outre,la plus majoritairement défendue qu'est celle notamment d'un lab-oratoire.Ce dernier est ainsi initialement oxygéné d'un rituel,dit de purification,qui lui,est exclusivement enfanté par le feu et l'eau.

    (Le genre d'union,qui unit le Christ avec son église,le Haut avec son peuple,...nous murmure ici et au cours d'un processus d'individuation ou d'intégration de la personnalité,la conciliation de l'inconscient,principe féminin,avec l'esprit principe masculin.)

    ....

    A savoir que nombre de cérémonies shintoistes sont également concernées par ces rites de purification par lesquels toutes les impuretés chargées sont dès lors brûlées ou lavées.

    Toujours et selon cet aspect d'assainissement souhaité,pour ces pratiques du moins et à titre d'exemple,il est utile de bien savoir que l'on ne pénètre point dans l'enceinte d'un sanctuaire shintô sans s'être préalablement purifié les mains et la bouche par l'eau qui coule d'une fontaine.

    Pour un maître Japonais,tout en repose sur les éléments traditionnels et que sont le fer,le feu,l'argile,l'eau et le bois...ainsi que l'Homme;le Katana aura sa naissance à l'issue de cette combinaison-comme union-de la qualité de ces six éléments.

    Ce maître en l'Oeuvre a besoin d'un long temps de réflexion...pour une fabrication posée au dessus d'une harmonie intérieure.Tout entre en piste dès lors,..le temps,la disposition des planètes,l'heure ?..jouant un rôle parfait et précis.

    Purifier un être ou un lieu,revient ainsi a établir l'harmonie troublée en exorcisant les influences néfastes,sifflant ainsi le fait également qu'un être purifié est un ...être nouveau,bien simplement.

    Par là même,ce rituel est un acte via lequel notre Petit d'Homme s'associe à la loi de l'Unis vers,car,créant en Lui-même l'harmonie d'un corps nouveau.

    Aussi donc,la cohérence et cohabitation parfaite,ne devraient donc pas se limiter exclusivement,sur l'aspect spirituel en la sève Universelle de la Vie,mais également s'étendre vers l'ensemble de toutes les manifestations exprimées ou davantage silencieuses.

    Les cosmogonies,filtrent et traduisent un sentiment Universel de transcendance...et démarrent en outre du Chaos,d'où est issue une énergie jaillissante pour l'ordre et la lumière

    Frapper des deux mains et réciter un mantra,voir parfois les noms des Kamis devant un autel signifie faire entendre le son de son être et entre-ouvre la petite et subtile porte vers ces entités qui savent pertinemment ce dont nous avons besoin...tout en posant ce fait également de concilier avec le Haut,le vénérer,mais en prenant garde de ne jamais rien Lui demander...dixit Musashi Miyamoto (de Shinmen Takezo 12 Mars 1584-19 Juin 1645, célèbre escrimeur et figure emblématique du Japon féodal).

    Ainsi donc,tout ce qui nous entoure,devrait se trouver dès lors soumis à cette juste interprétation des choses,et non capté comme élément différentiel d'une grande Unité!Certains,certes, pouvant se sentir concerné par les massacres de bébés phoques,qui est bien légitime...alors que la disparition de la forêt amazonienne ne les préoccuperait nullement,par exemple!

    J'insiste à nouveau sur cette considération a prendre face au Tao et ses jeux d'alternances comme d'emboîtements ou autres enchevêtrements et ainsi donc à perce-voir comme un régulateur d'alternances,expliquant en sous-jacent une règle essentielle malgré tout,assise au fond de toutes les mutations,réelles ou moins,régissant l'activité mentale et le cosmos.

    Wells,du sanskrit Dhyâna,dérive cette notion de zen...discipline voulant que Bouddha en aurait transmis les règles à Kâshyapa,un de ses disciples favoris...et que par la suite,vingt-sept hauts patriarches/dignitaires en continuèrent le dit enseignement jusqu'à Bodhidharma,venu d'Inde en Chine au VI ième siècle.

    L'idée est avant tout une pierre lancée dans un océan d'apparences pour en faire émerger et baigner le vide en toutes choses,de ne rien expliquer....cela afin de ne pas sombrer dans le même schéma que celui qui serait de reformer des noeuds sur une corde,alors qu'il en s'offrirait tellement plus sage de les défaire ,les uns après les autres.

    Cet état de vide est contraire au néant,car le sens profond affiche que tout est déjà bien présent en nous même,mais qu'il en suffit d'écarter le voile qui rend opaque et sibyllin la véritable co-naissance comme de reprendre contact avec celle-ci.

    Les mers et déserts,les montagnes et vallées,les fleurs et forêts,...le cœur des villes et le bruit de l'oiseau qui s'envole dans le vide,...TOUT est interprétation de l'Authentique exemplarité de la Vie.

    Mais non uniquement de conclure trop hâtivement,nous en devons d'avoir à l'esprit,cette option de porter bien au-delà de cet interprétariat.

    Prenons en la source de Vie chez les anciens Egyptiens,pour expliquer le ci-dessus, êtres issus de la Terre rouge ou noire (le rouge désignant l'aspect saharien et désertique,le noir,le nilotique fécondant et fertile),Terre carrefour des 4 mondes...Afrique Noire,Sahara,Proche-Or riant asiatique et Méditerranée.

    Cette eau limpide qui s'écoule des torrents de montagnes,qui emplit fleuves et rivières pour finalement se jeter dans les mers et océans....C'est cette même substance qui sert de refuge à quantités de poissons et autres animaux,qui éclabousse,qui nettoie,lave ou désaltère,qui nourrit la terre,qui s'en évapore pour ensuite y retomber du ciel ,qui coule lors de peines et tristesses,qui se plaint et crie lorsque chaude ou gèle lors de grands froids,qui inonde,....et prend la forme qui lui sied selon le contenant,...

    Cette eau que l'on déverse sur le feu,ou qui sert de support aux nombreux navires ...et reste malgré tout, l'élément majeur,composant le corps humain, de plus de 60°/°et la Terre d'approximativement 70°/° !

    Ce fabuleux symbole de purification,demeurant également un des 5 éléments chinois,et également associé au nord...voyant par ailleurs se développer des pèlerinages en ce qu'elle est et afin de lui rendre honneurs et hommages,... métaphore du miroir,de l'union ou réunion,....

     La recherche de la Vérité est la quête Ultime,la Pierre philosophale en quelque sorte....

    Celle ci s'est établie par et pour Nous,afin de faire prendre conscience à Chacun ici bas ,que tout ce qui se présente à Nous en tant que phénomène,n'est que partie intime de notre chemin et de ce que nous sommes.

    La Voie parfaite est sans difficulté,

    Sauf qu'elle évite le choix.

    Ce n'est que lorsque Vous cessez d'aimer ou de détester

    Que Tout peut-être clairement compris.

    Une infime différence,suffit a diviser le Ciel et la Terre.

    Si vous voulez parvenir à la claire vérité,

    Ne Vous préoccupez pas du juste et du non-juste.

    Les conflits avec le juste et le non-juste

    Sont la maladie de l'Esprit (Seng Can,Xinxin Ming).

    En outre,la boucle est bouclée donc,dans cette vue des choses,que Chacun(e) n'est nullement autre chose,que la totale expression de tous les phénomènes unifiés.

    L'existence semble,de toute évidence,sans frontière !

    Un destin sous cette voûte(symbole du ciel,..en temples,mausolées,mosquées,baptistères,coupoles...et offrant à vue,le céleste oxygéné via les astres,les anges,les oiseaux,..et représentant l'ensemble cosmique)) et ,de cet ordre se doit d'être suprême pour des chercheurs entiers,qui vivent,respirent,organisent,cuisinent,offrent,servent,....une discipline telle que celle-ci ou autres formules d'un genre similaire.

    Aussi en revêtir une cape affublée d'une quelconque appartenance vers telle ou telle confrérie,une bague frappée à l'emblème d'une corporation célèbre pour ses vertus et principes,...bref afficher un stigmate/logo vers un corps...et y déroger par manque de foi véritable,est non seulement indigne,mais aussi faire preuve d'un esprit plus que malsain et déviant.

    Le véritable ermite est entier dans toutes ses actions et pensées.Il s'organise au mieux de ses possibilités, pour une efficacité qu'Il souhaite vers la collectivité.

    L'on n'est pas itinérant pour deux heures de réjouissances,le samedi après midi,en été et devant une foule avide spectacle,après huit cotisations....ou autre soldat d'opérettes pour ces parades ou le brillant folklore et le bruyant pittoresque l'exigent,quoiqu'il est vrai que ça peut plaire à beaucoup...lolo

    Nous sommes simplement quelque peu misanthrope ou anachorète par vocation,sensibilité,inclination...et enthousiasme.

    Certes,l'ultime chercheur meuble son âme et esprit par pierres angulaires fortes,en notions philosophiques,d'épistémologies,d'enseignements vrais et de vertus, ...mais entraîne aussi son corps,au fil des ans défilant,à la réponse la plus juste et adéquate qui soit au moment opportun.

    Imprégné du Monde dans sa complète Unité (le principe Un,non manifesté et de qui émerge la médiatrice pour élever l'Homme par la connaissance à un niveau plus élevé)

    Il ne distingue plus dorénavant cette lourde épée face à la plume,le bouclier à ce verbe de répondre,l'armure souple de la douce humilité,...conscient de même à ne plus savoir ou vouloir différencier,ce qui est maintenant unifié..Il évolue dans un monde qui ne demeure que trop rarement fréquenté....celui des Éveillés,peut-être..ce genre d'état initiatique que traverse le chercheur qui souvent comprend une ''mort''suivit d'un voyage au pays de la renaissance.

    Sachant pertinemment bien que le paradoxe de cette liberté est sa disponibilité et sa fuite,dès qu'il en viendrait a la rechercher intentionnellement...il applique ainsi et dès lors la doctrine de la subtilité raffinée qui se définirait plus justement telle cette soif de vent...ou recherche sans recherche !

    Ne se raccrochant donc à rien...et dans cette alternative du malgré tout le hasard,en venait bien malgré tout à pointer le bout de son nez,...cela en prouverait par cette manifestation que beaucoup de chemin reste encore a arpenter....

    Vous en êtes faits,de Lumière,de Silence,d'Ombre,.ou que sais-je encore...mais peut être aussi,et sûrement appartenez Vous à un Grand Tout,qui nous lie,les Un(e)s au Autre(s),avec.... Lui de même et d'une manière subtile à souhait.

    La lumière est placée ainsi en relation avec Dame obscurité pour nous afficher les valeurs de la complémentarité ,elle de même...loi,se vérifiant souvent dans les images de la Chine archaïques,l'Inde...(L'âge sombre Kali-Yuga,sera suivi,après une dissolution cosmique (Mahâpralaya)d'une ère nouvelle régénérée.).

    L’Alchimie intérieure est ainsi un processus d’illumination dont les premières traces écrites nous renvoient plusieurs siècles en arrière.. Elle fait appel à la fois à la rationalité qui agence,hiérarchise et orchestre le monde comme à ce qui la dépasse aussi ou la transcende.

    Pour ce faire,Elle se sert d'un nombre d 'outils tels que les trigrammes chinois,les diverses métaphores,les croquis,les symboles,les cornues,les allégories,....

    Les trigrammes pour ne prendre que ceux ci,sont disposés en cercle autour du Yin-yang,dont ils expriment toutes les manifestations possibles.

    Ils sont ainsi placés en correspondance avec les vents,les 8 directions spatio,et les 9 éléments (la Terre demeurant centrale).

    Ces trigrammes ,dans le symbolisme Alchimique,Li (le feu,l'est et le printemps) et K'an( (l'eau,l'oeust et l'automne),figurent par ailleurs sous la forme de diverses mises en action des deux perceptions(active et passive) que sont K'ien au trois traits complets horizontaux Yang (correspondant eux au Ciel,au Sud et à l'été...au mâle donc et au soleil)....et K'ouen,les mêmes mais interrompus,correspondants eux à la Terre,au nord,l'hiver,la réceptivité,la femelle et..la Lune).

    A cela s'ajoute également donc une structure binaire avec deux termes complémentaires antagonistes,quelque peu survolés déjà,les Yin et Yang purs. Mais il en faut admettre une complexité supplémentaire avec deux termes mixtes annexés et nés de l’union des deux premiers, le Yin qui contient du Yang et inversement. The las but not the least...intervient aussi un terme neutre, le Centre, qui est au-delà de la conjonction et de la disjonction des deux premiers.(Soufre,Mercure,et Sel principe en made in China)

    Nous pouvons donc observer que les alchimistes utilisent un langage relativement assez précis quoique le contrevenant parfois en introduisant une négation de leur propre système, en exprimant par le système de l’emboîtement réciproque (les fameux Trigrammes) une dualité qui s’absorbe dans l’unité, une rationalité traversée par l’irrationnel(le concept du Yin-Yang) : un langage qui tente de dire le contradictoire...le chaos dans le Tao,en quelques sortes,mais pas que..loin de là.

     

    Considérez la porte de la mort comme la porte de la vie

    Ne prenez pas la porte de la vie pour la porte de la mort

    Qui comprend le mécanisme de la mort et perçoit le renversement

    Commence à savoir que dans le malheur naît la bonté…

    Qui sait retourner les mécanismes de la vie et de la mort en un tournemain change catastrophe en bonheur.

    Wuzhen pian.

    En ce jour,il est utile,je pense de déjà bien s'aboucher avec cette notion du Yin et du Yang...car ce principe demeure la base de l'Alchimie intérieure,principe qui consiste en outre à travailler sur les deux éléments de fondement qui font l'Oeuvre,elle-même,et en outre,se satisfaire de cette notion est déjà bien suffisant pour avancer.

    Il importe de bien également en regarder le symbolisme commun lié à ce genre de notion ,rattachant le féminin au masculin,le noir au blanc,le métal au bois,le nord au sud,le haut au bas...mais non exclusivement,et dans cette mesure qu'une part de Yin habite dans le Yang et inversément.

    Dans un jardin nommé Ryôan-ji,où,en outre se trouve un sanctuaire zen,existent quinze rochers épars.Mais,quel que soit l'endroit où l'on en vient a regarder,il y a toujours un rocher de caché à la vue du spectateur.

    Quand on décèle ce quinzième rocher,un autre vient aussitôt à disparaître,le jeu passant de la réalité sur ce qui est illustré,le continu vers le discontinu,l'espace vers le temps...nous sifflant agréablement le fait que les deux sont...et ne sont à la fois,comme de la relativité à nos mesures et nos perceptions.

    Qu'est ce ainsi un cercle,sinon une réalité symétrique...étalant les points a égale distance d'un centre ?

    Car ce dit cercle,n'est il point déjà la représentation d'un point,n'étant lui-même que son extension,je ne sais... ?

    Cette image en est donc simultanément absolue telle parfaite,ne reflétant pas malgré tout la dynamique du vivant,comme la spirale peut le faire de son coté,en inscrivant the game of innombrables formes et plans,toujours différents,et quoique toujours également reliés au centre.

    L’Alchimiste a ainsi comprit qu'il se faut chercher la vision de l'ensemble;Il a comprit qu'en regardant une fleur,le corps de celle-ci,le paysage,....tout apparaît dans la sublime harmonie,présentant cette fleur telle l'essence de toutes choses.

    La fleur est donc née de la non-séparation....composée de tous ces éléments,mais dont la consistance de la réalité souffle les aspects complexes de cette réalité-même.

    Suzuki Shannon dit ceci un jour que :

    L’Éveil est l'éveil qui s'éveille sans s'éveiller.

    L’Éveil qui s'éveille est l'éveil en rêve...

    Il n'y a pas a éveiller ou réveiller ce qui est déjà,mais ne pas être réveillé à ce qui est,n'est ce pas quelque part la mort de l'éveil,ou plus simplement la réalité ?

    Merciiiiiiiii ....et bonne fin de journée les Zamis...

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    Bien le bonjour Amis d'Hermès...et Autres

     

    Pour toutes ces personnes qui au quotidien,s'adonnent via manière sérieuse,dans une discipline telle que l'Alchimie (non exclusivement cette transmutation des métaux en vue de l'obtention de l'Or ou quelconque élixir d'immortalité ,que de celle de l'individualité humaine par polarisation de l'interne Nei-Tan et l'externe Wai-Tan...nous murmurant cet Angelus Silésius dans son plomb qui se change en Orle hasard se dissipant quand,avec Dieu,je suis changé par Dieu,en Dieu.Le Cœur se changeant en l'Or le plus fin qui soit,affirmant ceci que c'est le Christ ou la grâce divine qui sont la teinture.) sous ses diverses formes ou pratiques,comme recherchant la perfection du petit d'Homme en chemin parallèle avec celle de l'évolution de son âme,il demeure d'une grande évidence que ce dit engouement puisse s'en étendre sur une rétribution des plus complète!

    Car effectivement,il y a un esprit Unique,qui demeure relativement corporel,(Un ou Yak représentant le Dieu Unique,que notre Jung distingue de son coté comme conciliateurs des contraires ou réalisateurs de synthèse sur les opposés....comme le cercle dans le carré,les mandalas ,...)que Dame Gaïa a initialement créée et qui en demeure commun à toutes les choses quoique souvent dissimulé, constituant une gemme en quintessence Vie,fixant la préciosité des choses pour en détruire le néfaste et fangeux.

    Frottant une allumette,la flamme(qui nous en fait ce clin d’œil d'illumination,de purification et d'amour spirituel ...joue avec ce nous,de la transe en danse,transcendance,âme du feu) apparaît certes,mais offre vers ce nous à nouveau de se poser cette élémentaire-élément-air et légitime question du où provient-elle sinon du nulle part comme d'où va -t elle sinon nulle part également!Les conditions réunies,elle naît et se manifeste....telle la juste vérité sur ce sans venir et sans partir.

    Cet esprit est donc le déclin-achèvement et l'éclosion-naissance de toutes les choses,triple dans leur substance en principes Sel,Mercure et Soufre,et eau pure.

    De nos jours,il y a des personnes dotées d'un véritable degré de travail sur le eux même,comme savoir et qui outrepassent largement tout ce à quoi on peut penser.

    Dès le réveil fait,et sitôt que l'attention se place en action,la vie qui se déroule devant ces individus est directement associée à l'ardeur déployée et fougue au travail sur le Soi....tout comme continue parfois a se poursuivre dans un paroxysme et pour certains du moins,orientés vers des moments aussi diversifiés que celui du sommeil notamment,de la simple prise d'un bain ou d'un déjeuner ou autre conversation échangée,....

    Les moments de vacuité d'attention sont ainsi en quelques sortes dédoublés dans leurs disponibilités.

    L'Art ,ainsi prit dans cette grande acceptation à la notion alliée pour Dame Nature,(vue davantage telle base philosophique que comme une doctrine définie par nos Amis écologistes.Par ailleurs,Elle en demeure un juste support de plusieurs courants du genre,dont chaque système est différent d'un autre,tout comme les notions d'essence et existence dans nos contrées,ont donné naissance à divers systèmes également.Elle est donc ) perce-voir dans ce cadre, comme une régulatrice d'alternance entre notre Yin et Yang,et de la regarder comme un principe d'ordre opérant entre l'activité mentale et le cosmos) nous offre ce spectacle de la juste plénitude.

    Effectivement,Il en éclipse,souvent bien subtilement en son ventre une puissance doublée d'un pouvoir énergétique détenant lui, une capacité aux propriétés infinies incluant des adéquations inhérentes au Ciel et à la Terre.

    Bien effectivement,le Ciel est avec la Terre,le résultat de la polarisation première,la moitié supérieure de l'Oeuf du monde(ce dernier nécessite une chronique à lui seul,mais traçons en rapidement ces traits de germe de vie spirituelle se référant à cette tradition de l'oeuf philosophal.

    ...

    ....

    ''Foyer de l'Univers,il renferme dans sa coquille les éléments vitaux comme le vase hermétiquement clos contient le compost de l'Oeuvre.

    Le vase,qu'il soit matras,aludel,cucurbite ou cornue,devait comme l'oeuf être couvé pour que son compost pût se transformer.

    La chaleur de la couvaison était entretenue dans un athanor ou fourneau alchimique...

    Le compost pouvait être distillé pour servir à la composition de l'élixir ou encore subir la transmutation en Or ou en argent.....Des produits du compost...doit naître l'enfant de la philosophie,c'est-à-dire l'Or,c'est-à-dire la Sagesse......

    Ou autre ceci anonyme...cité par Monod-Herzen :

    Voici ce que disent les anciens sur l'oeuf:les uns l'appellent la pierre de cuivre,la pierre d'Arménie,d'autres la pierre encéphale,d'autres la pierre éthérienne,d'autres la pierre qui n'est pas une pierre,d'autres la pierre égyptienne,d'autres l'image du monde.....)

    et apparaissant de la sorte, dans la Chândogya Upanishad comme dans diverses architectures hindoues,s'exprimant en outre avec plus grande netteté en parallèle sur la Chine,qui siffle ceci d' attribuer à l’élément céleste le principe actif et masculin,...s'opposant ou s'unissant,voir inter-agissant au terrestre,passif et dans la féminité.

    Généralement,le produit fini résulte en le ceci du soit l'Homme fils du ciel et de la terre,soit du symbolisme particulier à l'Alchimie interne de l'embryon et de la tant espérée immortalité.

    Par ailleurs cette expression de fils du Ciel et de la Terre appartient ainsi aux mystères orphiques comme aux livres Chinois...notamment le célèbre Yi-king.

    Dame Gaïa est ainsi donc vue telle Hermaphrodite dans cette acceptation des principes pré-cités,...quoiqu'elle administre admirablement la croissance à toutes les choses et phénomènes, s'associant et négociant indifféremment avec elles, parce qu’elle tient engagées en son âme propre toutes les semences au Tao ou autre éthéré de part une alimentation par feu absolu et subtil.

    Cette bi-polarité descendante du Ciel influe et imprime son aleph et sa couronne sur les corps de la terre, et son giron poreux nous offre l'ardeur et sa pérennité à toutes les choses.

    Par la suite,ce creuset-giron s'en fait de même pénétrer d'un feu secondaire et davantage vaporeux,recevant,lui,ce qu'il faut comme élément pour l'entretenir.

    Certaines personnes,de par leur recherche ont même tenté aller jusqu'aux limites de l'investissement physique et de l'immersion mentale,afin de progresser davantage dans leur discipline intime....offrant ce constat relativement difficile a concevoir parfois pour les autres, des efforts fournis,mais quelle importance que cela,en fait !

    Car et pour beaucoup,il y a un décalage entre notre manière de penser,agir et vivre,..et celle de ces ''prospecteurs'' sur la juste quête.

    Nous avons ainsi, hérités de nos aïeux,des formules d'apprentissages forgées sur le temps et l'expérience,via cet extraordinaire investissement en énergie,et qui se sont transmises au fils des ans,elles aussi....

    La fusion corps-esprit,allant jusqu'aux limites de l'effort physique ou mental,pour en laisser ce sentiment dominer comme de poursuivre le chemin en indépendance totale par rapport à toute réflexion est un juste chemin,parmi de nombreux autres, a tenter prendre.....,mais là,n'est pas le fond principal non plus,dans cet immédiat.Juste de le dire importe !.

    Il y a ainsi donc une forme d'indistinction dans l'action entre le corps et l'esprit !

    Selon certains aspects,malgré tout,on peut en percevoir une opposition relativement nette dans l'approche.

    Au commencement,s'est ainsi présenté la grande séparation, pour en organiser et arranger la masse chaos qui était dans le plus grand des désordres et des confusions.

    Ainsi et par la suite,l'Art,affectionnant la perfection se mit a imiter le Tao, ce dernier dépoussiérant le substantiel dans une approche voulue la plus authentique.Nous avons déjà effleuré le fait que cela puisse se faire via l'eau ou le feu...et donc de connaître le début en ce genre de quête posé sur une expérience d'ordre purement physique,cela pour en ôter le sujet primaire de la sensation et de faire émerger une meilleure compréhension de la chose.

    Tel donc demeure le corps en sa forme la plus charnelle et enveloppante,et qui est perçu simultanément comme une forme de lien et un outil comme nourriture spirituelle,afin de se voir,par la suite, orienté dans cette direction d'une libération et d'un réel éveil(A savoir que depuis les temps les plus anciens, nombreux furent les Sages a établirent des analogies et correspondances entre les éléments du composé humain et ceux qui composent l'Unis vers. L'Homme touche ainsi les trois dimensions cosmiques,...terrestres via les pieds,atmosphériques via le buste et céleste par le crâne...comme participe également aux trois règnes.Il est un pilier cosmique,en quelques sortes,étayant le Ciel et la Terre).

    Purifier cet élément par une poussée qualifiée d'envergure,voir extrême,affranchit et désengage celui ci.

    La force en sera ainsi déposée sur son authentique stade extremum,....démontrant cette atteinte,non seulement dans un état perdurable dans le temps que davantage dans son intensité...et pour lequel il y a fusion absolue entre corps et l'esprit.

    Aussi,je n'oserais recommander cet humble conseil,de toujours bien observer le corps et la posture d'une personne pour y déceler son éventuel niveau spirituel ainsi que son état du moment.

    Le Tao qui ainsi donné vie à toutes les choses, a pareillement établi deux remèdes pour ces Esprits comme d'également pour ces Corps,deux choses qui les purifient et les lavent de toutes leurs impuretés,altérations,boues et infections .

    Les Métaux pour en recentrer le sujet collé sur l'Alchimie opérative,mais pas que,....ont ainsi ces deux choses en leurs seins,d'être à la fois cause de la réparation,participant par le Ciel et la Terre, afin qu’elles unissent et lient ensemble les deux autres extrémités .

    C’est pourquoi ces deux choses sont descendantes du céleste vers le terrestre pour après juste opérations en retourner au Ciel.

    Car il en suffit quelques fois de ce si peu dessus,pour en juger le degré d'avancement sur la pratique...pour autant qu'il y en subsiste une ,bien évidemment !

    Le corps fournira ainsi donc l'outil primordialo-nécessaire pour parvenir à cette gémination complète,étape ultime recherchée par de nombreux élèves,....et rendant de ce fait,les codes techniques et rituels visant cette perfection souhaitée...aptes au plus simple débat sur l'esprit.

    On peut donc ainsi observer une ouverture dans ce Soi de surface et vers un monde spirituel quelque peu,malheureusement ignoré,par la plupart des individus.

    Un quelque chose,de suffisamment important pour développer une équivalence d'une croyance ou pratique....demeure donc de rigueur !

    L’Hermaphrodite,(D'hermès et Aphrodite) possède ainsi les deux natures,Yin-yang;celle d'être victorieux sur tous les puissants ou d'être vaincu par le plus faible et petit ; il ne se trouve rien sous le Ciel de si beau, ni qui ait une figure si parfaite,il est dit.

    Il naît de moi un Oiseau admirable, qui de ses os, qui sont mes os, se fait un petit nid, où, volant sans ailes, il se revivifie en mourant, et l’Art surpassant les lois de la Nature, il est à la fin changé en un Roi, qui surpasse infiniment en vertu les six autres.(Voilà le vrai Miracle du Ciel terrestre, par l’Art du Sage)..Il est dit.

    Car cette façon de bouger et agir,propose en elle-même une solution judicieuse quand à la direction,une orientation,un rattachement..et par la discipline et démarche en laquelle l'on s'investit !

    Ce n'est ainsi point l'enthousiasme qui s'effrite quand la pratique diminue et que l'esprit se désaccorde du corps,rendant notre vaisseau inapte à la perspicacité.

    Nous n'en percevons plus dès lors,le chant de cet oiseau cardinal et le bruit du souffle dans les arbres...car le centre est perdu,et l'on n'en sait répondre au rien.

    Il importe,en cet instant de se ré-accorder afin d'expérimenter ce qui fait l'accomplissement d'une vie.

    Tout s' offre via un équilibre des plus subtil,dans une pratique pure..et intériorise ces deux facteurs contradictoires de violence et de l'harmonie.

    L'adepte se balance donc et ainsi,entre les excès du mal et du bien.Cette transformation de la qualité sur sa pratique est le plus probant témoignage de son évolution ainsi que de son engagement.

    Il dépasse dès lors la forme brute,pour aller bien au delà,commençant à polir,véritablement la lame ou la pierre,...

    Nombreuses sont les disciplines qui vont dans cette direction ....et de citer,en ce qui nous concerne directement ici,cet Univers du Guerrier un chouïa pacifique.

    Car de ces secteurs,qui semblent même aux antipodes du combat d'armes,en restent d'autres...mais de beaucoup plus intériorisés commet passionnants aussi.

    La recherche pour un équilibre parfait vaut ce détour par un engagement des plus absolu...ou ne sera qu'une pâle figuration quelque part.

    Actuellement,beaucoup et trop de personnes parlent...sans avoir respirés véritablement la poussière!Intellectualiser,palabrer,débattre les choses...ne sont que simples Vents sans âme où tout retourne là d'où cela provient.

    Garder l'âme dans une immersion vraie,...une âme d'enfant,car Eux sont vrais également et ne trichent avec rien,surtout pas les sentiments...et ce qui touche à leur âme

    Il existe une expression Japonaise nommée''Waza wo nusumu'',que l'on pourrait assez aisément traduire par le fait de dérober des enseignements techniques,communs,subtils, ou parfois même moraux...ce n'est point le cas en ces écrits que de livrer ce qui se doit d'être fait,ben simplement.

    Mais certes,et de nos jours,cela est difficilement comprit,comme appréhendé..dans cette mesure en laquelle ce genre de comportement reste souvent discrédité par une manière de percevoir les choses,comme en fait également partie de l'enseignement à proprement parler et du message en lui-même.

    Aussi,force est a porter le constat,que nombre de nos contemporains en collectionnent des milliers de connaissances disparates,...généralement assez incompatibles entre elles et puisées ça et là,de sorte a assurer une garantie en savoir allant souvent de paire avec une certaine auto-proclamation...et un ego dévastateur.

    En outre,il peut arriver que diverses structures ou autres organismes de fraternités,réintroduisent quelques remaniements par rapport à la matrice des origines,en y affichant même quelques fois un vecteur de force et d'autorité sur le dit secteur !

    Cette notion de matrice est universellement liée à la manifestation et fécondité de la nature,la régénération spirituelle .

    Par assimilation rapide,les fours des métallurgistes et les creusets des Alchimistes possèdent une signification identique.

    Avec une argumentation posée sur l'évolution permanente et de la constante adaptation,ils en intègrent dès lors des nouvelles influences,dont certaines ne sont nullement du domaine initial, en question.

    Il y a ainsi donc,une forme d'indigestion qui en survient dans le grand tout et n'importe quoi de ce qui se nomme presque vulgairement maintenant''la connaissance'' conne essence.

    Ainsi donc, il faut bien reconnaître,malgré ce genre de dérive,...l'illustration flagrante d'un copier -coller de formation externe,face au détriment du principe essence -Ciel demeurant,lui, le véritable fil conducteur d'évolution.

    Cette expression pré-citée du ''vol d'enseignement'' demeure quand à elle, relativement ancienne,et repose essentiellement sur cette relation délicate du rapport direct entre l'enseignant et l'enseigné.

    Tout est dans la subtilité de la dispense d'un savoir envers une clientèle sélectionnée,mais sans l'embarras d'explications véritables.

    Cette méthodologie,quoique de prime abord assez déroutante,avouerais-je,pour l'avoir quelque peu effleurée,constitue l'essence même d'une relation particulière entre celui qui accepte de délivrer un ''savoir'' quelconque et un autre,qui accepte de se donner âme et corps à son étude et découverte.

    A terme et bien mené,le tout est très acceptable,croyez en Votre humble serviteur!

    Nul élève ne demeurant au pareil d'un autre,et la transmission de cet enseignement nacré étant ainsi donc codifiée comme spécialisée à l'individu,il arrivait parfois,que des individus doués de grande clairvoyance et perspicacité en saisissaient malgré tout des effluves d'essence.

    Conserver le ''secret'' d'un enseignement,d'une vérité,...avéré,était un phénomène habituel dans ces sociétés et fraternités subtiles et anciennes,et de souvent,en outre...quelque peu dissimulé sous des formes autres et bien au delà de leurs apparences initiales.

    Pour expliquer le ceci,je prendrais cette référence par rapport à toutes ces symboliques diffusées largement au public et abordées sous de nombreuses perspectives,histoire de noyer le poisson dans l'eau....Sujet très actualisé a renforts de vecteurs et outils médiatiques...parfois à la limite d'une saturation.

    Les significations authentiques,en sont davantage dissimulées par d'autres,de beaucoup plus agréables vers nos oreilles,ou à ce que l'on souhaite voir...et de sorte a en détourner les attentions premières d'un éventuel investigateur inquisiteur.

    Par ailleurs,il importe également de savoir comment en fonctionne l'Homme dans sa grande majorité et de pouvoir reconnaître,que si la totalité d'un enseignement est dissimulée...dès lors,il s'acharnera sur la chose,de sorte a trouver ou éprouver réponse à sa demande....afin d'en satisfaire son petit crabe.

    Mieux vaut donc ainsi céder quelque part,et au moment le plus opportun...à lâcher un peu de lest,...histoire de donner satisfaction-illusion et amener par après à un éventuel abandon.

    Cette manière de procéder était très habituelle dans la diffusion juste attachée aux enseignements discrets...le demeurant toujours d'actualité,par ailleurs.

    Dans les structures des sociétés de tradition Japonaises,ce genre de transmission offrait toujours au jeune itinérant,ce coté dit visible Motet et de surface...pour ensuite,les années s'écoulant...offrir le nectar ultime de l'enseignement,celui dit de l'arrière ou subtil,nommé Ura

    Le passage ou transfert de l'état''visible''vers celui de ''discret'' ne peut se faire ainsi de toute évidence,que sur base de confiance absolue,d'ancienneté et d'attachement à la structure elle-même.

    Néanmoins,il demeure admirable et profitable,de voir le raffinement dans la conservation de ces dits enseignements subtils...,certains détenteurs affichant,par ailleurs une intelligence stratégique hors du commun pour ce faire.

    Le successeur choisit véritablement,est donc celui qui aura cet accès privilégié au plus fondamental,...vers ce qui est et doit rester dans la plus grande discrétion,...

    Je vais peut être à nouveau en décevoir certain(e)s comme d'autres collectionneurs de Hauts Savoirs ici,mais la notion même de secret Ultime et Sublime,relève surtout d'une imagination fertile et de légendes édulcorées,selon mon avis...

    Bien évidemment,il existe un Savoir,nul doute quand à cela...que l'on pourrait même qualifier quelques fois de ''supérieur''...mais il ne représente pas la source d'un potentiel..ni l'essence véritable et éthérique de la structure...Tout étant ailleurs...et dans l'immensité d'Univers peut être,qui de nous peu savoir?

    Je terminerais cette chronique,en osant affirmer qu'il existe plusieurs manière pour faire cet acte de 'Waza wo nusumu'',...et qui sont très simples,en fait.

    Il en suffit de suivre un enseignement véritable et délivré par quelque chose de haut (et non trop spécifiquement d'un quelqu'un),,s'investir,digérer et injecter cela dans le quotidien de nos vies.

    Comme d'également peut être, rendre ces richesses acquises,accessibles vers Celles et Ceux qui s'engagent profondément,corps et âme...et veulent perpétuer dans la beauté du pourquoi nous sommes là...

    L'enseignement véritable n'étant pas de parler,d'écrire,....mais de conduire...Il est ainsi temps pour moi de Vous laisser...ha ha

    Bonne soirée et Merci..

    Le Vent ne souffle jamais assez fort....mais soyons déjà content,qu'Il souffle...





     



    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Hôdo,Terre de rétribution.

     

    Bien le bonjour Amis du trois fois Grand...

     

    Il pourrait s'avérer en prime abords relativement séduisant,pour certaines personnes de posséder cette omniscience que les esprits de Ceux qui nous sont reconnus tels grands Sages,demeurent immuablement comme invariablement en mouvement.

    Certes,et confirmant le fait que tout demeure période,la Vie se reconnaît via le mouvement en flux et reflux...comme inversement le rythme des saisons et l'essence de toutes ces choses inhérentes au Tao,annoncent la Vie également

    En effet,ces individus-ermites ne stagnent et ne macèrent jamais,ni sur une seule personne que davantage sur autre et quelconque idée,conception,intellection ou acquisition....pour en laisser plutôt davantage se dérouler les circonstances et les phénomènes.

    En outre,les corps non plus ne viennent jamais a s'en figer pour ces dits individus qui semblent dès lors et quelque part dotés de quelques subtiles clefs!

    Car,qu'est ce qu'une clef,sinon ce symbolisme en l’occurrence ici,rattaché à un rôle double d'ouverture et de fermeture...de discrimination et d'initiation,telle cette attribution faite à saint Pierre pour le Royaume des Cieux ?

    Ces clefs qui selon Dante ont ce but respectif de permettre l'accès vers le Paradis Céleste et Terrestre tel ce jet rapide et fait vers les Grands et Petits mystères,non Miss terre.

    Mais ne nous écartons point trop,afin d'en revenir sur ce qu'il y a donc une parfaite unité qualifiée d' interactive malgré tout,entre l'action du corps,la sagesse et l'intuition.

    ''Le toucher de la Terre'' aide ainsi a effleurer notre nature authentique,de non-mort et non-naissance,comme amène,en outre, la véritable compréhension sur le pourquoi de nombreuses choses,...mais pas que.

    Cette idée du ''toucher Terre'' émanant à l'origine,d'un certain rattachement aux sutras (les fameux classiques ou canons Occidentaux,révélant des écrits philosophiques sous forme d'aphorismes) et voulant que la veille d'en devenir un Bouddha,Siddhartha( Shakyamuni,chef spirituel du V ième ou VI ième siècle avt J-C), doutant de sa capacité à l'éveil,en toucha le sol qui ainsi en transforma ses flottements et inquiétudes....s'affichant par la suite de la sorte via les nombreuses statues Bouddhistes éparpillées en Asie,symbolisant ce moment précieux ici précis....de la transformations des préjugés,des craintes,des doutes et colères..

    Ainsi donc,pour Celles et Ceux qui savent un temps soit peu décrypter les messages discrets de l'Unis vers et ses-ces enseignements,on trouve déjà et peut-être ici un puissant secret de la philosophie Alchimique qui nous intéresse dans cette quête vers un souhaité meilleur devenir,par ce toucher de deux dimensions.

    Car celle de l'historique et celle de la réalité sont liées intimement....c'est indéniable.

    Alors,que la Terre ''s'oppose'' au Ciel,tel le passif à l'actif,la féminité au masculin,l'ombre à la lumière,le descendant à l'ascendant,la fixation à la dissolution,...elle demeure la Femme et la Mère,dont les vertus essentielles-essence-ciel demeurent douceur et soumission,durable et fermeté paisible,...à quoi l'on peut ajouter l'humilité (étymologiquement liée à l'humus dont l'Homme fut modelé),et substance Unis vers Elle Prakritri,chaos primordial.

    Ce chaos est la personnification du vide originel,genre Tohu-bohu de la Genèse,lorsque cette Terre était vague et vide,que les ténèbres couvraient l'abîme,que l'esprit de Dieu planait sur les eaux..;antérieur à la Création et au temps où l'ordre n'avait pas été imposé aux éléments du monde...quelque peu similaire à notre poli-tique actuelle,quoi.

    Well donc,de la Tellus Mater,qui offre et reprend la vie et dont un autre Job (personnage Biblique,voir Ayoub dans le Coran) en d'autres temps et lieux,se prosternant vers le sol s'écria:Nu,je suis sorti du sein maternel;nu j'y retournerais.....analogie assimilant cette Terre nourricière au giron maternel.

    Et de conclure ce sujet légèrement ''argileux'' en osant revenir un chouïa sur la théogonie d'Hésiode nous sifflant,elle, le ceci que la Gaïa enfanta même le ciel,qui devait l'en couvrir par la suite et afin de donner naissance à tous les Dieux....Ces derniers imitèrent ainsi cette hiérogamie initiale,puis les hommes,puis les animaux....Dame Terre se révélant à l'origine de toute vie,ce nom de Grande Mère lui fut ainsi donné.

    Cette mère divine,est ainsi la force vitale et unis vers Sel qui se manifeste,et cette force,c'est le principe spirituel exprimé sous la forme de la féminité.

    Il y a donc ce qui se nomme l'éveillé historique,tels que furent ces Bouddha,Jésus,Mahomet...et ces autres éveillés qui n'en demeurent point limités dans l'espace et le temps....rendant la belle équivalence pour Chacun et Chacune d'entre nous.

    Car,nous en devons bien prendre cette conscience d'avoir a respirer cette dimension historique et que nous vivons tous les jours,en alliage sublime avec ce que nous tentons vivre au travers d'une pratique spirituelle...rejoignant cette notion d'allier la prière au travail Labor- Oratoire....qui pointe le doigt sur cet aspect que le travail n'en est point exclusivement un.

    La''prière'',a perce voir au même titre que ce que serait un mantra ou autre incantation vibratoire,rythmerait ainsi la pratique et jouerait les forces inconscientes pour la juste création...et transmuterait la matière en énergie ou inversement....(Nul ne peut transmuter la matière,s'il ne s'est transmuté lui-même....Paracelse).

    Avec le temps défilant,ces Sages eurent ainsi donc cette ambition a obtenir non seulement un pouvoir objectif comme d'envergure,..mais également quelque peu qualifié parfois à tort de ''magique'',...ou mieux,d'ésotérique,voir cabalistique.

    Un vague sur l'océan a le droit de vivre sa vie en tant qu'eau,car n'étant point uniquement cette vague...mais également eau;cette dernière vivant sans la peur de et d'être la vague ...élémentaire.

    En suivant ce schéma de raisonnement,et si nous en demeurons apte a vivre selon les deux dimensions pré-citées,nous n'aurons ainsi plus de crainte également.

    ''Toucher la Terre'' amène a toucher la dimension ultime,l'authentique nature de la non-mort et non-naissance comme en éloigne le trouble de ces peurs et colères.

    Il importe de visualiser cette dimension temporelle telle une ligne verticale et droite pour se situer dans le présent avec cette dernière,...passé et futur se plaçant quand à eux et dans ce même ordre au-dessus et en dessous.

    Nos ancêtres sont ainsi assis avant nous sue cette échelle et donc au dessus de cette ligne temporelle imaginaire..alors qu'en dessous se placeront nos enfants,et petits enfants...

    Sachant en outre,qu'en nous subsistent nos ancêtres génétiques,que ceux qui sont spirituels...nous en touchons ainsi la présence de notre Mère et notre Père dans chacune des cellules de notre corps....et de tout ce savoir discret.

    Ils sont présents avec nous,tout comme nos grands parents et arrières grands parents...confortant ce fait d'être dans la continuation et le prolongement de ce qui se doit.

    Il en est anastatique pour nos descendants,pour lesquels d'ailleurs chacune de leur cellule en sera imbibée du Vous....comme serez également présent dans chaque conscience que Vous aurez touchée.

    Là est le toucher Un de la Terre.

    Nos anciens souhaitaient ainsi pouvoir affronter les chaleurs les plus torrides,comme les hivers les plus froids,les fatigues les plus intenses...et ainsi donc en recherchaient à force de discipline extrême et rigueur dans le travail a entraîner leur esprit au mieux, ...modulant ce dernier ,de sorte à le rendre le plus fort et malléable au possible.

    La force en l’occurrence ou ce Lion dompté par la Vierge dans les Tarots est davantage morale et à voir telle un assujettissement des passions...s'affichant en outre via cette allégorie délicate du lion force brutale ,et de la Vierge,force spirituelle,...transformant la victoire de l'esprit sur la matière,par le jeu fin de la sublimation des instincts....alors que la souplesse nous en murmure,elle, davantage l'adaptabilité et la flexibilité.

    Voulant absolument atteindre cet état mental d'acier comme d'envergure,Ils en détenaient donc un objectif vers ces dons d'engagement de soi.

    Par la suite,l'histoire démontre,qu'une certaine philosophie et religion,les influença conséquemment dans cet itinéraire prit.

    Le Temps travaillant toujours et pour Tout le monde,de son coté également,....les justes savoirs,pour ne citer qu'eux,se transformèrent délicatement en méthodes pour trancher son propre esprit,cet ego subtil...en découlant donc doucement vers une Voie à l'esprit déterminé,de résolution et de décision,hors du commun.

    L'Homme possède l'intelligence et la sagesse d'en devenir pleinement un être humain,car il a hérité d'une éternité de Sagesse,...ne pouvant séparer ce qui est par nature ainsi que ce qui l'a nourrit.

    Il importe de revenir en nous-même et d'embrasser cette génétique comme cette spiritualité.

    Toucher la Terre est non seulement accepter les générations derrière telles qu'elles furent que surtout acquiescer et adhérer au Soi.

    Cette acceptation inconditionnelle demeure majeure dans l'Oeuvre,car admet ce fait que pour savoir tolérer et intégrer les autres et les choses tels qu'ils sont,il en faut commencer par ce Soi-même justement...élément Terre.

    Well,à nouveau...et de surfer maintenant vers une seconde étape du regard posé sur nos descendants...nos enfants et petits enfants..et de voir ce grand placé comme de ne point être une entité détachée d'Eux,du simple fait qu'Ils en sont notre suivit,tout simplement.

    Ils nous emportent avec Eux dans le futur,dans l'avenir....

    Ils en regarderont ainsi le soleil se lever pour nous,les étoiles briller...nous rendant immortel de ce fait.

    L’Alchimie dès lors trouve ainsi déjà une véritable place dans la transmission vers la société contemporaine,et dans cet effort à fournir,pour l'obtention de la valeur la plus juste qui soit grâce à une force spirituelle inhérente à l'Homme.

    Ayant,de surcroît une haute vision de la Vie,ces ermites discrets se situent dès lors,au-delà de la norme habituelle,ne fut ce que par leurs comportements,logiques,méthodes et raisonnements.

    Car,que l'on sache bien qu'il ne se peut d'enfermer cet état d'esprit dans un système radicalisé ou étriqué...car le(s) code est large et réside en ces perceptions elles-même et dans un sens non seulement plus profond mais aussi essentiel;celui de la Vie,simplement et de sa Sœur indissociable;la mort.

    Placé bien au-delà de la relativité,il n'y a dès lors nul choix ou autres options,...mais juste une seule et unique décision dans l'action,comme de la pensée.

    Par instinct ou désir,le loup souhaite vaincre,et ne pense pas a laisser son ego de coté,contrairement à ces Hommes qui peuvent aller bien au-delà derrière l'ego ou la mort !

    Ces derniers doivent donc devenir davantage plus puissants que l'animal et donc ainsi,abandonner cet instinct qui leur est accroché.

    Nombre de petites histoires issues de toutes les philosophies et courants de sagesse, tendent a afficher l’idéal d'harmonie que sont la pratique,la force et la conscience unifiées....

    Demeurer au-delà de toute apparence,conscience,préjugés,...est ainsi donc la formule ''magique''...pour réemployer ce terme posé précédemment et très bien adapté à l'Alchimie avant-gardiste,dirons-nous..lol

    Avec une immersion véritable en ce Soi nous ne pouvons que parvenir à cet état ,que l'on pourrait aisément qualifier de déstructuration.

    Je terminerais donc avec cette petite histoire de chats,tellement connue dans le milieu et qui en résume tant et tant de choses.

     Un gros rat,hantait un Temple,empêchant le propriétaire la nuit,de dormir.Ce dernier fit ainsi venir plusieurs chats...des rapides,habiles,forts,énergiques,rusés....mais rien n'y faisait,le rat restant le plus apte a gérer la situation d'inconfort,....car il en jaugeait et s'adaptait de suite au chat face à lui.

    Un dernier du genre,sortit de nulle part, fit un jour, son apparition et le rat directement s'échappa,pour se réfugier dans les pattes du matou,pour se faire croquer,bien simplement...Ce chat demeurait exceptionnellement banal,mais, même en somnolant, restait aussi, mystérieux...

    Ce chat(mais en était ce vraiment un) était bien au-delà de Tout.

    Les Chats sont de grands maîtres de Sagesse dans le tout ou rien du matou...n'est ce pas ?Soyons en affectueux et bienveillants avec Eux...ha ha ..

    Merciiii.

     

     

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  •  

     

    Cella c'est là.Celà est là.

     

    Bonjour Amis Hermétistes..

     

    Avec un survol plus que rapide sur les chroniques précédentes,il semble relativement abordable dès lors de perce voir la présidence posée en ce chouïa blog,et donc d'y répondre davantage en ce fond, afin d oser y jouer la compréhensibilité ampliative sur des constituants,principes et autres paramètres quelque peu empreints d'une profondeur comme dans une direction souhaitée maintenant.

    Well donc,et déjà se hasarder revenir sur le synopsis suivant effleuré abruptement,quoique agrémenté malgré tout à l'assaisonnement d' Eliphas Lévy,qui de son coté en dénonce le ceci que la substance Unis vers Elle en se dévoilant revêt trois modes et trois formes....et dont en demeurent,l'actif et la motricité (via le Soufre principe),l'équilibre sur son fil (le Sel principe doté malgré tout des deux forces citées)et le passif,mobile en soi (le Mercure principe)....les modes eux,se déposant sur les quatre éléments relatifs à l'azote,l'oxygène,l'hydrogène et le carbone.

    Il est dit ceci dans le chapitre 42 du Tao Te King,que le Tao en donne ainsi la naissance au Un,ce dernier au Deux,et qu'ensemble au Trois....et Lui-même à toutes choses.

    Ainsi toutes les choses sont adossées au féminin et font face au masculin;nous offrant ce fabuleux voyage voulant que lorsque lemasculin et le féminin se rejoignent dès lors,toutes les choses s'harmonisent entre elles.

    Les hommes ordinaires détestent la solitude,mais le Haut s'en sert...l'embrassant,comprenant qu'Il est Un avec l'Unis vers...fortiche le mec.

    Aussi,il est abordable de voir que la substance Une est diversifiée via le renouvellement donc...et essuie par ce fait l'affirmation aux diverses apparences comme un dit mouvement perpétuel...secret intime de la création,décriant toutes les prétentions des trop nombreux qui en souhaiteraient davantage créer que de fructifier et faire mûrir les choses.

    Il est donc bien utile a déjà savoir absorber le ceci,que chacun des trois modes de cet arbitraire est assujettit aux deux autres...

    Cette Voie de cheminement,mais pas que,inflige comme accrédite à notre erre mite des outils aux alliages divers,et ce afin de pouvoir surmonter les pulsions qui l habitent,et ainsi qui sait,Lui permettre peut être l'atteinte d'une certaine quintessence bien-nommée ...cela,en oubliant le ''Soi'',déjà et bien simplement,juste départ à beaucoup de choses.

    Lorsqu'on abandonne ainsi,une peau de banane,par exemple, à la poubelle,nous savons pertinemment bien qu'elle en deviendra du compost dans un temps estimé X mais idéal par le Tao...et nous revenir sous la forme d'une tomate (par exemple) ou autre,un jour X également.

    Rien ne doit se détruire pour le futur,il se faut co-naître et appliquer cette Loi élément Terre de la construction à long terme...et là déjà,de nos jours,notre petit d'Homme a une difficulté d'envergure dans son fonctionnement.

    Vaste programme bien certainement comme de toute évidence,mais qui ne démontre surtout pas qu'il n'y subsiste la moindre conscience par rapport au ''moi'',mais que plus bien précisément,celle ci n'en est pas solitairement enfermée,dans un carcan ankylosé,jansénite et inflexible.

    Que nenni,...car ce que l'on considère comme un véritable éveil,inclurait plutôt la conscience de tous ces ''moi'' accumulés,....aussi bien que ceux qui sont potentiels et propres au nous même comme qu'aux autres.

    Oui,bien certainement,ce corps est pure perfection Alchimique,et dans la mesure en laquelle malgré tout ce véhicule est de trop souvent incognito,déconsidéré voir étranger parfois ou pire même, oublié.

    Son rempart via le sang et l'eau des muscles en révèle la force et l'énergie,alors que via son l'écorce/peau en gondole la douceur,la délicatesse et l'onctuosité.

    Cheveux ,ongles et poils s'ébattent allègrement dans l'expansion et la re-naissance constante ainsi que dans la persévérance accrue au retour...laissant le cardiaque occidental ou le Hara oriental batifoler gaiement avec les notions essence ciel de vitalité et de compassion comme amour,....

    Bien certainement,une pure et merveilleuse matière que cela,....avec cet intellect dédié à la pensée et ce lieu géométrique lié à l'amour donc,véritable creuset des transmutations,physiques,morales ou mystiques...là où se devrait flotter l'S prit du monde,sas des grands flux et reflux paisibles et vagabonds,parfois tourmentés en ondées plus ou moins fortes.

    Lieu de passage entre deux états,deux mondes,entre ce qui est connu et inconnu,...sas ouvert sur le mystère,mais une porte malgré tout qui en permet l'entrée comme la sortie et tels les Torana hindous,ou autres Torii du Japon ...aux portails des cathédrales bien de chez nous.

    Ce cœur,aux quatre portes cardinales dont les Chinois par ailleurs et via leurs villes ancestralement bâties expulsaient les mauvaises empreintes,accueillant les bonnes,en s'étendant aux quatre régions de l'Empire de la Vertu...telles celles d'Angkor-Thom et dont en rayonnait cette effigie de Lokeshvara,grand maestro de l'Univers,et qui également offraient passage des quatre dites directions vers ce centre,Cella....est un véritable symbole de cosmogonie....mais pas que non plus.

    Ce cœur est donc,grand lieu de passage comme de pèlerinage donnant accès à la révélation,sur lequel vient se refléter les harmonies de l'Univers ,du Tao et qui ne souhaite que de s'ouvrir afin de vitaliser,par le biais de chaque cellule microcosmique,afin en rayonner au dehors du plus beau de tous les Labo-oratoires sur Terre,....Vous.

    Bien certainement,et toute évidence sera ainsi faite,cette formidable prise en conscience sur tous ces ''moi''tiers,constituent et en composent le nôtre !

    Ces liens symbolisent en outre une fonction Royale Varuna...qui en voit d'une certaine mesure l'adhésion intérieure,non imposée exclusivement mais également librement consentie par les différentes parties unies les unes aux autres et avec le Haut ou Grand Tout.

    A cela,il importe de savoir également, qu'il subsiste plusieurs échelons et niveaux pratiques dans cette quête mais qu'ils se doivent d'être approché par cette notion alambiquée qu'est l'ainsité.

    Il en est de la réalité du ''c'est comme ça'',qui ne peut se décrire en termes de notions en naissance ou en mort,en être on non-être.

    Nul mot,nulle idée...rien ne peut cerner et décrire la réalité,qui n'est ni différente en soi,ni similaire non plus...une flamme étant semblable à une autre,n'en demeure point la même et reste unique en elle.

    Certes il ne s'agit pas uniquement de s'engager vers un abdication insouciante et à la limite pure et dure dans une notion excessive a ne plus devoir ou savoir penser,...que de poser un juste équilibre entre l'oubli et la prise de conscience de ''Soi'',comme d'éviter les excès du trop et du trop peu.

    Effectivement,nous en percevons ici également un schéma posé sur une représentation évidente de l'axe cosmique comme de la direction de l'activité Céleste,ou,pour lancer la règle vivante à toute construction spirituelle telle matérielle selon un mot de Le Corbusier...en verticale avec le ciel.

    Lorsque les personnes sont dévorées par les ambitions et les désirs,elles ne pensent plus qu'aux tristes elles même,et dans le cas le plus extrême,en vont jusqu'à délaisser celles et ceux qui sont chers à leur cœur.C'est grande tristesse que cela!!

    Il en est même très indigne,...surtout dans une recherche requise comme la nôtre ici, et se voulant évolutive en notions d'humanité,altruisme comme autres philanthropies du genre.

    Car c'est bien d'une mélodie-sérénade sur Terre que nous en jouons les partitions tellement subtiles en maintes et maintes configurations les unes avec les autres.

    Il en est d'un véritable chef d'Oeuvre et chef d'orchestre que le grand tout cela,s’élançant en dans les vents et via une splendeur captivante et des plus séduisante...d'un sacré et d'un consacré,en adéquation parfaite des deux cristaux-perles qu'ils sont...

    Notre corps ''Temple'' est ainsi d'une admirable et subtile beauté emplie par une sagesse qui Lui est propre et issue des Origines.Il importe d'aimer cet édifice,de le choyer et le soigner...

    Le Temple est un reflet du monde divin en son architecture tel un édifice ou représentation de l'homme.Habitation de Dieu sur la Terre,nous en sommes ainsi un résumé parfais du macrocosme.

    Mais,poursuivons-en avec cette question bien légitime en soi voulant a savoir s'il subsiste meilleure Alchimie que celle là,d'en créer une merveille des plus parfaite qui soi,dépassant son harmonie propre au contact d'une autre ?

    Chacun et chacune de nous sommes ainsi dans ce grand orchestre de l'Unis vers,tentant en sa manière d'accorder l'outil qui sied le mieux à sa personnalité et besoins.

    Chaque artiste doté d' instrument,sera ainsi placé sur le devant de scène suivant le mouvement général,le rythme...et usera de son mieux les notes pour une harmonie voulue des plus délicate et fabuleuse....car chacun est lié voir relier(de religare..religio...plaçant la fusion-mot d'importance- avec des initiateurs spirituels) via le son ....bien que chacun aussi en demeure chef de l’orchestre qui joue en son for-intérieur.

    L'artiste et artisan Vous,maintenant s'effleure dans cette polarité délicate de faire et être;dans une sensibilité et dans une interprétation bien personnelle....ou comme souvent cité,en joue la glace alors que l'incendie en ravage la nature.

    Faire un geste et être celui ci...pour amener au primordial,l'essence ciel qui savoure la profondeur de la résonance la plus quintessenciée de toutes,tout se sifflant par l'amour donc,pour et en celui ci...est cette formule magique.

    Malgré tout,il est également de grande nécessité de constater que les égocentrismes,eux,conspirent a infester un nombre considérable d'activités,que le commun des mortels considère,comme ordinaires...mais en les présentant sous des aspects qui les rendent davantage significatifs en générosité ou autres vertus!

    Quand il n'y a aucune conscience prise,nous pouvons considérer l'acte tel une bonté pure et diaphane;a contrario de ce qui est accompli dans un espoir d'un quelconque profit ou autre appointement.

    Car et en outre,ce genre de vertu centrée sur la personne, peut encore se révéler bien plus néfaste.

    L'individu,dans ce cas précis,s'égare donc dans un chemin nébuleux et vasouillard,prisonnier d'une infinité de rationalisations et justifications.

    Donc,...la formule idéalisée irait dans cette direction du non-attachement,ainsi que de la fluidité dans une lumière objective au possible et recadrée absolument dans son contexte global.

    Nous avons vu,que le fait de stagner sur un point unique,les individus en arrivaient a perdre ces notions de l'avant et l'après..du passé et futur!

    Aussi, et pour demeurer dans cet ordonnancement des choses,.. afin d'abandonner cette médiocrité,au profit d’une éventuelle grandeur,il serait bien de prendre la mesure des fixations mentales,afin de pouvoir par la suite s'en détacher plus facilement.

    Plusieurs formules et méthodes restent ainsi accessibles à Tous et terriblement efficaces pour libérer cet esprit de son attachement maladif aux dits phénomènes assiégeants.

    En effet,la prise de conscience face à la mort,et essentiellement inhérente aux Hauts Guerriers de métier,mais pas que non plus...ainsi que la réminiscence constante qui en repose sur l'impermanence et la disparition de toute chose,restent principalement quelques uns des moyens les plus robustes,pour ce faire.

    Entendons nous bien,que je ne prône nullement ici,le morbide ou la déchéance quand à de telles affirmations plus que subjectives certes,mais d'aller plutôt vers une appréciation de la vie nettement plus sanctifiée,tant en matière de sensations et sensibilités qu'en totale efficience malgré tout.

    En outre,et face à la mort,la maladie,la tristesse,la déchéance,la mélancolie...notre quidam en sera de beaucoup mieux prédisposé et apte à cette confrontation ultime,en parfaite sérénité.

    Mais ceci,n'est que la face visible de l'iceberg ''enseignement'',l'Omote Okuden,et qui est de bien plus large sous son coté Ura,face discrète.

    Car,et dans cette conscience directe de l'évanescence,on peut déceler quelque chose de superbement comme davantage positif en soi,qui se transcende entre la violence stoïque du dit Guerrier ( dans cette approche en laquelle tout ce petit monde l'est quelque part) et la tristesse ou sérénité du Sage assit sur son siège en montagne....où sur celui de celle-ci.

    Un parallèle s'établit dès lors avec cette tendance a oublier parfois,le coté éphémère des choses qui oxygène l'ensemble de notre esprit,et la façon dont nous consommons la vie,ici bas.

    Car,et pour Celles et Ceux qui tentent évincer ou éconduire la mort arrivante à chaque grain de sable qui déboule bien calmement,....et ainsi donc agissant comme si le tout cela en était éternel ,ils s'affichent dans cette incapacité a savoir savourer,les secondes,les minutes,.....les années qui passent et trépassent...et donc s'égarent quelque part.

    Ils en manquent à leurs devoirs,négligeant leur travail,leur famille,leur foyer ,...de manière similaire....pour en devenir de pathétiques humanoïdes achalandés.

    L’Alchimie a contempler ou exhaler,selon mon humble avis souhaite davantage de ses laborieux, un enracinement dans tous les aspects via chaque instants et qui meublent nos journées et pratiques au quotidien.

    Laissons pour contre les spiritualités éthérées séparées des réels besoins propres à Dame Humanité et Sieur Instant donc.

    S'il n'y a pas de naissance ou de mort à chaque instant,nous ne pourrions poursuivre nos vies,il est certain...et dans cette mesure en laquelle de nombreuses cellules en meurent chaque seconde pour nous permettre de vivre.

    Il en est de ce grand Tout pareil,voulant le non exclusif aux cellules corporelles,mais également aux autres perceptions et sensations,aux schémas mentaux noyés dans le flux de nos consciences....et au vaste monde en et entourant.

    Cette continuation des phénomènes se nomme Tulku en Tibétain...et nous offre ce sourire délicat a tenter apprendre à se voir se répandre chaque jour dans une direction latérale,pour renaître constamment et ainsi se retrouver à nouveau dans cette dimension latérale.

    Pensées ,paroles,actes,..diffusent la beauté et bonté qui inter-pénètrent chaque choses,n'étant ainsi jamais perdue car nous permettant d'avancer et ne plus être lié à cette notion étouffante de néant.

    Or,de poursuivre, si d'éventuels pouvoirs psychiques arrivent comme se maîtrisent,qui peut savoir,...plaçons les très vite au service des autres dès lors et dans des horizonss tels que l'enseignement et l'éducation,l’ouverture d'esprit du monde...bref ce qui fera la richesse de cette espèce nôtre et ne taisons point le phénomène dans son puits,au risque de courir à son essoufflement progressif par manque d’oxygénation.

    Je terminerais cette chronique en essayant de faire prendre conscience du fait,que toute action engagée afin de gagner l'au-delà du monde,par le biais d’exercices spirituels et uniquement,peut conduire notre itinérant,à omettre et négliger l’instant présent,et les perspectives à longs termes.

    Ce genre de comportement,qui enchaîne la liberté et le potentiel vital,augmente encore les raisons d'affrontement de chacun et dans la vie,en outre.

    Il en est du principe des vases communicantes,...qu'aucune des deux dimensions(spirituelle et matérielle) ne reçoit la juste attention nécessaire,souvent pour former le fragile fil à soie de l'équilibre,trop de Soufre principe,ou Mercure du genre ...tue le Soufre principe et le même du genre....d'où notre Charles Blondin du genre...Sel principe.

    L'éthique sociale,demeure une école,une institution,un creuset,un laboratoire d'exception...au large développement psychologique de l'Homme et stimulé par une pratique voulue sincèrement spirituelle.

    Les êtres du commun souffrent de maladies mortelles,de toute évidence...mais la médecine de l'esprit reste un bon remède en soi pour Celle ou Celui qui sait décrypter le Grand Livre..Elle aide a se débarrasser de ces maux et mots...au mieux.

    Pour les non-(r)éveillés,là où règnent confusion,illusion,avidité,ego démesuré,erreur,injustice,..l'Alchimie en cette approche suggère une méthode de lutte les plus efficace qui soit.

    N'est il point temps d'aider non seulement le ''Soi''...mais aussi de montrer le chemin à l'Autre...histoire de pas faire dans le ''Moi'',pas très profond...ha ha

    Merci et bonne soirée...le vent souffle délicatement..laissons nous souffler.

     

     







     



    Partager via Gmail

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires